ON LES A VU PASSER - ILS RACONTENT LE CHAMPIONNAT PLANETE 2012/2013 - 09.10.12-23.07.13

 

 ON LES A VU PASSER :

ILS RACONTENT LE CHAMPIONNAT PLANETE

Les participants à cette compétition vous racontent de l'intérieur ces courses qui nous réunissent. Bonne lecture.

MANCHE 1 - WATKINS GLEN 48 V2 - COURSE DU 16.09.12

 PAR WARM UP - RECIT DU 09.10.2012

Quelque part, au cœur de la galaxie simracing, la Planète GPL entame sa cinquième révolution. Comme chaque année, ses résidents vont soigner au mieux leurs trajectoires et peaufiner leurs réglages, tous déterminés à illuminer le firmament, quitte à y laisser parfois une forte odeur d'essence !

 

Heureux constat : les grilles de départ demeurent bien remplies dans ce championnat "fait maison" où chacun peut, depuis sa maison, voyager dans le temps et aux quatre coins du monde pour découvrir et apprécier des circuits aussi fabuleux que dangereux.

 

Nous sommes donc en 2012, dans une simulation de 1998, à bord de Formule 1 de 1967, sur le circuit de Watkins Glen utilisé en 1948. Moteur, action !

LES ESSAIS

 

Ils sont 14 à avoir fait le déplacement sur la côte Est des États-Unis. Les observateurs noteront immédiatement deux absences de taille. La première était prévisible puisqu'il s'agit du double champion, KO, resté au Venezuela profiter des charmes du pays : prix cassés sur les pneus, usine Ford de Valencia... Gageons qu'il sera présent parmi nous pour remporter la dernière course du championnat, comme le veut la tradition.

 

Plus surprenante en revanche, l'absence de Titi Douet qui avait réalisé le meilleur chrono lors des préqual mais qui fut en proie à de violents maux de tête peu de temps avant le début des essais. Peut-être cette opération de promotion pour une célèbre marque de vins rouges du Haut Languedoc y est-elle pour quelque chose...

 

Quoi qu'il en soit, on déplorera tout autant l'absence de Jean-François Moreau, retenu par les forces de l'ordre en raison d'un petit excès de vitesse à bord sa Jaguar... Mais laissons là ces quelques péripéties et concentrons-nous sur la piste où les pilotes commencent à en découdre.

 

Frédéric Blanchot est le premier à descendre sous la barre des 3'20 en signant un 3'18'59. Puis c'est au tour de Patrick Cornu, Léo Ligbo, Michel Fournié et Philippe Barbe. Patrick s'adjuge la pole en 3'16'01. Maxime Lenclen qui s'était invité en première ligne (3'16'60) est délogé par son coéquipier, Warm Up, à cinq minutes de la fin (3'16'33), ce qui donne une première ligne 100% Cooper avec Pat et WU. En deuxième ligne, Maxime Lenclen (Ferrari) et Philippe Barbe (Brabham). Troisième ligne, Léo LibGo (Cooper) et Michel Fournié (Ferrari).

 

Derrière, dans l'ordre, viennent Frédéric Blanchot (Brabham) suivi de l'armada Ferrari constituée de Jean-Luc Vidal, Gianni Alvaro, Rookie 4EVER et C Lefuret. Sans oublier les deux Eagle de Michèle Bonnard et Yves Perrin ainsi que la dernière Ferrari du plateau aux mains de Philippe Girard. Soit un total de 7 Ferrari, 3 Cooper, 2 Brabham et 2 Eagle. On notera l'absence des écuries Honda, BRM et Lotus pour cette première manche.

 

 

LA COURSE

 

Le départ se passe dans les meilleures conditions. Ni les Vrombissements assourdissants, ni l'odeur de la gomme brûlée n'auront perturbé la concentration et la prudence des pilotes. Tout du moins le temps de l'entame du premier tour...

 

Warm Up est le premier à se faire une frayeur en perdant le contrôle de sa Cooper à School House Corner, ce dont profitent immédiatement Maxime Lenclen et Philippe Barbé pour passer 2ème et 3ème. WU repart 4ème, devant Léo et Michel. Fred est au contact de ce petit groupe. Derrière, Jean-Luc emmène valeureusement les Ferraristes Gianni, R4E et Lefuret. Yves Perrin, Philippe Girard et Michèle Bonnard ferment la marche.

 

Au T2, Philippe Barbe part à la faute à Stone Bridge et Maxime à Archy Smith's, ce qui permet à Warm Up de récupérer la 2ème place et à Michel de se rapprocher de son objectif, à savoir la victoire, en passant 3ème. Les commissaires de course nous signalent deux abandons dans ce deuxième tour : Yves Perrin et Philippe Girard, tous deux victimes d'une violente sortie dans le dernier secteur et dans l'incapacité de rallier les stands (roues arrachées).

 

A l'entame du T3, R4E prend le meilleur sur Gianni à Old Corning Hill pour s'emparer de la 8ème place. La facilité d'exécution de la manœuvre laisse à penser que le pilote Planète Red Racing a embarqué moins d'essence. Réponse dans quelques tours...

 

A fin du T3, Patrick porte son avance à 5 secondes sur Warm Up et 7 sur Michel. Léo est 4ème, suivi de près par Philippe Barbe. Viennent ensuite Frédéric, Jean-Luc, R4E, Gianni, Lefuret et Maxime, 11ème, pour qui commence une toute autre course. En effet, après son tête-à-queue à Archy Smith's, le pilote Good Driving a été contraint de laisser passer tout le peloton avant de repartir... Désormais, l'objectif est de remonter sur la tête de la course pour rentrer dans les points.

 

Au T4, Warm Up sort un peu large à Archy Smith's et ne peut contenir la Ferrari de Michel qui entame une chevauchée fantastique. Le mot d'ordre est clair pour le pilote Ferrari : revenir sur le leader au plus vite et au mépris de tous les dangers. Une attitude plébiscitée par l'ensemble des Tifosis scandant le nom de leur idole. Derrière le trio de tête, les positions varient au rythme de la remontée tumultueuse de Maxime. Pour plus de précisions, voyez avec Gianni et R4E, quelque chose me dit qu'ils gardent un souvenir ému de son passage...

 

Au T6, c'est la fin de l'aventure pour Michèle Bonnard dont le Weslake n'aura pas tenu toutes ses promesses. A la fin du T7, Warm Up perd de précieuses secondes en inspectant de près les bottes de foin de Milliken's Corner, ce qui permet à Philippe Barbé de s'installer "tranquillement" à la 3ème place. Cependant, la quiétude sera de courte durée pour le pilote Good Mixed puisque son passage à Stone Bridge, au tour suivant, sera le dernier... En conférence de presse, l'explication tombe : "Arrrggggghhhhhhh! C'était bien parti [...] et crac, la faute de goût! Un tout petit chouilla de vitesse en trop [...] et vlan, dans les arbres". Sorti à un bien mauvais endroit, prisonnier de la végétation luxuriante, Philippe jette l'éponge sous le regard médusé des spectateurs dans les tribunes.

 

Un point sur le classement à la fin du T8. Michel, décidément très en verve, est revenu à moins de 3 secondes de Patrick ! Warm Up est 3ème à 16 secondes du leader, Léo, 4ème à 21 secondes, Fred, 5ème, à 33 secondes. Max pointe déjà en 6ème position à la faveur d'un dépassement sur Jean-Luc, parfaitement placide en ce jour de compétition dominicale.

 

Au T9, R4E effectue un arrêt aux stands, confirmant ainsi l'hypothèse selon laquelle le pilote Ferrari voyageait léger. Suite à une escapade verdoyante, C Lefuret connaît de sérieux soucis à Big Bend. Lancé à pleine charge, le sympathique mustélidé est victime d'un bris de suspension. Devenue incontrôlable, sa monoplace se cabre brutalement avant de se ruer dans un platane dont il sera impossible de se défaire... Le tout à quelques encablures seulement des stands, rageant ! D'autant plus que ce dernier avait observé un pit stop au tour précédent...

 

En tête de la course, la bataille pour la victoire n'a rien perdu de son intensité. Patrick résiste du mieux qu'il peut pour contenir Michel. La tâche s'avère compliquée mais le champion en titre a de la bouteille.

 

Soudain, c'est la stupeur au T11. Après avoir donné son maximum, le moteur de la Ferrari de Michel rend l'âme dans un dernier souffle à Big Bend... La nouvelle provoque une onde de choc chez les Tifosis et c'est la mort dans l'âme que le team leader Vintage Legend doit se résigner à ranger sa monoplace sur le bas côté. C'est le 6ème abandon de la course. Il permet à Patrick de conforter sa victoire en totalisant 23 secondes d'avance.

 

Voilà trois tours que Warm Up et Léo se disputent âprement la 3ème place. Au T12, la bataille est à son apogée. Suite à quelques pirouettes et autres figures libres non imposées dont WU a le secret, Léo est revenu au contact et se montre menaçant. Toutefois, après un tour sous haute pression, Léo sort large à Archy Smith's Corner et permet à WU de prendre la poudre d'escampette.

 

Son coéquipier, Maxime, est en quête de rédemption. Il prend l'ascendant sur Fred, 4ème, et se lance à la poursuite de Léo en affolant le chronomètre. Jamais le podium n'aura semblé aussi près... Cependant, au T17, une casse moteur met brutalement fin à cette impressionnante remontée. Vous connaissez  l'aphorisme nietzschéen "Ce qui ne tue pas, rend plus fort" ? Eh bien Max aussi puisqu'il repasse par les stands pour repartir avec le mulet en 5ème position, devant Jean-Luc mais à 16 secondes de Fred. Certes, le podium s'est envolé mais les Tifosis sont conquis... Ce sera là le dernier fait marquant d'une course riche en rebondissements.

 

Tout comme la saison dernière, c'est donc Patrick, le tenant du titre, qui remporte cette première manche. Pole, victoire, seul manque le meilleur tour, propriété de Maxime. Le talentueux prototypiste offre ainsi 9 points au New Team. Warm Up, 2ème, et Maxime, 5ème, ramènent 8 points au Good Driving Team. Avec une belle 3ème place, Léo Libgo offre 4 points au Fun Team 67. Son coéquipier, Gianni, manque de peu de rentrer dans les points en finissant 7ème. R4E se classe 8ème à 16 secondes de son principal rival. Auteur de la meilleure remontée, son team leader, Frédéric, ramène 3 points au Planète Red Racing. Quant à Jean-Luc, il préserve l'honneur des Vintage Legend grâce au point de la 6ème place obtenu au terme d'une course empreinte de maîtrise. Seul le Good Mixed Team affiche un score vierge après cette première épreuve, situation qui ne saurait perdurer au vu de la qualité de ses représentants.

 

La météo ne serait pas très clémente en Ontario pour les prochains jours me dit-on. Certains parlent de déluges dantesques... Qu'importe ! Les organisateurs comptent maintenir l'épreuve, arguant le fait que la pluie révélerait les talents de pilotage... Tout un programme !

 

MANCHE 2 - NIARPSOM - COURSE DU 14.10.12

 PAR PHILIPPE BARBE - RECIT DU 28.10.2012

Niasprom, secour de ouf pour lotepi vener

 

L'été est fini. Va falloir s'y faire. Et en automne, ici, en Ontario, c'est drache, redrache et re-re drache ! Très bon pour les champignons, ça, mais en matière de mycologie, pour le Planète Circus, c'est sous le pied droit que ça se passe. Point de sous-bois aux parfums d'automne, donc, en ce week-end d'octobre, mais rendez vous sur l'asphalte détrempée du circuit de Mosport pour le beau linge (humide) du championnat. Et comme si ces conditions dantesques ne suffisaient pas, il allait falloir emprunter le circuit à l'envers, histoire de déboussoler encore plus ces pauvres pilotes qui n'en demandaient pas tant ! Marcherait-on sur la tête, à Planète ? Quoi qu'il en soit, la direction avait estimé les conditions praticables et c'est sous des trombes que les 14 courageux s'élancent pour affronter les éléments. La suite nous prouvera que c'était une sage décision. En effet, seuls trois malheureux ne verront pas le drapeau à damier.

 

Une chose est certaine ici, hors la Cooper, point de salut ! Sur les sept meilleurs chronos des essais, six sont réalisés sur ce châssis, avec le courageux Michel qui réussit à intercaler sa Braby en quatrième position. Pour la pole, ça va se jouer à trois. D'abord Warm Up qui annonce la couleur : 1,26,01, pas mal, mais Titi va rapidement surenchérir avec 1,25,89, suivi par Pat en 1,25,78, qui en remet une couche le tour suivant en 1,25,47. On croit alors que la messe est dite, mais Titi qui ne veut rien lâcher renfile son K-way et s'y recolle avec un 1,25,38 de bon aloi. Vexé, Pat lui rend la monnaie de sa pièce : 1,25,25. Mais c'est mal connaître l'oiseau qui n'a de canari que le nom. Sous son petit bec rose se cachent des dents de carnassier que laissent deviner son petit rictus en rentrant au stand, trempé jusqu'au slip : 1,25,18, fin des débats !

 

Le trio de  tête se compose donc de Titi, suivi par Pat à deux dixièmes et un plus qu'honorable Warm Up avec 1,25,68. Derrière, un autre trio en sub 1,27 avec Michel, sur des œufs avec le couple de la Braby dans ces conditions d'adhérence précaire en 1,26,6, suivi de Léo en 1,26,8 et votre serviteur en 1,26,9, tous les deux en Cooper. Au septième rang, encore une Cooper, celle de Fred en 1,27,2, suivi par la première Ferrari, celle de Lefufu, à l'aise ici avec 1,27,5. Ensuite, JLV,  le playboy des hauts cantons, dont on connaît l'aversion pour l'eau plate, nous gratifie d'un 1,27,69 sur sa Braby , suivi en dixième position par Max qui avait pour l'occasion sorti la Honda, sacré challenge sur ce tracé ! Onzième, Il Signore Gianni et sa Fiat, plus habitués au soleil de Toscane qu'au crachin canadien, suivi de Phil Girard, encore sur Ferrari, en 1,30,380, talonné à 1 millième par la Brabham de l'homme-qui-ne-dort-jamais, notre Rookie national tout perturbé par le décalage horaire. Enfin, pour une première, Jean-François a été gâté. Pluie, glisse, orages, rien ne lui aura été épargné ! Bienvenue !

 

Sur la grille, la tension est palpable. Toujours pas d'éclaircie à l'horizon. Avec des pneus froids et le plein, va falloir y aller avec des pincettes, mais pas trop non plus, on n'est pas là pour se promener !

 

Et quand le drapeau vert tombe, c'est comme d'hab : pas plus vite qu'à fond ! Symphonie opus 67 pour V8 hurlant et V12 miaulant, c'est parti ! Tout le monde décolle à peu près dans l'ordre, mais la Cooper de Fred peine à prendre les tours, et Clém bien parti est déjà devant au freinage de Whites corner. Rien à faire pour Fred qui rend la main. Devant, ça s'annonce fumeux. Titi a gardé l'avantage au premier virage mais on sent que Pat est un peu mieux avec les pneus froids et le plein. Il ne le lâche pas d'une semelle et ce pôv Titi est à l'agonie à tous les freinages pour essayer de contenir son bouillant dauphin. Après un premier tour de haute voltige à faire chauffer leurs pneus roue dans roue, les deux lascars attaquent la descente à fond de cinq. Ils freinent tard, les vaches ! Un poil trop tard d'ailleurs pour Titi, déséquilibré dans le droite, qui est obligé d'aller tout droit dans Moss faire un tour dans le gazon. Pat en profite pour lui griller la politesse et prendre le commandement. On ne le reverra plus...

 

JLV attaque à son tour la descente au taquet, vise la corde du petit gauche mais un chouilla de trop et sa roue touche les vibreurs. Sanction immédiate à cette vitesse, il rebondit à droite et va faire une pirouette dans le gazon. Gianni et Max sautent sur l'occasion pour passer. Jean-Luc se retrouve 11°. Juste derrière, Phil Girard tient une honorable 12° place dans ces conditions piègeuses. Pas facile mais il s'accroche, le Phil ! Mais au troisième tour, il est le premier à se faire avoir par ce V3 qui en verra plus d'un aller jardiner. Et Rookie imperturbable lui prend la 12° place.

 

Devant, statu quo. Titi, le couteau entre les dents, essaye de recoller Pat, suivi à quelques encablures par Warm Up et Michel qui ne chôment pas non plus. Mais Pat imprime à la course une cadence infernale et Titi repousse encore ses freinages pour grappiller quelques millièmes. Et au fameux V3, c'est le panneau trop tard qui lui saute à la figure. L'arrière de la Cooper s'échappe et c'est en travers qu'elle attaque ce gauche vicieux. Titi bartasse dans l'herbe presque jusqu'au grillage et revient vers la piste alors que Warm Up est déjà passé. Michel arrive à son tour, et Titi qui se relance, lui laisse la porte ouverte en parfait gentleman. Pat 1, Warm Up 2, Michel 3 !

 

Un tour plus loin, ça bastonne à tous les étages. Pour la 13° place, Jean-François, qui est revenu sur Phil Girard, accélère un peu plus fort au sortir de Moss et le touche à l'arrière, envoyant ce pauvre Phil brouter quelques pâquerettes ! Mais Phil récupère son bien quelques virages plus loin, quand c'est au tour de Jean-François d'aller labourer au V2B. Deux, trois tours de chicornages plus loin, c'est à mon tour d'aller aux fraises au V3, saleté de virage. Clem me passe sous le nez avec sa Ferrari. Même motif, même punition pour Jean-Luc quelques instants plus tard, qui perd sa 11° place au profit de Rookie. Et un tour plus tard, c'est au tour de  Clem d'aller se manger "son" V3, et je récupère du coup ma 6° place.

 

Entre temps, Titi revient sur Michel. Inexorablement, l'écart se réduit, pas facile de faire passer le couple de la Braby sur cette patinoire ! Michel résiste héroïquement. Mais la pression de Titi est telle que Michel rentre un poil trop fort dans le rapide V2B, et l'espace qu'il laisse entre la corde et lui suffit à Titi pour s'engouffrer. Rien à faire ! Le podium s'envole pour Michel mais la hargne qu'il va mettre à défendre sa 4° place jusqu'au drapeau à damier vaut tous les podiums du monde. Et ce n'est pas Léo qui dira le contraire, qui l'a harcelé jusqu'au dernier tour sans jamais faiblir. Magnifique ! 16 tours de combat acharné, aussi loyal que vigoureux. Que du bonheur !

 

Moins de chance pour Max, qui se bagarre depuis le début avec une Honda difficile, et déboule du V3 sans pouvoir voir Jean-François qui se relance après une incartade. Joli coup de volant de Max qui évite la Brabahm, mais la Honda part dans le gazon et rebondit contre le rail. Voiture détruite, Max se voit malheureusement contraint de mettre fin à sa course. Et au tour suivant, c'est Phil Girard qui devra abandonner, moteur explosé.

 

On se rapproche doucement de la mi-course. A ce moment, la prudence s'impose. Il ne s'agit pas de perdre une place si chèrement acquise. Le circuit est court ; les écarts importants, présage à de nombreux lappages sur ce tracé pas facile à doubler. Dans l'ensemble, tout le monde s'en sort bien, excepté Max qui y laisse sa voiture comme expliqué plus haut. Bien sur, certains se seront quand même fait quelques frayeurs, comme Titi, obligé d'effectuer un freinage de la mort qui tue derrière Jean Luc au V3, évitant le suppo de justesse, ou bien Pat, caracolant en tête, qui voit revenir sous son nez la Brabahm de Jean-François, sorti à Whites Corner. Pat, en un 360 salvateur, stoppe net la Cooper sans rien toucher. Ouf ! Plus de peur que de mal. Mais malgré ces péripéties, peu de dégâts excepté Jean Luc, dont la voiture, devenue très nerveuse après quelques incartades hors piste, finira sa course dans le grillage de Moss au 20° tour sans espoir de repartir.

 

Les dix tours suivants se passent dans un calme tout relatif. Chacun a trouvé ses marques et les stratégies de fin de course commencent à se dessiner. Pat gère son avance, devant Warm Up qui voit son écart sur Titi fondre tour après tour, suivis un peu plus loin par le duel dantesque entre Michel et Léo. La routine, quoi ! C'est au 29° tour que les affaires reprennent. Pat d'abord, avec sa frayeur derrière Jean-François déjà racontée, voit au tour suivant au même endroit Clément partir en tête-à-queue devant lui. Ça passe ! Tout retourné par cette pirouette, Clem tente de repartir mais la Ferrari repart en vrille et Fred en profite pour passer et lui subtiliser la 7° place. Re-tentative de relance de Clem, et re-360 devant cette fois Warm Up et Titi en pleine baston. C'est chaud mais tout passe au chausse-pied !

 

Les deux tours suivants voient Titi déchaîné mettre une pression d'enfer sur  un Warm Up assailli de toutes part. Ligne droite, descente, Warm Up a Titi dans les échappements et retarde un peu au delà du raisonnable son freinage à Moss. La Cooper est obligée d'aller faire un tour dans l'herbe et Titi prend la 2° position. Mais ce ne sera pas pour longtemps. Moins d'un tour plus tard, en tentant de s'échapper, Titi accélère trop tôt à la sortie de Whites corner et est obligé de prendre le V9 dans l'herbe. Warm Up ne loupe pas une si belle occasion de reprendre son bien, et le gardera jusqu'au drapeau à damier. Dernière passe d'arme au tour 36 entre Fred, qui se loupe aussi au freinage de Moss au bénéfice de Clément qui reperdra lui-même sa 7° place deux tours plus tard après un excès d'optimisme au V2B.

 

A l'arrivée, Pat, impérial, recueille un deuxième succès consécutif bien mérité, devant Warm-Up et Titi, grands animateurs de cette course, suivis par les marathoniens de l'arsouille Michel et Léo. Un peu esseulé pour ma part en 6° position, suivi par Fred qui a donc repris la 7° place à Clément, 9° Rookie suivi par son acolyte Gianni et enfin Jean-François qui verra le drapeau à damier après moult péripéties pour sa première course.

 

Bref, du grand, du beau, du pur Planète qui aura ensoleillé cette journée pluvieuse de Mosport. Alors, quelqu'un va-t-il réussir à mettre fin à l'hégémonie de Pat ?  J'en connais quelques-uns en ce moment même au fond de leur garage en train d'affûter leur châssis aux petits oignons et qui pourraient bien lui donner du fil à retordre... La suite dans notre prochain épisode : « ça glisse à Usui ».

 

MANCHE 3 - USUI - COURSE DU 11.11.12

 PAR GIANNI ALVARO - RECIT DU 07.12.2012

Après le déluge canadien tout le cirque gépélistique se déplace au Japon pour la 4ème manche du championnat sur le magnifique tracé de Usui, les pilotes sont confiants et prèts à en découdre dans la bonne humeur, les organisateurs ont abattu un immense travail pour que tout soit prèt, les commissaires de pistes sont déjà à leurs places, les médias sont prèts pour immortaliser cette épreuve. Le directeur de l'épreuve déclare les essais ouvert... c'est parti !

 

 

Les essais

 

L.LibGo (coo) est le premier à s'élancer, suivi de JF.Moreau (lot), T.Douet (coo), JL.Vidal (lot), M.Lenclen (bra), P.Girard (bra), F.Blanchot (coo), P.Cornu ( coo), R.4Evers (fer), W.Up (coo), G.Alvaro (bra), M.Fournié (coo), P.Barbe (fer), Y.Perrin (coo), D.Rainier (lot), C.Lefuret (fer), et M.Bonnard (coo).

 

T.Douet (coo) s'empare de la pôle provisoire, derrière la lutte est acharnée, JL.Vidal (lot) détrône T.Douet de la place de poleman, P.Cornu (coo) 3ème temps provisoire, nous avons dépassé la mi-essai, P.Barbe (fer) à la surprise générale s'empare avec autorité de la pôle provisoire, nous nous approchons de la fin des essais et malgré l'acharnement des pilotes les positions aux avant-postes restent figées.

 

P.Barbe (fer), à la surprise générale remporte la lutte pour la pôle, suivi du surprenant JL.Vidal (lot) 2ème, 3ème T.Douet (coo), 4ème P.Cornu (coo) leader du championnat après deux manches, 5ème  W.Up (coo), 6ème M.Lenclen (bra), 7ème  L.LibGo (coo), 8ème  JF.Moreau (lot), 9ème  M.Fournié (coo), 10ème F.Blanchot (coo), 11ème D.Rainier (lot), 12ème R.4Evers (fer) , 13ème G.Alvaro (bra), 14ème C.Lefuret (fer), 15ème P.Girard (bra), 16ème M.Bonnard (coo), 17ème Y.Perrin (coo).

 

 

Course

 

Les monoplaces se mettent petit à petit en place sur la grille de départ, les moteurs ronronnent, la tension est au maximum, la bouche est sèche, la concentration est intense, les moteurs rugissent de toute leurs puissance, soudain le drapeau s'abaisse, les bolides s'élancent dans un fracas infernal, les pneus crissent, les 17 bolides présents arrivent dans l'ordre au premier virage, moment d'anxiété, tout se passe bien, la course est partie.

 

T1 – P.Barbe (fer) se détache d'entrée. A l'arrière T.Douet (coo) 3ème se fait déjà pressant derrière JL.Vidal (lot) 2ème. Sur la tension du départ P.Cornu (coo) 4ème perd le contrôle de sa monoplace qui percute le bord, W.Up (coo) 5ème, M.Lenclen (bra) 6ème, L.Libgo (coo) 7ème, et JF.Moreau (lot) 8ème le passent, puis repart sans dommage apparent. Y.Perrin (coo) 17ème et C.Lefuret (fer) 14ème partent a la faute repartent tous les deux sans dommage mais M.Bonnard (coo) 15ème et P.Girard (bra) 16ème le passent. Y.Perrin (coo) 17ème repart à la faute une nouvelle fois et cette fois c'est l'abandon pour lui. Plus loin JF.Moreau (lot), 7ème, manque un freinage et sort trop large dans un gauche. P.Cornu (coo) 8ème en profite pour le dépasser.

 

T2 – La course est lancée, P.Barbe (fer), 1er, a déjà une bonne avance. A l'arrière les monoplaces défilent dans l'ordre, F.Blanchot (coo) 10ème talonne M.Fournié (coo) 9ème, M.Bonnard (coo) 15ème sort trop large d'un gauche et C.Lefuret (fer) 16ème en profite pour lui ravir sa place. R.4Ever (fer) 12ème, lui, se rapproche très près de D.Rainier (lot) 11ème.

 

T3 – T.Douet (coo) 3ème trop pressant derrière JL.Vidal (lot) 2ème se fait une frayeur le long de la barrière, W.Up (coo) 4ème et M.Lenclen (bra) 5ème, le passent puis il repart sans dommage. Un virage plus loin c'est au tour de M.Lenclen (bra) de partir à la faute, T.Douet (coo) 5ème, L.LibGo (coo) 6ème, et P.Cornu (coo) 7ème, le passent et il repart sans dégâts. Derrière, C.Lefuret (fer) 16ème s'est fortement approché de P.Girard (bra) 15ème et le dépasse d'une brillante façon. A l'avant W.Up (coo) 3ème revenu dans les tubulures d'échappement de la Lotus de JL.Vidal 2ème et cherche l'ouverture tous comme F.Blanchot (coo) 10ème sur M.Fournié (coo) 9ème. Plus en arrière R.4Evers (fer) 12ème fait de même sur D.Rainier (lot) 11ème mais ce dernier ne s'en laisse pas compter et reprend ses distances. Entre temps M.Lenclen (bra) 7ème remis de ses émotions recolle derrière P.Cornu (coo) 6ème.

 

T4 – P.Barbe (fer) 1er caracole en tête seul, W.Up (coo) 3ème tente en vain de dépasser la Lotus de JL.Vidal 2ème qui résiste à l'assaut, T.Douet (coo) 4ème, L.LibGo (coo) 5ème, P.Cornu (coo) 6ème, et M.Lenclen (bra) 7ème sont dans un un mouchoir de poche. Pas très loin, JF.Moreau (lot) 8ème tente d'opérer la jonction sur l'avant, M.Fournié (coo) 9ème et F.Blanchot (coo) 10ème toujours à la lutte mais M.Fournié (coo) 9ème résiste, D.Rainier (lot) 11ème qui a prit ses distances sur R.4Ever (fer) 12ème se rapproche du duo précédemment nommé.

 

T5 – Derrière, P.Barbe (fer) seul à l'avant, un regroupement se forme : JL.Vidal (lot) 2ème toujours sous la menace de W.Up (coo) 3ème qui cherche par tous les moyens à le dépasser, T.Douet (coo) 4ème ,L.LibGo (coo) 5ème, P.Cornu (coo) 6ème, et M.Lenclen (bra) 7ème se préparent à en découdre. R.4Ever (fer) 12ème en essayant de recoller derrière D.Rainier (lot) 11ème, nous fait une superbe figure acrobatique et voit se rapprocher derrière lui G.Alvaro (bra) 13ème qui commet aussi une petite faute sans conséquence autre q'une perte de temps. C.Lefuret (fer) 14ème, P.Girard (bra) 15ème, M.Bonnard (coo) 16ème suivent en solitaire.

 

T6 – P.Barbe (fer) 1er gère sa course à merveille, JL.Vidal (lot) 2ème, W.Up (coo) 3ème, T.Douet (coo) 4ème se livrent une lutte acharnée. Un peu plus loin L.LibGo (coo) 5ème en spectateur derrière ce trio tente d'opérer la jonction, tout comme le duo P.Cornu (coo) 6ème et M.Lenclen (bra) 7ème. JF.Moreau (lot) 8ème se rapproche de ce duo. M.Fournié (coo) 9ème résiste toujours avec brio aux assauts de F.Blanchot (coo) 10ème. D.Rainier (lot) 11ème grignote petit à petit du terrain sur ce duo. C.Lefuret (fer) 14ème a maintenant en point de mire devant lui G.Alvaro (bra) 13ème. P.Cornu (coo) 6ème ravit la 5ème place à L.Libgo (coo) sur une erreur de pilotage de ce dernier. JL.Vidal (lot) 2ème prend trop large dans un droite. W.Up (coo) tente de le dépasser par l'intérieur mais JL.Vidal se rabat subitement est c'est l'accrochage entre eux. Les deux monoplaces repartent sans dommage apparent, respectivement en 7ème et 8ème position, toujours aux coude à coude. C.Lefuret (fer) 14ème fait le forcing derrière G.Alvaro (bra) 13ème mais part à la faute et doit laisser ce dernier reprendre le large.

 

T7 – Les duo JL.Vidal (lot) 7ème W.Up (coo) 8ème, M.Fournié (coo) 9ème F.Blanchot (coo) 10ème sont toujours aux prises. Difficile de trouver l'ouverture sur ce tracé. L.LibGo (coo) 4ème et M.Lenclen (bra) 5ème se joignent au deux duoS déjà nomméS dans le même combat. M.Bonnard (coo) 16ème se fait surprendre dans le triple gauche et part à la faute. Prisonnière de la palissade elle est contrainte de mettre un terme prématuré à sa course.

 

T8 – P.Barbe (fer) toujours confortablement installée à la  première place, T.Douet (coo) 2ème à pris de la distance sur P.Cornu (coo) 3ème, M.Lenclen (bra) 5ème prend des risques dépasse L.LibGo (coo) 4ème, perd le contrôle de sa monoplace, fini dans la palissade, en reste prisonnier et est forcé de se retirer de la course. JF.Moreau (lot) 5ème part à la faute dans un droite, JLVidal (lot) 6ème et W.Up. (coo) 7ème  toujours à la lutte le passent, puis reprend la course, D.Rainier (lot) 10ème à rejoint le duo M.Fournié (coo) 8ème et F.Blanchot (coo) 9ème toujours aux prise, mais rien a faire, les pourchassés résistent et nous démontrent combien il est difficile de dépasser sur ce circuit.

 

T9 – Positions inchangées, W.Up (coo) 7ème se fait de plus en plus menaçant derrière la Lotus de JL.Vidal 6ème et finit par le dépasser avec autorité au bout de la ligne droite au freinage du gauche dans la montée. M.Fournié (coo) 8ème et F.Blanchot (coo) 9ème se livrent un somptueux mano a mano sous les yeux de D.Rainier (lot) 10ème, en spectateur privilégié. P.Girard (bra) 14ème explose sont moteur et repart, fait l'objet d'une investigation de la part des commissaires.

 

T10 – JL.Vidal (lot) 6ème manque le freinage de la ligne droite de l'arrivée et se trouve projeté contre le grillage du gauche au bout de la ligne droite de l'arrivée, rebondit au milieu de la piste. JF.Moreau (lot) 7ème ne peut pas l'évité, et entre en collision avec ce dernier. M.Fournié (coo) 8ème, F.Blanchot (coo) 9ème, se faufilent sans mal, JF : Moreau repart gentiment, D.Rainier (lot) 10ème mord la bordure pour tenter de le dépasser et reste bloqué derrière lui. JL Vidal (lot) avec une monture trop endommagée ne peut pas repartir et se retire de l'épreuve, D.Rainier (lot) 9ème fini par dépasser JF.Moreau (lot) 8ème  en forçant un peu au freinage de la chicane et prend le large, T.Douet (coo) 2ème négocie mal un gauche à l'amorce de la descente perd le contrôle de sa mono-place, finit dans le grillage, en reste prisonnier, se retire de la course.

 

T11 – P.Barbe (fer) 1er caracole toujours en tête et gère son avance. P.Cornu (coo), 2ème, auteur d'une sacrée remontée possède une confortable avance sur L.LibGo (coo) 3ème. W.Up (coo) 4ème suit, M.Fournié (coo) 5ème et F.Blanchot (coo) 6ème toujours au coude à coude. D.Rainier (lot) 7ème tente de revenir sur ce duo. Suivent JF.Moreau (lot) 8ème,  R.4Ever (fer) 9ème, G.Alvaro (bra) 10ème, C.Lefuret (fer) 11ème, P.Girard (bra) 12ème. Pitstop pour C.Lefuret (fer) 11ème QUI repart dans la même position.

 

T12 – P.Girard (bra) 12ème concède un tour au leader de la course. D.Rainier (lot) 7ème opère la jonction avec le duo F.Blanchot (coo) 6ème et M.Fournié (coo) 5ème.

 

T13 – F.Blanchot (coo) 6ème tente  de s'emparer de la 5ème place de M.Fournié (coo) par l'extérieur, sort de la piste et après une randonnée hors piste sans gravité reprend la course. Entre temps D.Rainier (lot) 7ème n'en demandait pas tant et en profite pour le dépasser.

 

T14 – Début de 14ème tour difficile pour JF.Moreau (lot) 8ème qui flirte avec les barrières et finit par faire un tête-a-queue puis repart sans trop de mal. Entre temps R.4Ever (fer) 9ème qui s'était bien approchér de lui le dépasse. Alors que le trio de choc M.Fournié (coo) 5ème, F.Blanchot (coo) 6ème et D.Rainier (lot) 7ème s'approche de P.Girard (bra) 12ème à 1 tour, il se fait surprendre, sort de la piste, fait une petite randonnée hors piste, laisse passer le trio et repart.

 

T15 – P.Barbe (fer) se fait une petite frayeur dans la montée au premier des trois gauches, s'appuit contre la barrière puis reprend sa course en tête. W.Up (coo) 4ème revient sur L.LibGo (coo) 3ème et l'a maintenant en point de mire. Dans la montée D.Rainier (lot) 6ème à la faveur d'un superbe dépassement s'empare de la 5ème place aux dépends de M.Fournié (coo), et prend le large. W.Up (coo) 7ème trouve enfin l'ouverture  et dépasse avec maestria la cooper de M.Fournié. C.Lefuret (fer) 11ème perd le contrôle de sa monoplace dans la descente puis repart sans mal.

 

T16 – P.Cornu (coo) 2ème fait le forcing derrière le leader, L.LibGo (coo) voit revenir sur lui W.Up (coo) 4ème, 5ème D.Rainier (lot ), 6ème F.Blanchot (coo), 7ème  M.Fournié (coo), 8ème  R.4Ever (fer), 9ème JF. Moreau (lot), 10ème  G.Alvaro (bra), 11ème C.Lefuret (fer) et 11ème P.Girard. F.Blanchot (coo) revient petit à petit sur D.Rainier (lot) 5ème. Nouvelle frayeur pour le leader P.Barbe (fer) qui sort trop large d'un droite, frôle la palissade et fait un tête-à-queue puis reprend la course sans dommage. Nouvelle sortie de piste pour JF.Moreau donc la Lotus devient difficile à piloter suite au nombreux chocs reçus. G.Alvaro (bra) 10ème en à profité pour le dépasser.

 

T17 – W.Up (coo) s'empare de la 3ème place à la faveur d'une erreur de pilotage de L.LibGo (coo) dans le gauche en montée. Retour de F.Blanchot (coo) 6ème dans les tubulures d'échappement de la Lotus de D.Rainier 5ème qui défend âprement sa place. W.Up (coo) 3ème est déporté sur l'extérieur dans le gauche en descente et L.LibGo (coo) reprend son bien, la 3ème place. Meilleur chronos de tour en course pour P.Barbe (fer) 1er qui voyait la cooper de P.Cornu 2ème de plus en plus grosse dans ses rétroviseurs.

 

T18 – Nous sommes dans les derniers tours, la fatigue s'installe, faut garder la concentration. Dans la descente F.Blanchot (coo) infatigable revient sur la Lotus de D.Rainier 5ème et tente de l'attaquer. Le mano à mano est superbe.

 

T19 – P.Barbe (fer) leader dès le départ gère à merveille la course et maintient la Cooper de P.Cornu 2ème à bonne distance. La passe d'arme entre D.Rainier (lot) 5ème et F.Blanchot (coo) 6ème est très intense. D.Rainier (lot) tente de résister mais le moteur de sa Lotus le lâche. Quel dommage ! Si près du but. P.Girard (bra) sort une nouvelle fois de la piste donc la mono-place s'arrête au milieu de la piste. G.Alvaro (bra) 9ème le percute et sort de la piste puis repart avec une mono-place endommagée.

 

T20 – Les positions sont maintenant bien démarquées, la fatigue est là, reste a finir sans dommage la course pour ces vaillant pilotes qui ont livré une superbe course. Et voilà, le drapeau a damier s'abaisse au passage de la Ferrari de P.Barbe qui remporte une splendide victoire , 2ème  P.Cornu (coo) qui cette fois ne remporte pas la victoire mais fait une excellente opération au classement général, 3ème invité sur le podium L.LibGo (coo) brillant 3ème, puis dans l'ordre 4ème W.Up (coo), 5ème  F.Blanchot (coo), 6ème M.Fournié (coo), 7ème R.4Ever (fer), 8ème G.Alvaro (bra), 9ème JF.Moreau (lot), 10ème C.Lefuret (fer), 11ème P.Girard (bra).

 

Les remise des coupes faites, le champagne coule 0 flot, la fête commence mais avant un grand remerciement pour les organisateurs de cette épreuve ainsi que les commissaires de piste. Tout le cirque de la formule 1 gépélistique se donne rendez-vous pour la prochaine manche et de nouvelles passeS d'armes.

 

Tchin tchin, santé à vous tous le gosier est sec.

 

MANCHE 4 - SURFER'S PARADISE - COURSE DU 09.12.12

 PAR MAXIME LENCLEN - RECIT DU 23.12.2012

9 décembre 1967, Surfers Paradise - Queensland, Australie.

 

Les membres du championnat Planète GPL ont rendez-vous dans l'hémisphère sud, au pays des kangourous, pour disputer la 4ème manche de cette compétition qui fait le tour du monde. L'aérodrome de ce charmant quartier de la Gold Coast dispose d'une petite piste routière lui permettant d'accueillir des courses automobiles. Le circuit est assez court, tout plat, mais le revêtement et les équipements sont de qualité. Un excellent cocktail pour une épreuve débridée.

 

Les concurrents se retrouvent la veille des qualifications au Titanium Bar. L'ambiance y est sportive mais ce sont des planches de surf et des maillots de bain à fleurs qui ornent les murs du bistrot. En effet, la Gold Coast organise tous les ans le championnat du monde de surf et, ce dimanche, c'est la première fois que le petit circuit va accueillir une course d'une compétition de cette envergure. Il suffit de voir le nom des pilotes prestigieux qui vont s'installer au départ, des limeurs de bitume, des tacticiens hors-pairs, des fous de l'embrayage, des hommes sans peur, des passionnés, et une princesse du baquet.

 

On décompresse devant une bonne mousse, on discute de l'épreuve, on affine les stratégies et les réglages par équipe. Ça sent l'huile de moteur et le caoutchouc brûlé. Mais il y a des absents : Jean-François Moreau, pourtant inscrit avec sa Lotus, n'a pas fait le déplacement. Ainsi que Yves Perrin, resté en Suisse, et Jean-Luc Vidal. Le valeureux doyen de la compétition, tel François de la Rochefoucauld, probablement obligé à rédiger ses mémoires.

 

Au milieu de la soirée surgit Philippe Girard, que l'on avait pas vu jusque là. Sa combinaison écorchée et pleine d'huile, son casque portant des marques de choc, et l'air usé et éreinté il clame en entrant dans la salle :

 

« Les gars, le V1 à fond ça passe pas ... »

 

On l'invite à prendre un verre, ça rigole, ça boit.

 

Pat' et Titi s'accordent pour éviter de s'accrocher pendant la course :

 

« - Je roule sans rétros tu sais bien, ma Cooper aura une meilleure aérodynamique, dit l'un.
  - J'ai pris mes aspirines au cas où ... », réponds l'autre.

 

Installé au flipper, bien qu'enchaînant les skill shots, Philippe Barbé marmonne (dans sa barbe) :

 

« - Grrbbllmmhh fichu pédalier ... I'va m'lâcher pendant la course j'le sens »

 

Gianni lui, n'a pas perdu de temps. Il s'est rapidement installé au bar, a commandé la meilleure bouteille, et offrant un verre à chacun, il buvait à la santé de ce merveilleux championnat. Après quelques verres, il regardait la bouteille en songeant :

 

« Mmmhh, ce délicieux breuvage qui me fait tant de bien, qu'adviendrait-il si j'en mettais dans mon V12 ? ... Oh et puis non, même si ça faisait des miracles, quel gâchis ! »

 

Les frères organisateurs sont restés à l'écart, plongés dans leur paperasse et soucieux d'organiser au mieux la course du lendemain :

 

« - Bon sang ! Où il est le JF ?
  - Mais qui c'est "Anon" ?
  - Pétard ! Titi il est chez GMT, pas chez les GDT ! »

 

Tandis que Michel converse amicalement avec Michèle, Warm Up, ancien skateur, admire les planches accrochées aux murs. Fred, Léo et Max discutent de la course de demain, en croisant le regard du leader du classement, Pat' :

 

« - Alors, t'as la pression, et pas seulement dans la main droite, ha ha ha ! », plaisantent-ils.

 

Pendant ce temps, Dave est resté aux commodités, se demandant pourquoi ici dans l'hémisphère sud, le tourbillon tourne dans l'autre sens quand on tire la chasse. Retrouvant ses amis pilotes à la table, il se dit que ce comportement physique des liquides ne devrait pas jouer des tours à sa mécanique.

 

Une fois la soirée finie, et après une bonne nuit de repos, les courageux compétiteurs se retrouvent le matin pour les qualifs. Session importante, car aux essais les écarts étaient très faibles, et ce n'est pas évident de dépasser sur cette piste.

 

Dimanche matin - Session de qualifications.

 

Les voitures sont prêtes, ça s'anime dans le paddock. Les pilotes enfilent leurs gants, se concentrent. Mais il y a quelque chose d'anormal qui plane sur les stands : Pat', le leader du championnat, n'est pas encore présent sur le circuit.

 

Faisant abstraction de ça, les héros de Planète GPL grimpent dans leurs guimbardes et s'élancent pour faire tomber le chrono. Å ce jeu, Michel Fournié, Maxime Lenclen, Warm Up puis Titi Douet en 1'09"59 s'échangent la pôle, tous quatre en Cooper. Le tracé étant très court, il faut vraiment effectuer un tour parfait pour descendre le chrono. C'est chose faite par Philippe Barbé sur sa Ferrari en 1'09"25, temps qui devrait lui assurer la pôle. Mais c'est sans compter sur la détermination de Titi, qui lui ravit la première place de 4 centièmes.
Mais l'attention se porte alors vers les stands, où on aperçoit Pat' monter dans sa Cooper, enfin. Le couteau entre les dents, c'est lui qui arrachera la pôle en 1'09"19.

 

Il devance sur la grille Titi Douet, Philippe Barbé, Maxime Lenclen, Léo Libgo sur Ferrari, et Warm Up. Suivent Fred Blanchot et Michel Fournié sur Cooper, Dave Rainier, Gianni Alvaro, Clément Lefuret, Rookie 4Ever et Philippe Girard sur Ferrari, et enfin une belle carrosserie dans une non moins belle carrosserie, Michèle Bonnard dans son Eagle.

 

Dimanche 14h00 - Course.

 

Le temps est radieux, le public de passionnés est nombreux. On s'active sur la grille, les derniers réglages sont faits. Les valeureux pilotes enfilent leurs gants et leur casques, montent dans leurs guimbardes et se préparent à en découdre.

 

Les cylindres s'animent, les échappements hurlent, les cœurs s'emballent ... et le starter agite le drapeau vert, c'est le départ !
La prudence est de rigueur chez tous les pilotes. Mais Maxime Lenclen en profite pour dépasser Philippe Barbé dès les premiers mètres, tandis que, derrière, Warm Up et Léo se disputent la 5ème place, que ce dernier sur sa Ferrari conservera.
Sur ce tourniquet très court, les écarts sont faibles et à l'issue du 2ème tour Michèle Bonnard heurte Philippe Girard au virage 4. La malheureuse dans son Eagle ne repartira pas, la foule l'acclame tandis qu'elle s'extrait de son cockpit avec classe. Philippe reprendra la piste dans sa Ferrari légèrement esquintée.

 

Au 4ème tour, Philippe Barbé alors 4ème, perd le contrôle de sa Ferrari au virage 2, certes sans dégâts, mais il doit laisser passer tout le peloton.

 

Ainsi, à la fin du 5ème tour les positions sont les suivantes : 1. Patrick Cornu, 2. Titi Douet, 3. Maxime Lenclen, 4. Léo Libgo, 5. Warm Up, 6. Fred Blanchot.

 

Tandis que Philippe Barbé remontait le peloton, il se sort au 8ème tour, au virage 2 également alors que, devant, Fred profite d'un écart de Warm Up pour lui subtiliser la 5ème place. Les écarts étant très faibles durant ces premiers tours, les erreurs coûtent cher.

 

Mais au 9ème tour, coup de théâtre avec l'abandon de Titi Douet, alors 2ème, aux prises avec Pat'et Max pour la tête de la course. Sa Cooper va s'encastrer dans le mur intérieur du virage 1. 3 boucles plus tard, Clément Lefuret alors en bagarre avec Rookie 4Ever, tond la pelouse, et repart 11ème derrière Philippe Barbé.

 

Au quart de la course on a : 1. Patrick Cornu, 2. Maxime Lenclen, 3. Léo Libgo, 4. Fred Blanchot, 5. Warm Up, 6. Michel Fournié.

 

Comme la 1ère place avec la poursuite entre Pat' et Max, la 6ème est indécise puisqu'elle est convoitée par Dave Rainier, qui essaye courageusement de passer Michel. Dans le peloton Philippe Barbé anime la course, dans sa Ferrari, en difficulté avec ses pédales, il remonte 9ème. Mais il commet une bourde au 16ème tour, et Rookie en profite. Il enrage sous son casque à cause de ses soucis matériels qui lui gâchent sa course.

 

La bagarre entre Michel et Dave pour la 6ème place prend fin au tour 19, lorsque le monégasque tente de passer au virage 1, mais il retient son geste et se sort pour éviter l'accrochage. Il repart derrière Gianni. Puis Philippe Barbé le passera peu après lorsqu'il sortira à nouveau. Ça s'arsouille dans le peloton pour les places d'honneur, tandis que devant le classement est figé.

 

Å la mi-course : 1. Patrick Cornu, 2. Maxime Lenclen, 3. Léo Libgo, 4. Fred Blanchot, 5. Warm Up, 6. Michel Fournié.

 

Progressivement, Philippe Barbé remonte en montrant tout son talent. Le récent vainqueur d'Usui est 7ème devant Gianni. Mais ce dernier ne lui laissera pas la tâche si simple et on assiste à une belle bagarre pour cette place d'honneur.

 

Å 10 tours de l'arrivée, la 1ère place est toujours indécise puisque Max talonne Pat'. Le leader du championnat est très solide et constant. Il ne laisse aucune opportunité à son poursuivant de passer. Un peu plus loin on retrouve Léo, puis Fred, Warm Up et Michel. Pour conclure une course très hachée, Philippe Barbé nous offre une nouvelle figure, puis repart 10ème.

 

La course se termine, le public se lève, et après un peu plus d'une heure de course, Patrick Cornu passe la ligne en 1ère position devançant de 5/10ème Maxime Lenclen, et de 10 secondes Léo Libgo qui complète le podium. Suivent Fred Blanchot, Warm Up et Michel Fournié. Aux places d'honneur on retrouve les autres Ferrari de Dave Rainier, Gianni Alvaro, Philippe Barbé, Rookie 4Ever, Clément Lefuret et Philippe Girard.

 

Beaucoup de sueur et de soulagement sous les casques, cette 4ème manche du championnat Planète GPL est terminée. De belles bagarres, de grand pilotes, de beaux circuits, les classements qui se décantent mais qui laissent néanmoins présager un joli suspens pour les prochaines courses à venir.

 

Bravo à toutes & tous.

 

MANCHE 5 - LOURENCO MARQUES - COURSE DU 06.01.13

 PAR MICHEL FOURNIÉ - RÉCIT DU 16.01.2013

Je suis assis dans l'herbe à regarder ce joli podium et je suis tout à la fois abattu mais aussi en admiration pour ces seigneurs de la piste qui trônent sur les trois marches une couronne de lauriers chacun autour du coup. Il manque juste le valeureux Fred qui a cassé son moteur alors que c'était inscrit : il devait animer la course, sa co-détention de wr en Cooper avec Pat en attestant. J'aurai bien mis une marche de plus pour lui.

 

Alban est troisième, il espérait faire mieux et Titi n'est pas mécontent du tout de son week-end end qu'il ne sentait qu'à moitié. Abattu ? Oui, mais je ne suis pas le seul, il ne reste que les miettes aux sans grade comme d'habitude (j'ai pourtant un peu de chance, j'en ai récolté). Il va falloir leur mettre des "charrettes à bras " à ces seigneurs; et encore, c'est pas dit.

 

Nous sommes en janvier 67 à Lourenço Marquès (Maputo depuis 1976) capitale du Mozambique sous influence Portugaise à l'époque. Le circuit est l'œuvre conjointe de Tom Guérout et de Éric Daon, deux fins connaisseurs et experts es GPL. Je soupçonne donc le Colombien Alban, qui se sent ici comme un poisson dans l'eau de faire la goule car il voulait briller dans ce pays sous domination ibère. Le circuit est court mais il est très bosselé, rendant les reprises d'adhérence et les trajectoires incertaines même en ligne droite. Prudence est le maître mot dès les sorties du camion des bolides ce mercredi d'avant-course et certainement la clef de la réussite. Bon, je suis abattu et de mauvais poil, alors je pousse un coup de gueule Madame, Messieurs : 11 pilotes sur ce rendez vous certes lointain mais quand même, c'est trop peu. Alors reprenez vite du service, bossez le prochain et venez vite me prendre mes miettes.

 

Les qualifications ressemblent à l'entraînement de mercredi avec 8 autos sous les 1.16. Ca va vite sur Planète. Gianni, Rookie et Clem ne sont pas loin, en embuscade. Une sortie de piste toute gentille et c'est 400 mètres de perdu. Au moins cinq tours pour se refaire. Il va falloir bien se tenir !

 

Philippe se bat avec son nouveau matos (attention, il promet le petit jeune). Rookie demande désespérément à son frère un set-up digne de ce nom pour sa Fiat mais celui-ci lui refourgue sur une feuille ronéotée le part-list complet du Panzer version schmolbluck de 1941. Ambiance !

 

Voilà la fiche des temps pour la qualification et un nom tout la haut, celui de Pat, encore impérial.

 

Pos No Driver                           Team     Nat      Time      Diff Laps
 1  14 patrick cornu                    Cooper   FRA 1m14.583s             13
 2   8 Warm Up                          Cooper   COL 1m14.851s   00.268s   15
 3  17 Frédéric Blanchot                Cooper   FRA 1m14.996s   00.413s   17
 4  11 Titi Douet-F1                    Cooper   FRA 1m15.064s   00.481s   19
 5   3 Michel Fournié                   Cooper   FRA 1m15.433s   00.850s   18
 6   9 Dave Rainier67                   Ferrari  MON 1m15.503s   00.920s   21
 7  16 Maxime Lenclen                   Cooper   FRA 1m15.520s   00.937s   20
 8  15 Philippe GIRARD                  Lotus    FRA 1m15.779s   01.196s   13
 9   2 Gianni Alvaro                    Ferrari  ITA 1m16.491s   01.908s   19
10  18 ROOKIE 4EVER67                   Ferrari  FRA 1m17.022s   02.439s   14
11   4 C Lefuret67                      Ferrari  FRA 1m17.618s   03.035s   17

 

Au départ, joli envol de Max qui permet dès V1 d'avoir six Cooper (sur 6) à l'avant, excusez du peu ! Il en restera cinq sur cinq en tête à l'issue de la journée. Gianni fait de même sur Girard en faisant l'intérieur. Dave a été sage face à Max mais il ne semble pas encore dans le "bain" de la course, en témoigne, sa faute dans le dernier droite qui permet à Gianni, Phil, Rookie et Clem de passer.

 

Tour 2
Max est survolté et il prend Mfou à l'aspi dans la ligne droite du deuxième tour. Phil met une roue dans l'herbe, le métier rentre mais ça profite à Rookie, Clem et Dave.

 

Tour 3
C'est Rookie qui fait la même faute que Phil avec la même punition. Il se retrouve à son tour à fermer la marche.

 

Tour 4
Dave se fait pressant sur Lefuret mais une vilaine reprise d'adhérence lui fait goûter l'herbe. Il va falloir se calmer dans la Fiat ! Voilà le classement, petit rappel pour ceux qui ont du mal à suivre : Pat, Wup, Fred, Titi, Max, Mfou, Gianni, Clem, Phil, Dave, Rookie.

 

Tour 5
Il se passe toujours quelque chose sur Planète. C'est au tour de Titi de disjoncter en bout de ligne droite : un pribu, un rétro, une crotte de nez récalcitrante, toujours est il que ce brave Thierry va goûter l'herbe et la paille. Il a eu peur, c'est le principal... Max et Fournié en profitent.

 

Situation "stable" jusqu'au tour 9 où il se passe enfin quelque chose. On commençait à se lasser. Clem dans les échappements de Gianni Alvaro se fait surprendre et va voir le taux d'humidité de l'herbe. Le sieur Girard toujours dans les bons coups ne se fait pas prier pour gagner une place.

 

Tour 11
Rebelote pour Clément qui regrette sa ronéo pour Rookie et qui laisse dans ses pensées passer Dave "grâce" à son passage dans l'herbe. Rainier a enfin retrouvé sa hargne et il aligne des tours très propres qui le mettront très proches du haut du tableau en Meilleur tour en course.

 

Tour 12
Enfin, pas d'erreur, Phil sort parfaitement de V1 et fait une belle aspiration à Gianni dans la ligne droite. C'est beau à voir. Devant, Max se fait peur en bout de ligne droite et les gagnants sont Michel et Titi.

 

Tour 14
Titi dans les tuyères de Mfou depuis deux tours sort superbement du V1 et envisage avec réussite l'aspi dans la ligne droite. C'est propre, c'est du Titi. Dans ce même tour, Dave fait dans le musclé en restant à la corde en fin de ligne droite pour passer dans le petit droit suivant. Gianni en est tout surpris.

 

Tour 15
Là, c'est du lourd : Fred fait la même que Dave dans le T14 mais à l'extérieur et sur Warm Up. Celui-ci regarde ses cahiers d'école. Oh oui zut, c'est possible !!! Il parlera de Renard au sujet de son compère dans son commentaire au débriefing d'après course.

 

Au tour 17, tous les bolides sont présents et dans cet ordre :

 

Cornu qui commence à sentir la pression de son nouveau dauphin se dit que la course sera dorénavant moins "calme".
Blanchot
Up
Douet
Fournié
Lenclen
Girard
Rainier
Alvaro
Forever
Lefuret

 

Tour 18
En bout de ligne droite, Phil donne certainement le coup d'œil de trop dans les rétros pour voir où va passer Dave mais il mord le trottoir et frôle la correctionnelle. Dave se rapproche des points.

 

Tour 21
Fournié se loupe en fin de V1 et la reprise de gaz est laborieuse. Max dans les échappements depuis quelques tours ne peut éviter la collision. Heureusement, la Cooper est indemne. Celle de Mfou est moyenne et il va jardiner dans le tour 23 laissant la cinquième place à Max. Fred signe le meilleur tour en course.

 

Tour 24
Gros tournant de la course en tête : Fred qui commençait à avoir Patrick en point de mire en étant plus rapide de 6/7 dixièmes en moyenne explose son moteur sur la bosse de fin de ligne droite.

 

Tour 25
La même bosse est fatale à Gianni qui loupe son freinage et termine sa course dans un arbre. Dix tours plus tard, Philippe voit la fragile mécanique Lotus lui échapper. Dommage !

 

Les positions semblent presque figées avec quand même deux centres d'intérêt, Titi qui convoite la place d'Alban et Dave celle de Mfou.

 

Tour 44
Voilà la touche finale du classement quand Alban sort trop large dans V1. Titi n'en demandait pas plus. Derrière, Fournié essaie de cacher au mieux à Dave ses problèmes de consommation, un arrêt aux stands n'étant plus envisageable. Heureusement pour lui, ça va trop vite dans la Ferrari à ses trousses et la mini faute arrive.

 

Pos No Driver                          Team     Nat Laps   Race Time       Diff
 1  14 patrick cornu                   Cooper   FRA   48  60m41.988s           
 2  11 Titi Douet-F1                   Cooper   FRA   48  61m06.962s    24.974s
 3   8 Warm Up                         Cooper   COL   48  61m09.422s    27.434s
 4  16 Maxime Lenclen                  Cooper   FRA   48  61m29.862s    47.874s
 5   3 Michel Fournié                  Cooper   FRA   48  61m52.566s  1m10.578s
 6   9 Dave Rainier67                  Ferrari  MON   48  61m55.391s  1m13.403s
 7   4 C Lefuret67                     Ferrari  FRA   46  61m34.965s   2 lap(s)
 8  18 ROOKIE 4EVER67                  Ferrari  FRA   44  61m04.679s   4 lap(s)
 9  15 Philippe GIRARD                 Lotus    FRA   34  44m14.016s  14 lap(s)
10   2 Gianni Alvaro                   Ferrari  ITA   24  31m31.278s  24 lap(s)
11  17 Frédéric Blanchot               Cooper   FRA   23  29m12.428s  25 lap(s)

 

Race results are unofficial
(Replay might have been saved before end of race)

RACE FASTEST LAPS

Pos Driver                                 Time Lap
 1  Frédéric Blanchot                 1m14.884s  23
 2  Dave Rainier67                    1m14.918s  48
 3  Titi Douet-F1                     1m15.024s  46
 4  Warm Up                           1m15.026s  45
 5  patrick cornu                     1m15.241s  47
 6  Maxime Lenclen                    1m15.305s  41
 7  Michel Fournié                    1m16.338s  19
 8  Philippe GIRARD                   1m16.385s  30
 9  ROOKIE 4EVER67                    1m17.041s  10
10  Gianni Alvaro                     1m17.051s  19
11  C Lefuret67                       1m17.280s  37

 

Il n'y aura que 48 tours dans cette course, n'en déplaise au vainqueur qui avait prévu 4 tours d'honneur coté consommation. Mais quand va-t-il se lasser de gagner ?

 

Merci à Planète pour cette Organisation sans faille et Rdv en ville pour la prochaine course.

 

Birmingham, ça devrait être pas mal à condition... de s'inscrire.

 

MANCHE 6 - BIRMINGHAM - COURSE DU 27.01.13

 PAR C LEFURET - RÉCIT DU 12.03.2013

Après une séance d'essais âprement disputée, Michel Fournié s'adjuge la pole devant le large leader du championnat Patrick Cornu. Titi Douet se fait souffler le podium de départ par un Philippe Barbé très en verve.

 

La meute s'élance dans le tourbillon de Birmingham mais dans une prudence craintive. Mais, dès les premiers hectomètres, la piste rappelle aux pilotes que la prudence ne suffira pas pour la terrasser, un peu de chance sera nécessaire ! Philippe Barbé est la première victime du freinage de Cavendish Corner, c'en est déjà fini des espoirs du leader des VLT, piégé dans la paille.

 

Et les premières joutes s'engagent après ce calme départ. Après deux glissades, Dave Rainier concède la 7e place à Gianni Alvaro. Au tour suivant, Pat met la pression sur le leader et le pousse à la faute : MFou laisse la tête pour prendre la 3è place, car Titi se glisse dans un trou de souris et parvient à l'éviter. Au 5e tour, la mécanique s'y met, avec l'explosion brutale à pleine charge dans la montée de la colline de Peter Barwell, du Cosworth de la Cooper de Léo Libgo, alors en 5è position.

 

Au 7è tour, nouvelle glissade pour MFou qui laisse sa 3è place à Maxime Lenclen, mais parvient a quitter la paille moelleuse. Malheureusement, des réglages trop pointus, rendent la Brabham du poleman trop difficile à maîtriser et c'est une nouvelle sortie pour MFou au 11è tour. C'est l'abandon au tour suivant, Mfou renonçant à dompter une monture trop abîmée. La course est menée par Pat, suivi de près par Titi Douet, puis par Max Lenclen talonné par Warm up. Un peu plus loin, Gianni est poursuivi par Dave tandis que R4E est aux portes des points.

 

Au 16è tour, c'est Philippe Girard qui renonce, alors qu'il est 8è, après un gros choc au 12è tour. A mi-course, les positions sont fixées mais les tandems se sont formés. Titi est à 1 seconde de Pat pour la victoire. A 20 s, le second duo de Cooper : Wu a Max en visuel, de même pour un duo de Ferraristes, où Dave Chasse Gianni. R4E suit à 13s tandis que C Lefuret est 8è et dernier en course, à 1 tour, après sorties et réparations aux stands.

 

Au 20è tour, la 5è place se libère, lorsque Gianni sort face au Trade Market, dans ce piégeux 90° gauche, peu avant les stands nommé "Cavendish Corner". Puis, au même endroit, grave sortie pour Dave, au 24è passage. C'est la stupeur dans la foule lorsque la Ferrari se retourne. Et très vite l'effroi s'installe quand l'huile s'enflamme. Dave a juste eu le temps de ramper de quelques mètres. Le public, impuissant car parqué derrière de hauts grillages de sécurité, est soulagé quand il perçoit la présence du seul commissaire présent à proximité. Celui-ci a juste le temps de saisir le bras de l'infortuné pilote et de le faire basculer de l'autre côté de la glissière pleine. Une seconde plus tard, c'est l'embrasement complet et la Ferrari disparaît dans une boule de feu ! Fort heureusement, aucun blessé ne sera à déplorer...

 

Au défaut d'entretien de la piste, au niveau de la zone de freinage, s'ajoute le défaut d'équipe de sécurité, dans un endroit pourtant vaste et dégagé. L'association des pilotes a porté plainte contre les organisateurs.

 

Deux tours plus tard, le même bosselage coûte le podium à Max au profit de Wu, qui s'était fait à peine distancer depuis la mi-course. Une simple frayeur pour Max, qui est content de poursuivre après son incartade contre la paille ! Au 30è tour, fin de course pour C Lefuret au même endroit, piégé dans les restes de l'accident de la Ferrari.

 

Toute la fin de course sera haletante entre Max et Wu et surtout avec le combat des chefs entre Titi et Pat, dont le 31è tour où le deuxième croit trouver la faille, en vain, après une glissade du leader. Après une course opiniâtre, R4E finit 5è, et dernier finisseur, à un tour.

 

Au classement du championnat, nouvelle moisson pour les GDT de Maxime Lenclen et Warm Up qui conforte sa 2è place. Titi se hisse à la troisième place après un début de saison en demi-teinte. La 5è victoire (et une 2è place) pour Patrick Cornu annihile presque tous les espoirs des concurrents pour la 5è saison du championnat Planète.

 

MANCHE 7 - SENZAPATRIA - COURSE DU 24.02.13

 PAR ERIC LIBOUREL - RÉCIT DU 23.03.2013

La caravane Planète se rendait ce 24 Février 2013, pour la septième manche de la saison, dans le pays imaginaire de Grand Prix Legends. Cette belle contrée où l'on ne trouve que des circuits de course automobile nés de l'imagination débordante de créateurs fous, fous du jeu Grand Prix Legends. Cette fois-ci nos pilotes s'attaquaient au circuit de Senzapatria.

 

Senzapatria, qui est donc le nom d'un tracé créé en 2002 par MadCowie et Robert Hunter. Plus de 11 kms de long, il se caractérise notamment par un très beau "banking" (Venezia) après la ligne droite des stands, une bosse délicate à négocier (Padova), de très grandes lignes droites entrecoupées de longues courbes, permettant aux pilotes d'atteindre des vitesses très élevées, ainsi qu'un enchaînement plus lent et plus technique (Modena), où la configuration du terrain rend difficile l'inscription du bolide dans la trajectoire idéale.

 

Seuls 13 pilotes firent le déplacement en terres imaginaires. Le leader, Patrick Cornu, était bien sûr présent, en Lotus. Tout comme son principal adversaire au championnat, Warm Up, lui aussi sur Lotus. Evidemment, sur ce tracé rapide, les châssis permettant d'atteindre les plus grandes vitesses de pointe dominaient. Ainsi, nous dénombrions 4 Lotus, 5 Eagle, 3 Ferrari et 1 Honda, cette dernière étant pilotée par Thierry Douet, troisième au championnat des pilotes.

 

Maxime Lenclen (Lotus) s'appropriait avec autorité le meilleur temps des qualifications en 2'48"58, 3 dixièmes devant P. Cornu et 7 dixièmes devant Frédéric Blanchot (Eagle). Voici donc la première pôle pour M. Lenclen dans ce championnat. À moins d'une seconde suivaient respectivement Michel Fournié (Lotus) et Warm Up. Au-delà, on retrouvait, dans l'ordre du placement sur la grille de départ, T. Douet, Leo LibGo (Eagle), R4E (Eagle), confiant et en grande forme tant il semblait avoir pris la mesure du tracé, Jean Luc Vidal (Ferrari), Gianni Alvaro (Eagle), Dave Rainier (Ferrari), Clément Lefuret (Ferrari) et enfin fermant la marche, Alessandro Neone (Eagle), à un peu plus de 10 secondes du "poleman".

 

Très vite après le tomber du drapeau vert, il y eut une première vague d'abandons assez sérieuse avec la disparition de quasiment la moitié du plateau.

 

Ainsi, A. Neone et J.L. Vidal abandonnèrent dès le premier tour. Ce dernier, dépassé sur la ligne de départ par G. Alvaro, fut victime d'un accident en tentant de récupérer sa place. Sur ce point, écoutons G. Alvaro nous en dire un peu plus : "Départ bizarre pour moi, je me trouve derrière R4E qui part très bien, je mets les gaz et prends le meilleur sur J.L. Vidal qui apparemment n'a pas trop bien réussi le sien. Je pense qu'il est derrière et me rabats légèrement dans la parabolique, je ne le vois plus et me méfie, je ne serre pas trop et me ré-écarte. Au "replay" je vois qu'il essaie de me faire l'intérieur et part dans la bordure, sans trop de mal, puis il me touche au freinage au sommet de la bosse. Un bout plus loin, dans le droite, il part à la faute...". Nous n'avons malheureusement pu recueillir les impressions de J.L. Vidal, introuvable dans le paddock.

 

Ensuite, dans le second tour, M. Fournié et R4E furent victime d'un "freeze". Très grosse déception pour R4E, qui venait de prendre le meilleur sur T. Douet et L. LibGo, à la régulière, et semblait tenir le rythme de la tête de course.

 

La Lotus de M. Lenclen le trahit dans ce même tour, alors que tout semblait se dérouler parfaitement pour lui. Un bel envol et une bonne maîtrise qui lui permit assez vite de prendre un peu d'avance sur P. Cornu et Warm Up, lui laissant entrevoir la possibilité de vivre une course plus facile que prévue. Enfin, au sixième tour, ce fut F. Blanchot qui nous quittait.

 

Tandis que derrière ça écrémait vite et dur, devant ça arsouillait sévère. Ainsi nous observâmes deux belles luttes, comme on aime en voir souvent, engagées et maîtrisées. D'un coté pour le gain de la première place entre P. Cornu et Warm Up, et de l'autre pour l'accession à la dernière marche du podium entre L. LibGo et T. Douet.

 

P. Cornu, au terme d'une course appliquée, empochait la victoire et confirme ainsi qu'il sera très difficile cette saison de le déloger de la première place du classement général des pilotes. Tout semble lui sourire cette année. Warm Up ne dut se résoudre à se contenter de la seconde place qu'à la toute fin de la course quand il fit une petite erreur qui le décrocha définitivement du leader. Jusque-là il avait tout tenté, en vain, tant la défense de P. Cornu fut royale.

 

Warm Up au micro : «Petite frayeur au départ avec M. Fournié qui se déporte sur moi, je lève le pied et tout rentre dans l'ordre. Calés à l'aspiration, on se taille la bourre tous les deux avant de rejoindre F. Blanchot pour une autre passe d'arme mémorable. Ce début de course me plaît bien, j'ai de bonnes sensations, notamment grâce aux réglages châssis de mon coéquipier M. Lenclen. Me voilà en troisième position après avoir passé F. Blanchot et c'est avec stupeur que je découvre la Lotus de mon coéquipier, M. Lenclen, au ralenti ! Bien déçu pour toi car la victoire te tendait les bras. Je n'ai pas regardé tes premiers tours mais il est vrai que la Lotus ne pardonne pas d'être brusquée, peut-être une piste à explorer ? Comme au training, je me retrouve donc deuxième avec P. Cornu en point de mire. J'arrive à stabiliser l'écart qui tourne autour de 2 secondes. Les tours s'enchaînant, je parviens même à reprendre quelques dixièmes, ce qui finit par m'ouvrir l'appétit. Je sais qu'une fois dans l'aspiration je pourrai tenter quelque chose. J'opère la jonction aux alentours du T12 mais je réalise que dépasser le champion Planète sera difficile. Je laisse passer ma chance une première fois en arrivant sur le "banking" car je prends peur en voyant la V-max atteinte. La mésaventure de M. Lenclen me dissuade de trop taper dans le moteur. Du coup, même en étant à moins d'une seconde, dépasser reste compliqué, d'autant que les portions où je suis mieux ne sont pas propices à ce type de manoeuvre. Je laisse passer une deuxième occasion en bloquant les roues sur le dernier freinage, celui où la relance est primordiale pour bénéficier de l'aspiration... Arf ! Le "lappage" de C. Lefuret aurait pu être une autre occasion mais j'ai trouvé que cela présentait trop de risques. Ensuite, je commets une petite erreur à deux tours de la fin qui permet au leader des TNT de sortir de la zone rouge. Je me console tout de même avec le meilleur tour en course, mon deuxième dans ce championnat à ce jour.»

 

Pour la troisième place, T. Douet s'inclinait finalement à bord de sa lourde Honda après avoir pourtant tenu le rythme de L. LibGo pendant la majeure partie de la course.

 

G. Alvaro empochait avec courage le gain de la cinquième place, en devançant assez largement D. Rainier et C. Lefuret, respectivement sixième et septième.

 

À l'issue de cette manche, P. Cornu assoit un peu plus sa mainmise sur le championnat. Avec 60 points, il devance de 29 points le second, Warm Up et de 41 points le troisième, T. Douet. Suivent ensuite L. LibGo (18 points), toujours à la recherche de sa première victoire dans ce championnat, M. Lenclen (14 points), P. Barbe (10 points), F. Blanchot (8 points), M. Fournié (7 points), G. Alvaro, R4E, D. Rainier (2 points), C. Lefuret et J.L. Vidal (1 point).

 

Au classement général des équipes, The New Team domine avec 61 points, devant le Good Driving Team (46 points) et le Good Mixed Team (29 points). Rendez vous le 17 Mars 2013 pour la prochaine épreuve qui se déroulera sur le circuit d'Avus 50. Merci à tous.

 

MANCHE 8 - AVUS 50 - COURSE DU 17.03.13

 PAR R4E - RÉCIT DU 13.06.2013

Créé au début des années 20 le mythique circuit de l'Avus disparaît définitivement avec le 20è siècle. C'est sous l'impulsion d'Oversteer aidé d'Eric Bourgouin et d'autres hommes de bonne volonté qu'en 2004 ce circuit put renaître, pour GPL, avec le tracé qui avait accueilli la F1 en 1959. C'est donc assez émus et tendus que les pilotes du championnat Planète GPL s'apprêtaient, en cette fin d'hiver 2013, à mettre les roues de leurs bolides sur ce tracé de légende.

 

En ce 6 février c'est près d'une dizaine de pilotes qui étaient réunis pour une première séance privée. Michel Fournié était là en Honda, Philippe Barbé était venu en Lotus alors que les autres participants étaient présents avec un bataillon de véloces Eagle. Après 3/4 d'heure de découverte de la piste ce sont ces voitures qui survolent logiquement les débats. Avec leurs voitures de 1967 les pilotes de 2013 surpassent largement les 2mn06 des voitures de 1959. Là, le meilleur du jour, Titi Douet, tourne sous les 1.50 alors que Patrick Cornu et Gianni Alvaro ont bouclé les 8km 300 en 1.51.5 et 1.52. R4E et Alessandro Neone ferment la marche en 1.53.7 et 1.54.3 mais ils ne sont pas les seuls à constater que rouler sur cette piste n'est pas aussi facile qu'on le dit souvent : seulement deux ou trois endroits tricky mais à l'inverse d'un Nürburgring ça ne fait, justement, que deux ou trois passages où on peut reprendre du temps à un adversaire qui fait une faute. Chaque erreur se paie donc cash et est très difficile à compenser.

 

La première quinzaine de mars voit se disputer les essais officiels. C'est à nouveau une dizaine de pilotes qui sont réunis à chaque séance : ils ne font que confirmer la suprématie des Eagle et la difficulté d'aller sous les 1mn 50. Avant le jour J, seuls Titi Douet, 1.49.2, Maxime Lenclen, 1.49.5, et Patrick Cornu, 1.49.9 y sont parvenus. Voyons donc ce qui va se passer lors des essais précédant la course et si la hiérarchie va se confirmer.

 

Tel le Surtees de 67, Michel Fournié est le premier à s'élancer au guidon, pardon, au volant de sa lourde Honda. Après un tour de lancement, il boucle le premier tour lancé de la séance et signe du même coup la première pole en 1.53.8. Peu après, Gianni Alvaro entame la très attendue ronde des Eagle en améliorant le chrono précédent en 1.51.13. Dix secondes plus tard c'est au tour de Patrick Cornu de mettre la barre plus haut pour 6 centièmes puis de récidiver au tour suivant en améliorant, nettement cette fois, grâce à un 1.50.66. Les minutes passent, 4 exactement, et, alors qu'on se demandait si la cause n'était pas déjà entendue, c'est au tour de Maxime Lenclen de se signaler à l'attention des chronométreurs : son 1.50.44 tient trois minutes et, alors qu'on passe juste la moitié de la séance, il reste donc un quart d'heure, Warm Up montre les crocs en s'approchant le plus des 1.50. Moins d'une minute après la pole progresse d'un quart de seconde avec un 1.49.91 signé Maxime Lenclen.

 

Le premier pilote sous les 1.50 n'en reste pas là et gagne encore 2 petits centièmes au tour suivant. Une minute et demi suffit alors pour que ce chrono tombe lui aussi et Titi Douet, qui n'était alors que 4è avec un 1.51 tout rond, fait parler la poudre et s'empare du commandement avec un 1.49.53 plus digne de ses séances d'essai précédentes. La lutte fait rage et personne ne lâche rien : moins d'une minute plus tard Patrick Cornu revient de la 4è place en 1.50 tout rond et, gagnant 15 centièmes sur son opposant le plus farouche, semble avoir mis tout le monde d'accord. Il reste dix minutes d'essais et, alors que certains font déjà des essais avec le plein, se contentant de ce qu'il ont pu faire jusque-là, Titi Douet ne s'avoue pas encore battu. Après une sortie de piste il parvient à rejoindre les stands pour constater qu'heureusement sa voiture n'a rien. Il demande à ses mécanos de lui remettre un minimum d'essence et il repart le mord aux dents. Bien lui en prend puisqu'à 3 minutes de la fin de la séance il décroche ce qui sera finalement la pole, 1.49.37, battant d'un microscopique centième le temps de Patrick Cornu.

 

Le duel entre les deux champions va bien avoir lieu ! On les trouve donc côte à côte sur la première ligne, précédant Maxime Lenclen, auteur d'un beau 1.49.49 en fin de séance, et Warm Up signant in-extremis un 1.49.63. Derrière eux, Gianni Alvaro qui confirme sa bonne maîtrise de ce circuit avec un 1.49.9 est accompagné d'Eric Libourel, 1.51.7 en Lotus. Ces pilotes devraient se disputer les bonnes places, Michel Fournié, 7è en Honda en 1.51.95 et Jean-Luc Vidal, 9è en Ferrari en 1.52.4, se chargeant de représenter au mieux les châssis les moins rapides sur cette piste.

 

Le flagman libère 14 fauves assoiffés d'asphalte et de vitesse (les voitures, rassurez-vous) et autant de gentlemen-driver prêts à s'étriper en toute camaraderie. Ce premier tour est plutôt mouvementé et, si personne ne part au tapis, les positions vont pas mal changer, au gré des aspis et des freinages des uns et des autres. Gianni Alvaro rate un peu son départ et Eric Libourel s'élance et le passe. Michel Fournié doit se résoudre lui aussi à le passer en le contournant par sa gauche. Le voilà 7è. Un peu plus loin je le passe aussi, pénalisé qu'il est par sa mauvaise prise d'élan. Il n'est donc plus que 8è alors que dans le même temps C Lefuret en Eagle n'a pas de mal à se porter à la hauteur de Jean-Luc Vidal et sa Ferrari pour finalement le passer et prendre sa 9è place. A l'arrière, David Rainier en Eagle prends l'avantage sur la Lotus de Frédéric Blanchot et la 12è place. Au bout de la première ligne droite Alvaro repasse R4E en freinant plus tard alors qu'Alessandro Neone en Eagle va heurter la Lotus de Blanchot. Heureusement ce dernier arrive à s'en sortir mais c'est l'Eagle qui va heurter une glissière à gauche au niveau du kink puis part en toupie. Dans l'incident, Rainier échappe au pire mais, ironie du sort, repasse derrière Blanchot.

 

Tout le peloton passe sans autres soucis la première épingle et c'est reparti dans l'autre sens pour attaquer la 2è ligne droite. Au milieu de celle-ci, Warm Up prend l'aspi de Maxime Lenclen, le déboîte par la droite et le passe. Le voilà 3è. Peu après, Rainier en fait autant par la gauche avec Blanchot et repasse à nouveau 12è. Soudain un murmure se fait entendre dans les tribunes : le premier passage du banking se déroule mal pour Libourel et sa Lotus puisqu'il part en tête-à-queue. Pas de bobos pour l'infortuné qui recule de trois places, passé qu'il est par Fournié, Alvaro et, sur l'élan et sur la ligne, R4E, votre serviteur. Ainsi se termine le premier tour qui voit passer en tête le poleman Titi Douet, suivi à 1 seconde de Patrick Cornu et 1 seconde et demi de Warm Up qui signe le meilleur tour de lancement en 1.57.97. Lenclen est en embuscade à 3 secondes du leader. Fournié, 5è, premier "non-Eagle" dans cette tête de course, se bat bien au guidon (merde, j'y arriverais pas !), au volant de sa grosse mémère bourrée de saké.

 

Au début du 2è tour Blanchot dépasse Rainier puis Rainier repasse 12è avant Südkehre. Dans le même temps la Ferrari de Vidal profite de l'aspi pour passer l'Eagle de Lefuret au mini-kink du milieu de la 1ère ligne droite. Ils sont 9 et 10è. Dans la 2è ligne droite Libourel commence sa remontée et passe R4E pour reprendre la 7è place. En toute fin de tour Cornu est à deux doigts de partir au tas en sortie de banking. Il se récupère mais Warm Up le passe et s'empare de la 2è place. Mais, mais, que se passe-t-il ?!? Dans le même temps la foule hurle pour de bon, cette fois-ci : dans le banking, c'est Lefuret qui part à la faute et perd trois places, dépassé en un clin d'oeil par Philippe Girard, Rainier et Blanchot. Avant qu'il ne puisse repartir c'est Alessandro Neone qui passe lui aussi et le malheureux doit s'arrêter aux stands pour réparer avant d'entamer le 3è tour, 14è et bon dernier. Ca bataille entre Libourel et Fournié : le premier passe avec sa Lotus puis le second profite de l'aspi pour reprendre sa 6è place au volant de sa Honda avant le banking. Dans le 4è tour Libourel prend l'avantage avant Südkehre. Rainier et Blanchot passent Girard et se retrouvent 10 et 11è. Dans le banking c'est Warm Up qui part en glissade devant les roues de Lenclen. Celui-ci passe et s'empare de la 3è place. Dans la foulée et avant qu'il ne puisse repartir c'est Alvaro, Libourel et Fournié qui passent et il glisse au 7è rang. Les places sont chères à la moindre erreur.

 

Le tour 5 voit à nouveau pas mal de changements dans le classement : à Südkehre Cornu rate son freinage et Lenclen profite de son tête-à-queue pour s'emparer de la 2è place. Neone abandonne après un taq dans le banking. A la sortie de Südkehre, Libourel qui était en pleine remontée ré-accélère un peu trop fort et part en taq. Tout est à refaire pour lui puisqu'il retombe à la 8è place, Fournié, Warm Up et R4E le passant en un instant. Au même moment, quelques mètres derrière dans la courbe, c'est Vidal qui rate, lui, son freinage et laisse passer Rainier, Blanchot et Girard pour se retrouver 12è. Au tour suivant Warm Up reprend la 5è place à Fournié alors que Vidal fait une nouvelle cabriole à Südkehre et doit cette fois-ci abandonner.

 

Au début du 8è tour c'est la stupeur : Cornu (déconnecté) à disparu du classement alors qu'il était 3è. Pas d'accident mais la course est finie pour lui ce qui relance les espoirs de certains compétiteurs pour les bonnes places à l'arrivée. Tout le monde gagne un cran et Alvaro est donc désormais 3è devant Warm Up, 4è, Douet et Lenclen restants aux deux premières places. Le banking est décidément un joli piège et Alvaro s'en rend compte à la sortie. Pas de catastrophe mais il y laisse ses 4 secondes d'avance et sa 4è place à Warm Up. Lefuret doit rejoindre les stands pour réparer après deux petites sorties de piste dans le tour. Il continue, toujours bon dernier. En fin de tour Blanchot passe Rainier qui fait un taq dans le banking mais ce dernier récupère sa 8è place quand Blanchot en fait de même en fin de 9è tour. Au 10è tour on trouve R4E, Libourel et Fournié en 5, 6, et 7è position. Fournié se loupe dans le banking et perd le contact avec les deux autres. R4E et Libourel se passent et se repassent au gré des aspis mais au 15è tour c'est ce dernier qui prend l'avantage, et la 5è place, pour de bon.

 

Les 10 tours suivants voient le classement se figer alors que l'avance de Douet sur Lenclen passe de 5 secondes à près d'une trentaine. Fournié doit abandonner, le moteur de sa Honda ayant explosé (trop de saké trop chaud ?) et Blanchot hérite de sa 8è place. Au 30è tour une dernière sortie du banking ratée amène ce dernier à abandonner. A l'avant-dernier tour Warm Up doit s'arrêter aux stands pour une réparation express mais, ayant assez d'avance sur son poursuivant, Alvaro, il conserve sa place de troisième sur le podium. Douet, lui, s'impose devant Lenclen, qui lui a repris du terrain en fin de course mais termine quand même à une bonne quinzaine de secondes. Alvaro garde une grosse seconde d'avance sur Libourel pour la 4è place.

 

MANCHE 9 - ZOLDER - COURSE DU 21.04.13

 PAR TITI DOUET - RÉCIT DU 25.05.2013

Bienvenue à Zolder ! Son beau circuit, ses talus de sable traîtres et son infâme grillage.

 

Ils sont douze pilotes à se présenter pour cette antépénultième manche du championnat Planète 2012-2013. Parmi eux, il y a Patrick Cornu, actuel leader et qui peut être sacré champion dès la fin de cette course. Il lui suffit de glaner les 3 points de la quatrième place. C'est dire si l'enjeu est de taille. Parmi les absents, on remarque celle de Philippe Barbé (problèmes de pédalier non résolus ?) pourtant 6è au classement général (et toujours leader du classement des 1ers pilotes) ainsi que celle, entre autre, de Jean-Luc Vidal grand animateur des pistes et des paddocks.

 

Assez vite dans les essais qualificatifs, trois pilotes passent sous la barre symbolique des 1'30. Il s'agit de Titi Douet, Fredéric Blanchot et Patrick Cornu. Les autres pilotes sont pour l'instant plus loin mais les chronos continuent de tomber. À mi-séance, les écarts se sont réduits et, derrière les trois mêmes, on trouve Maxime Lenclen, Warm Up et Léo LibGo dans les 1'30, Michel Fournié, Gianni Alvaro et Rookie 4ever dans les 1'31 ; puis viennent Dave Rainier (1'32) et un peu plus loin C. Lefuret et Alessandro Neone. À 10 minutes de la fin des essais, Fred a rejoint Titi sous les 1'29 à 2/10e seulement ! Et ça suit derrière : Pat n'est pas loin ainsi que Gianni sous les 1'30 à son tour. Au final, c'est Titi qui décroche la pole position, serré par Fred à 2/10e donc, 3e Pat à 5/10e, puis viennent Gianni (qui a bien profité de sa véloce Lotus), 5e Maxime, 6e Warm Up, 7e Léo, 8e Michel, 9e Dave, 10e Clément, 11e Rookie et 12e Alessandro.

 

Les voitures prennent place sur la grille de départ. Le starter lève son drapeau... Et c'est parti ! Tout ce petit monde s'élance correctement. Mais dans le double droit de Sterrenwacht, Maxime Lenclen flirte avec l'extérieur de la piste, titillé par Warm Up à l'intérieur, tant et si bien qu'à Kanaalbocht, il sort carrément et se retrouve happé par cet infâme grillage (ouh, qu'il est infâme). C'en est déjà fini de sa course ! "Je n'ai jamais fait une course officielle aussi courte ! Je suis vraiment déçu et surpris." nous confiera-t-il; on le serait à moins. L'actuel 4e du classement ne marquera pas de point cette fois. Gianni Alvaro est de plus en plus pressé par Warm Up et se fait dépasser par lui dans la ligne droite des stands. Même motif et même punition quelques virages plus loin avec cette fois Léo LibGo puis Michel Fournié. Pendant ce temps, juste devant, Patrick Cornu profite d'une relance moyenne de Frédéric Blanchot à la sortie de Lucien-Bianchi pour venir à sa hauteur. Les deux pilotes sont côte à côte dans la montée vers la butte. Le public retient son souffle; qui va céder ? Pat va jusqu'à faire la tondeuse à gazon dans l'intérieur de Sacramentshelling mais obtient gain de cause : Fred lève légèrement le pied et Pat s'empare de la deuxième place ! Fred en est si interloqué qu'il part en tête-à-queue dans Terlaemenbocht mais se ressaisit bien vite et s'engage à la poursuite de Pat. Dans les tours suivant, les duels se précisent : Rookie 4ever contre C. Lefuret; Dave Rainier contre Gianni Alvaro; Léo LibGo contre Warm Up... Michel Fournié, jusque-là solide 6e, voit toutes ses chances de bien figurer s'envoler dans la fumée de son moteur qui vient d'exploser ! Ce n'est pas la première fois (ne serait-ce qu'aux essais tout-à-l'heure) et nul doute que la discussion avec ses mécaniciens va être houleuse. Pendant ce temps, C. Lefuret se rate dans Jacky-Ickx et Rookie le dépasse dans la ligne droite des stands sans demander son reste. A l'avant, c'est Frédéric Blanchot qui fait le spectacle avec une remontée ahurissante durant laquelle il bat trois fois de suite le meilleur tour en course et qui lui permet de recoller aux leaders !

 

Au dixième tour, on peut diviser les forces encore en présence ainsi : un premier groupe formé de Titi Douet, Patrick Cornu et Frédéric Blanchot trace la route. Ensuite vient le duo Warm Up/Léo LibGo à environ 15 secondes du leader puis, à environ 15 secondes de ce duo, le groupe composé de Gianni Alvaro, Dave Rainier, Rookie 4ever et C. Lefuret. Enfin, en solitaire, Alessandro Neone ferme la marche. Ce dernier n'ira pas beaucoup plus loin. À l'entame de son 11e tour, il se loupe au freinage du V1 et se fait happer par l'infâme grillage (ouh, qu'il est infâme). Pourtant, deux ou trois tours auparavant, Alessandro, après un tête-à-queue à la sortie de Terlaemenbocht, avait réussi à s'échapper de l'emprise de ce  grillage. Mais cette fois c'en est bel et bien fini de la course d'Alessandro. Un grillage qui a ses têtes puisque, à peine un tour plus tard, c'est C. Lefuret qui vient s'y frotter, quasiment au même endroit. Notre grillage était-il trop occupé à digérer la Ferrari d'Alessandro ? Toujours est-il qu'il laisse repartir la Lotus de Clément. Pas indemne cependant, puisque le pilote va faire un rapide passage aux stands afin que ses mécanos redressent sa suspension avant droite. C. Lefuret peut repartir mais il est désormais à presque 40 secondes de Rookie 4ever. Il veut tenter de rattraper son retard mais, dans son 17e tour, sans doute perturbé par le trio de tête arrivé à sa hauteur, il sort trop large à la sortie de la butte, perd le contrôle de sa Lotus qui se dirige droit vers l'infâme grillage (ouh, qu'il est infâme). Grillage qui ne veut décidément pas d'elle et la renvoie s'échouer piteusement sur le monticule de sable qui borde la piste. C'est l'abandon pour C. Lefuret.

 

Juste avant la mi-course, voici comment se présentent les choses : Un trio composé de Titi Douet, Patrick Cornu et Frédéric Blanchot mène la course, suivi du mano a mano très serré entre Warm Up et Léo LibGo à un peu moins de trente secondes et un deuxième trio formé de Gianni Alvaro, Dave Rainier et Rookie 4ever à 45 secondes du leader. Fred, dans les échappements de Pat, part en toupie à l'entrée de Sterrenwacht mais parvient à rester sur la piste et repart aussitôt. Pat, voyant la pression imposée par Fred diminuer, perd-il un peu de concentration ? On peut se le demander car, au freinage de Bolderbergbocht, il rétrograde plus que de raison, se retrouvant au point mort, voire en marche arrière ! La sanction est immédiate : tête-à-queue ! Il se reprend très vite et reprend la piste en coupant au plus court et parvient à se relancer juste sous le nez de Fred. Toutes ces péripéties font les affaires de Titi qui voit ses deux poursuivants lui donner un peu d'air.

 

Cependant, et depuis un bon bout de temps, les deux compères – Warm Up et Léo LibGo – font le bonheur des spectateurs. Ils se livrent une bataille acharnée qui voit le premier tenir tête au second cherchant désespérément la faille. Celle-ci arrive à la fin du tour 24. Warm Up est un peu large à la sortie de Jacky-Ickx, évite de justesse le tête-à-queue et Léo en profite pour le dépasser dans la ligne droite des stands. Pour couronner le tout, WU se met en travers à l'accélération après le V1 mais peut repartir. Autre duo mais situation comparable, Rookie 4ever exerce depuis plusieurs tours une pression appuyée sur Dave Rainier. Ce dernier résiste bien et est même involontairement aidé par Titi qui prend un tour à Rookie. Mais cela ne dure qu'un  temps car Dave aussi doit céder le passage au leader et Rookie, véritable glu en Ferrari recolle aux échappements de Dave. Mais en intercalant ainsi Dave et Rookie entre lui et ses poursuivants, Titi Douet s'offre, au moins momentanément, un répit face à la maestria de Patrick Cornu et Frédéric Blanchot. En effet, ces deux-là livrent une bataille épique qui soulève l'enthousiasme des foules massées aux abords du circuit. À la fin du 31e tour, Pat, talonné par Fred, se relance mal à la sortie de Jacky-Ickx. Les deux adversaires se retrouvent alors côte à côte dans la ligne droite des stands et au freinage du V1, Pat se retrouvant à l'extérieur cède assez logiquement sa place. Fred se lance alors à la poursuite du leader suivi comme son ombre par Pat.

 

Warm Up, toujours un peu en délicatesse avec sa Brabham sur ce circuit, part à la faute à deux ou trois tours de la fin dans le V1. Il est happé par cet infâme grillage (ouh, qu'il est infâme) qui ne veut plus le lâcher. Pendant de longues minutes, les pilotes vont passer et repasser devant l'infortuné WU qui se débat comme un beau diable pour tenter d'arracher sa voiture à l'emprise de l'infâme. En vain, il est contraint d'abandonner. Si près de la fin de la course, c'est d'autant plus rageant. Peu après, Titi Douet peut alors savourer la vision du drapeau à damier qui s'agite à son passage. Deuxième, avec le meilleur tour en course, on trouve bien sûr Frédéric Blanchot suivi de près par Patrick Cornu. Quatrième Léo LibGo, un peu esseulé après l'abandon de Warm Up, cinquième, le solide Gianni Alvaro, enfin, sixième et septième Dave Rainier et Rookie 4ever ferment le ban des pilotes restés en piste.

 

Avec cette troisième place arrachée de haute lutte, Pat est d'ores et déjà sacré champion Planète 2012-2013, alors qu'il reste encore deux épreuves à courir. Cela en dit long sur la constance et la domination du pilote. Bravo champion ! Les deux dernières courses verront à n'en pas douter une lutte acharnée pour les places d'honneur. Rendez-vous donc bientôt (après Avus) à Enna Pergusa, endroit paradisiaque sans infâme grillage bordant son tracé...

 

MANCHE 10 - ENNA PERGUSA - COURSE DU 09.06.13

 PAR JEAN-LUC VIDAL - RÉCIT DU 18.07.2013

Lui : "Mademoiselle, vous rendez-vous à Enna Pergusa ?"

Elle : "Oui, je vais assister à la course, c'est bien celle à laquelle Maxime participe, n'est-ce pas ?"

Lui : "Oui, mais il y aura aussi Gianni, Alessandro et Doc Libo... si vous appréciez aussi les moins jeunes."

Elle : "Et Michel, Titi et Pat, ils seront là ?"

Lui : "Certainement puisque cette course est ouverte aussi aux seniors..."

Elle : "C'est curieux, vous ne me parlez pas de JLV dont la presse parle comme d'une figure emblématique des paddocks."

Lui : "Ne le répétez à personne mais il serait en délicatesse avec son pilotage. Aux dernières nouvelles il étudierait le passage en courbes chapitre 100 ligne E. De quoi arrondir les formes... de la chaussée, bien entendu !"

Elle : "J'ai rencontré R4E, l'Administrateur de Planète GPL et il ne m'en a pas parlé pourtant... Il n'est même pas sur le dico des pilotes..."

Lui : "Vous croyez avoir rencontré R4E. On ne rencontre pas R4E. On n'aperçoit même pas son ombre, même à contre jour. Vous avez plus de chance de rencontrer l'Arlésienne que lui."

Elle : "Je suis persuadée de l'avoir côtoyé à un apéritif donné lors de la présentation de la course."

Lui : "Apéritif vous dites, alors c'était Lefuret, Administro-Modérateur du championnat Planète GPL et il devait y avoir aussi Alban, Marc... Trois spécialistes du cocktail dînatoire où le dîner est en option."

Elle : "Marc ? Attendez, c'est cet ancien pilote, à la retraite depuis peu, qui a déclaré à la presse vouloir reprendre la compétition ?"

Lui : "C'est ça. D'ailleurs nous l'attendons à la porte du garage, il surgira dans sa su..."

Elle : "Merci, mais je connais la chanson... de Charles Trenet !"

Lui : "Venez mademoiselle, j'ai une carte VIP, prenons place dans les gradins, les Essais ont commencé !"

 

Et bien oui, les essais sont en train de confirmer les trainings, puisque après trois tours les favoris sont devant, sous les 1.09. En effet Titi, Pat, Maxime et l'excellent Michel ont mis leurs chronos à jour. Alban, Jean-luc et Gianni forment le trio des 1.09 et finiront les essais dans cet ordre, aux places 5, 6 et 7. Léo décidément en forme olympique occupe à lui seul les places 8 et 11. C'est la stupeur chez Rookie et Lefuret, Léo apparaît à la fois en point de mire et dans leur rétroviseur on leur attribuera les rangs 9 et 10 provisoirement...
Alessandro lui ne l'aperçoit que devant et prendra sereinement le départ. Titi s'adjuge la pole avec un temps de 1.08.051, Pat (et sa couronne déjà acquise) prend le premier Accessit avec un chrono de 1.08.170. Maxime complète le podium avec 1.08.597. Michel (mon Mimi) est tout prés il réalise 1.08.671 pour prendre la quatrième place, Alban suit à la cinquième en 1.09.080, Jean-luc (réalise un exploit car il ne fait pas partie de l'élite dite du "dico") avec un temps de 1.09.310 en position 5, Gianni à deux doigts de lui marcher sur le revers du short et pointé au rang 6 avec un chrono de 1.09.456, un souffle les sépare. Viennent aux places 8, 9 10 et 11, respectivement : Léo 1.10.109, R4E 1.10.233, Lefuret 1.11.020, et Alessandro 1.11.578.

 

Pendant ce temps, à la buvette :

Elle : "J'ai vu Maxime... Hummmm... Hummmmmm, il est beau dans sa grenouillère bleue !"

Lui : "C'est une combinaison, et puis, pendant la course faudra ranger votre banderole, il y a 42 personnes qui ne peuvent plus voir la piste. Deux mètres de plus et les pilotes ne voient plus le starter."

 

Le vrombissement des moteurs et à son comble, le starter libère les fauves rugissants qui agrippent a pleines griffes l'asphalte brune au ressuage flou ! Titi qui n'a personne devant lui, sonne la charge et file plein gaz vers son destin, Gian à démarré plus vite que Jean-luc, un peu hésitant au V3, Alban voit Michel se porter à sa hauteur, il insiste un peu, et prudemment le laisse passer. La fin du T1 nous fait spectateurs d'une belle passe d'arme : Maxime à la faveur d'une glissade de Pat, se glisse à la corde, Michel à pleine vitesse en profite pour passer devant Pat qui reprend son allure, Michel à l'extérieur cabre sa Ferrari pour passer le V1, Pat qui revient sur lui se dresse sur ses freins pour éviter le suppo, et c'est Alban qui profite de l'aubaine pour s'emparer de la troisième place.

 

La fin du T2 voit Pat partir en taq dans le dernier virage dans une longue dérive qui l'amène jusqu'aux stands, Gianni réussit à l'éviter, mais Jean-Luc fait un mauvais choix et se retrouve sur le toit. A la faveur de la proximité des stands il effectue un shift+R (a mon avis illicite) et repart juste derrière Pat en dernière position. Pat, va alors effectuer une fantastique remontée qui le ramènera dans les avants- postes en une vingt-cinquaine de tours... Chapeau l'artiste !

 

Jean-luc de son coté reprendra quelques places pour perdre son moteur au T37, et régler ainsi son douloureux cas de conscience dit "syndrome du shift+R". Mais la course continue. Au T5 Michel reprend la troisième place à Alban. Au T6 Maxime part à la faute et Michel et Alban reprennent respectivement les deuxième et troisième place mais Maxime qui n'a pas dit son dernier mot repart à l'assaut.

 

Dans les tribunes :

Elle : "Mon Dieu, Maxime accidenté, je vais courir le soigner et donner mon sang s'il le fallait jusqu'à la dernière goutte..."

Lui : "Finissez plutôt votre coca jusqu'à la dernière goutte, au lieu d'arroser les autres spectateurs en faisant la Ola."

 

Sur la Piste :

 

Du T7 au T9 Patrick et Maxime se livrent au même chassé-croisé que les juilletistes et les aoûtiens puis, au T10, nouvelle incartade de Maxime qui voit Pat filer seul et devant.

 

T11 Alessandro nous quitte non sans avoir mené un solide combat contre ce circuit finalement assez piegeux. T15 C'est au tour de Maxime de tirer sa révérence, il aurait, nous dit-on, filé dans les tribunes de suite après sa douche... R4E et Gianni font comme à l'accoutumée une course régulière et efficace, Lefuret et Léo, visiblement en manque de préparation sont plus à la peine et commettent des erreurs inhabituelles. Pourtant dans la deuxième partie de l'épreuve les temps de Clément se rapprocheront fortement de ceux des premiers.
Titi continue son bonhomme de chemin et mettra un point d'honneur à s'adjuger le record du tour en course... Au T51, c'est du panache. Nous ne sommes pas à la mi-course et déjà les positions sont figées.

 

Au T37 le moteur de l'Eagle de Jean-luc rend l'âme, c'est le dernier abandon de la course. Tous les compétiteurs encore en piste vont regagner et passe la ligne d'arrivée.

 

Le palmarès est le suivant :

 

Les lauriers pour Titi, qui passe le drapeau à damier en vainqueur ! Le second, Pat s'est comporté en champion (quel retour pour la seconde place). Alban monte sur la troisième marche, et avant Road 67, il peut être sûr, pour son retour, d'avoir effectué une très belle saison.

 

Mimi, encore un bon résultat, il se rapproche des avants-postes, on devra compter avec lui à Road et surtout au prochain Championnat... Bravo Gian, en cinquième position, il devient redoutable depuis qu'il à remis son écran à l'endroit. Rookie entre une nouvelle fois dans les points, il a joint de la vélocité à la maîtrise, sa sixième place n'est que le début d'une nouvelle ère ! Léo au 7ème rang, c'est du jamais vu, l'exception qui confirme la règle sans doute... Lefuret, huitième, le néo-clutchman a visiblement la tête ailleurs, bravo pour cette transition pas toujours facile et félicitations pour l'ensemble de son œuvre.

 

Lui : "Je ne comprend plus rien, cette fille me paraissait conquise, le temps d'aller chercher une bière et un sandwich, et la voilà disparue. Un grand escogriffe serait venu lui parler déclenchant un malaise (plutôt une pâmoison), il l'aurait emportée au poste de secours pour lui administrer un bouche à bouche salvateur.

 

Et ce sacré Maxime qui n'arrive toujours pas au cocktail d'après-course...

 

L'Arlésienne : Pièce de Théâtre d'Alphonse Daudet et musique de scène de Georges Bizet dans laquelle on parle sans cesse d'une Arlésienne sans jamais la voir !

 

MANCHE 11 - ROAD 67 - COURSE DU 30.06.13

 PAR MAXIME LENCLEN - RÉCIT DU 07.07.2013

Dimanche 30 Juin 1967, circuit de Road67, en pleine campagne auvergnate.

 

9h00 du matin, le Soleil est levé depuis quelques heures maintenant, tandis que j'émane doucement de mes rêves. Je suis réveillé par des bruits de boulons qui se serrent et de cylindres qui s'agitent. En me penchant par la fenêtre je constate que les mécaniciens sont à l'effort pour régler en finesse les monoplaces de nos champions qui vont s'affronter tout à l'heure. En effet, de ma chambre je peux apercevoir la ligne droite des stands et l'agitation qui l'entoure. Depuis que je suis arrivé hier dans cette campagne reculée d'Auvergne, les gens ne parlent que de ça. De cette finale du Championnat Planète. De cette course qui va avoir lieu et qui promet énormément. Les tracteurs sont immobiles, les brebis sont rentrées. Depuis quelques jours le temps s'est arrêté ici et on ne vit plus que pour cette épreuve de formule 1.

 

L'auberge qui m'a accueillie est très confortable et très agréable, et j'ai vite constaté que je partageais le logis avec trois des pilotes présents pour la course : Gianni Alvaro, Alessandro Neone et Michel Fournié. Je n'en dirais pas plus sur leur intimité, sinon que Michel Fournié s'est couché tôt et a laissé ses deux amis italiens terminer la bouteille de Saint-Pourçain. Après m'être rapidement habillé, je descends prendre mon bloc-note dans le combi "Planète GPL Infos", et je traverse la forêt et les champs pour rejoindre le "Bourg", où le maire du village, Alain Bosco, également propriétaire du circuit, m'a invité pour un petit entretien avant la course. Nous discutons du championnat qu'il a suivi avec intérêt, de la mise en place de la course, et il se souvient de sa rencontre en Août dernier avec les deux organisateurs du Championnat Planète, Rookie 4Ever et Clément Lefuret :

 

« Ils étaient venus avec un camion qui transportait leur Ferrari 312, ils voulaient tester la piste. [...] Après quelques tours de circuit ils se sont concertés et m'ont remis un dossier contenant les améliorations qu'il fallait apporter au tracé. Refaire le bitume, couper certains arbres, disposer des bottes de pailles. Tout pour que l'épreuve se déroule dans les meilleures conditions. »

 

Ensuite nous montons dans sa Jaguar Mark II et nous allons faire un tour du circuit. Il m'explique les endroits pièges, qui risquent de poser pas mal de problèmes aux pilotes :

 

« Le 1er "raccordement", un droit à 90°, très sec, même avec ma Jag' ... »

 

Sa conduite agressive nous balance de tous les côtés dans l'habitacle.

 

« Un autre 90°, "Colline", qui ouvre sur un 180°. Bien sortir de ce virage est important.
- Ah, ça descend ici ...
- Les Esses. Le châssis subit beaucoup de contraintes, réglages et trajectoire vont compter. »

 

On traverse des champs bordés d'arbres, des maisons éparpillées, par endroits nous sommes dominés par une falaise impressionnante.

 

« On aborde le gauche à la sortie de "Village", il ne faut pas rater son point de freinage sinon c'est dans l'herbe direct ! »

 

L'endroit semble réputé pour son spectacle car le public s'y est amassé en nombre.

 

« Ensuite l'épingle du "Bourg", puis une longue courbe à droite vers le "raidillon". Ici ça secoue, passage technique. »

 

On retombe sur la ligne droite des stands après le second "Raccordement". Le maire me dépose sur la grille de départ alors que dans les stands on commence à s'agiter sérieusement car la séance de qualifications va bientôt débuter.

 

Les moteurs démarrent et les pilotes prennent place dans leurs monoplaces. Nos gentlemen gantés et casqués s'élancent les uns après les autres dans l'unique but de faire tomber le chrono. A ce jeu là, Michel Fournié au volant de son Eagle se montre rapidement le plus habile et sort un 4'11"55 de très haut vol. Tandis que les pilotes enchaînent les tours, certaines voitures sont restées au stands. On constate des ennuis mécaniques sur la Brabham de Maxime Lenclen qui ne parvient pas à démarrer. Très amicalement Titi Douet est venu avec ses mécanos lui prêter main forte mais le temps s'écoule et la séance de qualification entame ses dix dernières minutes. En piste, c'est Patrick Cornu sur Brabham qui reprend la pôle en 4'11"17. Le champion veut finir en beauté, et le public est debout dans les tribunes à chaque passage de sa monoplace. Les tifosi se sont massés aux endroits clés du circuits, défiant parfois la sécurité, à l'abri seulement derrière quelques barbelés. Mais pour rien au monde ils ne rateront le spectacle, surtout que la météo est au rendez-vous avec un grand Soleil.

 

En fin de séance c'est Titi Douet en Lotus - finalement sorti des stands - qui arrache la pôle avec un joli temps de 4'09"70. Sur la grille suivent Patrick Cornu, Michel Fournié, les Ferrari de Frédéric Blanchot et Warm Up, Léo Libgo et sa Brabham, Gianni Alvaro sur sa Ferrari rouge comme le bon vin, Dave Rainier en Lotus, Maxime Lenclen sur Brabham, puis les deux chefs Rookie 4Ever et Clément Lefuret respectivement sur Ferrari et Eagle, et enfin Alessandro Neone sur Ferrari.

 

Douze fous du volant qui vont s'octroyer une petite pause avant de reprendre la piste pour la course qui va démarrer dans une petite heure maintenant.

 

Dans les stands on se prépare, on remplit les réservoirs et les derniers réglages sont effectués. Puis on dispose les châssis sur la grille de départ. On aperçoit alors chaque pilote quitter son stand, bien déterminé à profiter de cette ultime épreuve et à bagarrer comme il faut sur la piste. Les regards se croisent et la tension est palpable lorsque nos héros se glissent derrière leur volant.


¯¯¯¯¯¯¯¯

Le starter agite son drapeau vert et la course est lancée ! Le public est debout, les quatorze boucles de ce circuit vont être palpitantes.

 

Dès les premiers mètres, Michel Fournié dépasse Patrick Cornu et se glisse dans les échappements de Titi Douet. Duel de Ferrari derrière où Warm Up prend le meilleur sur Frédéric Blanchot, tandis que Clément Lefuret passe Rookie 4Ever. On arrive aux virages de "Colline" où Titi Douet par en tête-à-queue dans l'herbe ! Coup de théâtre donc dès les premiers hectomètres de la course où le leader doit repartir dernier. Un peu plus loin dans les "Esses", Léo Libgo tire tout droit, sans bobos. On assiste à une belle bagarre entre Gianni Alvaro, Dave Rainier et Maxime Lenclen pour la 5ème place. Ce dernier prend le meilleur sur ses adversaires, et à la fin du premier tour le classement est le suivant :

 

1. Michel Fournié
2. Patrick Cornu (+0.680)
3. Warm Up (+1.594)
4. Frédéric Blanchot (+3.060)
5. Maxime Lenclen (+8.685)
6. Gianni Alvaro (+12.488)

 

Léo Libgo et Titi Douet remontent doucement dans le peloton. Dans ce deuxième tour Dave Rainier dépasse Gianni Alvaro qui a mis une roue dans l'herbe. Aux "Esses", c'est au tour de Warm Up, alors 3ème, de commettre une erreur. Frédéric Blanchot et Maxime Lenclen en profitent. Michel Fournié et Patrick Cornu bataillent pour la tête de la course, quand au gauche serré de "Village", les deux pilotes s'accrochent, certes sans gravité, mais Frédéric Blanchot leur subtilise la première place, tandis que Michel Fournié repars devant le nez de la Brabham de Maxime Lenclen, et Patrick Cornu juste derrière. Le public a retenu son souffle ici, il va se passer des choses dans ce terrible gauche ! Å l'épingle du "Bourg", Gianni Alvaro sort de la piste, il doit repartir 11ème devant son compatriote Alessandro Neone. Un peu plus loin au 'Raidillon", Frédéric Blanchot alors en tête depuis quelques hectomètres part à la faute après la bosse, tandis que derrière Maxime Lenclen part en toupie. Le classement est légèrement bouleversé avec les erreurs des uns et des autres, et à la fin du 2ème tour la situation est la suivante :

 

1. Michel Fournié
2. Frédéric Blanchot (+3.294)
3. Patrick Cornu (+4.250)
4. Warm Up (+5.803)
5. Maxime Lenclen (+11.188)
6. Dave Rainier (+14.243)

 

Au 3ème tour, Maxime Lenclen mord dans l'herbe au premier "Raccordement", il repart 8ème. On assiste à l'abandon d'Alessandro Neone dans le gauche serré de "Colline", la Ferrari part en tonneau parmi les spectateurs qui se sont rapidement écartés pour éviter le bolide en perdition. Puis ils ont aidé le pilote italien à s'extirper de sa monoplace, seulement sonné par le choc. Il rejoint son stand en saluant la foule. Au niveau de la tête de la course c'est Patrick Cornu, très incisif, qui part à la faute en tentant de passer Frédéric Blanchot dans le fameux gauche de "Village". Derrière eux, belle poursuite pour la 5ème place entre Dave Rainier, Léo Libgo, Maxime Lenclen et Titi Douet.

 

Titi Douet passe aux stands pour le quatrième tour, sa Lotus ressort 10ème derrière Rookie 4Ever et Clément Lefuret, mais devant Gianni Alvaro. Mais pas pour longtemps car à la sortie du premier "Raccordement" le malheureux pilote Lotus arrache sa roue dans un arbre. Course finie pour le poleman. Un peu plus tard nous assistons à un nouvel abandon d'une Ferrari, celle de Frédéric Blanchot sur casse moteur.

 

Å l'entame du 5ème tour les positions sont donc les suivantes :

 

1. Michel Fournié
2. Warm Up (+7.057)
3. Patrick Cornu (+11.777)
4. Maxime Lenclen (+24.924)
5. Léo Libgo (+27.198)
6. Dave Rainier (+33.719)
7. Clément Lefuret (+39.631)
8. Rookie 4Ever (+46.519)
9. Gianni Alvaro (+66.680)

 

Les écarts Se creusent tandis que Michel Fournié semble solide leader. Mais derrière deux pilotes Brabham remontent rapidement, Patrick Cornu et Maxime Lenclen. Si bien qu'à la mi-course, Michel Fournié en tête retrouve dans ses rétros le récent champion. La lutte promet d'être serrée pour la victoire.

 

Les tours suivants se ressemblent, les positions sont stabilisées et, devant, Patrick Cornu ne trouve pas l'ouverture sur Michel Fournié qui enchaîne les passages en tête sur la ligne d'arrivée. Å chaque tour la foule est debout pour acclamer les valeureux pilotes encore en course.

 

Au 10ème tour, Warm Up laisse passer son coéquipier Maxime Lenclen qui revient sur les deux leaders. A cinq tours de la fin les quatre premiers se tiennent en moins de 10 secondes, quel final palpitant !

 

Pour les places d'honneur, Léo Libgo est esseulé en 5ème place, tandis que Dave Rainier défend sa 6ème place synonyme de points à quelques secondes devant Clément Lefuret bien affûté. L'Eagle semble très efficace sur ce circuit rapide.

 

Patrick Cornu et Michel Fournié ne se lâchent pas d'une semelle ! Les deux pilotes conduisent à la limite, ils sont parfois côte à côte mais Michel Fournié défend sa position avec talent. La Brabham est plus agile dans le sinueux mais à chaque ligne droite l'Eagle reprend un peu d'air. Cette intense bagarre profite néanmoins à Maxime Lenclen, qui en position d'outsider remonte tranquillement sur ce duo et commence à mettre la pression à Patrick Cornu. La victoire va se jouer à trois.

 

Voici les écarts à l'entame du dernier tour :

 

1. Michel Fournié
2. Patrick Cornu (+0.506)
3. Maxime Lenclen (+0.836)
4. Warm Up (+11.368)
5. Léo Libgo (+51.105)
6. Dave Rainier (+81.865)

 

Autant dire que nous suivons de près les 3 premiers. Les pneus crissent, les organismes sont usés par presque une heure de course maintenant, les spectateurs sont debout, tout le monde est impressionné par cette fin de course. Mais Michel Fournié semble tenir cette victoire malgré les deux Brabham à ses trousses.

 

Mais un nouveau coup de théâtre survient dans ce satané gauche du "Village", où Patrick Cornu debout sur les freins effleure l'Eagle du leader, une petite touchette qui empêche Michel Fournié de tourner correctement et l'oblige à une petite escapade dans l'herbe. Les deux Brabham passent mais le pilote qui a mené la plus grande partie de l'épreuve est dépité. La victoire va donc se jouer entre Maxime Lenclen et Patrick Cornu mais ce dernier maîtrise bien les derniers hectomètres et coupe la ligne d'arrivée en tête d'un cheveux. Michel Fournié complète le podium avec beaucoup de déception. Å moins de 10 secondes survient Warm up, 4 ème, puis plus loin Léo et Dave Rainier qui récoltent les derniers points. Clément Lefuret, Rookie 4Ever et Gianni Alvaro en terminent également avec cette difficile épreuve où il fallait être propre et tenace. Bravo à eux.


¯¯¯¯¯¯¯¯

En sortant de leurs monoplaces usées par la course, les pilotes se retrouvent dans les stands. Patrick Cornu laisse à peine éclater sa joie et s'empresse d'aller consoler son ami Michel Fournié très malheureux ce soir. Mais tous vont prendre part à la fête car le championnat s'est terminé en beauté à la grande satisfaction des organisateurs et du public venu en nombre.

 

La cérémonie se déroule dans la salle des fêtes du village, et suite au discours du maire, les pilotes partagent leurs impressions autour d'une coupe de champagne. Chacun va refaire la course dix fois, On discute, on se souvient, on s'amuse et on remercie chaleureusement Rookie 4Ever & Clément Lefuret pour cette magnifique saison, on couronne notre sympathique vainqueur et champion Patrick Cornu.

 

Beaucoup de surprise et d'émotion pour cette sublime finale, les protagonistes d'aujourd'hui auront cœur à en découdre pour une prochaine saison du Championnat Planète tout autour du monde, j'en suis sûr !

 

A bientôt sur les pistes.

A suivre...

 

 Sauvegarder en Pdf



09/10/2012
53 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres