DICO DES PILOTES - M COMME... MICHEL

 

 

 M COMME... MICHEL

 

MARION Philippe

  C'est en 2005 que "Alpine" fait ses débuts dans les championnats de la BCRL : quelques courses avec le mod65 parmi lesquelles un podium à Mosport en novembre. Il roule aussi dans le championnat 67 où il décroche son premier podium en septembre sur le circuit du Mas du clos. Fin octobre il obtient un résultat similaire à Schottenring et se faufile dans le Top 10 au classement général en fin d'année.

 

En 2006 Philippe Marion intègre la ligue française : il y fait une course avec le mod65 en février mais, surtout, dès janvier, va y rouler régulièrement avec les voitures de 67. Il débute à Watkins Glen en D5 et d'entrée obtient une 2è place à Watkins Glen. En avril il grimpe en D4 et obtient son premier succès en septembre à Bremgarten. Fin octobre il confirme avec une nouvelle victoire à Solitude. In fine, ses points de D5 reversés en D4, il est déclaré champion de D4 pour cette saison 2006. Cette année-là Phil Stratos continue aussi son parcours en BCRL. S'il ne dispute qu'une demi-douzaine de courses avec les voitures de 69 il en fait le double avec celles de 65 et 67. A la clé un podium pour lui en Mai à Clermont-Ferrand en 65 mais c'est en 67 qu'il s'illustre le mieux : des podiums à Spa en avril et au Nürburgring en juin lui valent un Top 10 au général comme l'année précédente.

 

En 2007 Philippe Marion lève le pied et ne participe qu'à une course en BCRL 65. Avec le 67 il dispute les deux premières et les deux dernières manches de la saison mais n'obtient pas de résultats significatifs. En 2008 il roule en janvier et février avec les voitures de 67 avant d'y revenir au printemps mais c'est aux mods qu'il se consacre en priorité : en 66 il figure sur le podium en février à Silverstone puis mi-juin, à Solitude, n'est battu que par Rémy Roesz. Le circuit allemand lui réussit particulièrement bien puisque la semaine précédente il s'y était imposé avec les voitures de 65, conservant quelques dixièmes d'avance à l'arrivée sur Jan Verschueren. Deux semaines plus tard il fait une dernière ronde à Adélaïde puis met un terme à sa carrière.

 

 

Carrière : 2005-2008 - 12 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2005 - 9è - BCRL 67

2006 - 8è - BCRL 67

 

Autre résultat marquant :

 

2006 - 1er - LFGPL D4


 

  Courses disputées : plus de 80.

  Victoires : trois.

 

MultiGPLigues

2007 2008

Classement

138

en augmentation 70

Sur

168

162 

 

  Rank : -29.4

 

bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL. 

 

MARUCCO Patrick

  Patrick Marucco participe à sa première course officielle début juillet 2004 à Monaco dans le championnat GPL.NET puis rejoint quelques jours plus tard la BCRL lors d'une manche disputée à Dijon. S'il fait tout l'été le premier cité qui utilise alors le tout récent mod65, c'est à la BCRL qu'il va devenir un pilier, roulant essentiellement avec les mods. En 2004 les voitures utilisées sont encore celles de 67 ce qui ne l'empêche pas de bien figurer et d'obtenir son premier podium en octobre à Snetterton. Il termine ensuite aux porte du Top 5 au classement général, ce qu'il réitérera à plusieurs reprises lors des années suivantes.

 

En 2005 Pat Seven participe au championnat de la ligue belge disputé avec le mod65 et fait à nouveau, pendant l'été, une demi-douzaine de course dans la 2è édition de championnat GPL.NET. Il n'en abandonne pas pour autant la BCRL et, outre une course en fin d'année avec le championnat 67, fait le championnat complet avec les voitures de 65, premier mod paru pour GPL qui marque véritablement cette année 2005. Seven brille à nouveau et termine aux pieds du podium au classement final 2005.

 

Par la suite Patrick Marucco se consacre exclusivement aux championnats BCRL et participe à une quarantaine de courses en 2006 avec les voitures de 65 et celles du nouveau mod, le 69. L'année suivante le nombre de courses organisées est divisé par deux et Seven dispute donc une grosse quinzaine de manches avec les deux mods. En 2008 il se mêle à la GPL Cups qui roule avec les voitures de 65, en 100%. Il y obtient un podium à Clermont-Ferrand en avril et un autre en décembre, lors de la dernière manche disputée à Mexico. Il termine ainsi en bonne place au général. En BCRL il fait à nouveau près d'une vingtaine de courses en 65 et autant avec le nouveau mod, le 66. En juin, à Adélaïde, seul Jan Verschueren l'empêche d'inscrire sa première victoire à son palmarès. En 2009 Patrick Marucco fait ses derniers tours de pistes sous la forme d'une demi-douzaine de courses dans chacun des championnats, ceux-ci s'arrêtant en avril (66) et septembre (65) faute de participants.

 

 

Carrière : 2004-2009 - 15 championnats

 

Meilleurs résultats :

2005 - 4è - BCRL mod65
2007 - 5è - BCRL mod69
2008 - 8è - GPL Cups mod65


 

  Courses disputées : environ 170.

  Podiums : quatre.

 

  Rank : +44

 

MATHIEU Olivier

  Olivier Mathieu fait ses débuts en ligne en ligue française en novembre 2012 pour les deux dernières courses de l'année : il obtient d'entrée un podium en D4 dans une course disputée à Bathurst. L'année suivante il roule également en D4 mais c'est lors de sa seule course en D5 qu'il décroche un nouveau podium (mai) sur le circuit de Riverside. 2003 le voit aussi rejoindre le championnat F1 Legends. Il y fait une dizaine de courses et une douzaine l'année suivante mais c'est en ligue française qu'il glane à nouveau un podium en D4 au Nürburgring.

 

Sa carrière décolle en 2005 dans les deux championnats : en ligue française il retrouve la D5 et multiplie les bons résultats avec trois podiums et son premier succès début décembre à Monthléry. Chez F1 Legends il décroche aussi ses deux premiers podiums et des victoires (D3) en février et décembre à East London et Brands Hatch. Le Top 10 s'offre à lui au classement général. Cette année-là il fait aussi sa première saison en ligue belge, une dizaine de courses comme l'année suivante (dont une en mod69) qui lui vaudra une bonne place au général. En 2006 il atteint la D3 en avril en ligue française et obtient son premier podium à ce niveau en septembre à Bremgarten. Chez F1 Legends il décroche, en une quinzaine de courses, 4 podiums qui s'ajoutent à 3 succès (D3) : Monaco en février, Watkins Glen en Octobre et Zandvoort en novembre.

 

En 2007 il roule à nouveau en D4 en ligue française et obtient, outre 3 podiums, son premier succès à ce niveau, à Brands Hatch en mars. En ligue belge il fait ses trois dernières courses, dont une victoire à Reims, mais c'est chez F1 Legends qu'il va obtenir alors ses meilleurs résultats. Au premier semestre il s'impose à Sandown et Road Ontario en D4 puis à Imola et Silverstone en D3. Au deuxième semestre c'est Jops Siffert, Monaco et Funabashi qui tombent dans son escarcelle. En fin d'année il accède pour la première fois à la D2. Avec 5 podiums par ailleurs (D3 et 4) il termine pas loin du tiercé de tête au classement général final.

 

En 2008 il fait sa dernière saison en ligue française et y accède pour la première fois à la D2, le temps de quelques courses. C'est cependant en D3 qu'il obtient ses meilleurs résultats : une première victoire à ce niveau en juin à Sandown puis 3 podiums de septembre à décembre. Chez F1 Legends l'année est moins fructueuse que la précédente mais il décroche quand même cinq podiums en D3 et une victoire en D4 à Zandvoort en novembre. 2009 signe la fin de sa carrière après moins d'une dizaine de courses chez F1 Legends mais un dernier succès quand même (D4) à Rouen en mars. Il se retire deux mois plus tard, sur sa 200è course, une dernière épreuve disputée à Silverstone.

 

 

Carrière : 2002-2009 - 18 championnats

 

Meilleur résultat :

2007 - 4è - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2005 - 10è - F1 Legends
2006 -  5è - LBGPL 67


 

  Courses disputées : 200.

  Victoires : près d'une vingtaine.

 

  Rank : -6.6

 

MAUGER Norbert

  Norbert Mauger fait partie des pionniers puisqu'il s'engage dans le championnat de la ligue française dès sa première course en février 1999, tout juste quatre mois après la sortie de GPL. Il s'impose à Kyalami en D2 puis passe en D1 en mars pour la deuxième manche disputée à Monaco et y termine sur le podium. Des résultats similaires à Spa (D2) en mai et Monza (D1) en octobre lui assurent une place de choix au général de cette première saison. L'année suivante il roule en D1 ou D2 mais n'obtient au mieux (3 fois) que des places aux pieds du podium. Son classement final s'en ressent et il termine au-delà du Top 15.

 

En 2001 il effectue sa dernière saison complète, essentiellement en D2, et renoue avec le succès : il s'impose à Silverstone en mars puis à Mosport et Monza en mai et juin. Deux podiums par ailleurs, et quelques accessits, dopent son classement et lui permettent de terminer pas loin du Top 10 dans un championnat très étoffé en qualité comme en quantité (plus de 80 participants). Il quitte les pistes après une participation à la première course de la saison suivante, mi-janvier, en D3, à Silverstone.

 

 

Carrière : 1999-2002 - 4 championnats

 

Meilleur résultat :

1999 - 7è - LFGPL


 

  Courses disputées : une bonne trentaine.

  Victoires : quatre.

 

  Rank : -20.3

 

 MAURICE Alain

  Alain Maurice débute en ligne en 2005 dans les championnats BCRL et en ligue belge où il participe à quelques courses. Il dispute aussi une course en mars dans le championnat COA puis, pendant l'été, une poignée d'épreuves dans le championnat Grandprixlegends.net avec le mod65. En 2006 il entame sa première saison complète et devient un pilier des championnats, avec près de 80 courses disputées. Il intègre les championnats de la ligue française : en participant à celui organisé avec le mod69 dès le mois de janvier il roule en D3 et obtient d'entrée un podium à Watkins Glen. En février la course suivante lui offre déjà sa première victoire en ligne sur le circuit de Mexico. Un autre podium en mars et il monte dans la foulée en D2. En avril il obtient un premier podium à ce niveau à Mosport puis atteint la D1 début juin. En septembre il obtiendra un premier podium au sommet sur la piste de Lime Rock MC. Au final il termine pas loin du Top 5 au général. La ligue française organise aussi un championnat avec le mod65 et Alain Maurice l'intègre en avril, directement en D1 : il y obtiendra un podium en juin au Nürburgring. Dans le championnat principal, 67, c'est en D5 que la LFGPL l'accueille, là aussi à partir d'avril. Sa première course, à Monaco, lui vaut un podium avant qu'il ne s'impose en août à Zandvoort. Il obtient deux autres succès en octobre, à Kyalami et Solitude. En octobre il rejoint également le championnat F1 Legends en D3 où il s'impose dès sa première course à Wiesbaden. Dès la course d'après il est qualifié pour rouler en D1 mais ne peut finalement pas participer à la course. Ce sera chose faite lors de la manche suivante, en novembre. C'est en BCRL qu'il va obtenir ses meilleurs résultats : en 67 il termine dans le Top 5 au général. Dans le championnat 69 il s'impose à Zandvoort en mars puis en fait de même à Brands Hatch en mai et à Clermont le mois suivant. En fin d'année il l'emporte encore à Watkins Glen en novembre puis mi-décembre à Mexico pour la dernière manche de la saison. Au final il termine second du championnat derrière Olivier Guillo. Avec les voitures de 65 il n'est pas manchot non plus et s'offre eux victoires en mai à Clermont et Brands Hatch. Le mois suivant il est également victorieux à Oulton Park. Septembre et le circuit de Monthléry 66 lui offrent un nouveau succès avant qu'il ne relance complètement sa saison en novembre avec un doublé Watkins Glen-Reims. Il ne reste alors plus qu'une course et il se retrouve 3è au général à quelques points seulement d'un tandem Pascal Fourcade/Laurent Coeffic, alors ex-aequo. Le premier ne peut participer à la manche décisive, début décembre à Mexico alors que le second abandonne au bout de 4 tours. Alan Maur, lui, doit se contenter d'une 4è place mais cela lui suffit pour empocher le titre.

 

En 2007 il fait son retour en ligue belge où il obtient quatre podiums et, au milieu, une victoire à Road Atlanta. Sa présence à seulement deux tiers des courses ne lui permet cependant pas de très bien figurer au classement général. En ligue française il poursuit sa participation à deux des trois compétitions organisées : en 69 il ne fait là aussi qu'une partie des courses, moins d'une dizaine, obtenant quand même, outre trois podiums, des victoires à Zandvoort et au Mans. Dans le championnat 67 il fait aussi environ les deux tiers des courses. Il a quitté la D5 pour la D3, obtenant quatre podiums en une dizaine de courses. C'est en BCRL qu'il va, comme l'année précédente, réussir sa saison. La ligue organise trois compétitions réduites à dix courses chacune. En 67 il est gagnant à Silverstone en janvier puis à Interlagos en avril. En novembre il l'emporte à nouveau à Watkins Glen et termine troisième au classement général. Les mods vont lui réussir encore mieux. En 69, Limerock, Interlagos, Rouen et Salzburgring sont pour Alan Maur soit quatre victoires en six courses. Après l'été il s'impose aussi à Watkins Glen en novembre et succède à Olivier Guillo, cette fois second, pour le titre. En 65 il est vainqueur à Rouen en mai et au Nürburgring en septembre. Quatre podiums complètent sa saison et lui permettent de réaliser en même temps le doublé 65/69 pour 2007 mais aussi 65 2006/2007.

 

En 2008 Alain Maurice va à nouveau rouler tous azimut. Il intègre le championnat 100% de la GPL Cups pour la dernière saison complète de cette compétition. Sur le podium, en juin, à Zandvoort, il s'impose d'une petite seconde à Mexico devant le futur champion, Frédéric Gubbels, pour la dernière manche, début décembre. Il accroche ainsi une 5è place au général. En ligue belge le championnat se déroule avec tous les mods et il s'impose à Monsanto (mod66) en avril, puis Zandvoort (mod69) le mois suivant. Une bonne poignée de podiums complète sa saison et lui permettent de bien figurer au classement général. En ligue française 69 il poursuit son parcours en D1, obtenant cinq podiums et des victoires à Edmonton et Bathurst. En 67 il roule en D3 comme par le passé, obtenant un podium en janvier à Mexico avant d'atteindre la D2 en mars. Retour en D3 en avril avec un nouveau podium puis remontée en D2 début juin. Incursion en D1 fin juin avant qu'il ne se stabilise en D2 pour la suite de la saison. il termine sa saison début novembre avec un premier podium à ce niveau à Watkins Glen. En octobre il participe aux débuts du championnat Planète GPL alors qu'en septembre on l'avait vu faire son retour chez F1 Legends. Il y roule généralement en D1, s'imposant cependant en D3 en octobre à Monaco. C'est en BCRL qu'il va le mieux réussir cette année-là comme par le passé. Pas avec les voitures de 67 puisqu'il n'obtient qu'un podium dans l'année, à Croft, en septembre, mais avec les mods : en 66, cinq podiums lui offrent une cinquième place au général alors qu'il obtient encore des succès avec le mod 65, dont il est le tenant du titre. Six podiums et un doublé Zeltweg/Brayd'hill, en septembre, lui permettent, si ce n'est de conserver son titre, de figurer encore sur le podium au général.

 

En 2009 il participe aux trois dernières courses de la GPL Cups qui s'arrête début juillet faute de participants. Il rempile aussi pour la saison 2009/2010 du championnat Planète, sans résultats notables. Chez F1 Legends il roule la plupart du temps en D1 mais c'est en D2 qu'il obtient trois podiums après la trêve estivale. Il termine aussi aux pieds du podium en D1, en novembre, sur la piste de Zandvoort. En BCRL sa participation s'inscrit alors en pointillé en mod65 et ses résultats suivent, avec seulement deux podiums. Par contre, en 66 il dispute toutes les courses et avec quatre 2è place en sept courses est 5è au général quand le championnat s'arrête en avril, là aussi (comme le 65) faute de participants. En ligue française 67 il s'installe définitivement en D1 et n'est pas loin de s'imposer au Paul Ricard en février, seulement battu par Frédéric Gubbels. En fin d'année il termine pour la première fois dans le Top 10 d'un championnat qui compte encore une bonne quarantaine de participants. C'est sa dernière participation à cette compétition. Cette année-là c'est en ligue belge qu'il va obtenir ses meilleurs résultats, dans un championnat qui se consacre à nouveaux à tous les mods. Il débute la saison en fanfare en enlevant les deux courses de janvier, Imola et Clermont-Ferrand. De nouveaux succès en mars et juin (Tropsom et Brands Hatch Indy) confortent sa place aux premières loges du classement général, à quelques points du leader. La seconde partie de la saison lui offre encore six podiums en huit courses mais ne change rien au final : il termine vice-champion au total des 20 manches, pas très loin de Frédéric Gubbels.

 

En 2010 Alain Maurice se retire peu à peu des compétitions : en février il s'engage dans la première course du championnat Planète disputée avec le mod66 et termine tout près du podium à Monaco. Il en restera là. Chez F1 Legends il dispute trois courses et s'arrête en mars. En ligue belge il participe encore à quatre manches jusqu'en juin, obtenant des podiums à Silverstone et Mexico. On le revoit pour les débuts du championnat F1 Legends 2011 et il s'impose fin janvier, en D2, sur le circuit de Mexico. Il fait deux des trois courses suivantes, en D1, et s'arrête après une dernière boucle à Urbanya, début mars.

 

En janvier 2014 il fait son come-back en ligue belge. Six podiums et des victoires à Zolder en avril et à Montjuich en septembre lui valent de terminer à égalité de points avec Titi Douet au classement général, derrière Eric Appelmans et Patrick Cornu. En mars il revient aussi chez F1 Legends où il roule essentiellement en D1. Il y termine aux pieds du podium en mai à Valbray et, malgré des absences à près d'une course sur trois, accroche une place dans le Top 20 au classement général. En 2015 il dispute une nouvelle saison complète en ligue belge, obtenant un podium à Mosport en juin mais termine en retrait au général par rapport à l'année précédente. Assidu aussi chez F1 Legends il y roule en D1 et D2, quasiment à 50/50. Outre un podium en D3 il en compte 2 en D2 et s'impose à ce niveau en octobre à Bathurst. Il termine aux portes du Top 15 au classement général, son meilleur résultat dans ce championnat. Avec désormais plus de 400 courses au compteur il continue son parcours en 2016 dans ces deux compétitions. Chez F1 Legends il roule les trois quarts du temps en D1, y obtenant deux fois un accessit (5è) mais c'est en ligue belge qu'il s'illustre le mieux, terminant second à Urbanya en avril, à quelques secondes seulement de Tom Guérout. Second aussi, derrière Titi Douet, deux mois plus tard à Trenton, il finit 5è au classement général.

 

 

Carrière : depuis 2005 - 44 championnats*

 

Titres :

 

2006 - BCRL Mod65
2007 - BCRL Mod65
2007 - BCRL Mod69

 

Autres résultats marquants :

 

2006 -  2è - BCRL Mod69
2006 -  6è - LFGPL Mod69

 

2007 -  10è - LBGPL

2007 -  3è - BCRL
2007 -  2è - MultiGPLigues

 

2008 -  2è - BCRL Mod65

2008 -  5è - BCRL Mod66
2008 -  8è - BCRL Mod67
2008 -  6è - GPL Cups
2008 -  4è - LBGPL
2008 -  4è - MultiGPLigues

 

2009 -  2è - LBGPL

2009 -  5è - GPL CUPS
2009 - 10è - LFGPL
2009 -  4è - MultiGPLigues

 

2014 -   4è - LBGPL

2015 -  16è - F1 Legends

2016 -   5è - LBGPL

 

 

 

  Courses disputées : plus de 430*.

  Victoires : une bonne quarantaine*.

 

*à fin 2016 

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012/13

2014

2015

2016

Classement

2

en diminution 4

en stagnation 4

en diminution 53

en augmentation 52

-

16

en diminution 13

en augmentation 17

Sur

168

162

144

104

89

65/52

49

55

42 

 

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

  Son interview.

 

MEZCUA José-Luis

  Pensionnaire du championnat espagnol Gaiztor, José-Luis Mezcua à fait en 2009 une courte apparition dans le championnat (semi) francophone HSO. En mars, à Monaco, il termine aux pieds d'un podium constitué de pointures comme Catroux, Lopez et De Mautor. En octobre il termine dessus à Watkins Glen, derrière Catroux à nouveau et Verplanken. En fin d'année il termine dans le Top 10 du classement général de ce championnat puis disparaît de la circulation.

 

Carrière : 2009 - 1 championnat

 

 

Meilleur résultat :

 

2009 - 10è - HSO 67


 

  Courses disputées : une bonne dizaine.

  Podium : un.

 

MultiGPLigues

2009

Classement

 78

Sur

144 

 

  Rank : -26.7 

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL. 

 

 MICHEL Christian

  Christian Michel fut longtemps un des piliers du GPL francophone. En effet c'est à partir de 2002 qu'il à tourné sur tous les circuits du monde, essentiellement chez F1 Legends. Il y fait ses premiers pas en ligne pour les débuts de la saison 2002, mi-février à Kyalami, pour une année qu'on peut qualifier "d'apprentissage" : il roule en D2 et obtient un premier podium à Silverstone en juin. En 2003 il démarre en D3 et termine sur le podium fin janvier pour la première course disputée à Brands Hatch. Le mois suivant il en fait de même au niveau supérieur à Monaco puis en mars à Zandvoort. Ce mois-là le voit aussi faire ses premiers tours de roues en D1 à Spa où il glane une place d'honneur à moins d'une minute du vainqueur, Pierre Fabre. Sa progression est rapide et le mois suivant il obtient son premier podium au sommet à Road Atlanta, derrière David Sikora et à vingt secondes du vainqueur, Jops Siffert. En mai il finit second à Bremgarten seulement battu par le même Jops. En septembre, retour en D2 où il obtient son premier succès sur le circuit de Mosport. Les deux dernières courses de l'année lui permettent de bien finir la saison puisqu'il termine à nouveau sur le podium en D1 à Watkins Glen puis Mexico. Malgré tout ces bons résultats il n'accroche pas une place dans le Top 10 au classement général même s'il n'en est pas loin.

 

En 2004 Christian Michel débute la saison en alternant les participations en D1 et en D2 : en février c'est à ce niveau qu'il obtient un premier podium à St Jovite puis qu'il s'impose à Mosport. Il accède ensuite durablement à la D1 et obtient son premier succès au sommet, mi-mars, à Watkins Glen. Il n'attend pas avril pour confirmer et dès la course suivante s'impose à nouveau en devançant Jojo F1 de 2 dixièmes à Mexico. Avril le voit obtenir un podium à Zeltweg puis il en fait de même en mai à Zandvoort et en juin à Silverstone. En septembre il décroche un 3è succès au sommet en s'imposant de peu à Monza devant Rindo Molfis et Jops Siffert. Une nouvelle victoire en octobre à Rouen, encore devant Jops Siffert, confirme qu'il fait bien partie des meilleurs cette année-là. Bien que seul pilote avec 4 succès en D1 il ne fait qu'un peu mieux que l'année précédente au classement général, figurant quand même, cette fois-ci, dans le Top 10.

 

En 2005 F1 Legends compte près de 80 pilotes alors que la ligue française en voit passer plus de 140 et c'est en D3 qu'il fait donc ses débuts dans cette compétition des plus relevées. A ce niveau il s'impose dès le mois de février à Watkins Glen puis en fait de même à Mexico le mois suivant. Il doit ensuite attendre septembre pour récidiver mais en profite pour faire coup double à Mosport et Rouen. Il termine également bien l'année avec un podium à Monthléry, mi-décembre, pour la dernière manche de la saison, ce qui lui vaut le titre de champion de D3 devant Jan Verschueren et Thierry Roget. En parallèle il continue son parcours chez F1 Legends où, comme l'année précédente, il roule en D1 à deux ou trois exceptions près. Le niveau à monté et il doit se contenter de podiums en janvier, février et avril, à Mexico, East London et Keimola. En juin il renoue avec la victoire mais en D2 à Spa. Sa deuxième moitié de saison se solde par un unique podium au niveau supérieur, en octobre à Silverstone. Comme deux ans auparavant, ses résultats moins flamboyants lui valent, à quelques points près, de ne terminer qu'aux portes du Top 10.

 

En 2006 Christian Michel intègre la D2 en ligue française. Il s'y offre des podiums à Mexico, Rouen et Mosport de février à avril puis accède à la D1 fin avril pour la course de Monaco. Il ne tarde guère à s'illustrer en obtenant un premier podium au sommet en octobre à Kyalami : il termine l'année avec une place dans le Top 10 au classement général de ce championnat alors fréquenté par une centaine de participants. Chez F1 Legends il termine sur le podium en D1 dès la première course de l'année à Kyalami. Par la suite il roule pendant le reste de l'année en D1 et D2. En juin il obtient un nouveau podium au sommet à Silverstone puis s'impose en D2 en septembre sur le circuit Jops Siffert. Sa fin de saison est marquée par un podium de plus en D1 en octobre à Watkins Glen mais il n'accroche finalement qu'un Top 15 au général 2006. Sa saison c'est en rejoignant le championnat de la GPL Cups qu'il va la valoriser. C'est cette année-là que cette compétition passe au 100% et ces courses de 2H voire 2H30 vont lui réussir : il s'impose d'entrée en janvier à Kyalami, laissant les Zaiit ou Gubbels à 1 tour. Il récidive à Spa en s'imposant à nouveau début avril. En fin de mois il termine second, juste derrière Frédéric Gubbels (au Mans Bugatti), et reste alors en tête du championnat. Par la suite il doit attendre septembre pour briller à nouveau et il s'impose alors à Monza devant Bertrand Catroux. Il se relance ainsi dans la course au titre et va jouer celui-ci lors de la dernière manche, fin octobre à Mexico. Bien qu'ayant autant de victoires que son opposant direct, Frédéric Gubbels, il est quasiment contraint au succès pour obtenir le titre. Il fait le boulot en s'imposant devant Alain Rochette mais son adversaire obtient, lui, la dernière place sur le podium : pour un point, Christian Michel doit se contenter du titre de vice-champion derrière le maître belge.

 

Après cette saison flamboyante il repart en Cups avec un podium dès janvier 2007 à Kyalami mais doit se contenter par la suite d'un autre résultat du même genre au Mans Bugatti, en mai, derrière Martin Audran. Cela ne va lui permettre d'obtenir qu'une place dans les dix premiers au général en fin d'année. En ligue française il fait toute sa saison en D1, accrochant un podium à Watkins Glen en septembre, et s'invitant tout juste dans le Top 10 au général. Chez F1 Legends il termine sur le podium en D2 à Zandvoort en mars puis s'impose en D3 à Rouen fin août. Un autre podium en D2 à Spa en octobre et un succès au même niveau en décembre à Mexico marquent sa fin de saison mais sa présence à deux courses sur trois seulement ne lui permet pas d'obtenir un classement final en rapport avec ses résultats passés.

 

A partir de 2008 Pecrimi se concentre uniquement sur le championnat F1 Legends et ça va lui réussir. Il roule de temps en temps en D1 mais va surtout briller en D2 en s'imposant à Pau et Hondala au 1er semestre puis à Spa et Monaco au second. Cinq podiums par ailleurs, saupoudrés au long de l'année, lui permettent d'engranger d'autres gros points et de retrouver, comme en 2004, une place dans le Top 10 du général en fin d'année. L'année suivante, s'il s'impose en D2 en mai à Silverstone et décroche un podium en D1 à Zandvoort en novembre, les bons résultats se font plus rares et son classement final s'en ressent.

 

C'est en 2010 qu'il va faire, avec 2006, sa meilleure saison, obtenant son meilleur classement chez F1 Legends : s'il ne s'impose qu'en D3 à Monza en avril et en D2 à Silverstone en décembre, il collectionne par ailleurs les bons résultats en étant présent à chaque course et en les finissant presque toutes. En D2 il fait quatre podiums et en D1 il termine aux pieds du podium à Urbanya. En octobre à Zeltweg il n'est pas loin de renouer avec ses succès au sommet de 2006, terminant à une seconde du grand Martin Audran. In fine il rentre dans le club très fermé des pilotes montant sur le podium annuel d'un championnat remporté cette année-là par Bertrand Catroux. En 2011 il démarre fort l'année en terminant second en D1 à Mexico dans un championnat encore réparti sur 4 niveaux. Il passe le gros de l'année en D1 mais les places sont chères et c'est en septembre qu'il renoue avec le succès, en D2, à Jops Siffert avant d'en faire de même à Landmark en novembre. En décembre il finit l'année comme il l'a commencé : second en D1 à Rouen, barré par le nouveau maître du jeu en pleine ascension, Tom Guérout, qui conquiert là son premier titre F1 Legends. Christian Michel rate, lui, pour quelques points, une nouvelle place dans le Top 10 final.

 

En mars 2012 il termine second à Kyalami derrière Tom Guérout dans un championnat où il est désormais très compliqué de battre ce dernier. Il marque ensuite la saison en y parvenant en avril, renouant avec ses succès de 2004 avec une victoire au sommet à Watkins Glen, malgré la présence de tous les meilleurs. En mai il est sur le podium en D2 à Bridgehampton et en fait de même au niveau supérieur à Monza le mois suivant mais la suite de la saison est moins réussie : il navigue pas loin du Top 15 au classement général final. L'année 2013 se décline en pointillés pour Christian Michel puisqu'il ne dispute que la moitié des courses. En mai on le voit aux pieds du podium en D1 à Zandvoort puis il finit l'année de la même manière en décembre à Urbanya mais il ne dispute que trop peu de courses pour terminer en bonne place au général. En 2014 il signe pour une 13è saison chez F1 Legends, sa meilleure après 2010. Il roule à 50/50 en D1 et D2, obtenant à ce niveau des victoires à King Raceway, Monaco et Monsanto. Il décroche aussi un podium en D1 à Zeltweg puis termine l'année à Mexico à moins de deux secondes du vainqueur et finit pas loin du Top 5 au classement général. En 2015 il dispute les quatre premières manches de la saison en février et mars, obtenant un podium à Watkins Glen en D2 puis s'imposant en D3 à Road Atlanta. Il revient en mai à Rouen, qualifié en D1, mais finalement ne participe pas à la course et se retire des pistes, mettant un terme à treize ans de carrière.

 

 

Carrière : 2002-2015 - 19 championnats

 

Meilleurs résultats :

2006 - 2è - GPL Cups
2010 - 3è - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2004 -  8è - F1 Legends

2005 - champion D3 - LFGPL

2006 - 10è - LFGPL

2007 - 10è - LFGPL

2008 - 10è - F1 Legends

2014 -  7è - F1 Legends

 

  Courses disputées : plus de 250.

  Victoires : une bonne trentaine.
(plus d'un quart en D1
). 

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Classement

25

en augmentation 18

en diminution 50

en augmentation 17

en stagnation 17

en augmentation 15

en diminution 35

en augmentation 9

en diminution 31

Sur

168

162

144

104

89

65

52

49

55 

 

  Rank : -51.3

 

bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

  Son interview.

 

 MOLFIS Rindo

  Rindo Molfis débute en ligne en 2001 dans le championnat F1 Legends qu'il crée avec son ami Jops Siffert. Internet ne lui permet pas de disputer la première manche mais il fait la 2è à Mexico fin août. Après une demi-douzaine de courses il fait la saison complète en 2002 obtenant ses premiers podiums en D2 à Monaco, Mosport et Riverside. L'ensemble de ses résultats lui permettent d'accrocher le Top 10 au classement final.

 

L'année suivante il décroche un nouveau podium au même niveau en fin d'année à Mexico mais c'est en 2004 que ses résultats vont décoller. Il obtient sa première victoire (D2) en janvier à Kyalami dans une course où seul son second termine aussi l'épreuve. Le mois suivant il s'installe pour de bon en D1 et décroche un premier podium au sommet à St Jovite. La suite de la saison le voit récolter trois autres résultats similaires à Mexico, Zandvoort et Laguna Seca. Tout cela lui permet de terminer sur le podium du classement général final.

 

En février 2005 il obtient sa 1ère victoire en D1 à East London puis un podium à Goodwood le mois suivant derrière Jack Seller et Olivier Zaiit. Deux autres podiums à Kyalami et Mosport récompensent un bon début de saison. Cette année-là il participe aussi au championnat de la Ligue française dans laquelle il récolte 3 podiums en D1 et à nouveau une bonne place au classement général final.

 

Début 2006 il fait quelques courses en ligue française mais avec le mod69, le temps de glaner un podium en février à Mexico. Il ne fait plus qu'une demi-douzaine de courses chez F1 Legends et, après un podium en août à Rouen, s'en va en beauté : sa dernière course en octobre à Watkins Glen lui amène un deuxième succès en D1 devant Olivier Zaiit et Christian Michel. Jops Siffert décédé l'année précédente, il laisse les rênes du championnat à Jack Seller qui reprend le flambeau et s'en occupe depuis.

 

 

Carrière : 2001-2006 - 8 championnats

 

Meilleur résultat :

2004 - 3è - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2002 - 10è - F1 Legends
2005 -  5è - LFGPL

 

  Courses disputées : environ 90.

  Victoires : 3.

 

  Rank : -71.

 

  Son interview.

 

MONERON Cyril

  C'est en janvier 2002 que Cyril Moneron fait ses débuts en ligne en intégrant le championnat GPL Passion et son coup d'essai est un coup de maître : sur le circuit d'Imola il signe la pole en devançant Jojo F1 de 3 centièmes et s'impose devant une autre pointure, Eric Coineau. Cette performance rarissime restera cependant sans lendemain puisque ce sera sa seule course dans ce championnat. Pendant l'été on le voit aussi pour une seule course dans le championnat Vibrate, à Watkins Glen, où il n'est battu que de peu par Sébastien Garcia. Ça lui suffit pour figurer dans le Top 10 au classement général.

 

Mais cette année 2002 signe surtout pour Cyril Moneron ses débuts dans le championnat de la ligue française où il va faire tout son parcours. Il y débute mi-mai au Mas Du Clos, en D2, puis intègre finalement la D3 à la fin du mois pour la course suivante. A ce niveau il s'impose d'entrée à Silverstone puis l'emporte à nouveau en septembre à St Jovite puis à Watkins Glen le mois suivant, prenant sa revanche sur Sébastien Garcia. Du coup il remonte en D2 mi-novembre pour les trois dernières manches de la saison. Au classement général il termine aux portes du Top 5 de D3.

 

En 2003 il reprend en ligue française en D2 où il dispute deux courses entre février et avril avant de rouler pour la première fois en D1 à Spa, mi-mai. Retour en D2 à la fin du mois, division où il va faire la suite de la saison. Il brille mais échoue systématiquement à décrocher sa première victoire à ce niveau : jusqu'en novembre il termine second à cinq reprises, quatre fois à seulement une seconde (environ) du vainqueur. C'est le cas à Riverside derrière Guy Piva, au Nürburgring derrière Ian Whitney, à Monza derrière Bruno Guinet et à Watkins Glen derrière Emmanuel Grossin. Il n'y a guère qu'à Rouen, en juin, où il est devancé nettement par Benjamin Lacaze. En décembre il glane un nouveau podium à Charade derrière Fabien Lauzet et Joël Piret, parachevant ainsi une année toute en régularité : à lui le titre de champion de D2 avec une belle avance sur David Schneider.

 

En 2004 Cyril Moneron remet son titre en jeu et décroche enfin sa première victoire en D2, à Zandvoort, fin février. Il confirme à Interlagos en mai puis termine sur le podium, début juillet au Nürburgring. En septembre il accède enfin durablement à la D1 puisqu'il y finit sa saison, sans résultats notables cependant. Retour à la D2 en 2005 où il dispute une bonne dizaine des quinze courses organisées mais le niveau à monté et il ne s'offre qu'un podium, en mars à Mexico. En janvier 2006 c'est dans le championnat en mod69 de la ligue française qu'il débute, à Watkins Glen, mais l'essai n'est pas concluant : il met un terme à sa carrière, quatre ans, quasi jour pour jour, après ses débuts. 

 

Carrière : 2002-2006 - 7 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2002 - 9è - Vibrate

2002 - 6è - LFGPL D3
2003 - 1er - LFGPL D2

 

  Courses disputées : près d'une cinquantaine.

  Victoires : une demi-douzaine. 

 

  Rank : -32.6

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

 MONTET Pierre

  Pierre Montet est des tous débuts des courses en ligne puisqu'il participe à la première manche de la ligue française en février 1999 à Kyalami. Il obtient d'entrée un podium et réédite sa performance en avril à Zandvoort. D'autres résultats similaires lors des quatre dernières courses lui permettent de terminer pas loin du titre : il n'en est privé que par Thierry Libat, vainqueur, lui, de la plupart des courses. En 2000 il roule en D1 et y fait encore un podium en février à Monaco puis participe à la suite de la compétition dans les divisions inférieures d'un championnat qui s'étoffe : il obtient sa première victoire en D2 en avril à Silverstone puis s'impose à nouveau en D3 en septembre à Mexico.

 

L'année suivante, Pier'ech renoue avec la D1 et avec des podiums, Kyalami, Rouen et Monza, avant de s'imposer au sommet en juin sur le circuit de Watkins Glen. Cela lui vaut de terminer aux pieds du podium au classement général. En 2002 il fait à nouveau une saison complète en D1 mais le succès est moins présent puisqu'il n'enregistre qu'une place d'honneur, terminant aux pieds du podium en octobre à Watkins Glen. Il tire sa révérence l'année suivante après une demi-douzaine de courses en D1 et une dernière participation en avril, en D2, sur la piste de Spa.

 

 

Carrière : 1999-2003 - 5 championnats

 

Meilleurs résultats :

1999 - 2è - LFGPL
2001 - 4è - LFGPL

 

Autre résultat marquant :

2000 - 10è - LFGPL

 

  Courses disputées : près d'une soixantaine.

  Victoires : 3.
(dont 1 en D1).

 

  Rank : -39.2.

A suivre...

 

 

 

 Sauvegarder en Pdf



05/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres