ECHO DES COURSES 2012 - N°4 A 7 - 07-29.02.2012 + INTERVIEW "SORTIE DE BAQUET" : PHILIPPE BARBE

 

ECHO DES COURSES 2012 - N°4 A 7 - 07-29.02.2012

 + INTERVIEW "SORTIE DE BAQUET"

 05.02.2012 - MOD67 - MOSPORT

  Commentaires des pilotes.

   Victoire de Philippe Renaud devant Tom Guérout et Titi Douet.

   Meilleure progression : gain de 4 places pour Eric Libourel qui termine 10è. Parmi les finisseurs, Patrick Cornu et Kaspar Kaynakli ont connu des problèmes mécaniques : de suspensions pour le premier en début de course sur son Eagle. De moteur à mi-course pour le second avec sa Ferrari.

 

  11 pilotes à l'arrivée sur 14 partants.

  Replay : Guérout-Renaud. Bot-Michel-Yoel.

  Commentaires des pilotes.

   Victoire de Rolf Halbheer devant Benoît Souriau et Camille Spada.

   Meilleure progression : gain de 5 places pour Jean-Hugues Delobel qui termine 8è malgré des problèmes mécaniques en fin de course sur sa Honda. Problème moteur aussi pour R4E et David Rainier qui ont pu terminer la course quand même.

  8 pilotes à l'arrivée sur 14 partants.

  Replay : Rainier-R4E. P-Y Delobel-Lefèvre.

  Commentaires des pilotes.

  Victoire de Jaco Leone devant Jean Narrash alors que Thierry Cassagne est classé 3è.

   Premier podium en D3 pour Jean Narrash. Meilleure progression : gain de 8 places pour Marc Florkin qui termine aux pieds du podium.

 

  carnage à ce niveau avec 2 pilotes seulement à l'arrivée sur 12 partants.

  Replay : début de course Marie-Mouton.

  Résultats des courses.  Classement général. Au jeu des bonus châssis on prend les mêmes et on recommence : le podium final de 2011 est déja en place. Tom Guérout devance Philippe Renaud et Tristan Bot.

PHILIPPE BARBE - PREMIERE VICTOIRE EN LIGNE

 PLANETE GPL - TORONTO 95 - 09.02.2012

  Salut Philippe et merci de m'accorder une deuxième interview "Sortie de Baquet". Aujourd'hui l'affaire est d'importance puisqu'il s'agit d'évoquer ta première victoire en ligne. On sentait que tu avais un gros potentiel et enfin ça y est.

 

  Salut Rookie. C'est moi qui te remercie. Oui, quelle surprise ! Je pensais bien que j'avais des chances d'y arriver un jour, mais là, à Toronto, j'aurais pas misé un kopeck.

 

 

  Qu'est-ce que tu en penses quelques jours après et quelle a été ta réaction à l'arrivée ?

 

  Bah, faut quand même relativiser ! Entre l'accrochage Titi-Fred, puis Michel-Léo, et en plus le moteur de Pat qui explose, on peut dire que les circonstances m'étaient pour le moins favorables... A la régulière, j'aurais du batailler ferme pour accrocher ne serait-ce que la dernière marche du podium. Mais bon, la baraka, ça fait aussi partie du truc et cette fois, j'étais là pour la choper au vol quand elle m'est passée sous le nez. Alors, je peux te dire que quand j'ai vu le drapeau à damier, j'ai explosé sans aucune retenue !

 

Alors bien sûr, j'aurais préféré gagner avec la meute des furieux sus-citée à mes basques, mais bon, on aura d'autres occasions de s'arsouiller. Je vais quand même pas faire la fine bouche. Et puis, j'étais déjà bien assez rincé comme ça ! Il m'a fallu un bon demi litre de jus de houblon pour m'en remettre. J'aurais eu du champ sous la main, je crois bien que j'aurais fait péter... Et juste à ce moment là, les piles de mon clavier qui me lâchent ! Obligé de fêter ça tout seul. J'ai fait tellement de barouf que j'en ai réveillé ma femme qui s'était assoupie devant un truc pénible à la télé. J'avais une mine tellement réjouie qu'elle n'a même pas eu le courage de m'engueuler. Que du bonheur, je te dis ! Bref, la victoire, une fois qu'on y a goûté, c'est comme quand on met un doigt dans le pot de confiture...

 

 

  Tu fais partie d'une certaine élite (je plaisante), le Clutch Club, or on peut bien dire que ce circuit n'avantageait guère ces pilotes, en théorie. Comment t'es tu préparé pour cette piste ? Le choix de la Ferrari s'est imposé rapidement ?

 

  Ha ha, le Clutch Club ! Depuis le jour ou j'ai eu le G25, sa grille H et les 3 pédales, je n'ai plus jamais conduit autrement. Faut dire qu'à la base, je ne suis pas du tout fan de jeux vidéo mais bien de course automobile et donc, tout ce qui me rapproche un tant soit peu de la réalité est bon à prendre. Idem pour le volant, j'essaye toujours d'avoir un angle de rotation à peu près réaliste. J'ai même remplacé le volant de mon G25 par un plus grand que je trouve beaucoup plus immersif (alu cerclé bois, la klaaaasssse !!), faudra que je vous refasse une petite vidéo de mon cockpit V 2.0 d'ailleurs, pour rigoler. Avec ma nouvelle pédale de frein à pression, je suis au top ! Certes l'apprentissage a été long et fastidieux, mais quand la maîtrise vient, alors les sensations sont incomparables. Réussir une belle descente de rapports accompagnée d'un freinage de trappeur en talon-pointe, c'est un des trucs les plus jouissifs que je connaisse dans le pilotage. Et puis, je ne voudrais pas me priver d'une possibilité de contrôle que m'offre le jeu et mon matériel.

 

Le plus dur, au fond,  c'est d'accepter de se retrouver en fond de grille le temps de l'apprentissage sans succomber à la tentation de repasser en auto quand ça veut pas rigoler. Mais en persévérant, ça vient ! En tous cas, moi, maintenant que je maîtrise à peu près le bestiau et que j'ai peaufiné mon matos, je ne me sens plus du tout handicapé par rapport aux autres. Je sais qu'à certains endroits, ils sont avantagés, mais dans d'autres circonstances, c'est moi qui suis favorisé. Tu vois, en fait je ne suis pas sûr que le nombre de changements de rapports par tour soit un facteur si déterminant que ça. Ca dépend beaucoup du circuit : là ou je perds le plus de temps, c'est en montant les rapports en ligne droite. Là, y a pas photo. Quoi que je fasse, c'est plus rapide en automatique.

 

Dans les enchaînements rapides, je crois que c'est kif-kif, mais là ou je peux tirer mon épingle du jeu, c'est  dans les gros freinages en bout de ligne droite et les enchaînements lents. Bref, au final, je ne suis pas sûr que j'irais beaucoup plus vite aux palettes. En tous cas, pour ceux qui gagnent tout le temps et qui sentent la motivation diminuer, je les invite vivement à venir nous rejoindre. Ils ne seront pas déçus. En plus, c'est plutôt... sportif, comme pilotage, c'est bon pour la santé ! Allez, viendez, quoi !

 

Mais pour en revenir à Toronto, aussi curieux que ça puisse paraître, c'est une des courses que j'ai le moins bien préparées. En ce moment, je ne peux pas passer autant de temps que je voudrais sur GPL, et en l'occurrence, je n'avais quasi pas roulé avant le 2° training. Je pense que la Braby ou la Cooper auraient été plus adaptées pour ce tracé, mais la seule voiture que je connaisse bien étant la Ferrari, j'ai choisi cette option vu le peu de temps qu'il me restait avant la course. J'ai pioché un set au hasard sur internet pour le training, et roule ma poule. Je sors 1.15:4 aux essais, sans trop connaître le tracé et avec un engin plutôt rétif. Bon, à priori je suis plutôt à l'aise ici, et avec un peu de boulot, je pense pouvoir taquiner la 1° ligne. Séance studieuse samedi où je m'attache à calmer les ruades du train arrière, le moteur de la Ferrari n'étant pas un modèle de progressivité... Enfin, il en sort 1.13.5, un peu juste pour la pôle, mais prometteur pour la première ligne. Je savais qu'on pouvait faire mieux, mais j'avais pas le temps d'approfondir. Et vu les temps des préqualifs, je ne pouvais pas espérer mieux que la 3° marche du podium.

 

Warm-up Dimanche avec mes coqs du VLT, histoire de se mettre dans le bain, et c'est parti!

 

 

  Raconte-moi tes essais et la course. La pression d'un premier succès possible.

 

  Le soir de la course, on ne peut pas dire que c'est la grande forme. Je me traîne une crève de derrière les fagots et  déjà au warm up VLT, pas moyen de descendre sous les 1.14. Du coup, j'attaque les qualifs sans grandes ambitions. Je décide d'enchaîner les tours sans forcément chercher la perf, histoire de me placer et d'être bien "chaud" si une occase se présente. Je vois Fred qui s'installe devant avec un peu moins de 1.13:5, les autres sont un peu au dessus de 1.14 et je me dis qu'il y a peut être moyen de me glisser dans la partie. Je me concentre sur pribluda et j'essaye de m'organiser un tour clair avec les pneus chauds. Pas évident ici, pas mal de drapeaux  jaunes et de concurrents moins rapides impossibles à doubler; mais l'un dans l'autre, je  m'en sors plutôt mieux que mes concurrents directs avec 1.13:8 qui me place quand même en première ligne. Il reste moins de 10mn et je décide d'abandonner la chasse à la pôle pour faire quelques tours avec le plein, histoire d'être bien rodé pour le départ, primordial ici vu la quasi impossibilité de doubler.

 

Sur la grille, la tactique est simple : Soit Fred se loupe un peu au départ et j'attaque, soit il part bien, et je laisse filer pour me concentrer sur mes rétros, je veux absolument éviter les suppos des premiers tours. Et ça part, suivant le 2° scénario. Fred s'envole et rapidement, j'ai Titi dans les échappements. Comme on est entre gens de bonne compagnie, je décide de résister un peu, histoire de voir comment ça se décante, tout ça. Mais au bout de 2 tours, je vois que derrière Titi, c'est le calme plat. Vu mon manque de forme, je me dis que c'est peut être la solution pour faire un podium à peu de frais, et j'entrouvre la porte. Message reçu 5/5 par Titi qui s'envole alors vers son destin... Aussitôt, je soulage car j'ai déjà cassé un moteur en training, et j'ai pas envie de recommencer.

 

Pribluda m'annonce Clément à 30s derrière et je me dis qu'il y a du y avoir hécatombe. Je me cale sur son rythme, et je commence à me dire que le podium est bien parti si je ne commets pas de grosse boulette. Un œil sur  Pribluda de temps en temps et ça déroule, pépère. Le coup de théâtre, je ne l'ai pas vu tout de suite. En regardant Pribluda, j'ai pas vraiment fait gaffe, mais j'ai vu qu'un truc avait changé. Comme je suis devenu méfiant envers moi-même, j'attends la ligne droite pour re- regarder. Et là, coup de massue ! Plus de Titi ni de Fred, je suis seul devant à plus de 30s du 2° ! Le problème, avec ce genre de bonne nouvelle en course, c'est qu'il faut encore rester concentré pendant une trentaine de tours...

 

Je me rappelle Dundrod, j'avais fait la pôle, j'étais loin devant et je tournais plus vite que tout le monde, et ça à fini en eau de boudin... Mais c'est ce qu'on appelle l'expérience et cette fois, je veux rester en piste à tout prix; et je tords mon cerveau jusqu'à ce qu'il se plie à ma volonté. Je fais le point sur Pribluda. A moins d'une cata, Clem ne pourra pas revenir, Jean Luc est 3°. Si on finit comme ça, les VLT vont marquer un grand coup ! Je vois que Michel est out, et je me doute bien qu'il doit être en train de me regarder, ça m'aide beaucoup à rester concentré, à bien appliquer tout ce dont on a discuté tant de fois. Une équipe soudée et cohérente, y a rien de mieux pour progresser ! Et les tours défilent, lentement, un par un, j'ai l'impression que ça ne finira jamais, que tout va s'effondrer d'un coup, comme d'hab. Alors je tire de moins en moins sur mes rapports, j'essaye de rouler propre, pas trop lentement non plus, histoire de rester vigilant, je me concentre sur mes repères, un après l'autre, comme à l'entraînement, sans penser au résultat. Dès que mon esprit commence à divaguer, des petits écarts me ramènent vite à la raison, je "sens" Michel dans mon dos qui tressaille à chaque incartade, prêt à me mettre une calotte si je dérape... Et puis il arrive quand même, à la fin, ce dernier tour tant attendu. Et quand le drapeau à damier tombe enfin, je veux me faire quelques donnuts, pour la vidéo, mais j'y arrive même pas, tellement je suis sec ! Ca y est, cette fois, c'est allé au bout ! Comme une fatalité qui s'envole, j'ai compris plein de trucs aujourd'hui...

 

 

  Cette victoire te relance complètement dans un championnat Planète qui n'a jamais été aussi serré. Tu vas y avoir de nouvelles ambitions et plus généralement vas-tu avoir des objectifs dans les autres championnats pour cette année qui commence ?

 

  Pour mes ambitions dans les autres champs, ça va être vite réglé, vu que Planète est le seul champ auquel je participe ! On m'a proposé de faire la saison en LFGPL, mais malheureusement, j'ai du refuser par manque de temps. Y a  le boulot, la famille, les amis, et en plus, j'ai une autre passion qui m'occupe aussi beaucoup : les vieille motos café racers des seventies, et entre les séances de mécanique et les virées, faut  aussi pas mal de temps...

 

Alors maintenant, mon objectif principal, c'est que les V LT restent dans la course au titre. Cette équipe, elle avait déjà une histoire avant moi, elle a créé des amitiés, et elle tire toujours ses membres vers le haut. Elle m'a offert la victoire, je vais essayer de lui rendre la pareille. A titre personnel, je peux juste espérer gratter des points en cas de circonstances favorables, comme ici, mais je suis encore loin de faire jeu égal avec les meilleurs, alors, pas d'ambition démesurée. J'ai déjà largement dépassé mes objectifs pour cette année, le reste, c'est que du bonus.

 

 

  Quelle question est-ce que j'aurais pu te poser, à laquelle je n'ai pas pensé ou qu'est-ce que tu souhaiterais dire à nos lecteurs pour conclure ?

 

  Puisque j'ai le choix, j 'aimerais un peu parler "politique". Enfin, pas ce dont on nous rabat les oreilles tous les jours, non. Juste la façon dont ça tourne, dans le petit monde de GPL. A la base, on est tous là pour prendre du plaisir ensemble sur la piste. Enfin il me semble... Mais à y regarder de plus près, ben force est de constater que pour certains, les enjeux sont bien autres, et qu'ils ne viennent pas pour partager, mais consommer. Une "communauté" comme GPL ne fonctionne que sur le principe de la bonne volonté de chacun; y a rien à gagner. Ni pour les participants, ni pour ceux qui organisent. A mon sens, que quelqu'un passe un temps infini à organiser, réunir des volontaires, ouvrir des serveurs, tenir les "comptes", je trouve ça déjà extraordinaire. Mais quand je vois qu'après, il faut en prime gérer les petits cacas nerveux de tout un chacun ou quémander des participants pour les test, alors là,  je me pose des questions...

 

Certains semblent ne pas se rendre compte que si ça continue comme ça, ben un beau jour, y aura plus de courses, et on aura tous l'air fin ! Quand je vois ta lassitude, Rookie, ça me fout les glandes, et je me dis qu'on est en train de perdre un truc énorme sur GPL. Quelque chose de l'ordre de la fraternité. Surtout moi, d'ailleurs, qui ne roule qu'ici. Un classement par équipes, des circuits que personne ne connaît, et surtout une bande de furieux arsouilleurs qu'ont pas la grosse tête, pour moi, c'est ça Planète; un p'tit coin de paradis, et j'aimerais tant qu'on le préserve... Maintenant, si certains se prennent pour Senna, je leur rappelle que ceci n'est qu'un jeu vidéo, du virtuel, et qu'ils ne seront jamais rien d'autre que des caïds de bac à sable... Amusons nous, tidiou !

 

GPL a ceci de fabuleux qu'il est d'une qualité inégalée, complètement abandonné sur le plan commercial,  pourvu de structures fédératrices (Planète, GPL rank, les bases de données... etc...), et une montagne d'addons tous  plus merveilleux les uns que les autres ! Y a qu'a voir d'où vient l'immense majorité des circuits, toutes simus confondues : C'est GPL et sa communauté qui a fait tout le boulot, juste pour la beauté du geste. Quelle boîte commerciale aurait entrepris des trucs aussi fou que, un exemple parmi tant d'autres, la Targa Florio et combien ils nous l'auraient facturé ? Alors, serions-nous atteints au point de ne plus être capables de faire vivre un truc gratuit aussi génial et unique, et de ne plus fonctionner qu'en mode cons-omateurs à gober des daubes qu'on nous balance pré-mâchées à grand renfort de pub ? Peut-être faudrait-il alors faire comme dans la démocratie de la Grèce antique : que chacun, à tour de rôle, devienne organisateur pour un temps, une course, avec toute l'implication que ça demande, y aurait sans doute plus de respect mutuel, mais ça, hélas, c'est de l'utopie...

 

 

  Merci à toi Philippe et bonne réussite pour le reste de la saison.

 

  Merci Rookie et à bientôt.

 

 

Propos recueillis le 05.02.12

 ECHO DES COURSES 2012 - N°5 - 14.02.2012

 07.02.2012 - MOD66 - MONTJUICH

   Victoire de Tom Guérout devant Frédéric Gubbels et Tristan Bot.

  Commentaires pilotes.

   6 pilotes à l'arrivée sur 9 partants.

 

  Replay : Appelmans-Bot. Bovy-Cornu.

 

  Classement général pilotes : A l'issue des deux premières courses Tom Guérout, Tristan Bot et Frédéric Gubbels commencent à creuser le trou.

 10.02.2012 - MOD67 - MONT TREMBLANT

   Commentaires des pilotes.

   Victoire de Tom Guérout devant Eric Libourel et Thierry Roget.

  Résultats

   Meilleure progression : Gain de 6 places pour Eric Libourel.

 

  7 pilotes à l'arrivée sur les 15 partants.

  Replay : Libourel-Roget. Fournier-Spada.

  Classement général. Tom Guérout creuse déjà nettement le trou après deux courses, seul Eric Libourel restant un tant soit peu au contact.

 ECHO DES COURSES 2012 - N°6 - 21.02.2012

 19.02.2012 - MOD67 - LEIPZIG

  Commentaires des pilotes.

   Victoire de Tom Guérout devant Philippe Renaud et Alain Rochette.

   Meilleure progression : gain de 7 places en piste pour Maxime Lenclen qui termine aux pieds du podium. Les rescapés : Tristan Bot et Alain Rochette ont connus des problèmes après la mi-course avec leurs Brm mais ont quand même pu terminer l'épreuve.

 

  6 pilotes à l'arrivée sur 14 partants.

  Replay : Bot-Douet. Libourel-Rochette.

  Commentaires des pilotes.

   Victoire de C Lefuret devant Rolf Halbheer et R4E.

   1er podium en D2 pour R4E. Meilleure progression : gain de 7 places pour Asunaru (Daon) qui termine 6è. Les rescapés : problème moteur en début de course pour la Cooper de Tristan Lefèvre qui a quand même pu terminer la course.

  Comme en D1 on trouve 6 pilotes à l'arrivée sur 14 partants.

  Replay : Pomponne-Spada puis R4E-Spada. Alvaro-Lefèvre.

  Commentaires des pilotes.

  Large victoire pour Emmanuel Vega devant Yves Perrin et François Fk.

   Meilleure progression : gain de 6 places en piste pour François Fk. Les rescapés : Yves Perrin, en début de course, et Emmanuel Vega, vers la fin, ont connu des problèmes de suspensions mais ont pu voir le drapeau à damier malgré tout.

 

  Gros dégats à ce niveau, comme souvent, avec 3 pilotes seulement à l'arrivée sur 12 partants.

  Replay : JH Delobel-Vega. Cassagne-Florkin-Perrin.

  Résultats des courses.  Classement général. Avec son joker Kaspar Kaynakli passe en tête alors que Tom Guérout et Philippe Renaud le suivent en perdant une place chacun.

 ECHO DES COURSES 2012 - N°7 - 29.02.2012

 26.02.2012 - MOD67 - HEN

   Victoire de Patrick Cornu devant Titi Douet et Philippe Barbé.

  Commentaires des pilotes.

 

  Meilleure progression : gain de 4 places pour Warm Up qui termine 5è. Problèmes mécaniques pour la Ferrari de Jean-Luc Vidal dès le début de la course ce qui ne l'a pas empêché de la terminer.

 

  Finisseurs : 9 pilotes à l'arrivée sur 13 partants.

  Résultats.

  Replay : Fournié-Libourel. Lenclen-Warm Up puis KO-Warm Up.

  Classement général. Patrick Cornu reprend la tête alors que derrière lui pas moins de 7 pilotes se tiennent en 5 points, Eric Libourel et Frédéric Blanchot en tête. Par équipe, Vintage Legends Team (Vidal-Barbé) garde sa courte avance alors que derrière les cinq autres équipes se tiennent en 11 points. C'est donc peu de dire que tout est encore ouvert à 4 courses de la fin. En deux on trouve Planète Red Racing (Blanchot-R4E) puis The New Team (Cornu-Cassagne).

A suivre...

 

Sauvegarder en PDF



07/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres