2007 - COINEAU DOUBLE LA MISE - AUDRAN MONTE EN PUISSANCE - 21.11.07

2007 - COINEAU DOUBLE LA MISE

 AUDRAN MONTE EN PUISSANCE

Cet article est la suite et la fin de HALL OF FAME - ERIC COINEAU, UN SEPTENNAT DE PASSION que vous pouvez consulter en cliquant sur le drapeau ci-dessus.

Mi-janvier, Christophe Gardes, vainqueur du dernier Grand prix 2006, un mois auparavant, et 3è du classement général, reprend le volant avec autant de réussite, aux essais en tout cas. Il s'adjuge en effet une pôle, à Spa, au nez et à la barbe de ceux qui l'ont devancé pour le titre précédent, Eric Coineau et Martin Audran.

Leur lutte s'arrêtera vite là, Gardes devant se contenter d'une 7è place en course et abandonnant le championnat peu de temps après.

C'est donc un mano à mano qui s'engage dès le début de l'année entre les 2 hommes forts de l'année précédente, Davy Decorps ayant décidé de raccrocher son volant, pour GPL en tous cas.

   Spa puis Bathurst en février et Kyalami en mars vont voir, à chaque fois, Eric Coineau faire honneur à son rôle de tenant du titre en l'emportant devant Audran, son challenger.

1-2, 2-3 et 1-3 tels sont les classements des 2 hommes en ce début d'année. En Belgique l'écart est de 5 secondes.

En Australie, c'est le petit prodige Bertrand Dupraz, qui avait débuté en D5 moins de 6 mois plus tôt, qui gagne sa 1ère course, dès sa 2è participation à ce niveau, avec une mini-marge de 3 secondes.

Il gagne aussi un joli duel en Afrique du sud, pour une 5è place, avec une demi-seconde de marge sur Christian Michel.

En Australie c'est Jean-Philippe Campmajo devant Dimitri Beaufrère à 1 seconde et demi qui doit valoir le coup d'oeil.

Les 2 courses suivantes, en avril, vont permettre à Eric Coineau de faire le break dans l'optique du gain du titre.

  Il l'emporte à nouveau à Rouen devant Erwan Quefféleant puis fait second à Snetterton derrière Frédéric Gubbels.

Dans ces 2 courses, 2 beaux duels pour la 3è place peuvent être intéressants à revoir. Roméo-Campmajo en France et Siebert-Campmajo en Angleterre. Dans les 2 cas un écart d'une seconde seulement sera constaté à l'arrivé en défaveur de JP Alesi.
    
 Le retour au Pays-Bas va redonner un peu d'air à Martin Audran, le 18 mai. Une bagarre mémorable va opposer le trio Gubbels, Campmajo et Coineau mais ce dernier va finir dans le décor. Audran l'emporte à Zandvoort avec une bonne avance sur le tandem de rescapés.

Ce répit pour le Manceau, dans un début de saison mitigé ne va malheureusement être que de courte durée.

  Brands Hatch, fin mai, et Lime rock Mc début juin vont voir un écart quasi-irréversible se creuser en faveur du tenant du titre.
 
Coineau l'emporte à 2 reprises avec plus d'une d'une minute d'avance à chaque fois et devant 2 tandems différents :

Campmajo devant Zozo à 2 secondes puis Bertrand Dupraz avec 2 dixièmes d'avance sur Patrice Bertin.

On mesure ainsi sa constance mais aussi l'avance qu'il a sur le reste du plateau.

Dans ces 2 courses Audran ne voit pas l'arrivée et perd donc presque toutes ses chances de perturber la marche en avant d'Eric Coineau vers un second titre consécutif.

Malgré tout, il en est du sport automobile, virtuel ou non comme de toutes les disciplines où la chance et le hasard ont une part.

En effet, Martin Audran va, à ce moment là, enchaîner une impressionnante série de 3 victoires alors que le leader va enregistrer des résultats de moins en moins intéressants.

 Audran l'emporte sur le monstrueux circuits Allemand du Nürburgring en Juin alors que Coineau finit 3è.

La trêve d'été finie, le renversement de situation se poursuit.

 Le sublime circuit Jops Siffert, dédié au boss F1 Legends trop tôt disparu, et élaboré par ses amis de la ligue, va être le théâtre d'une superbe course où 4 pilotes finissent en moins de 5 secondes.

Fred Gubbels, Jean-Phi Campmajo, Eric Coineau et Bertrand Catroux finissent dans cet ordre. Martin Audran l'emporte avec une confortable avance sur Bertrand Dupraz qui confirme son niveau.

Eric Coineau, avec cette course, rentre dans le club très fermé des 7 pilotes ayant participé à 100 Grand-Prix en Ligue Française.
( Emmanuel Grossin et Michel Delplace 125 )
Il sera même le seul au début de l'année prochaine à atteindre ce chiffre en D1.

Avec 9 courses sur 10 terminées sous le drapeau à damier, une vingtaine de victoires en D1 et plus d'une trentaine de podiums il a un tableau de stats qui sera sûrement difficilement égalable. Ses adversaires sont prévenus, 1 fois sur 2 il finit dans les 3 premiers.

 Rendu aux Etats-Unis, Martin Audran poursuit un mois de septembre Hallucinant. Redoutable à Watkins Glen ( voir sa course en coupe du monde 2 jours plus tard ) il ne perd pas l'occasion d'enfoncer le clou.

Il l'emporte sans être inquiété alors qu'Eric Coineau, victime d'un suppo au premier tour ne peut resserrer les boulons.
Jean-Philippe Campmajo devance Christian Michel d'une grosse seconde pour la 2è place. 

D'une cinquantaine de points d'écart au classement général, l'avance du leader est tombée à 20 unités en 3 courses. On peut alors penser que Martin Audran est en train de faire de ce championnat 2007 une saison comme on en voit peu, avec un extraordinaire retour sur un adversaire qui avait, fut un temps, presque 2 fois plus de points que lui.

Malheureusement pour lui, un come-back à souvent ses limites. Il était écrit qu'il devait, encore cette année, se contenter dans cette compétition du statut de challenger de luxe.

En effet les 2 courses suivantes, la deuxième épreuve Française de la saison et le 3è voyage en Angleterre vont sceller le sort d'un championnat qui n'aura cessé de basculer dans un sens ou dans l'autre.      

 A Monthléry, Eric Coineau resserre enfin les boulons avant qu'il ne soit trop tard et l'emporte alors que le moteur de la Ferrari de Martin Audran rend l'âme.

 Sur le circuit de Silverstone, Eric Coineau cumule pôle et victoire et est la locomotive d'un petit train de 3 autres Lotus.
Loco à la peine d'un train de 4 BRM, Martin Audran, lui, finit 7è et voit le tenant confirmer son titre.

En effet, à 2 courses de la fin, Eric Coineau a déjà assez de points pour voir, comme l'an dernier, la fin de saison arriver sans aucun stress. Le titre est pour lui et si Martin Audran a semblé pouvoir l'emporter à un moment de la saison, le "vieux dragon*" à su prendre la mesure du "jeune tigre*".

Cela nous promet pour 2008 une saison qui sera sûrement, elle aussi, extraordinaire.

Après des victoires sur 6 circuits additionnels et 1 ou 2 succès sur presque tous les Papy-tracks, je souhaite à Eric Coineau de pouvoir enfin triompher à Monaco, seul circuit où il n'a pas encore pu connaître la 1ère marche du podium.

Mes respects, Monsieur Coineau.

R4E

 

*Je n'assume pas ce jeu de mot de bas étage qu'un conseiller m'a suggéré. Je voulais boycotter mais il y a eu menaces... :))



21/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 214 autres membres