CHAMPIONNAT PLANETE 09/10 - UNE SAISON DE COURSE - 5.08.2010

 

 CHAMPIONNAT PLANETE - UNE SAISON DE COURSE - 28.07.10

R4E, C. Lefuret et Philippe Renaud

M 1 - 20.09.09 – GLACIER INTERNATIONAL – Groënland – (2001, Mark Beckman)

Description (imaginaire) :

Permanent, route - montagne - 35 virages - 21 km - 6m10 - 210 km/h

Ambiance :

Circuit posé dans le roc forestier, mais avec une débauche de grands espaces et de gros dénivelés. Les trajectoires sont multiples, les bordures bien matérialisées. Les décors sont trop sobres avec des épineux nordiques et des haies, mais quelques beaux bâtiments égaient le paysage.

Difficultés :

Les bosselages et dérobades nécessitent beaucoup de maîtrise et d'attention (surtout au régime moteur). Une fois le tracé su, les parties sinueuses ("Scotts", "Beckman") demeurent piégeuses en course.

Graphismes moyens - peu de traces qui peuvent ne pas correspondre à tous les styles.

Circuit très varié, rapide, technique et bien rythmé, dépaysant.

Avis :

15/20 – un exercice d'altitude. "On-line approved".

Pour cette première course de la 2è saison du championnat Planète on retrouvait 17 pilotes de la saison précédente ainsi que 3 concurrents qui faisaient leurs débuts dans cette compétition. Il s'agissait de Rolf Halbheer, Frédéric Blanchot et Jean Cosworth. Au rang des outsiders on comptait donc Rolf et Frédéric mais aussi Kram Ortisseur qui avait gagné la dernière course de la saison 1 dès sa première participation, à l'Ile de Man. Les favoris étaient les premiers du classement 2008-2009 à savoir Titi Douet, le tenant, Tristan Bot, son second, et leurs suivants, Warm Up et Patrick Cornu.

 

Sur ce circuit du bout du monde, taillé à même la glace du Groenland, les malheureux du jour ont été Warm Up et Jean-Luc Vidal qui abandonnèrent très rapidement alors que 13 pilotes purent voir le drapeau à damier de cette course pourtant difficile.

 

Trois Cooper et une Ferrari aux 4 premières places, tel est le score des constructeurs pour cette première manche : Tristan Bot, Titi Douet et Philippe Renaud, dans cet ordre alors que Kram Ortisseur intercalait sa "rouge" en troisième position.

 

Par équipes les anciens "Rookie Online Racing" devenus "Champions Online Racing" faisaient donc de bons débuts, Titi et Philippe réalisant un joli doublé dans les points alors que de son côté, Gianni Alvaro ne déméritait pas avec une 9è place.

M 2 - 18.10.09 – SAAR – R.F.A. – (2002, Horst Tartoni)

Description (imaginaire) :

Permanent - non plat - 8 virages - 10,1 km - 2m58 - 200 km/h

Ambiance :

Circuit presque plat, version améliorée des anneaux de vitesse. Les décors sont sobres et peu propices à conduire le "coude à la portière". Proche de Monza, ils sont corrects avec addons.

Difficultés :

Attention, le tracé est faussement symétrique, les virages s'ouvrent ou se ferment différemment. La négociation de "West Kurve" (8) conditionne la ligne droite et nécessite de soulager, pour la plupart des set up. Le freinage de "Tiefer Bogen" (2) après "Ost Kurve" au début est "intéressant" pour son délestage variable.

Graphismes assez dépouillés, manque de repères de freinage.

Circuit rapide, courbes en appui, piquage au freinage recommandé.

Avis :

14/20 – un bon tracé pour le on-line – s'apprend vite.

Arrivé sur le circuit allemand de Saar nos 20 protagonistes étaient prêts à en découdre. Beaucoup d'implication pour l'ensemble d'entre eux puisque c'est pas moins de 16 qui ont pu aller au bout de la course. Les meilleurs de Glacier, Bot et Renaud ont trébuché en ne bouclant pas un tour.

 

Titi Douet, lui, confirmait sa seconde place de Glacier en l'emportant et prenant ainsi confortablement la tête du classement général. Second et troisième, Eric Libourel et C Lefuret se repositionnent joliment au classement général derrière Titi et Tristan Bot.

 

Par équipe les COR de Douet prennent un bel avantage et devancent les Rainbow de Bot et Planète Rouge de Warm Up et C Lefuret (qui marquent tous les deux).

M 3 - 15.11.09 – TASTA V2 – Norvège – (2005, Björn L Finnestad)

Description (routes réelles) :

Campagne-urbain - légers dénivelés - 19 virages - 4,9 km - 1m53 - 155 km/h

Ambiance :

Circuit reconstitué dans les rues d'une petite ville norvégienne moderne, très étroit pour un environnement des années 2000. Le public est venu en nombre, le ciel est beau et la sécurité a été préservée au détriment de la vitesse. Multiples voies empruntables pour une immersion totale.

Difficultés :

Attention, il est très étroit et les trottoirs sont partout assassins. Péages, rond point, virages serrés à 90° avec de la paille, dénivelés importants et courbes rapides viennent cueillir les derniers espoirs d'avoir 1 s de répit. Aucune ligne droite (sauf aux stands situés dans une contre-allée), les portions glissantes lentes ou les courbes rapides faucheront les derniers survivants.

Etroitesse de la piste, circuit extrêmement difficile.

Graphismes très complet et bien travaillés. Univers atypique.

Avis :

13/20 – Un tracé incroyable, mais trop étroit pour le « on-line ».

Pour la 3è course c'est 17 pilotes qui ont fait le déplacement en retournant vers le Nord et plus précisément en Norvège. Alors que 9 pilotes seulement ont pu finir, Kram Ortisseur est le vainqueur. Comme l'année précédente les trois premières courses ont vu trois vainqueurs différents. Autant dire que le championnat démarre fort.

 

Eric Libourel est à nouveau second comme en Allemagne et Patrick Cornu 3è. Titi Douet, K.O. et Eric Libourel se tiennent à un point les uns des autres au général. Ca promet. Pour les châssis, Ferrari succède au coup double de Cooper.

 

Par équipe, le classement suit celui des pilotes, scrupuleusement : COR devant HTS (Zefox et K.O. dans les points) puis Team Vaillante.

M 4 - 13.12.09 – SACHSENRING – R.D.A. – (2002, Alexander Muller, Andre Streu & Renzo Krutsch)

Description (réel) :

Routes, campagne - gros dénivelés - 26 virages - 8,7 km - 2m43 - 190 km/h

Ambiance :

Circuit en campagne, rapide, avec une bonne dose de pâturages vallonnés et de forêts. Mais la reconstitution dans le coeur d'un village avec ses quelques virages serrés le démarque d'autres pistes plus connues (Bremgarten pour le nommer).

Difficultés :

Le freinage de "MTS Kurve" en descente est redoutable, mais la paille est (comme partout)définitivement accueillante. Les courbes rapides dans la forêt à "Heiterer Blick" ou avant le pont à "Guthrie Stain" nécessitent de savamment doser l'accélérateur sur la plupart des set up. Pour le reste, il est plus question d'apprentissage. Il faut quand même un gros coeur et une piste libre (un cierge à chaque tour !) pour le pif-paf à fond en fin de montée à "Badberg" où la sortie permet de flatter les écureuils qui vous attendent sur les troncs.

Des pièges rédhibitoires. Un set up long a développer.

Beaux graphismes. Un bon tracé. Un « hot spot » dans un championnat.

Avis :

16/20 – un tracé délicat a maîtriser, de bons graphismes. Un "Bremgarten" plus fouillé.

La quatrième course a lieu sur le circuit de Sachsenring où six pilotes seulement sur dix-sept peuvent finir. Kram Ortisseur et Eric Libourel enfoncent le clou en finissant dans cet ordre, comme sur la manche précédente.

 

Titi Douet accroche le podium et les trois sont ainsi dans cet ordre au classement général, très proches les uns des autres. Rolf Halbheer obtient la première de ses trois 4è places de la saison.

 

Par équipe, les Hunt Team Spirit (KO et Vidal marquent) devancent de peu les Champions Online Racing (Douet) alors que la team Vaillante (Libourel) n'est pas loin.

M 5 - 27.12.09 – ROUENWIN – France – (1998-200?, Papyrus + ?)

Description (réel + imaginaire) :

Permanent, campagne - Légers dénivelés - 12 virages - 6,6 km - 2m02

Ambiance :

Une version enneigée du Rouen de Base. La neige est tombée drue, mais s'est arrêtée pour laisser le grand prix se dérouler. Les "objets" sont bruts, mais la piste, le ciel et les horizons proches et éloignés sont de circonstance. La glisse de la piste est celle d'origine.

Difficultés :

La visibilité à longue distance semble un peu perturbée. Seuls les visuels sont différents. Les repères sont à reprendre avec le manteau blanc qui recouvre les bordures herbeuses.

Pas de glisse modifiée pour les puristes masochistes !

Le plaisir, juste renouvelé.

Avis :

13/20 – Un tracé toujours agréable pour les courses. Une alternative saisonnière bien "fun".

La fin d'année emmène les pilotes sur le circuit de Rouen dont les abords sont copieusement enneigés. Cela n'empêche pas Tristan Bot de l'emporter devant Patrick Cornu (son meilleur résultat de l'année) et Kram Ortisseur qui conforte sa place de leader. Onze pilotes ont vu l'arrivée sur dix-neuf alors qu'Eric Libourel, absent, perd du coup sa place de second au profit du tenant du titre, Titi Douet.

 

Par équipe c'est le status quo si ce n'est que les Vaillante perdent un peu de terrain sur les Cor. A noter deux doublés dans cette course pour la première fois de la saison : K.O. et Blanchot, 3è et 5è alors que Douet et Renaud sont 4è et 6è.

M 6 - 17.01.10 – BLUE MOUNTAIN – U.S.A. – (2003, Steve Evasic)

Description (imaginaire) :

Permanent - Montagne - 12 virages - 4,1 km - 1m14 - 200 km/h

Ambiance :

Circuit club, montagnard. Etroit, rapide et bosselé. Les chamois ne doivent pas être trop loin, malgré le bruit.

Difficultés :

Une seule trajectoire la plupart du temps. Ca talonne, ca racle, même avec un set up spécialisé, il faut être prudent et garder la tête froide. Les sauts sont impressionnants et le moteur est à ménager. Les freinages et portions lentes permettent les dépassements.

Graphismes moyens. Portions en aveugles difficiles en « on-line ». Set up de rigueur.

Des sauts dans un tracé court qui permet l'appropriation rapide.

Avis :

13/20 – un tracé très exigeant, pour sauteurs invétérés. Petits coeurs s'abstenir.

La sixième manche, signe la mi-saison et le Planète circus emmène sa petite troupe au-delà de l'atlantique pour fouler la piste de Blue Mountain. Kram Ortisseur reprend la main et s'impose devant Eric Libourel (qui revient bien) et Frédéric Blanchot. Ce circuit a fait des dégâts puisque six pilotes seulement ont vu l'arrivée sur les dix-neuf ayant fait le voyage pour les Etats-Unis. Une hécatombe mécanique.

 

K.O. consolide consciencieusement sa place de leader. Eric Libourel, lui, retrouve la place de second en dépassant Titi Douet qui a du abandonner comme Tristan Bot.

 

Par équipe on trouve toujours en tête Hunt Team Spirit (nouveau doublé K.O. et Blanchot sur le podium) devant Champions Online Racing et la team Vaillante. L'écart se creuse entre la première équipe et la suivante mais se réduit entre la 2è et la 3è.

M 7 - 14.02.10 – JACAREPAGUA – Brésil – (2009, ?)

Description (réel) :

permanent - plat // 11 virages - 5,0 km - 1m57 - 154 km/h

Ambiance :

Ecrasé de soleil, la piste est généreusement dotée d'échafaudages qui abritent des cameramen. Bien entendu ce n'est pas pour voir les voitures, mais pour admirer les trop nombreux et gigantesques panneaux publicitaires qui submergent le paysage. Les tribunes sont savamment disposées et le palmier jamais bien loin de la piste. Le tracé très agréable abrite une bonne ligne droite en 2 temps (et 3 mouvements) pour dépasser. Si le graphisme est limité le ciel est très bon.

Difficultés :

Le freinage de la ligne de départ qui se referme "Molykote". Les freinages des virages serrés comme "Norte" ou celui à l'approche des stands à "Vitoria".

Graphismes trop sobres. Circuit tout plat (pour ceux qui n'aiment pas !).

Un bon tracé pour le on-line.

Avis :

15/20 – un circuit classique et efficace pour les arsouilles, entre Silverstone et Kyalami.

Après les U.S.A., soleil du Brésil sur la magnifique piste de Jacarepagua. Vingt pilotes motivés et bien préparés pour cette manche puisque pas moins de seize allaient rejoindre l'arrivée. Victoire de Tristan Bot devant Kram Ortisseur alors que Michel Fournié signe un très beau podium à bord de son Eagle.

 

K.O. reste en tête au général devant Tristan Bot qui dépasse Eric Libourel et Titi Douet. Le doublé du jour est pour les Sim Racing Corner avec Michel et Patrick Cornu, qui finit 4è. Par équipe HTS continue à faire la course en tête alors que derrière c'est le regroupement général.

 

COR, Vaillante et Rainbow Planet (Bot) se tiennent en trois points et même les SRC montrent le museau en gagnant une place et reviennent à 10 points des seconds. Tout peut encore basculer !

M 8 - 14.03.10 – DIAMANTE – Nouvelle-Zélande – (2001, Mark Beckman)

Description (imaginaire) :

Permanent - bons dénivelés - 14 virages - 5,2 km - 1m32 - 204 km/h

Ambiance :

Un circuit qui s'appuie sur de nombreuses courbes rapides, protégées par des bunkers. Nimbé de soleil, il abrite 2 bonnes lignes droites pour dépasser. Si le graphisme est limité, le tracé est agréable avec une piste permettant les dépassements presque partout.

Difficultés :

Il y en a peu car à part la glissière du « 14 » et dernier virage qui lance la ligne des stands, on peut se sortir de presque tous les mauvais pas : il y a toujours du sable ou de l'herbe avant d'aller taper fort les rails.

Graphismes trop répétitifs avec peu de détails.

Qualité du tracé. Ciel correct. Un classique des courbes.

Avis :

14/20 – tracé tout en rondeur avec des virages surélevés. Les bonnes trajectoires se méritent !

On boucle les deux tiers de la compétition avec la huitième piste et un long voyage jusqu'en Nouvelle-Zélande. Diamante accueille à nouveau 20 courageux que les décalages horaires n'effraient pas. Malheureusement la météo exécrable (déco générale) obligera les organisateurs à arrêter la course à mi-distance.

 

Frustration pour tous et surtout pour Frédéric Blanchot qui n'obtient donc, si l'on peut dire, qu'un demi-premier succès. Derrière lui c'est Tristan Bot (Rainbow) et Kram Ortisseur qui complètent ce mini-podium. Doublé HTS, donc, ainsi que Planète Rouge puisque Warm Up et C Lefuret sont classés 5 et 6è.

 

Peu de changement au classement individuel puisque la moitié des points seulement ont été distribués mais, par équipe, Vaillante cède quand même sa 3è place à Rainbow Planet.

M 9 - 4.04.10 – SHUTOKO – Japon – (2002, Teru)

Description (imaginaire) :

Nuit - urbain - légers dénivelés - 23 virages - 14,8 km - 3m56 - 226 km/h

Ambiance :

Circuit taillé dans le périphérique de Tokyo, avec les petits buildings cubiques vitrés et modernes aux bords des voies. Pas de public et des teintes très fantomatiques, mais les éclairages sont suffisants.

Difficultés :

Quelques embranchements techniques (prendre à droite à "Kitanomaru") et des descentes en courbes ("Edobashi"). Circuit encaissé, il n'y a aucun échappatoires entre tunnels (comme "Chiyoda"), murs et rails. Nombreux passages en aveugle. Difficile à apprendre.

Tracé technique, beaucoup de passage sans visibilité. Limite pour le "on-line".

Vitesse et ambiance incongrue.

Avis :

12/20 – Un circuit de trompe-la-mort vues les vitesses atteintes – graphismes trop justes...

Le Japon (et les Japonaises) nous accueille dans un pur délire puisque Planète inaugure l'extravagant circuit de Shutoko, tracé, excusez du peu, sur une partie du périphérique tokyoïte. De plus, la course est prévue de nuit ce qui fait de nous d'authentiques kamikazes aux yeux des autochtones.

 

Douze pilotes seulement pour cette course, les événements néo-zélandais en ayant peut-être refroidis certains qui sont donc retournés prématurément en Europe. Tristan Bot l'emporte devant Warm Up qui obtient son meilleur résultat alors qu'Eric Libourel signe un nouveau podium.

 

Comme à Blue mountain les SRC obtiennent un nouveau doublé, Patrick Cornu et Michel Fournié finissant 4 et 5è des 7 pilotes à l'arrivée. Kram Ortisseur n'a pas dépassé les cinq minutes de courses et voit donc sa première place menacée par tristan Bot.

 

Eric Libourel reste un solide troisième, Titi Douet ayant du mettre un terme à sa saison après Diamante. Par équipe, Rainbow Planet passe second alors que l'écart est infime entre les COR et la team Vaillante pour la 3è place.

M 10 - 2.05.10 – NEVA RING – U.R.S.S. – (2005, Gavrilenko Dmitry (Gaus))

Description (réel) :

Urbain - plat - 7 virages - 3,7 km - 1m24 - 156 km/h

Ambiance :

Une austère zone portuaire russe dans laquelle le circuit a été aménagé, mais savamment détaillée, et "relevée" par les drapeaux rouges. Hautement festif ! Mais le public russe réchauffe l'atmosphère rendue martiale par les imposants bâtiments au style réfrigéré. Les stands sont largement à part et forment les deux côtés d'un triangle. Pour le reste, 2 courbes sont imbriquées l'une ("Small Arc") dans l'autre ("Large Arc"). 3 courtes lignes droites ne vous serviront à rien pour dépasser, tout juste pourrez-vous intimider si le précédent se loupe à l'accélération.

Difficultés :

Les virages sont serrés et étroits entre les trottoirs. Seul le freinage à la sortie de "Large Arc" avant les stands à "Sea Turn" permet éventuellement un piquage au freinage, pour les plus audacieux. Attention, le 90° gauche donnant sur "Large Arc" vous donne souvent un aller simple pour le port !

Piste étroite et piégeuse. Setup de rigueur pour dépasser.

Un vrai laboratoire d'essais pour développer des set up de courbes.

Avis :

14/20 – Un circuit réel (motos régulièrement) technique et atypique. Dur en "on-line".

Retour sur le vieux continent et plus précisément cap à l'Est. L'antépénultième course de la saison prend place en U.R.S.S., sur le circuit de Neva Ring. Pour la première fois de la saison un indépendant s'impose. Il s'agit de Benjamin Pecquet, l'initiateur du Clutch Club. En Lotus il devance Eric Libourel et sa fidèle Brabham suivi de Warm Up en Cooper.

 

Un autre indépendant, Franck Behra, rentre dans les points (6è) alors que Planète Rouge fait un nouveau doublé grâce à Warm Up et C Lefuret (5è). Status quo au général après l'accrochage au premier tour puis l'abandon de K.O. et Tristan Bot. Le comportement de ce dernier, en piste comme en dehors, amènera son éviction définitive des championnats Planète.

 

Au classement général rien n'est donc joué, Eric Libourel revenant à 7 points du leader provisoire. Son équipe, Vaillante, se rapproche de la seconde place.

M 11 - 23.05.10 – AINTREE – Angleterre – (2002, Bias)

Description (réel) :

Permanent - plat - 9 virages - 4,8 km - 1m47 - 162 km/h

Ambiance :

Circuit classique d'hippodrome. Les addons améliorent ce circuit inclu dans "l'historic rank". Les détails sont bien immersifs. Le ciel très "cloudy" ennuage élégamment ce circuit d'arrière saison, "so british".

Difficultés :

Les 90° gauche ("Cottage" et "Country") doivent se négocier en 1ère. "Melling Crossing" et ses 2 chicanes rapides, en bout de ligne droite, cueille les téméraires qui déboîtent trop tard. Le dégagement est là, mais toutes les sorties peuvent mal finir !

Circuit tout plat (pour ceux qui n'aiment pas !). Ben oui, je me répète...

Piste variée et large, facile à apprendre.

Avis :

15/20 – Un circuit permettant toutes les arsouilles. Du pur "on-line inside" !

18 pilotes au départ de la manche anglaise organisée sur le circuit d'Aintree. Les canassons ont déserté l'hippodrome pendant quelques jours pour faire place aux chevaux-vapeur de nos machines. Philippe Renaud obtient sa première victoire devant Kram Ortisseur qui défend bien sa place de leader alors que Franck Behra signe son premier podium.

 

Les HTS signent un nouveau doublé dans les points avec Frédéric Blanchot qui fini 4è alors qu'un autre indépendant imite Franck Behra et termine lui aussi dans le top 6. C'est Tom Guérout, un futur crack. Au général K.O. prend une option quasi définitive pour le titre car le trou est fait avec Eric Libourel.

 

Par équipe les dés sont jetés pour Hunt Team Spirit alors que pour la seconde place tout reste possible entre les Cor, Rainbow Planet et Vaillante puisque trois points et demi seulement séparent ces trois équipes.

M 12 - 20.06.10 – BRNO 49 – République Tchèque – (2007, Sergio Loro, Ginetto & Richard Cook)

Description (réel) :

Routes, campagne - gros dénivelés - 65 virages - 17,8 km - 5m43 - 186 km/h

Ambiance :

Circuit escarpé dans la campagne tchèque. Plusieurs passages se font à vive ou faible allure dans les rues des villages. Entre forêts vertes ou sèches, pâturages, collines, nombre de paysages se dessinent. Mais pas le temps de s'attarder !

Difficultés :

PLes portions à 300 km/h alternent avec les virolets à 50... La piste est longue, mais les nombreux détails permettent de se l'approprier. La performance vient après, tellement il est technique.

Grande longueur. Set up polyvalent nécessaire. Bottes de paille inextricables.

Superbes graphismes détaillés. Plusieurs passages de tous types mémorables.

Avis :

16/20 – Un circuit mythique. Bremgarten, Sachsenring et Schottenring sont défaits.

Retour à l'Est pour la manche finale de ce deuxième championnat Planète. C'est le magnifique circuit de Brno (49) qui nous accueille. Nous sommes une quinzaine à débuter la course et la moitié à la finir. HTS démontre que le titre par équipe n'est pas usurpé puisque Kram Ortisseur et Frédéric Blanchot terminent premier et second. Patrick Cornu, 3è et Michel Fournié, 5è, ne sont pas en reste et marquent aussi tous deux pour Sim Racing Corner. La dernière course se termine en beauté et nous offre un dernier rebondissement puisque Vaillante passe in extremis de la 4è à la 2è place et coiffe les Champions Online Racing.

 

Au classement pilotes, Kram Ortisseur succède donc à Titi Douet alors que, derrière lui, Eric libourel devance Tristan Bot. Après eux la lutte à été chaude jusqu'au bout puisque sept pilotes se tiennent en moins de dix points, Frédéric Blanchot, 4è, gagnant deux places au dernier moment.

Ainsi se termine ce second championnat Planète qui, comme le précédent, a enregistré moult retournements de situations autour d'une domination de Kram Ortisseur. Rendez-vous pour une troisième édition qui ne manquera pas, j'imagine, de nous offrir aussi de belles surprises au gré des circuits que nous découvrirons. A suivre...

  Et voici la synthèse en tableaux et graphiques signée Philippe Renaud (A noter : des rectifications ont eu lieu sur les courses 2, 3, 5, 9, et 10 :  ainsi que sur le classement finisseur / fair-play :  ).

Merci à tous les participants et à bientôt pour de nouvelles aventures...

 

Récits des courses : R4E - Topos des circuits : C. Lefuret - Synthèse du championnat : Philippe Renaud

 

Sauvegarder en PDF

 



14/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres