ECHO DES COURSES 2016 - N°25 A 28 - 17.11-09.12.2016

 

ECHO DES COURSES 2016 - N°25 - 17.11.2016

  + INTERVIEW "SORTIE DE BAQUET" 

 06.11.2016 - MOD67 - MOSPORT 

  Commentaires des pilotes.

   Maxime Lenclen s'impose avec une courte avance sur Tom Guérout. Derrière eux c'est Albert Laigle qui complète le podium.

   Meilleure progression : Rolf Halbheer qui gagne 8 places en piste et finit 6è. 

 

  Après Albert Laigle, en juin, c'est Maxime Lenclen qui rentre dans le cercle très fermé des pilotes ayant gagné en D1 dans ce championnat.

   

  Dans cette D1, 9 pilotes ont terminé la course sur 17 partants.

  Replay : début de course Lenclen-Roméo. Bot-Halbheer-Maurice.

  Commentaires des pilotes.

   Très courte victoire pour R4E, Eric Bilodeau finissant second à seulement deux dixièmes. David Rainier complète le podium à quelques secondes.

   Meilleure progression : Ricardo Silva, parti bon dernier, termine 8è après avoir gagné 9 places en course. Ricardo Silva, Jury Nahimovich et François Fk sont les pilotes ayant connu des problèmes mécaniques tout en parvenant quand même à tenir jusqu'à l'arrivée.

  Comme en D1 la D2 a compté 17 partants et 8 abandons.

  Replay : Alvaro-Bilodeau-R4E.

   Résultats des courses.  Classement général : à deux courses de la fin c'est Tristan Bot qui est en tête avec une bonne avance sur Rolf Halbheer et Olivier Roméo qui, eux, se tiennent en un point seulement. Derrière eux, joker non encore utilisé, Tom Guérout, 5è, semble bien parti pour le titre, alors que Titi Douet, 4è, est, lui, bien placé pour être son second. L'actuel leader est, de son côté, en place pour figurer lui aussi sur le podium. 

 

 

MAXIME LENCLEN - PREMIERE VICTOIRE AU SOMMET

F1 LEGENDS - MOSPORT - 06.11.2016

  Bonjour Maxime, c'est désormais une tradition, tous les deux ans environ on se retrouve pour une nouvelle interview "Sortie de baquet". Précédemment c'était pour ta première victoire dans le championnat Planète, aujourd'hui disparu, mais toi tu es toujours là et cette fois-ci ce sera notre dernier rendez-vous dans cette rubrique puisque tu es désormais au sommet avec ta première victoire en D1 chez F1 Legends.

 

 

  Au rank tu précèdes un trio Vanmullem-Rochette-Roget mais surtout tu suis de près un autre trio, Bot-Cornu-Douet, devenu quatuor avec le retour à la compétition, l'an dernier, d'Olivier Roméo. Depuis cette victoire à Estoril, début 2014, je te vois comme le dauphin effectif du plateau francophone actuel, derrière Guérout, en partie pour ton jeune age, mais tu sembles peiner à confirmer ce statut.

 

Te vois-tu comme ce N°2 que je décris et penses-tu que tu peines à confirmer ce statut que je te prêtes du fait que tu n'as pu rouler que de temps en temps ces trois dernières saisons ? En résumé, penses-tu pouvoir te rapprocher de Tom Guérout au rank à l'avenir ou au contraire penses-tu que tu es plutôt arrivé à un plafond qu'il te sera difficile de percer ?

 

  J'essaie de progresser, à chaque course, à chaque sortie d'entraînement. J'admets que je stagne un peu en vitesse, manque de temps pour travailler. Il y a beaucoup de pilotes d'expérience ici et là, et qui je pense ont plus de maturité que moi derrière le volant. C'est pourquoi je ne me vois pas comme numéro 2, ni quelque numéro que ce soit d'ailleurs. Si aujourd'hui Tom est le roi sans conteste, il arrive qu'un ou plusieurs d'entre nous lui donnent du fil à retordre, mais pas dans un quelconque classement que ce soit. C'est ça qui fait la beauté de nos courses.

 

Quand on stagne, on remet en cause d'abord l'environnement avant soi-même. C'est le volant, le pédalier, la taille de l'écran, il faut que je change pour progresser. Non. Je dois trouver d'autres solutions pour être plus performant. Revoir des techniques, visionner les replays des meilleurs. Ça va finir par rentrer, mais le temps est un allié, et j'en manque.

 

 

  Venons-en maintenant à ce qui m'amène à cette nouvelle interview et cette course de Mosport. Comment vois-tu ce circuit ? Trouves-tu comme moi qu'il est beaucoup plus difficile qu'on ne peut le penser au premier regard ou, au contraire, ton niveau de maîtrise te permet-il d'en avoir parfaitement identifié tous les pièges et donc de les dominer sans aucune sueur froide ?

 

  J'aime assez Mosport. Vallonné, technique, il nécessite d'être très précis par endroits afin d'être rapide. Une fois qu'on a appréhendé chaque piège, oui on se sent beaucoup plus à l'aise. Comme le Ring, mais au cinquième.

 

 

  T'es tu préparé comme d'habitude lors des préquals ? D'ailleurs, te prépares-tu de manière différente selon que le circuit est connu ou pas ? Te prépares-tu plus ou moins longtemps sur un papy ? Moins longtemps car tu comptes sur ta connaissance du circuit ou, au contraire, plus car l'opposition est généralement plus forte et le niveau plus élevé sur ces circuits vus et revus ?

 

  J'ai pris la Lotus car c'est la meilleure ici, et j'y suis plutôt rapide. Circuit connu, reprendre les bonnes trajectoires avec les bons rapports de vitesse. Un replay est toujours bon à regarder avant tout. J'ai pris celui de la course de 2013 où je faisais la pôle.

 

Si le tracé est inconnu, il faut une ou deux séances de reconnaissance, de réglage, puis après peaufiner la conduite pour gagner des secondes. Ça demande beaucoup plus d'implication, ça a tendance à générer de plus grand écarts.

 

Dans l'ensemble, je me prépare avec le temps que j'ai. Je roule dès que je peux. Même si les chronos ne s'améliorent pas, rouler permet de trouver des pièges, de créer des situations délicates, et de s’entraîner à s'en sortir.

 

 

  Parle-nous des essais et de la course. En particulier, qu'est-ce qui passe par la tête quand on mène vers une première victoire au sommet ?

 

  Aux essais c'est toujours la même chose, tourner et tourner jusqu'à arriver au temps de préqual'. Là, je manque la pôle mais je suis en 1ère ligne.

 

La course c'est autre chose, il faut contenir derrière, attaquer devant, tout en restant prudent avec la mécanique, et ne pas se déconcentrer. Pendant une heure, c'est une grosse affaire !

 

Suivre un pilote, comme ici Olivier Roméo, permet vraiment de rester dedans. Et derrière il y avait Tom, mais avec une certaine distance ce qui me mettait à l'abri d'attaques. Une petite bourde, il faut tout refaire, récupérer du temps, aller un peu plus vite avec les risques que ça comporte. Mais débarrassé de la pression du classement général, c'est plus facile. Foncer. Parfois le malheur s'abat sur les autres. Olivier subit une panne, je passe premier. Là c'est autre chose. J'ai un petit coussin d'avance mais les tours paraissent si longs ! Rester concentré coûte que coûte, alors que les pensées parasites sont de plus en plus présentes avec la fatigue. Je n'ai pas apprécié ces tours là, mais quelle libération au passage de la ligne !

 

 

  Ton ressenti à l'arrivée ?

 

  Une libération ! J'ai crié PUTAINNNN ! J'ai eu des frissons partout l'espace d'un instant, la retombée de l'adrénaline, de tous ces neurotransmetteurs qui s'agitent dans ces périodes de gestion, de stress, de concentration extrême. Ouf.

Content, surtout.

 

 

  Est-ce que ça va te motiver pour la suite et te servir de tremplin ou, au contraire, comme un Djokovic, est-ce que ça va plutôt t'amener à une certaine démotivation en ayant désormais atteint un palier.

 

  J'aime pas trop Djoko'. Oui ça me motive à m’entraîner, à rouler plus vite pour jouer les troubles fêtes devant !

 

 

  Pour terminer, je profite de cette interview pour revenir sur ton activité ponctuelle de créateur d'addons pour circuits. Doit-on te considérer comme créateur ou simplement comme assembleur ? Si ton travail est avant tout un travail d'assemblage de fichiers déjà existant j'aimerais, si tu en trouve le temps en 2017, que tu nous concocte un tuto sur ce que tu fais.

 

En effet, de mon côté, j'ai essayé il y a quelques temps de réunir des fichiers pour améliorer des circuits qui en avaient besoin et je n'ai pas réussi à obtenir grand chose de très intéressant. Difficile, en particulier, d'obtenir des ciels dont les différents éléments soient jointifs.

 

  Plutôt assembleur. Je pioche ici et là. Pas le travail le plus dur. Quelquefois en effet, je partais de zéro avec une idée en tête. Å ce moment là il faut tout faire soi-même, et c'est très chronophage.

 

Je verrai si j'ai le temps pour un tuto, mais je n'ai rien inventé !

 

 

  Merci Maxime pour ta disponibilité régulière pour cette rubrique, je te souhaite une superbe saison 2017 si F1 Legends se poursuit.

 

 

Propos recueillis le 12.11.16 

 

 

 ECHO DES COURSES 2016 - N°26 - 24.11.2016 

 14.11.2016 - MOD66 - ENNA PERGUSA 

   Patrick Cornu l'emporte avec une bonne avance sur Eric Appelmans et David Rainier qui décroche son 1er podium de l'année dans cette compétition. 

  Commentaires pilotes.

   Les huit pilotes alignés au départ ont tous terminé l'épreuve.

 

  Résultats.

 

  Classement général pilotes : à deux courses de la fin du championnat de nombreux points restent encore à distribuer mais le podium semble déjà écrit. Tristan Bot devance Eric Appelmans et Patrick Cornu. Ce dernier semble le seul à pouvoir encore perdre sa place, Titi Douet, bien qu'un peu distancé, restant encore en capacité de refaire son retard.

 

 

 ECHO DES COURSES 2016 - N°27 - 04.12.2016 

 

 27.11.2016 - MOD67 - URBANYA 

  Commentaires des pilotes.

   Nouvelle victoire pour Tom Guérout qui devance nettement Olivier Roméo et Tristan Bot qui terminent, eux, à une demi-seconde seulement l'un de l'autre.

   Meilleure progression : elle est pour R4E qui est parti 17è pour terminer 10è.

 

  Dix des dix-sept partants ont pu finir la course.

  Replay : Douet-Roméo-Vanmullem. Bot-Halbheer. R4E-Roget.

  Commentaires des pilotes.

   Un podium avec plus de trente secondes entre chacun des trois pilotes, dans l'ordre, Michel Fournié, Eric Bilodeau et Alain Terremer. Un circuit tolérant lors de cette manche, pas moins de 5 pilotes ayant connu des problèmes mécaniques importants en finissant quand même la course : Benoit Terlain et Ricardo Silva avant la mi-course, Alain Terremer juste un après, Thierry Cassagne un peu plus tard et enfin Paul Sablayrolles en toute fin.

   Meilleure progression : Paul Sablayrolles, parti 15è et dernier est aussi le dernier à en finir, à la 8è place.

  A ce niveau on trouve donc 15 participants, Jean Narrash étant présent mais n'ayant pu franchir la ligne de départ, et c'est 8 pilotes qui ont pu voir l'arrivée.

  Replay : début de course Girard-Rainier. Sablayrolles-Silva-Terlain.

   Résultats des courses.  Classement général : avant la dernière course le trio de tête est clairement dessiné même si, mathématiquement, les choses peuvent encore changer. Tom Guérout, Titi Douet et Tristan Bot pourraient être, comme en 2013, les trois occupants du podium final.

 

 

 

 ECHO DES COURSES 2016 - N°28 - 09.12.2016 

 28.11.2016 - MOD66 - KEIMOLA 

   Tristan Bot gagne la course avec à peine une seconde d'avance sur Titi Douet, Patrick Cornu complétant le podium. 

  Commentaires pilotes.

   David Rainier connaît des problèmes mécaniques en début de course mais parvient, si l'on en croit le rapport de course, à rejoindre l'arrivée sans faire de shift-r.

 

  Sur les huit pilotes engagés deux ont abandonné.

 

  Résultats.

 

 Replay : à demander sur le forum du site - Appelmans-Bot. Fin de course Bot-Cornu-Douet.

 

  Classement général pilotes : avant la dernière course du championnat le titre est dans la poche pour Tristan Bot et Eric Appelmans sera le vice-champion 2016. Derrière eux Patrick Cornu devrait compléter le podium final mais devra assurer, Titi Douet pouvant encore, mathématiquement, lui ravir in-extremis cette bonne place.

 

A suivre...

 

 Sauvegarder en Pdf

 



17/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres