DANS LE BAQUET - J42 - 27.08.07

Je me demande si je vais pouvoir considérer un jour Monaco comme autre chose qu'une grosse cuillère d'huile de foie de morue.

En effet, un jour je me dis que je progresse de manière significative et le jour suivant, rien ne va plus. Comme dirait l'autre, l'importance d'être constant...

Rien à espérer en course, ici, tant que je n'y aurais pas amélioré mon niveau d'au moins 3 secondes, mais comment ?

Avec un pb de 1'33'96, ne faire que 1'34'96 comme potentiel du jour et réaliser seulement 1'36'65 ( 1'36'8 au 1er tour des essais ) c'est laid. D'autant plus laid que pendant cette demi-heure d'essais, je ne vais faire qu'un autre tour sous les 1'47. Nul, nul, nul. En tout, 18 tours dont 4 non comptabilisés pour retours au stand, sortie de piste, shift-r, etc... bref une séance on ne peut plus réussie. De toute façon, avec un npt à 1.10 ( voir ma rubrique SOUS LES JUPES ) ce circuit de Monaco n'est pas du tout étalonné comme les autres, je n'ai aucune chance de bien y figurer et pourtant mes performances pures, au chrono, ne sont pas en décalage avec ce que j'arrive à réaliser ailleurs.

Il y seulement des disparités d'un circuit à l'autre au niveau du chrono des A.I. Une disparité un peu plus marquée ici. En effet, en course, le meilleur temps est réalisé par Brabham avec 1'32'44, c'est dire si j'en suis loin. Mon pb, si tant est que je puisse le rééditer lors d'une séance d'essais avec la pression supplémentaire que ça suppose et, évidemment, le traffic, ne me donnerait dans l'état actuel des choses qu'une 17è place sur la grille. C'est dire le chemin qu'il me reste à parcourir et dire aussi, si je vais zapper désormais de plus en plus ce Grand Prix à chaque fois et le considérer comme un joker permanent.

A noter cependant que j'ai obtenu dans l'épreuve d'aujourd'hui mon meilleur temps en course, même si ce n'est qu'un pitoyable 1'38'62. Quand on est sûr de ne rien faire de bien, en l'occurrence la dernière place m'était promise pour cette course, il faut bien se donner quelques objectifs, aussi modestes soient-ils. Le premier était de tenir plus de deux tours avant d'abandonner contrairement à la saison précédente. Réussi.

En 2, réussir à terminer la course. Beaucoup plus dur. Réussi aussi.

En 3, ménager suffisamment la voiture pour ne pas avoir à retourner au stand ( shift-r ). Raté, retour au stand et un 2è aurait même été nécessaire, tant la voiture était quasi inconduisible dans le dernier quart de la course.

Autre challenge, ne pas finir avec un tour dans la vue. Plus que raté, puisque tout le monde m'est passé sur le corps suite à des taq à répétition. ( 3 tours à plus de 2 minutes, passage au stand compris ).

Amon, le vainqueur de la course m'a même pris un 2è tour juste sur la ligne en me faisant l'intérieur et en roulant sur la ligne des stands. Première nouvelle, j'ignorais que les A.I. se permettaient ce genre de "débordements".

( En parlant d'Amon, allez voir ma rubrique NEWS, je fais un article sur lui aujourd'hui, curieuse coïncidence pour lui qui ne s'illustre quasiment jamais dans les courses que j'ai déjà pu disputer. )

Voilà, mon bilan désastreux de cette "épopée" monégasque où au-delà de ce meilleur tour en course en 1'38'62 je n'ai pu faire qu'un seul autre tour sous les 1'40. Pitoyable.

Le seul élément positif c'est qu'à l'issue des 2 premières manches de cette nouvelle saison en intermédiaire court, la répartition des points entre les pilotes me place en 2è position, avec 9 points à 1 unité d'Amon.



28/08/2007

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres