DICO DES PILOTES - A COMME... AUDRAN

 

 

 DICO DES PILOTES - A COMME... AUDRAN

 

AL

  Al fait ses débuts en ligne en intégrant le championnat BCRL (mod65) en 2004 : il y dispute la course de Snetterton en octobre. Il participe ensuite aux championnats disputés avec les mods 65 et 67 en 2005. Pendant l'été Alain Baljans fait aussi les six premières courses du championnat GPL.net. Du 100% avec le mod65. Mi-juillet, à Spa, il termine aux pieds du podium.

 

En 2006 il continue de rouler à la BCRL, faisant une douzaine de courses avec les voitures de 65 et une dizaine avec celle de 69. Il roule aussi dans le championnat 67. En 2007 il fait un break, ne disputant qu'une course avec le mod69 et trois avec le 65.

 

En 2008 Al fait à nouveau une saison complète avec les mods 65 et 66. C'est avec ce dernier qu'il réussit le mieux : il engrange de nombreuses places d'honneur, terminant même aux pieds du podium en juin à Solitude. Au final il obtient son premier Top 10 dans un championnat. Il fait aussi la moitié des courses avec les voitures de 67, décrochant un premier podium, en janvier, à Wigram.

 

En 2009 il dispute environ un tiers des courses, que ce soit en 65 et 66 et se positionne dans le Top 10 au général quand, fautes de participants, ces compétitions s'arrêtent en cours de saison. Il quitte les pistes alors que la BCRL disparaît.

 

 

Carrière : 2004-2009 - 14 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2008 - 7è - BCRL mod66
2009 - 9è - BCRL mod65
2009 - 8è - BCRL mod66

 

  Courses disputées : entre 100 et 130*.

  Podiums : un.

 

*archives BCRL incomplètes.

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

Classement

-

121

en diminution 138

Sur

168

162

144

 

 

  Rank : +12

ALVARO Gianni

  Gianni Alvaro commence son parcours en ligne en rejoignant le championnat F1 Legends en février 2008 : il y roule en D4 à Mexico. En août il n'est pas loin de sa première victoire, terminant, à Spa, à 2 secondes seulement de Jean-François Bovy, dans la course de D3. Ce succès arrive le mois suivant puisqu'il s'impose, en D4, sur le circuit de Silverstone. Il termine l'année avec un nouveau podium au même niveau au Pic du midi en novembre, derrière Eric Bilodeau. En 2008 il intègre aussi le championnat Planète dès ses débuts, en octobre, lors de la course de Carthage.

 

2009 va être est une très bonne année chez F1 Legends pour Gianvaro : avril le voit sur le podium en D4 à Montrevault puis en D3 à Monza, tout près de François Fk. Après la trêve estivale il reste au même niveau et figure encore sur le boite à Kyalami. Mi-septembre le plateau compte une soixantaine de pilotes répartis sur 4 niveaux et Gianni Alvaro roule pour la première fois en D2 sur le circuit Jops Siffert. Ce sera encore le cas en octobre à Porto. D'ici là on le verra à nouveau 3è en D3 à Spa. Il finit l'année en D4 à Watkins Glen, à 3 secondes seulement du vainqueur, et termine dans le Top 10 au classement général.

 

Il participe au championnat Planète 67 2009-2010 mais c'est dans le championnat disputé avec le mod66 qu'il va réussir son année : il termine second à Reims en avril puis à quatre reprises aux pieds du podium. In fine il obtient son meilleur résultat à ce jour, terminant aussi derrière le tiercé de tête au classement général. Chez F1 Legends la première moitié de la saison se déroule sur 4 niveaux, la seconde sur 3. Gianni Alvaro roule généralement sur l'avant-dernier plateau et décroche un podium en D3 en avril, sous la pluie de Mosport. Avec des résultats un peu en retrait par rapport à la saison précédente il termine cependant dans le Top 15. En fin d'année il fait une première apparition en ligue française, le temps d'une 2è place en D2 à Monza derrière Eric Libourel.

 

Dans le championnat Planète 2010-2011 il termine aux pieds du podium à Harz en septembre. Deux accessits en 2011 et surtout la 1ère place au classement finisseur/fair- play lui permettent, en juin, d'obtenir une place dans le Top 10 au général. Chez F1 Legends on roule à nouveau sur 3 niveaux en 2011 et Gianvaro généralement sur le 2. Il termine aux pieds du podium en février à Watkins Glen et pour la première fois dessus à ce niveau en novembre à Moulinsart. Il pointe tout juste dans le Top 20 (sur 75) au général. Gianni Alvaro poursuit son parcours dans le championnat Planète en 2012 mais c'est chez F1 Legends qu'il va réussir sa saison : un podium en D2 à Edmonton en mars et de nombreuses places d'honneur lui permettent de retrouver le Top 10 au général, comme trois ans auparavant.

 

En 2013 il va faire une très bonne saison : il finit bien la saison Planète 2012-2013, terminant 4 fois sur 5 dans les points entre février et juin. 3è au classement finisseur/fair-play il réintègre le Top 10 au général comme deux ans auparavant. Chez F1 Legends il va enchaîner les bons résultats en 2013 en D2 : le premier semestre le voit sur des podiums à Sachsenring, Imola et Donnybrooke. Il termine le mois de juin avec son 2è succès en ligne, sur la piste de Zolder. Le dernier trimestre le voit second, pas loin de David Rainier, à Oulton Park, puis 3è à Urbanya. Tous ces résultats lui permettent à nouveau de terminer bien placé au général : une poignée de points seulement lui manque pour figurer à nouveau dans le Top 10. En 2013 il revient aussi en ligue française, cette fois pour une saison complète, qui sera la dernière de cette compétition. Il termine derrière Patrick Cornu et Titi Douet à Bremgarten et au Nürburgring. Encore sur le podium en décembre à Monza il accroche le Top 5 au général, pas loin de Titi Douet et du podium.

 

En 2014 Gianni Alvaro entame une 7è saison online, roulant chez Planète jusqu'à la fin du championnat en juin. Il fait aussi ses débuts en la ligue belge où il dispute près d'une dizaine de courses avec le mod66, de février à décembre. Chez F1 Legends il va disputer 11 des 15 courses de la saison ce qui le prive d'une meilleur place au classement général. Il obtient cependant des podiums à Spa en avril en D2 puis à Monaco en juin en D3. En fin d'année il est à nouveau 3è en D2 en terminant derrière Christian Michel et Eric Bilodeau à Monsanto.

 

En 2015 il dispute une demi-douzaine de courses en ligue belge mais c'est chez F1 Legends qu'il va faire une nouvelle saison complète. En D3 il termine second à Lime Rock en mars, battu de peu par Eric Bilodeau, puis l'emporte d'un rien devant François Fk à Laguna Seca, décrochant ainsi la 3è victoire de sa carrière. En octobre le plateau est réduit à deux niveau et il va chercher des podiums en D2 en octobre, novembre et décembre : Bathurst, Montjuich et Kyalami enrichissent son palmarès. En 2016 Alvaro participe à la moitié des courses du championnat belge (près d'une dizaine) et, comme les saisons précédentes, reste assidu chez F1 Legends où il roule essentiellement en D2. Après des podiums au printemps à Silverstone et Riverside (71) il s'impose en septembre à Jops Siffert et accroche le Top 15 au classement général.

 

 

Carrière : depuis 2008 - 21 championnats*

 

Meilleurs résultats :

2009 - 9è - F1 Legends
2010 - 4è - Planète GPL mod66
2012 - 9è - F1 Legends
2013 - 5è - LFGPL

 

Autres résultats marquants :

2011 - 8è - Planète GPL

2013 - 7è - Planète GPL

2014 - 10è - LBGPL

 

  Courses disputées : plus de 250*.

  Victoires : quatre*.

 

*(à fin 2016)

 

 

MultiGPLigues

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Classement

73

en augmentation 39

en augmentation 18

en diminution 47

en augmentation 23

en augmentation 9

en diminution 25

en augmentation 13

en stagnation 13

Sur

162

144

104

89

65

52

49

55

42 

 

  Rank : +4.8

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

ANTÉDAMUS Danny

  Danny Antédamus fait ses débuts en ligne en participant à la 2è manche du championnat F1 Legends 2003 à Monaco. Il y roule en D3 et va faire une douzaine de courses par la suite, essentiellement en D2. Il intègre aussi la ligue française en D5 où il roule en avril à Zandvoort. Par la suite il va y faire une bonne demi-douzaine de courses jusqu'en décembre, décrochant un premier podium fin août à Snetterton. Mi-octobre et fin novembre il confirme, terminant à nouveau "sur la boîte" à Monza et Watkins Glen.

 

En 2004 il dispute à nouveau près d'une douzaine de courses chez F1 Legends, la plupart en D3, mais c'est en ligue française qu'il va obtenir ses meilleurs résultats. Il évolue à nouveau en D5 et obtient un podium à Rouen en avril. Après la trêve estivale il enchaîne un nouveau podium à Adélaïde et, à une semaine d'intervalle, une première victoire à Monaco. Sa fin de saison est à l'avenant avec un podium à Virginia en octobre, un nouveau succès à Mosport en novembre et un dernier podium mi-décembre à Silverstone. A lui le titre de champion de D5.

 

En 2005 Danny Antédamus participe à la première saison du championnat GPL Cups, alors disputé sur des courses d'une heure. Il fait la moitié des courses de la saison soit une demi-douzaine de janvier à mai, s'offrant un podium à Snetterton en mars derrière Martin Audran et Michel Baudrit. Le mois suivant il termine aux pieds du podium, à quelques dixièmes seulement d'Olivier Zaiit à Riverside. Son absence à la 2è moitié de la saison le pénalise mais il accroche quand même le Top 10 au classement général. Chez F1 Legends il dispute le même nombre de courses débutant en D2, puis roulant en D3 jusqu'à mi-avril, moment où il met un terme à sa saison dans cette compétition. En ligue française il accède à la D4 et dispute environ le même nombre de courses, quittant également les pistes au printemps après une victoire à Mexico mi-mars.

 

Il réapparaît en GPL Cups fin janvier 2007 pour une course où il boucle une trentaine des 80 tours prévus à Kyalami. Le lendemain, chez F1 Legends, il roule en D3 sur le même circuit mais sa course s'arrête au bout d'un tour seulement. Début février il roule en ligue française en D3 et met un terme à sa carrière après cette dernière épreuve disputée à Bathurst.

 

 

Carrière : 2003-2007 - 10 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2004 - Champion - LFGPL D5
2005 - 9è - GPL Cups

 

  Courses disputées : près de 70.

  Victoires : trois.

 

  Rank : -13.5

 APPELMANS Eric

  Eric Appelmans est un des piliers de la communauté et en particulier celui de la ligue belge puisqu'il est le seul à participer aux championnats de cette ligue depuis ses débuts en 2003. A l'époque le championnat réunit seulement une dizaine de pilotes et rapidement il pointe aux avant-postes. En mai il obtient ses premières victoires avec un doublé Efexx/Silverstone puis s'impose à nouveau le mois suivant à Imola. En juillet il récidive avec des victoires sur les pistes allemandes du Nürburgring et de Schleizer Dreieck. Aoùt le voit triompher à Mosport et en octobre il décroche un 7è succès sur la piste de Houtain. Tout se joue mi-novembre, lors de la dernière manche, contre Frédéric Gubbels qui compte alors six victoires. Ce dernier l'emporte devant lui à Suzuka et récolte le titre avec quelques points d'écart seulement. En 2004 le championnat s'étoffe et c'est pas moins de deux douzaines de pilotes qui vont participer, peu ou prou, à la compétition. La saison d'Eric Appelmans se déroule un peu comme la précédente. La première moitié de la saison le voit s'imposer régulièrement : février, mars et mai lui sont propices et le voient s'imposer à Albi, Spa et Silverstone. En août il fait le doublé Mosport/ Crystal Palace et mi-septembre il est en tête du championnat même si Frédéric Gubbels compte aussi quatre victoires. Les quatre dernière courses vont tout faire basculer : Appelmans rate complètement ses courses à Watkins Glen et Mexico et perd de gros points alors que Gubbels s'impose, lui, à Sachsenring et Vanring. In fine, le championnat se termine de la même manière que l'année précédente.

 

En 2005 c'est deux championnats qui sont organisés dont l'un avec le mod65 qui vient de paraître. Dans celui-là c'est une demi-douzaine de la vingtaine de manches programmée qu'il dispute. Il n'y décroche qu'un succès, en août sur le circuit Monza 10k. Avec les voitures de 67 c'est pas moins de 22 courses qui sont au calendrier. Il en fait une vingtaine mais n'obtient qu'une victoire, fin août, à Mosport, et termine aux pieds du podium au classement général en fin d'année. Début 2006 il fait une course avec le mod66 et une avec le 69 mais c'est dans le championnat principal qu'il roule essentiellement. Il l'emporte à Silverstone en juin et à Mexico mi-novembre, la dernière manche de la saison mais doit à nouveau se contenter de faire second au général derrière Frédéric Gubbels. Cette année-là il rejoint aussi la GPL Cups pour deux tiers des courses et une deuxième place au Nürburgring en juin derrière, encore, Frédéric Gubbels.

 

On le revoit en Cups en 2007, le temps de quelques courses, mais sans résultats notables. C'est toujours en ligue belge qu'il exerce ses talents de pilote pour tenter, une fois encore, de conquérir le titre malgré l'opposition de Frédéric Gubbels. Le championnat utilise alors tous les mods en alternance mais la formule ne lui réussit guère et il se contente d'une poignée de podiums au long de l'année et d'une 4è place au général comme en 2005. En 2008 on le voit renouer avec le succès, à Machwerk en septembre, puis récidiver à Magny-Cours 98 (mod66) en novembre. il renoue aussi avec la place de dauphin de Frédéric Gubbels, ce dernier totalisant, lui, sept victoires. En 2009 Big Appel doit se contenter d'un succès à Pau en février et quelques podiums pour, au final, une place au classement général très en-deçà des années précédentes.

 

Après cette année sans, il tient à nouveau son rang : victorieux en mai et juin, à Houtain (mod66) et Dijon (83 v2) il reprend sa place en fin d'année sur le podium du général 2010. En 2011 c'est deux championnats qui s'offrent aux compétiteurs de la ligue belge. L'un avec les neuf courses du mod66 : trois podiums lui offrent une place de 3è au général à quelques points de Gubbels. L'autre compétition à lieu avec les autres mods et le 67 au travers de six courses disputées chacunes en deux manches : si Eric Appelmans s'impose sur la première piste, en mars à Leipzig (mod65), il ne participe qu'à une grosse moitié des courses et pointe ainsi seulement dans le Top 5 en fin de saison.

 

A partir de 2012 la LBGPL se focalise sur le mod66. Frédéric Gubbels roule moins et Eric Appelmans en trouve un second souffle pour jouer à nouveau le titre. Reims en mai puis Brands Hatch et Snetterton au début de l'automne sont autant de spots où il s'impose et il pointe en tête à deux courses de la fin, début novembre. Les deux manches de décembre voient Tristan Bot l'emporter alors que Big Appel doit se contenter de finir aux pieds du podium. Dans la foulée il doit se contenter aussi, pour la 5è fois, du titre honorifique de vice-champion. L'année suivante est à peu près est sur le même moule. Trois victoires, à nouveau, récompensent sa saison, lors du premier semestre : Keimola, Oulton Park et Monza. Il compte aussi trois podiums pendant cette période. La fin d'année est brillante puisqu'il termine aussi sur le podium lors des six dernières courses. Cependant, il doit se contenter d'une 3è place au général à une poignée de points seulement du second, Patrick Cornu.

 

En 2014 Eric Appelmans entame sa 12è saison en ligue belge et, en l'absence des vainqueurs des dernières années, Bot et Gubbels, les cartes sont redistribuées. 6 fois vice-champion il fait partie des favoris mais va devoir compter aussi avec Patrick Cornu et Titi Douet, tous deux déjà titrés dans d'autres championnats. Fin janvier il s'impose dès la première manche à Goodwood et très vite on va assister à un mano à mano avec Patrick Cornu. Il l'emporte à nouveau à Crystal Palace en mars puis Keimola le mois suivant et Le Mans en mai. Il enfonce le clou en juin avec de nouveaux succès à Salzburgring et Mosport alors que son adversaire ne compte qu'une victoire sur le semestre. S'il ne triomphe par la suite qu'à Brands Hatch, en septembre, son avance s'accroît malgré tout en fin de saison et il décroche ainsi le premier titre de sa carrière.

 

En 2015 il remet son titre en jeu et, comme l'année précédente, va trouver une forte opposition en la personne de Patrick Cornu. Eric Appelmans s'impose à Monaco et Albi au premier semestre puis à Lime Rock fin août. Après sa victoire à Roy Hesketh en octobre il est encore second au classement général mais Cornu va perdre du terrain en fin de saison. Appelmans va l'emporter encore à Kyalami en décembre et, avec 7 podiums par ailleurs, va finalement conserver son titre. En 2016 Eric Appelmans roule pour un éventuel triplé mais ne s'impose que lors de la 7è manche, en mai, à Jéhonville. Il récidive en septembre et octobre à Bikernieki et Dessauer mais, s'il compte aussi 9 podiums par ailleurs, ne termine finalement que second au classement général.

 

 

Carrière : depuis 2003 - 20 championnats
(à fin 2016)

  

 

Titres :

 

2014 - LBGPL mod66

2015 - LBGPL mod66

 

Les podiums :

2003-04-06-08 - 2è - LBGPL
2010 - 3è - LBGPL
2011 - 3è - LBGPL mod66
2012-13-16 - 2è - LBGPL mod66

 

Autres résultats marquants :

2005 - 4è - LBGPL
2006 - 10è - GPL Cups
2007 - 4è - LBGPL
2009 - 8è - LBGPL
2011 - 5è - LBGPL autres mods

 

  Courses disputées : près de 260.

  Victoires : plus d'une quarantaine.
(à fin 2016)

 

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Classement

54

en augmentation 35

en diminution 47

en augmentation 39

en augmentation 38

en augmentation 22

en augmentation 14

en augmentation 11

en augmentation 10

en augmentation 9

Sur

168

162

144

104

89

65

52

49

55

42 

 

 

  Rank : -39.9


  Son site.

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 AS Stéphane

  Stéphane As est un des pionniers de GPL et plus particulièrement de F1 Legends puisqu'il a participé aux deux premiers championnats de cette ligue. Dès sa première course à Kyalami, mi-août 2001, il est bien parti pour s'imposer mais doit abandonner à 5 tours de la fin, sur panne d'essence. Il se rattrape dès la manche suivante en s'imposant sur la piste de Mexico. Septembre le voit confirmer et sa troisième course lui permet déjà d'obtenir une deuxième victoire : il devance Jops Siffert d'une toute petite seconde à Watkins Glen. En octobre et novembre il termine sur le podium à Spa et Silverstone puis la fin de l'année va lui permettre de terminer en beauté : à lui les deux dernières manches, en décembre, Mosport et Crystal Palace. Il devance à chaque fois le créateur du championnat, Jops Siffert, et obtient devant lui, lors de l'ultime manche, le premier titre de cette compétition qui perdure plus d'une douzaine d'années plus tard.

 

Garder sa couronne est le challenge qui se présente à AS l'année suivante. Le championnat passe à deux divisions et il va fort logiquement rouler toute l'année en D1. Deux mois de break ne lui ont rien fait perdre de sa superbe et, mi-février, la première course disputée à Kyalami montre qu'il va encore falloir compter avec lui : il s'impose devant Eric Coineau (Frank Durand). En mars, s'il n'est que second à Mexico il s'impose à nouveau à Monaco puis récidive en avril à Imola. En mai c'est Solitude qui le voit triompher alors qu'en juin il doit se contenter d'une deuxième place à Rouen. Après la trêve estivale la course de reprise le voit reprendre la main, à Spa début septembre, devant Pierre Fabre. Second ensuite à Zeltweg il continue de peser de tout son poids sur le championnat en octobre en dominant à nouveau Eric Coineau au Nürburgring.

 

Les deux courses suivantes ne lui apportent rien et il est même absent de l'ultime manche mais la cause est entendu : le break était fait et Olivier Sauger, Éric Coineau et Jops Siffert doivent se contenter des places d'honneur. Un des champions marquants des débuts de GPL quitte donc la compétition sur une performance assez rare : conserver son titre.

 

 

Carrière : 2001- 2002 - 2 championnats

 

Titres :

2001 - F1 Legends
2002 - F1 Legends

 

  Courses disputées : deux douzaines.

  Victoires : une dizaine.

 

  Rank : -81.8

 AUDRAN Martin

  Martin Audran est un pilote rapide, très rapide, puisque seul, parmi les francophones, le maître du hotlap, Pierre Fabre, le devance au GPL Rank. Mais il est plus que cela. Il fait partie des 5 ou 6 pilotes ayant marqué les courses francophones online depuis leurs créations. Parmi ceux-là on peut considérer qu'il est même le meilleur d'entre eux. En effet, il est le seul à avoir conquis un titre dans les trois championnats majeurs, F1 Legends, LFGPL et la très réputée (mais prématurément disparue) GPL Cups.

 

Il fait ses débuts en ligne en octobre 2004 en roulant à Rouen dans le championnat F1 Legends. Affecté en D3 il surclasse ses adversaires en devançant son second aux essais, Philippe Bouton, de plus de deux secondes. Il domine aussi les débats en course et fait partie des rares pilotes à s'être imposé lors d'une première participation. La dernière course de l'année, fin novembre, lui permet de confirmer en l'emportant à nouveau à Laguna Seca. En 2005, accédant à la D1, il dispute sa première saison complète dans ce championnat. En mars il n'est battu que par Jack Seller à Goodwood mais ce n'est que partie remise pour sa première victoire au sommet : c'est fin août qu'il s'impose en devançant Jops Siffert d'une demi-seconde au Nürburgring. Après une victoire ratée pour une seconde à Zandvoort il s'impose pour la 2è fois au sommet en novembre à Rouen et termine dans le Top 10 au classement général. Cette année 2005 le voit aussi faire ses débuts en ligue française où il roule dès janvier en D3 : il obtient trois podiums à partir de février et un premier succès en avril à Albi. Il accède alors à la D2 pour le reste de l'année et décroche un podium en juin à Dijon. C'est cependant en intégrant le championnat GPL Cups qu'il obtient un premier résultat marquant au classement général : il termine second des courses de janvier et février puis s'impose en mars à Snetterton devant Michel Baudrit. Deux autres podiums et il l'emporte à nouveau, fin mai, à Kyalami. Il termine ainsi vice-champion 2005 derrière le maître des lieux, Michel Baudrit.

 

En 2006 il continue de rouler en Cups mais c'est ailleurs qu'il va forger son palmarès. Curieusement, pour ce spécialiste du 67, c'est avec les voitures de 69 qu'il décroche son premier titre : après un podium en mars à Brands hatch il s'impose en mai et juin à Monaco et au Nürburgring. Un nouveau podium à Zandvoort et deux succès supplémentaires en septembre et octobre à Lime Rock et Kyalami lui offrent la couronne. Dans le championnat 67 de la ligue française il fait toute l'année en D1. Sa première victoire au sommet dans ce championnat intervient dès le mois de février à Mexico. D'avril à novembre quatre podiums complètent ses résultats et lui permettent de terminer sur le podium du championnat à égalité avec Christophe Gardes, derrière Eric Coineau. Chez F1 Legends aussi il enfonce le clou. Il y est désormais abonné à la D1 et n'est pas loin, en février, de sa première victoire de l'année : à Kansas City il termine à 2 dixièmes d'Olivier Zaiit. Jusqu'en avril il obtient à nouveau trois podiums, terminant encore dans la même seconde qu'Olivier Zaiit au Nürburgring. C'est en juin qu'il s'impose à Mosport avant de récidiver en octobre à Wiesbaden. Deux podiums de plus lui permettent, in fine, de terminer second du championnat derrière Hervé Sabathé, malgré une domination globale (10 victoires) d'Olivier Zaiit.

 

2007 est pour Martin Audran, 21 ans, la première année de la consécration. En GPL Cups il retrouve de bon résultats dans un championnat passé au 100% depuis l'année précédente : en s'imposant à Monaco et Zandvoort il prend la tête du championnat en avril, après trois courses. Il l'emporte encore au Mans Bugatti puis à Mosport et, avec des podiums lors des deux dernières manches de la saison, conquiert son premier titre majeur, le plus recherché à l'époque. Chez F1 Legends sa saison est moins réussie puisqu'il n'accroche qu'une place en bas du Top 10 alors que, paradoxalement, il enchaîne les victoires en D1 : Mosport, le Nürburgring, Monza et Silverstone lors du premier semestre. Jops Siffert, Monaco, Riverside et Watkins Glen lors du second. En ligue française ses résultats sont presque aussi bons mais, là, bien mieux payés au classement général. Au premier trimestre il s'adjuge trois podiums puis enchaîne sur une belle série de victoires : Zandvoort, le Ring, Jops Siffert et le Glen de mai à septembre. Un dernier podium à Monza en décembre lui vaut une place de mieux que l'année précédente au classement général. Il n'est devancé pour le titre que par Eric Coineau, une autre légende.

 

En 2008, titre en poche, il ne fait plus que les 2 premières courses de l'année en GPL Cups pour mieux se consacrer aux championnats F1 Legends et LFGPL. Dans ce dernier il s'engage pour tenter de faire mieux que l'année précédente et va y parvenir : Mexico, Monaco, le Ring et Sandown d'abord, puis, Bremgarten, Zandvoort, Adelaïde et le Glen après l'été, sont autant de triomphes qui lui offrent enfin le titre dans la ligue la plus fréquentée. Chez F1 Legends il fait là aussi la saison parfaite : outre quelques podiums il s'impose à Pau, Mexico, au Ring et à Monza de février à avril. Sa fin d'année est encore plus magistrale puisque de septembre à novembre il triomphe à Jops Siffert, Silverstone et Monaco puis à Kyalami, au Pic du midi et à Zandvoort. A lui le titre et un inédit doublé LFGPL-F1 Legends. 

 

Ayant tout gagné, Martin Audran est moins présent sur les pistes à partir de 2009. Il fait une dernière course en janvier en ligue française et entame une dernière saison complète chez F1 Legends : avec huit victoires et deux podiums il marque encore la saison dans ce championnat mais, absent ou obtenant des résultats mitigés sur les quatre dernières courses, il doit se contenter d'une place dans le Top 10 au général. Cette année 2009 le voit aussi créer avec quelques compères la ligue HSO qui organise de nombreuses courses avec (essentiellement) d'autres simus que GPL. Il y fait une dizaine de courses (en 65 et surtout 67) mais sans résultats notables (en Brm). En 2010 il fait encore une paire de courses chez F1 Legends, le temps de s'imposer en septembre sur le circuit Jops Siffert devant Frédéric Gubbels. Par la suite il passe une tête de temps en temps chez F1 Legends, histoire de se rappeler au bon souvenir des autres compétiteurs : en octobre 2011, à Zandvoort, il signe la pole mais doit abandonner au bout de quelques tours alors qu'il menait la course, laissant le flambeau de champion des champions à son poursuivant, Tom Guérout. En octobre 2014 pour une course au Nürburgring mais des problèmes informatiques ne lui permettent pas de faire plus d'un tour en course ni de concrétiser son come-back par la suite. En mars 2015 il roule à Lime Rock et s'impose d'un rien devant Olivier Roméo.

 

 

Carrière : 2004-2015 - 23 championnats 

 

 

Titres :

 

2006 - LFGPL mod69

2007 - GPL Cups

2007 et 2008 - MultiGPLigues

2008 - F1 Legends

2008 - LFGPL 

 

 

Autres résultats marquants :

 

2005 - 9è - F1 Legends

2005 - 2è - GPL Cups

2006 - 3è - LFGPL

2006 - 2è - F1 Legends

2007 - 8è - F1 Legends

2007 - 2è - LFGPL

2009 - 10è - F1 Legends 

 

  Courses disputées : plus de 210.

  Victoires : une soixantaine.

 

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

-

-

-

-

2015

Classement

1

en stagnation 1

en diminution 7

en diminution 53

-

-

-

-

33

Sur

168

162

144

104

-

-

-

-

55 

 

 

 

  Rank : -90.1

 

  Son interview.

 

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

AUGER Pascal

  C'est en septembre 2002 que Pascal Auger fait ses débuts en ligne en intégrant la D4 du championnat de la ligue française. Il y dispute une demi-douzaine de courses, décrochant un premier podium, début décembre à Mexico. En 2003 il fait une première saison complète, participant à une bonne douzaine de courses de janvier à décembre. Il roule alors en D3 et obtient un premier podium à ce niveau en mai à Spa. Il confirme avec un résultat similaire en novembre à Leipzig et termine dans le Top 10 du classement général à ce niveau.

 

En 2004 on ne le voit que lors des deux courses de janvier du championnat de la ligue française, toujours en D3 : le temps quand même de débuter l'année sur un premier succès sur le circuit de Spa qui lui réussit à nouveau. A cette époque c'est surtout dans le championnat satellite, celui de la COA, qu'on le voit rouler. Il participe à toutes les manches, de septembre 2003 à janvier 2004, glanant en route un podium à Zandvoort, fin septembre. Après janvier sa saison s'arrête ou quasiment puisqu'on ne le revoit qu'en avril à Silverstone. Il figure quand même dans le Top 10 du classement général, fin juin.

 

Pascal Auger fait son retour en piste en novembre 2004 pour la saison 2004-2005 du championnat COA. Il va faire une demi-douzaine de courses dans cette compétition jusqu'en mai 2005 mais un podium à East London et une participation morcelée lui suffisent pour obtenir son meilleur classement, terminant dans le Top 5 au général. Dans le championnat de la ligue française il accède à la D2 mais ne dispute là aussi que quelques courses, à peine une demi-douzaine, et, sans résultats notables, met un terme à sa saison en avril. Cette année-là il participe aussi à quelques courses dans le championnat BCRL, avec le mod65*.

 

Après plus de six mois de break, Pascal Auger revient en piste en janvier 2006, toujours en ligue française. Il ne va rouler qu'une fois avec les voitures de 67 (en février), à nouveau en D2, mais c'est aux mods qu'il va alors s'intéresser plus avant. Les championnats 65 et 69 se disputent en général à deux jours d'intervalle, sur le même circuit, et il va s'y illustrer quelle que soit la voiture utilisée. En janvier il termine second dans les deux courses de Watkins Glen puis s'impose en février à Mexico avec le mod69. Début mars il fait comme au Glen mais sur la piste de Brands Hatch, puis, à la fin du mois, c'est à Rouen qu'il est à nouveau second avec le mod65. Mi-avril il figure à nouveau sur le podium à Mosport avec le mod65, ce qui lui vaudra de finir pas loin du Top 5 au classement général. Deux jours plus tard le circuit canadien lui réussit moins bien en 69 et il met un terme à sa carrière sans avoir pu terminer sa dernière course.

 

 

*Pas d'archives complètes.

 

 

Carrière : 2002-2006 - 10 championnats

 

 

Meilleurs résultats :

 

2005 - 5è - COA

 

 

Autres résultats marquants :

  

2003 - 7è - LFGPL D3

2004 - 9è - COA

2006 - 7è - LFGPL 65

 

 

  Courses disputées : plus d'une soixantaine.

  Victoires : deux.

 

  Rank : -34.6

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL. 

A suivre...

 

 

  

 Sauvegarder en Pdf



04/09/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres