ON LES A VU PASSER - ILS RACONTENT LE CHAMPIONNAT PLANETE 2013/2014 - 12.10-26.11.13

 

 ON LES A VU PASSER :

ILS RACONTENT LE CHAMPIONNAT PLANETE

Les participants à cette compétition vous racontent de l'intérieur ces courses qui nous réunissent. Bonne lecture.

MANCHE 1 - STARDUST - COURSE DU 22.09.13

 PAR TITI DOUET - RECIT DU 12.10.2013

C'est la séance d'ouverture du championnat 2013-2014 de Planète GPL. Les ouvelles équipes se sont constituées et un nouveau règlement devrait rendre cette saison encore plus palpitante que les précédentes. Les circuits sont toujours aussi variés et c'est sur celui de Stardust, près de Las Vegas, que nous nous retrouvons pour la première course de ce nouveau championnat.

 

Certains n'ont-ils pas trop flambé aux casinos ? Quoi qu'il en soit, Maxime Lenclen et Alessandro Neone n'ont pas signé la participation de cette course. Warm Up de son côté se plaint de problèmes visuels et déclare lui aussi forfait. Ils ne seront donc que onze à inaugurer cette nouvelle saison.

Les pilotes s'élancent les uns après les autres pour la séance de qualification. Ses mécanos semblant avoir des problèmes avec sa voiture (ou arrivés en retard des salles de jeux disent de mauvaises langues), Léo LibGo attendra quasiment dix minutes avant de pouvoir enfin chasser le chrono.

 

A mi-séance, la hiérarchie s'établit ainsi : 1er Titi Douet; 2e Frédéric Blanchot; 3e Patrick Cornu ; 4e Kram Ortisseur ; 5e Léo LibGo. Ces cinq premières places ne changeront pas malgré quelques chronos améliorés. Viennent ensuite : 6e Gianni Alvaro; 7e Michel Fournié; 8e Jean-Luc Vidal; 9e Dave Rainier; 10e Rookie 4ever; 11e C. Lefuret. Là en revanche, les places vont s'échanger. A la fin des qualifications, Michel monte d'un cran à la 6e place tandis que Dave grimpe de deux à la 7e. Du coup, Gianni se retrouve 8e, Jean-Luc 9e et les deux frérots du Clutch Club ferment la marche.

 

Alors qu'on pouvait s'attendre à ce qu'il s'adjuge la pole position, Fredéric Blanchot se contente de la 2e place sur la grille avec un modeste (pour lui)
1'33'96. A l'inverse, Léo LibGo décroche un très bon chrono (1'34'84) qui le propulse sur la 3e ligne. A noter aussi, les deux BRMistes, Patrick Cornu et Kram Ortisseur qui s'adjugent sans trembler la 2e ligne avec seulement 6/100e d'écart !

 

Allez, les jeux sont faits, rien ne va plus, roulez petits bolides ! Fred part le couteau entre les dents et prend le commandement dès l'abord du V2 face à un Titi un peu fébrile. Derrière, c'est aussi la bagarre entre Michel Fournié, Dave Rainier et Léo LibGo. Finalement, c'est Mfou qui sortira 5e du V2, suivi de Léo et Dave. Plus loin, Lefuret dépasse Rookie mais, au freinage du V6, Clément est surpris par le freinage de Jean-Luc Vidal et c'est le choc ! Pour couronner le tout, Rookie ne peut éviter la Brabham en vrac de Clément et en remet une couche ! Jean-Luc s'en sort sans trop de bobo, mais la Brabham de Clément et la Ferrari de Rookie ne sont pas indemnes. Ensuite, Dave se loupe au freinage du V8, causant quelque frayeur à Jean-Luc puis à Clément qui part à la faute, Rookie l'évite d'extrême justesse et le dépasse. Lefuret rentre au stand pour une réparation-express de la part de ses mécanos.

 

Au 2e tour, nouvelle explication entre Michel Fournié et Léo LibGo au freinage du V6. Petite mésentente et petite touchette mais suffisante pour envoyer valser le malheureux Mfou dans les rails. Le choc est heureusement sans gravité, mais le pilote dégringole à la 10e place... Comme plusieurs autres, Kram Ortisseur est en délicatesse au difficile virage 8 et la BRM en souffre quelque peu. Léo en profite pour le dépasser. Plus tard, c'est Fred qui goûte aussi aux très sollicités pneus du V8. Presque au même moment, Jean-Luc se sort dans le V7, laissant passer Dave, puis Rookie. Michel fait de même juste après au même endroit. Dave se retrouve alors 7e, Rookie 8e et Jean-Luc 9e. La mauvaise série continue pour Michel Fournié qui perd le contrôle de sa Cooper dans les esses et s'encastre dans le grillage, le forçant à l'abandon.

 

Au 4e tour, Gianni Alvaro sort un peu large au V7 et Dave Rainier se porte à sa hauteur. A l'approche du délicat V8, Gianni, prudent, préfère lever le pied et laisse passer Dave qui s'empare de la 6e place. Toujours au V8, Frédéric Blanchot sort large mais, surtout, plus loin, au V2, il loupe son freinage et sort. Titi Douet n'en demandait pas tant et ne se fait pas prier pour reprendre la première place. Fred repart à l'attaque et peut-être sollicite-t-il trop moteur qui explose deux tours plus tard. C'est un nouvel abandon et ils ne sont plus que neuf à boucler leur 7e tour.

 

A la fin du tour 10, alors qu'il menaçait Patrick Cornu et sa 2e position, Léo LibGo sort trop large juste avant la ligne droite des stands et touche durement le rail à l'entrée. Sa voiture s'immobilise sur le bas-côté droit à l'opposé des stands. Mais ses mécanos ont tout vu , prompts comme l'éclair et au mépris du danger, traversent la piste et réussissent à réparer la Cooper qui peut repartir ! Entre-temps, Kram Ortisseur a récupéré sa 3e place et Léo avec ses pneus froids a toutes les peines du monde pour contenir les assauts de Dave Rainier, jusqu'au V7 où ce dernier le dépasse après que Léo soit sorti un peu trop large. Au même moment, c'est Gianni qui se fait remarquer, d'abord au dernier virage où il se rate et laisse passer Rookie 4ver, ensuite à la sortie des esses et au V6 où il se fait doubler par Jean-Luc Vidal. A l'amorce du tour 12, Titi Douet est en tête suivi de Patrick Cornu à 6', Kram Ortisseur à 21', Dave Rainier et Léo LibGo à 33', Rookie 4ever à 38', Jean-Luc Vidal à 45', Gianni Alvaro à 51' et C. Lefuret à 65'.

 

Au tour suivant, nouvel échange de place entre Léo et Dave au V6 après que Léo ait bien mis la pression et même failli tenter un dépassement au V1. Chaud ! Dans le 16e tour, Jean-Luc Vidal sort large au V7, traverse la piste et va percuter le grillage. Heureusement, il peut repartir, non sans céder sa 7e place à Gianni Alvaro. Plus tard, le même Jean-Luc négocie mal le V8, sort à droite puis traverse à nouveau la piste alors que Titi s'apprête à lui prendre un tour. Ce sera finalement fait et Clément en profite pour gagner une place. Quelques tours plus tard, Léo est revenu dans les échappements de KO. Léo tente sa chance dans la courbe rapide avant le V8 et Kram, ne voulant pas forcer avec sa lourde BRM lui cède sa 3e place. Peu après, Lefuret part en tête-à-queue dans le V8, Patrick Cornu lui prend un tour en l'évitant de peu et Jean-Luc en embuscade reprend sa 8e position. Quelques minutes plus tard, Léo, toujours dans le V8, part en tête-à-queue dans sa tentative pour rejoindre Patrick, ce qui permettra à ce dernier d'appréhender plus sereinement la fin de course.

 

Les choses en resteront là et Titi Douet franchit en tête la ligne d'arrivée. L'accompagnent sur le podium Patrick Cornu, redoutable même en BRM et Léo LibGo, auteur d'une course remarquable et manquant de très peu le meilleur tour en course. Les points restants vont dans l'ordre à Kram Ortisseur, Dave Rainier, Rookie 4ever, tous trois dans le même tour que les leaders, puis Gianni Alvaro et Jean-Luc Vidal. C. Lefuret, bien que finissant la course non loin de Jean-Luc, ne marque aucun point.

 

Voilà comment on pouvait résumer cette première course de la saison. Espérons que le plateau sera un peu plus fourni à Sopheve pour la 2e manche et que la course sera au moins aussi animée que celle-ci et avec tout le monde à l'arrivée cette fois !

 

Rendez-vous à Sopheve, donc !

 

 

MANCHE 2 - SOPHEVE - COURSE DU 13.10.13

 PAR JEAN-LUC VIDAL - RECIT DU 25.10.2013

Le cocktail d'avant-course réunissait pilotes, administrateurs, techniciens, toutes leurs épouses les accompagnaient, sauf Eve... L'épouse d'un des principaux commanditaires était en conférence avec Max... Le sujet : des soupirs et ahanements des communiantes en jarretelles « Lou ».

 

Au Royaume-uni, une des devises majeures se traduit par "pourquoi faire simple quand on peut faire très compliqué ?".

 

Sorti tout droit de l'imagination de Ryk Penfold, ce circuit, qui n'a pas dérogé à la règle, comporte nez en moins des passages très techniques, des passages très tortueux, des passages de roues, des pas sages du tout !

 

Pourtant, ses décors somptueux, son tunnel lumineux, miraculeusement éclairé sans lampe (!), font de lui une réussite incontestable et chacun aura pu le vérifier tout au long des seize tours de la course !

 

Les virages au nombre de 24 sont somptueusement baptisés : noms de gloires du pilotage, copie de Monza,  mime célèbre ? Les Esses sont baptisés Esses ou Serpent, j'en passe et des meilleures. Il y en a même un dont le nom est composé de chiffres et de lettres. Je me demande quel esprit tortueux peut imaginer composer ainsi son pseudo...

 

Il y a 12 521 mètres à parcourir 15 fois ce qui fait, si je ne m'abuse, 187km et des grosses libellules...

 

Dès le practice time, Kram Ortisseur fait savoir à tous les compétiteurs qu'il n'est pas là pour faire mousser la bière... Titi, maintenant reporter de talent, drive la Nippone. Warm Up, le stupéfiant colombien au volant d'une Italienne et Frédéric Blanchot dans une Cooper aux couleurs inhabituelles sont a 2 secondes ou presque...

 

Pat, en proie à des péripéties électroniques, déboule sur la piste un peu tard. Il devra se contenter de la cinquième place, non loin du trio des KOtestataires (oui bon, on fait avec les moyens du bord !) et talonné par le maître de conférences ès petites filles en fleur...

 

C'est à la 7éme place que Michel a réussi à placer sa Ferrari, son coéquipier J-L V dans le baquet d'une flamboyante Lotus, juste derrière, précède Ligbo et une Cooper visiblement mal préparée. Quelques stéthoscopes plus loin on aperçoit une Ferrari et Dave à l'intérieur.

 

Déboulent à leur tour et dans l'ordre Clément Lefuret67, lui aussi au volant d'un bolide au cheval cabré, puis R4E avec une Eagle qui sent encore le neuf. Gianni, notre transalpin adoré avec bien sur une Fe... mais non ! Une Eagle, porca miséria... comme disait ma grand-mère qui parlait couramment l'Ostro-Hongrois...

 

Si vous avez suivi, vous connaissez maintenant l'ordre du départ de la course, sinon consultez GPLRA qui l'a lui aussi...

 

J'en parlais justement à l'une des nombreuses Panneauteuses qui ont (commanditées par un obsedé dont je tairais le nom) envahi le circuit, cette charmante damoiselle, les mains posées sur ses amphores (hanches) se cambrait légèrement en me faisant miroiter de voluptueux tourments pneumatiques.

 

Bien en chair, l'effrontée me nargue :

 

- comment me trouvez-vous Jeannnn...

- Trés facilement 1... lui rétorquais-je !

 


Un vrombissement assourdissant sur la piste provoque un silence absolu dans les tribunes. Vérifie ton casque, ferme bien ton col, un œil sur le starter, un œil sur la ligne de l'adversaire, c'est la guerre... La tuerie peut commencer !

 

Drapeau bas !!

 

Les embrayages torturés gémissent, le pignon de la 1ère croit sa dernière heure arrivée, les pneus cirent le macadam littéralement en fusion... le pont se dit que ce n'est pas une vie...

 

Treize bolides frôlent le Starter qui bat en retraite. Le drapeau en frémit encore... Ils sont partis...

 

A la faveur d'un couloir plus dégagé, Gianni passe R4E. Quant à Dave un vrai Boulevard s'ouvre devant lui et c'est Ligbo qui en fait les Frais... Ce n'est qu'un départ... sans encombre.

 

En revanche, le T1 nous réserve sont lot de péripéties... dramatiques.

 

A  Flockhart, Titi nous fait une inhabituelle bisqouette (je le lui avait pourtant dit et répété, faut choisir : pilote ou reporter, là il fait le reporter), et le reporter alors... bein, il fait le reporter. TAQ aussi. Dave qui a ralenti pour éviter le choc avec Titi voit Ligbo lui subtiliser une place et se lancer à la poursuite de Michel, lequel glisse aux esses, et Ligbo se frise les moustaches...

 

Mais le drame tisse sa toile de malheur. Michel, décidemment survolté, décroche juste avant l'entrée du tunnel. Jean-luc, surpris, balance sa Lotus à droite mais pas suffisamment. Imperceptible pour Michel, le choc est suffisant pour envoyer J-L dans le mur. La Lotus (incroyablement invulnérable, la suite nous le montrera) revient sur la Piste, plein centre. Titi arrive à pleine vitesse, évite Michel (occupé à faire du bouche à bouche à la panneauteuse défaillante à la vue du carnage, et qui m'avait dit : non pas toi, tu piques ! ).

 

Titi donc, touche l'arrière droit de la Lotus, tape dans l'entrée du tunnel et fini sa course sur le toit. Le valeureux vainqueur de la première épreuve éliminé au premier tour... Les deux pilotes VLT repartent en queue de peloton.

 

Le T2 s'annonce pas mal non plus...

 

A Bonnier, Ligbo, à court de préparation me semble–t-il, envoie (contre son gré) sa Cooper dans le grillage et reste prisonnier. C'est l'abandon.

 

Fred passe Stewart en frôlant la catastrophe, sa virtuosité lui permet d'éviter l'ensablement, mais Max, à l'affût, en profite pour lui subtiliser la quatrième place.

 

Au T3 Maintenant...

 

Profitant d'une hésitation dans Rudd et Mays, Rookie passe Gianni qui se retrouve dans le collimateur de JL. Ce dernier, un peu trop pressé d'en finir avec l'Eagle, la heurte à l'entrée de la Parabolica. Confus, JL attend que Gianni reparte pour lui emboîter les tuyéres. A la sortie du tunnel Gianni s'écarte fort courtoisement et permet au pensionnaire du VLT de reprendre la chasse au Rookie...

 

T5 Ou les mouches changent d'âne...

 

Il se passe enfin quelque chose devant, depuis le début de la course, les forts en thème ont mis la barre haute et carraciolacolent en tête...

 

Mais K.O, impérial jusque-là, va à la faute en entrant dans Sommer. WU qui le suivait de prés, s'empare derechef de la tête de la course.

 

 

Clément s'enlise à Graham Hill et R4E, incroyable d'a propos, passe en lui disant "pense à m'envoyer le replay".

 

A Stewart c'est au tour de JL de faire du sable et son coéquipier Michel reprend l'avantage. Quelques encablures plus loin il veut laisser passer J-L et sa Lotus mais ce dernier, adroit comme une tourde les pieds dans la glue, se vautre à l'entrée de Snaque et Michel se retrouve devant.

 

Chemin faisant, ils aperçoivent Clément arrêté au stand, chemise ouverte sur un torse velu, en train de faire deux brins : un de causette à la Panneauteuse, l'autre de mécanique à la Fiat... on se demande laquelle est la plus ravie...

 

Mais une mauvaise surprise attend Michel qui, quasiment sur la ligne d'arrivée, assiste impuissant à l'agonie de sa belle Italienne d'un soir.

 

Envoyez le T7,

 

Magnifique pas de 2, juste avant Flockhart, de J-L, qui, pour faire bonne mesure, réitère avec un entrechat à Sommer. La Lotus en a marre de bouffer du sable mais tient bon et Clément avec son bolide flambant neuf en profite pour s'attribuer la 7ème position...

 

T8, ça roule

 

Revenu du diable Vauvert (je l'adore celle-là) J-L reprend son bien à Clément, juste avant Wilkinson.

 

La tragédie du T12,

 

Petite erreur de K.O dans les Esses, Pat surgit tel un fauve aux aguets et lui arrache cette seconde place qu'il convoitait. Va falloir tenir devant un K.O déchaîné...

 

W.U, auteur jusqu'à cet instant d'une course parfaite, commet à Auburys une faute en deux temps que personne (même pas lui) n'attendait : il semble  reprendre sa voiture en main, mais, comble de malchance, la voila inutilisable. une place d'honneur aurait du récompenser sa très belle prestation !

 

Pat est désormais en tête de la course. Il sait que ne lui sont permis, ni relâchement, K.O est juste derrière, ni erreur, Max n'est plus très loin et pousse sa Honda au maximum. Finalement c'est une nouvelle petite faute de K.O à la sortie de Graham Hill qui viendra récompenser ce dernier de son opiniâtreté en lui offrant la deuxième place.

 

Pat, passe le drapeau en vainqueur, faisant preuve d'une maîtrise exceptionnelle dans une épreuve finalement très piégeuse.

 

Max, qui n'en finit pas de progresser, s'adjuge un premier accessit conquis de haute lutte.

 

Si K.O et son incontestable talent ont joué de malchance par moment, nul doute qu'il viendra sûrement se mêler encore et toujours à la bataille du Championnat.

 

Fred a commis quelques fautes dont il n'est pas coutumier, attention la revanche ne devrait pas tarder... Une quatrième place lui assure quelques points toujours bon à prendre.

 

Dave s'adjuge une cinquième place acquise avec une course sûre et régulière. Il a su inverser la tendance après des essais plus en retrait.

 

La maitrise, R4E porte ce qualificatif à l'excellence, nul doute qu'il faudra encore compter avec lui pour les courses à venir.

 

Ce caractériel au grand cœur*, confond encore parfois vitesse et précipitation, nul doute que son nouvel emploi du temps lui permettra de mieux préparer les courses (n'imaginez pas un seul instant que je suis d'accord avec ces déclarations, fussent elles vraies).

 

Lefuret a franchi la ligne en 8ème position, pour ce genre d'épreuve, c'est une belle performance, il n'y a qu'a voir le beau linge dans la trop longue liste des abandons.

 

Un salut à ceux qui n'ont pu franchir la ligne et une mention spéciale a W.U, qui en gagnera sûrement d'autres.

 

C'était Jean-luc Vidal en direct de Sophéve...

 


*(JLV himself, ndr)

 

 

MANCHE 3 - PARCO SEMPIONE - COURSE DU 03.11.13

 PAR KRAM ORTISSEUR - RECIT DU 26.11.2013

Quand Clément Ecclestone a débarqué à Monaco, il a poussé une gueulante qui a fait perdre les derniers cheveux du Prince. « Non mais c'est quoi cette organisation. Je vous ai demandé de mettre un rail au Gazomètre... c'est ni fait ni à faire ». « Euh Monsieur on vous demande au téléphone ». « Oui j'écoute ». « Allô c'est Sergio. Ça te dit de venir à Milan, j'ai un truc à te montrer ».

 

Et c'est comme ça que le troisième volet du championnat Planète a eu lieu en Lombardie. En plein cœur d'un des plus beaux écrins de verdure de la ville, il faut saluer le travail de Sergio Loro qui a su créer un petit circuit urbain en respectant parfaitement la topographie des lieux. Toutefois des mauvaises langues se demandent si le syndicat des producteurs de paille n'a pas profité de l'aubaine pour faire du lobbying.

 

A l'issue de la séance de qualification, K.O. est le seul à descendre sous les 1.13. Il s'adjuge donc la pôle. Max chipe d'un cheveu la première ligne à Titi. Puis suivent Patrick, Léo, Warm Up, Gianni, Rookie, Clément, Michel, Dave, Jean-Luc et Alessandro. Mais pour Michel Fournié la course est déjà terminée. Une voiture récalcitrante accompagnée de mécanos incapables l'empêche de défendre ses chances.

 

Après un départ délicat mais sans problème majeur, K.O. se retrouve rapidement sous la pression de Max. A la fin du tour 2, K.O. et Titi loupent le point de corde de l'épingle. Max en profite pour prendre la tête et Patrick récupère la troisième place. Au tour suivant, K.O. décidément fébrile fait une petite bise à une botte de paille et se retrouve quatrième derrière Patrick et Titi et devant un Léo tonitruant. Les cartes sont donc déjà entièrement redistribuées.

 

Patrick et Titi ne se quittent pas depuis le début de course alors que Max a déjà un bon matelas d'avance. Mais à la fin du tour 8, Patrick part dans une grosse glissade incontrôlable. Sa Cooper part à la renverse et finit sa course contre un arbre. Non seulement c'est la fin de sa course mais on a peur pour la santé du pilote. Les mécanos des VLT, des membres du syndicat des producteurs de paille et un tas d'italiens en costume trois pièces et Beretta à la ceinture se précipitent. On retourne la Cooper, on injecte une dose de cheval d'amphet à Pat et on apporte en quatrième vitesse le mulet. Incroyable, Patrick en moins d'une minute repart le couteau entre les dents, la mâchoire franchement serrée sous l'effet des psychotropes, les yeux d'une vivacité à peine naturelle et le corps entièrement dédié à des réactions rapides et précises qui lui permettent de claquer sans transition des chronos.

 

Au tour 9, Clément glisse sur le virage 3 qui débouche sur la viale Legione Lombarda à l'entrée du parc. Ce virage va devenir le virage maudit de la course. C'est à cette endroit que se trouve un nombre considérable de bottes de paille dont on peut se poser la question de leur utilité et qui pour des raisons obscures ont été rempli d'une toile de fil de fer, véritable piège à pneumatique. C'est ainsi que la Ferrari de Clément se retrouve définitivement immobilisée. Juste derrière, Gianni, parti sur un bon rythme, suit le malheureux dans sa mésaventure. Et bim deux abandons !

 

Au tour 11, Léo glisse sur le difficile double virage de la viale comizi di lione. Heureusement, il se sort d'une botte de paille piégeuse mais le moteur de la Brabham en a pris un sacré coup et il rejoint au ralenti les stands pour une réparation-éclair.

 

Au tour 13, Alessandro Neone est en position délicate sur le virage qui précède l'épingle. Maxime qui passe par là est à deux doigts de rentrer de plein fouet dans sa Cooper. Quelques secondes plus tard, Titi pile pour éviter la collision, du même coup K.O. arrive derrière trop vite et donne un coup de volant pour éviter l'accident sur Titi. Il décide de passer entre les bottes de paille et Alessandro mais le choix n'est pas judicieux. Alessandro qui veut laisser passer Titi sur sa droite, part inévitablement à la rencontre de Kram Ortisseur. K.O. ne sent presque rien, mais pour Alessandro c'est une autre affaire, sa Cooper est véritablement propulsée hors du circuit à la vitesse d'une fusée Apollo. Quelle déception !
Décidément K.O. aurait bien besoin de tempérance. Au tour 17 sur le virage maudit, K.O. coince sa Cooper dans les bottes de paille et rejoint Clément et Gianni dans un troquet non loin.

 

Aux tours 21 et 22, les cartes vont être totalement redistribuées. Alors que Titi maintenait parfaitement sa Cooper à la seconde place, voici qu'un piston rebelle décide de se désolidariser du groupe en adoptant son propre rythme, créant l'inévitable réaction en chaîne d'un moteur au ralenti. Alors qu'il se trouve sur la ligne droite des stands Titi ne semble plus avoir la puissance nécessaire pour rejoindre les stands afin de demander aux mécaniciens de faire entendre raison à cet imbécile de piston. Il tente donc le coup de poker en faisant un tour supplémentaire mais le moteur est déjà noyé et au bout de quelques mètres, c'est le terrible abandon. Évidemment le piston réfractaire s'est fait viré pour faute grave et coule maintenant des jours moins heureux dans une Logan.

 

Depuis de nombreux tours, Jean-Luc a remarqué une belle milanaise au croisement de la voie Wolfgang Goethe et de la voie de Malte. En bon professionnel, Jean-Luc ne se laisse pas distraire même si sous le casque la sueur abondante commence à légèrement troubler son regard. Alors, quand Max, solide et impérial leader, arrive dans ses échappements pour lui prendre un tour, Jean-Luc ne peut plus se contenir...
Retour en arrière...

 

Gilda (c'est le prénom de cette charmante lombarde) se passionne pour la course automobile dans le seul but de voir le plus près possible le beau et ténébreux Maxime Lenclen. Lorsqu'à chaque tour Max aborde le virage de la voie Goethe, Gilda pousse des cris de joie et sautille sur place faisant gracieusement bouger sa poitrine à peine retenue par le textile fin et léger. Maxime a maintenant une longue habitude de ce genre de démonstration et n'y prête pas attention. Mais pour Jean-Luc, ce genre de folklore titille méchamment son pied gauche. Si la première fois, Jean-Luc croit avoir eu une vision, au second passage, il est tout à fait sûr que la jeune fille a quelque chose d'urgent à lui dire. Un peu étourdi par cette soudaine démonstration, Jean-Luc tape légèrement la botte de foin extérieur, sa voiture rebondit juste au moment où Max arrive. Le choc est spectaculaire et envoie la Cooper dans les airs. Jean-Luc conscient d'avoir brisé la victoire qui tendait les bras à Maxime tente désespérément de réparer son erreur mais la voiture est hors de portée tranquillement posée sur un solide arbuste. Alors que Gilda profite de l'aubaine pour porter secours à son héros, toujours présent dans ses rêves les plus humides, Jean-Luc repars à contrecœur dans sa course. Nous savons tous à quel point il est difficile de se remettre de ce genre de mésaventure et Jean-Luc terminera finalement planté dans la même botte de foin que Clément, Gianni et KO.

 

En moins de 5 tours, les trois premiers viennent de disparaître. Warm Up se retrouve propulsé leader. Constant dans ses chronos, il profite des péripéties de chacun pour tirer son épingle du jeu. Patrick est survolté avec le plein, il pousse son pilotage à la limite et fond sur Alban tel le Leviathan. Désormais troisième, Rookie poursuit une course solide et solitaire. L'avion de chasse, Leo est actuellement quatrième mais il imprime un rythme égal à Patrick et remonte à une vitesse vertigineuse. Dave vient de récupérer la cinquième place au profit de Jean-Luc.

 

Alors qu'au tour 19, Patrick se montrait dans les rétros de Warm Up, une nouvelle erreur lui a demandé de claquer meilleur tour sur meilleur tour pour refaire la jonction au tour 23. Deux tours plus tard, Warm Up est à deux doigts de l'abandon sur le fameux virage maudit. Patrick passe leader. Mais ces derniers tours de pure attaque ont légèrement échaudé la pauvre Cooper qui n'aura décidément pas été épargné. A la fin du tour, elle exige à son pilote un petit arrêt au stand. Les mécaniciens sont sommés par le syndicat des producteurs de paille de réparer au plus vite. Le plus simple est de récupérer le bloc moteur de la Cooper de Max qui vient de revenir au stand et est en parfait état. Dans le paddock du VLT, un bloc moteur se change aussi vite qu'un train de pneu. Il faut le regard aiguisé de votre journaliste pour avoir vu le subterfuge mais c'est bien ce qu'il s'est passé. Patrick repart ainsi loin derrière Warm Up et devant Leo. Le brabhamiste continue sa remontée fantastique et vient de passer Rookie qui intelligemment n'a pas cherché à résister.

 

Durant plusieurs tours, Patrick et Leo se livrent une bagarre des chronos remontant de plus belle sur Warm Up. Il faut dire que depuis plusieurs tours, WU se bagarre avec un train de pneu avant à l'agonie. En moins de 10 tours, Patrick vient humer les échappements du pilote CLC. Warm Up résiste avec maestria à la pression proprement dantesque de l'incontestable leader du championnat. Finalement, après un freinage un poil tardif à l'épingle de la Piazza Sempione, Patrick s'infiltre et passe leader sous les hourras des bookmakers italiens. Entre temps, Leo est revenu sur la bataille. Trois tours plus tard, Warm Up à la peine avec ses pneus slide sur le virage 1. Leo profite de l'aubaine pour poursuivre sa remontée sur Patrick qui entre temps vient de claquer le meilleur tour en course. Il manque peut-être quelques tours pour aller agresser le leader mais Leo ne se laisse pas impressionner et attaque sans pour autant sembler se mettre en danger, c'est donc avec étonnement que l'on observe dans le dernier tour, la mystérieuse sortie de Léo et son abandon immédiat, sa Brabham ayant rencontré un arbre qui venait d'être planté par la municipalité. Certains témoins auraient entendu un coup qui ressemblait à s'y méprendre à un coup de chevrotine avant que la roue parte en lambeau. Chacun ferra ses propres conclusions. Je dis ça, je ne dis rien. Étant de nature pleutre, jamais je n'irais fouiller dans les possibles liens entre le syndicat des producteurs de paille, la mafia lombarde et le financement occulte des VLT et du train de vie de Patrick Cornu bien connu pour sa collection de voitures.

 

Toujours est-il que le circuit urbain de Parco Sempione qui s'est déroulé dans un cadre bucolique chargé d'histoire et d'un des plus beaux patrimoines architecturaux a été un véritable massacre avec 4 survivants sur 13 pilotes. Une nouvelle victoire de l'impérial Patrick Cornu lui permet de conforter sa place de leader du championnat. Grâce à sa seconde place, Warm Up remonte au classement. Rookie4Ever termine sur le podium grâce à une solide prestation, peu étonnant compte tenue des qualités irréprochables de finisseurs du pilote. Dave Rainier est lui aussi réputé pour son pilotage calme et précis et il n'est pas étonnant qu'il vienne saluer le drapeau à damier.

A suivre...

 

 Sauvegarder en Pdf



12/10/2013
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 104 autres membres