DAYRTON - INTERVIEW - 29.03.2008

 

 

 

 

 DAYRTON - INTERVIEW - 29.03.2008

 

 

 

 

L'interview du jour me permet de vous présenter pour la première fois un pilote belge, Dayrton. Animateur par le passé de la BCRL il ne participe plus actuellement à des championnats online mais taquine encore régulièrement le hotlap, en ce moment essentiellement en mod69.

 

Une occasion de découvrir ou redécouvrir une figure du GPL francophone.

 

Je vous laisse en sa compagnie. Bonne rencontre...

 


QUESTIONS GÉNÉRALES

 

 

 


1- Bonjour Dayrton, peux-tu te présenter pour les lecteurs de PLANÈTE GPL ?

 

Salut à toi et à tous les fanas de GPL.
"Dayrton" alias "Chisum" sur le forum ultime de la simulation, j'ai nommé 'Check Six', et plus simplement Dany pour les copains.
Je suis né le 30 mars 1952 à Liège en Belgique et je réside toujours dans le voisinage de cette vieille ville.
Je suis du signe du Bélier, comme Ayrton Senna. C'est un détail, mais j'y tiens beaucoup.


Que dire encore ?


Ancien officier mécanicien de la marine marchande belge, période qui me laissa de très très grands souvenirs.
Ancien pilote de course de vitesse pure moto, à l'échelle nationale uniquement, Coupe Kawasaki (casque Samouraï pour ceux qui connaissent) puis championnat national de vitesse en circuits et championnat national de courses de côtes.


Une époque assurément bénie de laquelle je garde aussi d'excellents souvenirs et finalement peu de regrets bien que je n'ai pas eu les moyens de continuer.
Pas encore pensionné mais plus du tout actif, je jouis d'une totale liberté ce qui me permet de consacrer énormément de temps à cette passion que sont pour moi les simulateurs.

 

2- Quel est ton parcours de Gamer en général et de sim-racer en particulier ?

 

Je n'ai pas un grand parcours de gamer avant GPL. Mon premier ordi je ne l'ai eu qu'en 1999 ce qui fait que j'ai déjà raté pas mal de trucs.
Par contre je me souviens d'avoir joué sur une console Sega Master System (achetée pour ma fille) à un jeu de voiture qui je crois s'appelait "Senna Monaco GP" (acheté pour moi lol). C'était un petit jeu d'arcade, ça faisait un son horrible mais les circuits étaient ceux du championnat du monde de F1.

 

C'était suffisant pour que le compétiteur qui dort en moi me fasse passer des nuits entières à 'rouler' (au joypad !) en essais libres pour tenter de pulvériser les chronos.
A part ça, je jouais aussi sur cette même console et avec ma fille, à un jeu de tennis ou à "Alex Kid".
Rien d'autres avant l'ordi et GPL.

 


3- Joues-tu actuellement à d'autres jeux en dehors du sim-racing ?

 

Disons que je joue de temps en temps à autre chose que des simus.
Par exemple, je joue très souvent au backgammon sur MSN, mais je peux aussi jouer des nuits entières au poker sur "Full Tilt Poker", mode "Texas Holdem". Le mode fun est suffisant pour bien s'amuser et le challenge réside à faire le maximum de jetons avec ce qu'on donne gratuitement càd 1000 jetons. En 3 mois je suis monté à 500 000 jetons puis j'ai subitement arrêté pour passer à autre chose.
Ceci dit, quelque part ces genres de jeux sont aussi des sortes de simulateurs.


Dans le jeu "jeu" proprement dit j'ai eu il n'y a pas très longtemps, une petite passe Civilization IV. J'ai passé un hiver à m'amuser sur ce jeu remarquablement bien fait. Mais une fois bien compris les rouages, on s'en lasse assez vite car il n'y a pas vraiment de gros défis à relever.
Etant passionné aussi de la seconde guerre mondiale, je joue régulièrement sur Battlefield 1942 et le splendide add-on "Forgotten Hope" ainsi que sur "Brothers in Arm: Earned in blood", deux excellents fps.
A l'occasion il m'arrive encore de faire une partie d'échec en ligne, mais je n'ai plus trop la patience de passer des heures à réfléchir avant de bouger un pion.

 


4- Actuellement, tu ne joues qu'à GPL ou à d'autres simus ?

 

Actuellement je ne joue qu'à d'autres simus, GPL est au frigo.
C'est parce que je ne suis pas capable de me couper en quatre, ça veut dire que quand je suis sur une simu, je suis à fond sur cette simu et rien que sur celle-là.
Aussi mes différentes simus sont-elles utilisées de façon "cyclique" disons.
Ainsi en ce moment, je passe un temps fou sur Silent Hunter III updaté avec l'add-on Grey Wolves Expansion 2.0 qui confère à ce simulateur une dimension exceptionnelle tant sur la qualité technique que sur le détail historique. Commencer une campagne sur un U-boot type VII et essayer d'aller au bout du conflit est un challenge extraordinaire et loin d'être facile. Le challenge est très dur et si on joue en 100% réaliste ça frise le sublîme. Mais ça prend du temps : ma première campagne complète m'a occupé de mars à août 2007 !

 

Quand j'ai "un trou" dans mon emploi du temps, ou simplement envie d'autre chose, c'est toujours avec un plaisir de gosse que je reprends mon vieux "Combat Flight Simulator 1". J'ai aussi le 2 mais je préfère le 1 que je connais par coeur y compris dans les fichiers de création de missions ou de modification des appareils. J'ai ce soft depuis 1999 et je crois bien qu'avec GPL c'est celui sur lequel j'ai joué le plus souvent. D'ailleurs, je n'ai pas encore fini toutes les superbes campagnes de Marnix Jacob ou Fallen Eagle ou encore la série "Pilote War" de Richard Steel. Mais j'y reviendrais c'est certain.

 

Une autre simu passionnante que j'aime reprendre à l'occasion c'est "18 wheels of steel : Haulin". Un simulateur de camions ! On doit livrer des marchandises dans tous les USA et le Sud du Canada, sans casser la remorque et en respectant le code de la route. Il faut gagner des dollars avec lesquels on pourra acheter un meilleur camion, puis engager d'autres chauffeurs, etc.
Pour moi qui adore rouler pour rien, c'est vraiment parfait (et économique !).

 

Plus sérieux, "Lock On : Modern Air Combat". Un des meilleurs simulateurs de jet de combats modernes, le meilleur restant Falcon 4 + l'add-on "Open Falcon" mais hélas, bizarrement, il ne tourne pas sur ma machine.
Avec 'Lock On' pourtant on a déjà pleinement les commandes intégrales d'un jet et un moteur de jeu puissant avec en plus, ce qui n'est pas pour me déplaire, un système de replay splendide permettant de tout remodifier à loisir question placement des caméras. Il y a de quoi passer une vie entière sur ce simulateur pour tout maîtriser parfaitement essentiellement au niveau de l'avionique et de l'armement ultra-sophistiqué.

 

Enfin, je ressors régulièrement mon "Grand Prix 4" de Geof Crammon. Généralement c'est en juin quand approche le GP du Canada, sur le circuit que j'apprécie le plus dans la F1 moderne. GP 4 c'est un peu comme GPL, il y a une belle communauté même si Rfactor l'a un peu abîmée, mais le soft reste l'un des meilleurs essentiellement pour la gestion de la pluie. En 2005 j'ai pu participer à un championnat GP4 (je ne sais déjà plus le nom du site !) et j'en ai gardé deux souvenirs mémorables.


A Imola sur une pluie démentielle (le boss, Cédric Briffaut, programmait lui-même les périodes de pluies et là, il nous avait royalement servi !) ça a été extrêmement difficile mais c'était un pied absolu. Je m'étais tellement bien amusé que j'en avais fait une grande vidéo mais malheureusement elle a disparu dans un formatage.
Et puis la cerise : Monaco !
J'ai toujours détesté ce tracé mais là, dans le cadre d'un championnat, je me suis forcé, j'ai fermé ma grande gueule et je me suis mis au travail.


Ca a mis le temps mais j'ai fini par faire un tour sans rien taper...
Puis j'ai descendu un peu mes temps, puis encore un peu plus, restant cependant très loin des intouchables.
Et puis la course qui a été pour moi un de mes meilleurs souvenirs en sim-racing. Nous étions 32 à participer et je termine 4ème mais dernier car tous les autres ont été contraints à l'abandon !!
En plus j'étais le seul à n'avoir pas tapé une seule fois un rail !
Le pire, je l'avoue, c'est que je me suis bien amusé !
Comme quoi souvent, il ne faut pas dire qu'on n'aime pas le circuit, il faut simplement rouler dessus.

 

Voilà pour l'essentiel des simus qui me passionnent.

 


5- Comment as-tu découvert GPL et est-ce que l'attrait a été immédiat ?

 

En février 1999 dans une émission de la télé belge qui s'appelait "Ecran Savoir" présentée par Eric Frère et qui dans un numéro spécial présentait les meilleurs jeux PC de 1998.
Il y avait un gamin équipé d'un beau volant Microsoft Force feedback et qui tentait de faire un tour à Monza.
J'étais déjà émerveillé car ces petites voitures étaient les mêmes que les "Dinky Toys" avec lesquelles je jouais quand j'étais petit garçon. A la télé, le gosse accélérait à fond dans la ligne droite en quittant les stands. Il passe prudemment la Curva Grande mais comme il ne connaissait sans doute pas le circuit, dans Lesmo 1 il s'est retrouvé derrière le rail.
On a montré le replay de l'action dans le jeu et j'étais déjà hors de mon fauteuil !


Ensuite la caméra montre les options du garage et je ne tenais plus en place devant la liste énorme des règlages disponibles. Faut dire que comparé à "Senna Monaco GP" on entrait dans un autre monde !
Puis le gamin prend le départ du GP toujours à Monza.
Il se faufile entre des voitures en accélérant, touche un concurrent qui sort de la piste et fini comme la première fois dans le rail de Lesmo 1.
Mais j'en avais vu assez et j'ai bien répété 100 fois à ma fille : "il me le faut, il me le faut !" car j'avais peur qu'il ne fasse pas long feu et qu'il soit ensuite introuvable.
Aussi, le lendemain, je suis allé l'acheter pour 1 999 francs belges, soit 50 euros actuels !


Et je suis rentré chez moi dévorer les 2 bouquins en anglais. C'est tout ce que je pouvais faire car...je n'avais pas encore d'ordinateur !
Deux jours après, l'émission télé a été rediffusée et je l'ai enregistrée complètement. J'ai bien regardé 100 fois ce passage parlant de GPL (plus une fois encore maintenant) mais après 3 ou 4 fois, je me suis finalement décidé à commander un computer.

 

Le plus fun dans l'histoire c'est que durant cette émission ils ont aussi présenté un autre simulateur de formules 1, mais modernes celles-là, qu'ils ont vanté comme ayant reçu le "CD ROM d'Or" d'un magazine ("L'ordinateur individuel") en tant que "meilleur simulateur de 1998".
Ce jeu était en effet exceptionnel pour l'époque c'était "Monaco Grand-Prix Racing Simulation 2".
Mais à côté de GPL il ne faisait évidement pas le poids.


 

6- Qu'est ce qui te plait le plus dans Gpl ?

 

C'est TRES difficile ce qui en fait un vrai simulateur.
C'est très important que ça soit difficile car sans la difficulté nous serions en présence d'un simple jeu dont on se lasserait vite.
Là, on y est quasiment à 100% il n'y a que notre vie qu'on ne met pas en jeu (et encore, le coeur souffre...). Tout le reste y est (sauf la pluie hélas).
Et du fait qu'on y est, on peut donc s'y croire.
Ce qui donne une certaine légitimité au gigantesque nombre d'heures passées sur cette simu.
Heureusement parce que sans ça, on pourrait de loin nous prendre pour des malades !
Ca c'est ce qui me plaît dans le soft en lui-même mais il va sans dire que d'autres paramètres, extérieurs au soft lui-même, sont absolument fascinants.
Deux exemples : la méga communauté soudée depuis bientôt 10 ans autour de GPL et puis surtout, l'incroyable GPL RANK qui est un véritable catalyseur pour tous les mordus de GPL.

 

7- Vois-tu un avenir à GPL et lequel ? Passe-t-il par de nouveaux mods ou par de nouvelles fonctionnalités structurelles, retour au stand géré avec des anims, etc...?

 

Je vais être honnête : quand le mode 65 est sorti j'ai exprimé publiquement mes craintes que ça risquait de tuer GPL.
Depuis, je n'ai malheureusement eu qu'à constater que l'impact des mods était énorme sur la participation au mode d'origine, le 67.
Il fut un temps, avant les mods, où sur VROC on pouvait trouver en permanence 200 pilotes en ligne et des dizaines de courses proposées.
Aujourd'hui, c'est le désert, que ce soit sur VROC ou sur IGOR, c'est au maximum une douzaine de courses disponibles.
Je trouve ça très triste.


Pourtant GPL est loin d'être mort et paradoxalement c'est aux mods qu'on le doit.
Est-ce un signe que le 67 se meurt ou que les pilotes préfèrent le "un peu moins difficile" ?
Je ne sais pas et d'autant moins que moi-même je ne roule quasiment plus jamais en 67...
Mais il reste que GPL c'est avant tout le mod67 d'origine et que même si les autres mods sont splendides, il reste la référence ultime en matière de difficulté et de pilotage.

 

Son avenir ?

A mon avis GPL a besoin qu'on "secoue le cocotier".
Il mériterait quelque chose de grandiose.
J'avais rêvé jadis de pouvoir un jour connaître l'organisation d'un vrai championnat du monde, avec des pré-sélections et des sélections s'étalant sur un an ou deux puis une phase finale organisée en mode LAN dans une grande ville et retransmise à la télévision comme on retransmet des parties de poker ou des matchs de pétanque.

Pourquoi pas ?

Mais c'est un truc qui demanderait une organisation gigantesque et des sponsors courageux car rien ne garanti que ça marcherait.
Toutefois, je reste d'avis qu'un vrai championnat du monde, même organisé plus modestement, ferait un grand bien à GPL.
Car en dehors des ligues et des records du monde individuels, il n'y a pas une compétition officielle qui soit accessible à tous les pilotes d'où qu'ils viennent.
Et un championnat mondial ouvert, ça motiverait un maximum.

 

Pour cela, je verrais bien la création d'une entité neutre, une Fédération Mondiale de GPL, constituée de gens non-pilotes évidement (ou ex-pilotes).
Cette fédération pourrait jeter les bases d'un règlement général et instaurer un vrai championnat du monde ouvert à tous.
Et chaque année un nouveau champion entrerait au panthéon GPL recevant au passage une récompense substantielle.

 

Ca permettrait par exemple de ne pas faire des courses online de touristes. Aujourd'hui une course online ouverte et gagnée, ça ne rapporte qu'un peu de satisfaction personnelle. Si on gagnait des points, qui seraient comptabilisés dans l'optique d'un championnat, il y aurait foule sur VROC et IGOR.

 

Mais c'est seulement une idée comme ça...

 


HISTOIRE DE LA COURSE AUTO

 


1- T'intéresses-tu à l'histoire de la course automobile et, si oui, est-ce que c'est GPL qui t'a amené à t'y intéresser ?

 

Je n'ai vraiment rien d'un historien de la course automobile et jamais je n'ai pu me distinguer une seule fois dans un quizz sérieux.
Mais ça ne m'empêche pas d'aimer à l'occasion parcourir des sites traitant ce sujet, il y a toujours des choses à apprendre.
Pourtant je dois bien avouer que sans GPL je n'aurais jamais cliqué aussi souvent sur '1967' sur le site "StatF1" !
Avant on avait accès gratuitement à Forix et sa splendide banque de données, j'ai souvent consulté là aussi. Mais "ça rentre et puis ça sort".
Vraiment pas doué pour ça.

 


2- Si oui, qu'est-ce qui t'intéresses le plus, les circuits, les courses, les pilotes, les écuries, les voitures ?

 

Quand je fouine, je regarde essentiellement les trajectoires des pilotes, ce qu'ils ont fait de singulier, comment ils étaient dans la vie, le côté humain, je me penche sur leurs malheurs aussi pour ceux qui y sont restés.
Mais j'ai une très mauvaise mémoire pour les chiffres et généralement je ne retiens donc que quelques faits marquants.

 

 

LE PILOTAGE

 


1- Est-ce que tu privilégies le pilotage ou les réglages et qu'est ce qui t'a le plus fait progresser ?

 

Les deux sont indissociables.
On peut piloter au maximum de ses capacités propres sur une voiture mal réglée mais on n'aura pas les performances qu'on devrait obtenir avec une voiture bien réglée.
De même, si on adopte le setup d'un recordman du monde mais qu'il n'est pas adapté à notre pilotage, on n'ira pas aussi vite qu'on pourrait avec un setup adapté.

 


2- Est-ce que tu joues prioritairement avec les réglages par défaut, avec ceux pris sur le net, tels quels ou adaptés à ta sauce ou alors avec des réglages que tu crées entièrement toi-même ?

 

Aujourd'hui, après 10 ans de GPL, quand je débarque sur un nouveau tracé je procède toujours de la même façon.
Je modifie systématiquement le setup par défaut sur quelques points: le freinage sur 51%, la pression des pneus sur 138 devant et 145 derrière, le steering gear sur 14 (sauf mode 67 toujours sur 16), le différentiel sur 45/85/1 disque et, selon ce que propose le défaut, le carrossage que je règle de façon conventionnelle dans un premier temps.
Ensuite un tour pour voir où en sont les rapports, généralement jamais bons et qu'il faut impérativement modifier.

 

Une fois cela fait et le circuit assimilé, on commence à essayer de descendre les temps et on découvre plus en détail le comportement de la voiture.
Il faut alors repasser au garage pour adapter les réglages en fonction des constats effectués et ainsi de suite jusqu'à ce qu'on soit arrivé dans des chronos raisonnables comparativement à ceux des meilleurs du GPL Rank.
Quand finalement on regarde de près, généralement il ne reste plus grand chose du setup par défaut.

 

Il m'arrive lorsque j'éprouve quelques difficultés à comprendre où je perds du temps, de me procurer les setups des meilleurs afin de connaître leurs rapports de boîte, la clé d'un bon tour.
Mais pour le châssis, c'est toujours à ma sauce car un règlage châssis c'est personnel, ça ne convient vraiment que pour un pilote et il y a autant de setup qu'il y a de pilotes.

 

 

3- Te sers-tu te pribluda ?

 

Jamais et je ne m'en servirais jamais.
D'abord parce qu'en 67 ils ne disposaient pas de ce genre d'artifice et ensuite parce que j'ai pas besoin d'être distrait par des données quand je roule.
De toute façon avec l'expérience, on sait dire si on est en avance ou en retard sur son meilleur tour, on sait même dire parfois au dixième près en combien on va boucler le tour.

 


4- Te sers-tu d'autres outils comme GPL glance, GP2L ou d'autres ?

 

Non, je n'en connais d'ailleurs aucun.
Tout ce dont je me sers parfois c'est "Ring Trainer" qui permet de placer la voiture où on veut au Nürburgring avant l'entraînement.
Et évidement, le GPL REPLAY ANALYSER, indispensable au hotlaper.

 


5- Pilotes-tu avec un oeil sur le compteur de vitesse ou plutôt au feeling en prenant seulement des repères visuels sur la piste ?

 

Au feeling.
Et quand je passe sur mes repères, je lance un rapide coup d'oeil sur la vitesse, ça me permet de savoir si je suis dans un bon tour ou pas (et de me passer de Pribluda).

 


6- Quand tu joues, surtout dans les courses on-line où la tension peut être plus importante, as-tu besoin de calme et d'isolement ou peux-tu jouer dans n'importe quel environnement ?

 

Je n'ai jamais piloté que dans le calme, je ne sais donc pas si je serais perturbé dans un environnement moins calme.
Tout ce que je peux dire c'est qu'un jour durant un Monaco online, mon chat, qui dormait près de moi, s'est étendu et a planté ses griffes dans mon bras droit alors que je négociais Sainte Devote ! J'ai tapé le rail évidement mais j'ai pleuré de rire après ça parce que j'avais complètement oublié qu'il était près de moi !*

 

*Etonnant, une anecdote similaire est arrivée à Bertrand Dupraz récemment sur le même circuit.

 

 

LES VOITURES

 


1- As-tu un ou des châssis préférés ?

 

Plutôt des châssis que je n'aime pas.
La Honda de 67 par exemple, un vrai veau.

 

 

2- As-tu pris le temps de tester tous les châssis ?

 

Oui bien sûr, en 10 ans le contraire serait malheureux. Mais quand même, si je l'ai fait c'est uniquement pour remplir le Monster car sans ça je ne suis pas certain que je me serais forcé à rouler autant en Honda 67 !

 


3- Si tu utilises régulièrement des châssis différents est-ce pour avoir des sensations différentes ou pour une réelle adéquation entre un châssis et un circuit ?

 

Parfois c'est pour l'adéquation mais parfois c'est simplement pour changer un peu, varier les plaisirs quoi.
Par exemple je déteste la Honda 67 mais je l'ai quand même prise pour faire le full GP 67 à Monza qu'on avait organisé à la BCRL.
Cependant quand je chasse un chrono en hotlap en vue de monter dans le classement, j'ai pris l'habitude de commencer par les mauvais châssis puis de monter progressivement vers les plus performants.

 

De cette façon quand j'arrive en haut, je n'ai plus grand chose à affûter sur le setup et généralement je sors un temps potable. Ce qui me permet alors de reprendre les autres châssis, d'y adapter les derniers setups pondus et d'améliorer partout.


4- Penses-tu qu'il serait intéressant que les modeurs créent de nouveaux châssis puisqu'il y eut 28 voitures différentes utilisés en 1967 ?

 

Intéressant bien sûr, utile j'en suis moins sûr.
Par contre s'ils pouvaient faire de la vraie pluie, ça serait pas du luxe.

 


5- T'es-tu intéressé aux carsets, la possibilité de modifier visuellement les voitures, peintures persos etc...?

 

Au début oui. C'était alors assez facile de modifier tout ça et je m'étais fait une Lotus bleue que j'aimais beaucoup.
Mais c'était assez grossier car je ne suis pas un artiste des graphismes et l'arrivée de photoshop a permis des choses que je ne me permettrais pas de modifier car je n'en suis pas capable.
Je me contente donc de monter le casque de Senna chaque fois que je le peux.
Pourquoi ? Parce que ça personnalise un peu l'ensemble et ça fait vivre Senna dans un univers qu'il n'a jamais connu mais où il aurait assurément fait merveille.

 

 

LES CIRCUITS

 


1- La question de l'oeuf et la poule : Faut-il aimer un circuit pour réussir à bien y piloter ou réussir sur un circuit pour l'aimer ?

 

Quand on n'aime pas un tracé on n'a pas envie d'y aller et d'ailleurs, on n'y va pas ce qui fait qu'on ne s'y améliore pas !
Sauf...sauf si on est un compétiteur dans l'âme et qu'un championnat vous oblige à y aller.
Alors on y va sans trop de plaisir et on essaye de faire de son mieux.
Et petit à petit, on se prend à aimer le tracé, ses subtilités, ses pièges, ses secteurs passionnants, etc.

 

Ceci dit, soyons honnêtes, quand on n'aime pas un circuit, généralement c'est parce qu'on sait inconsciemment qu'on ne possède pas les qualités spécifiques pour y performer.
Moi je n'aime pas le Ring ou Pau parce que je sais que je ne suis pas un technicien. Par contre j'adore Spa et Indanapolis parce que je sais que j'adore les courbes rapides et la pédale à fond.
Mais par dessus tout ça, la clé d'un bon temps reste la même : le travail.

 


2- T'intéresses-tu essentiellement aux 11 circuits Papyrus ou aimes-tu découvrir régulièrement de nouveaux circuits ?

 

J'ai tellement roulé dessus que j'ai presque eu une indigestion des 11 Papyrus. Il n'y a que Spa qui ne me rebute jamais.
Aussi j'adore découvrir parmis les près de 600 circuits additionnels les merveilles qu'on nous propose.

 


3- Quels sont tes circuits préférés et ceux que tu aimes le moins parmi les 11 et pourquoi ?

 

Spa-Francorchamps for ever. Parce que ce tracé de 14 km est un circuit d'hommes sur lesquels des géants se sont illustrés et puis aussi parce que je le connais comme ma poche en vrai comme en virtuel.
Je ne peux vraiment pas dire que j'aime un autre de ces 11, mais il est clair qu'en 1999 ils représentaient quand même le paradis, je tiens à le souligner.

 

Ceux que je n'aime vraiment pas ?
Mosport et ses devers, Mexico et ses foutus pneus, Silverstone et ses satanées bordures, Monaco et ses trottoirs...J'arrête là.

 


4- Si tu t'es intéressé aux autres circuits lequel ou lesquels as-tu préféré et pourquoi. Tracé, concept, graphisme ?

 

Ce qui m'intéresse en priorité sur les circuits add-on c'est le fun que je peux en retirer.
Donc si ce sont des circuits très rapides, même des anneaux, ça me va.
Ainsi j'adore littéralement tourner à Indianapolis 1999 (où je tiens encore le WR en 65* et en Thunder Car) ou même Indy 1967 (c'est le même en mieux), Michigan, Fontana, Taladega, ect.
Toujours partant pour tourner sur un ovale.


Mais j'aime aussi les autres du moment qu'il y ait au moins un secteur très rapide. Par exemple récemment j'ai découvert Pacific Raceway 2003 et l'enchaînement dernier secteur/premier secteur est un pied absolu.
Dans un autre genre, j'adore aussi "Opatija" qui mériterait bien plus de succès.
Mais, on va en parler plus loin, un circuit qui me fait franchement plaisir c'est "Isle of man (Abridged)", le TT de l'île de Man !
Et encore une fois parce que le secteur rapide dans la montagne est un pied intégral.

*1 0:57.774 Dayrton F1 BRM (65)

 


5- Tu les as joués off-line en course ou en training ou alors on-line dans le cadre d'une compétition ?

 

En hotlap essentiellement.
A l'occasion en course online mais c'est devenu très rare.
Mais dans le cas d'Indianapolis 1999 nous avions fait à la BCRL, en 2004 je crois, un match Europe-Québec en mode 67 sur 125 tours(maximum possible) avec ravitaillement et tout  !
Une expérience phénoménale de laquelle tout le monde était sorti épuisé mais ravi.

 


6- Sais-tu pourquoi des circuits qui ont l'air d'avoir une très bonne aura au sein de la communauté comme l'Ile de Man ou Machwerk ne sont jamais utilisés dans les compétitions ? Sont-ils trop difficiles ?

 

Je ne connais pas Machwerk mais comme dit plus haut j'adore le TT.
J'ignore complètement pourquoi personne ne roule là car c'est un challenge extraordinaire à relever.
Ce n'est pas plus difficile qu'un autre mais évidement ça demande d'autant plus de temps qu'il est plus long.
Par contre le fun obtenu est lui aussi d'autant plus important que le tracé est difficile et long.


Peut-être aussi que ce circuit ne rappelle rien à beaucoup de gens. En ce qui me concerne, je m'y suis intéressé directement parce que c'est avant tout un circuit de motos qui faisait jadis partie du championnat du monde de vitesse pure et qu'il a été retiré du calendrier parce qu'il était trop dangereux. Faut savoir que plus de 125 pilotes motos ont perdu la vie là...
Aussi quand il est sorti, je suis allé voir de suite à quoi ressemblait ce fameux circuit et j'en viendrais presque à dire que c'est le plus beau de tous.
Oui, je le dis, c'est le plus beau de tous ceux que je connais.

 


7- Es-tu intéressé par des projets en cours comme ceux de circuits très longs, L'île de Man version complête par Jim Pearson ou la Targa Florio, plus de 60km chacun, ou est-ce que ça te passe complètement au-dessus de la tête ?

 

Oui-oui ça m'intéresse beaucoup !
Si je suis dans les premiers à être informé de la sortie de ces tracés, je serais un des premiers à monter un chrono c'est certain.
Qui ne voudrait pas rouler sur ces tracés de légende qui ont fait la gloire du sport automobile ?

 

 

LE JEU OFF-LINE

 


1- Tu joues essentiellement off-line actuellement, il y a des contraintes dans le online qui te rebutent ?

 

Non, pas spécialement bien qu'il y a toujours des contraintes qu'il faut surmonter. Mais ça ne m'a pas empêché dans le passé d'être assidu aux courses de championnat online de la BCRL.
Par contre il y a un type de contrainte secondaire que j'essaye d'éviter, la contrainte physique.


Le stress est énorme dans une course online de championnat dès l'instant évidement qu'on la fait sérieusement et pour obtenir le meilleur résultat possible. La dépense d'énergie est gigantesque et j'ai plusieurs fois constaté que je me tuais à petits feux dans ce genre d'évènement. Rythme cardiaque élevé, difficulté à récupérer, fatigue musculaire énorme, parfois même des petites blessures, etc, des petits signes qui m'avertissent de ne pas pousser le bouchon trop loin.
Ca serait trop con de claquer dans une course online non ?

 


2- Puisque tu joues beaucoup offline t'es-tu intéressé au réglage des A.I. à travers les travaux de gens comme Alison Hine, Lee Bowden ou Kuratko ou comptes-tu seulement sur ton pilotage pour gagner et dans ce cas jusqu'à quel niveau as-tu pu aller ?

 

Beaucoup offline mais majoritairement en hotlap, mon vrai dada.
J'ai fait 3 GP full offline en 2000, puis quelques-uns uns vers 2003 quand on avait lancé avec JojoF1 un championnat offline pour se changer les idées mais à part ça c'est tout.
Parfois je fais bien un petit inter court mais jamais très sérieux.
Le hotlap par contre, je ne m'en lasserais jamais, c'est comme si j'étais né pour faire ça.

 

Pour les travaux sur les AI j'en ignore absolument tout. Dans une course offline, je prends les AI comme elles sont dans le jeu.
Sauf évidement si elles déconnent franchement bien sûr. Dans ce cas on règle à peu près via GEM jusqu'à ce que ce soit correct.
A partir de là ça redevient une course normale, je prends alors chaque concurrent AI comme un autre pilote et je le dépasse dès que c'est possible.


Question de niveau atteint, je ne saisis pas bien le sens de la question aussi je préfère ne pas répondre. J'ai bien gagné un Spa offline en 2000 mais je tournais en 3'20 et les AI en 3.23, ça ne doit pas vouloir dire grand chose.
Il serait sans doute bon que je me penche sur ces travaux concernant les AI.

 

LES MODS

 


1- T'intéresses-tu aux autres mods existants ?

 

Oui, je m'y intéresse bien que je sois contre.
J'ai roulé avec tous les mods et je les aime tous, sauf peut-être le mod65 que je trouve définitivement trop lent et pas assez réactif.
J'ai découvert récemment le Thunder Car version 2 et j'ai été immédiatement séduit, rien à voir avec la première version et c'est là aussi un pied absolu sur un tracé de fous comme l'Ile de Man !


 

2- As-tu testé le nouveau mod66 et quelles sont alors tes premières impressions ?

 

Le mode 66 qui vient de sortir en dernier est une pure merveille lui aussi. Seul reproche au sujet des aspis qui agissent trop fortement et de beaucoup trop loin par rapport à la réalité.
Mais pour le reste c'est absolument splendide et ça commence tout doucement à surplomber gravement le mode original...

 


3- T'intéresses-tu à d'autres mods en préparation et lesquels ?

 

J'attends avec impatience la sortie d'un mod55 et j'espère un jour 1935.
J'ai hâte de ressentir les effets de ces monstres et surtout j'espère qu'on pourra reproduire fidèlement le son des moteurs !

 

 

LE MATÉRIEL

 


1- Avec quel matériel joues-tu ?

 

Actuellement, j'ai un P4-540 de 3.2 GHz, 1 Giga RAM et une carte graphique Radeon X1950 pro. Mon écran est un plat de 17 pouces, résolution dans le jeu de 800 x 600 pour arriver à lire la vitesse et le chrono.


Une config de rêve comparée à celle qui m'a conduit à -42 sur le rank GPL 67: 14 pouces, Voodoo 3/3000, 32 Mega RAM, Cirix de 233 MHz. C'était une misère, j'étais obligé de descendre mes options graphiques au maximum, il m'est même arrivé de rouler sur un simple ruban blanc avec rien autour pour pouvoir obtenir un défilement d'image correct, comme à Laguna Seca 2004 où je me classe quand même second derrière Templar.


Etrangement, depuis que j'ai cette configuration actuelle, je n'ai quasiment plus rien amélioré en mode 67.

 


2- Quel Volant, pédalier ?

 

Actuellement un Momo Racing que je déteste car il ne fonctionne pas aussi bien que mon premier volant (Microsoft Precision Racing).
Ca doit d'ailleurs être la raison première de cette absence d'améliorations sensibles depuis ma nouvelle config qui date quand même de mars 2005, déjà 3 ans !
J'envisage de me procurer un Speedway, j'ai déjà tous les renseignements nécessaires, il ne reste qu'à me décider à investir 400 euros.

 


3- Joues-tu avec le retour de force ? Penses-tu qu'il puisse influencer tes performances dans un sens ou dans l'autre ?

 

Je jouais avec le retour de force mais depuis que j'ai lu l'interview de David Rainier sur ton site, je l'ai débranché comme lui. C'est mieux mais ça n'est cependant quand même pas la même chose que quand il n'y en a pas du tout.
Et pour avoir roulé avec les deux méthodes, j'estime que le retour de force fait perdre au bas mot 2/10 par tour d'une minute trente.
C'est évidement au pif, c'est peut-être un peu plus ou un peu moins, mais on perd du temps, ça c'est certain.

 


4- Si c'est oui, le règles-tu plutôt fort ou plutôt léger ?

 

Je le réglais de façon à avoir encore deux bras après une séance.

 


5- Au niveau du passage des vitesses, tu joues avec ou sans embrayage ?

 

Je passe les vitesses vers le haut et vers le bas, sans embrayer mais en soulageant légèrement les gaz.
Je ne me sers de l'embrayage que pour "le faire cirer" (aider à remonter le régime plus vite) quand je sors d'un virage trop bas dans les tours.

 


6- A part ça, c'est palette au volant, levier de vitesse en H ou en séquentiel ( haut-bas ) ?

 

Palettes au volant.

 


7- As-tu un poste de pilotage spécifique, avec un siège spécifique ou une pièce dédiée ou joues-tu plutôt à l'arrache "sur un coin de table" ?

 

Pas de poste de pilotage ni de siège spécifique mais quand même un endroit spécifique : mon coin ordi.
Mon volant est en permanance devant moi, mon clavier sur le côté gauche et quel que soit ce que je fasse sur l'ordi, c'est toujours dans cette configuration.

 


8- Es-tu satisfait de ton matériel et si non penses-tu en changer bientôt et pour quels produits ?

 

Le matériel me suffit amplement.
C'est juste le volant qui n'est pas du tout à la hauteur et j'en changerais peut-être. Rien n'est moins sûr car vu le peu que je roule sur GPL actuellement, je me demande si ça vaut la peine de sacrifier 400 euros.


Mais si j'en change, ce sera donc un Speeway, sans retour de force.
Rien d'autre et j'aurais du écouter les conseils d'Olivier Roméo bien plus tôt. Tu as vu ce qu'il m'a collé dans la vue depuis qu'il a son Speedway ? On était presque à égalité avant !

 


QUESTIONS PERSOS

 


1- Quel genre de pilote penses-tu être ?

 

A la BCRL, dans ma signature j'avais écrit: "Dayrton, the spirit of Senna".
Ca doit bien résumer.

En course, je suis dans mon élément naturel. Je suis un chasseur, un guerrier et un poison.
J'adore être derrière et mettre la pression sur celui qui est devant. Je me rapproche de lui pour qu'il puisse voir la couleur de mes yeux dans ses rétros. Je ne le lâcherais jamais, je n'essayerais pas de passer si ce n'est pas possible mais je le pousserais à la faute, il commettra une erreur et je passerais tôt ou tard. Je n'en doute jamais. Je suis déterminé à 100% et je cours toujours pour gagner même si je n'ai aucune chance. Jamais je n'attends quelqu'un et j'ai en sainte horreur que quelqu'un m'attende.

 

Par contre, au départ, mes genoux s'entrechoquent. Ca ne s'en va qu'après un tour généralement car je sais que durant un tour mes pneus glissent et que je suis sur des oeufs. Sinon généralement je contiens relativement bien les émotions de la course, mais ça se paye en dépense d'énergie car je sors toujours vidé d'un rendez vous online important.

 

J'ai aussi une sainte horreur d'avoir un comme moi derrière moi. Un qui me fait ce que j'adore faire aux autres.
C'est le plus difficile à supporter mais généralement je m'en sors quand même grâce essentiellement au fait que je pilote en F10 et que je ne le vois jamais. Je l'entends mais tant que je ne le vois pas, il n'est pas dangereux. Alors j'essaye de me concentrer sur mon pilotage et d'essayer de le décrocher, soit en lui faisant commettre une petite faute (lui faire peur en roulant dans la terre, en retardant un freinage, etc), soit en étant régulièrement plus vite que lui.


Par contre, je ne fais jamais de zigzag pour décrocher le poursuivant, c'est totalement anti sportif.
Evidement, quand c'était JojoF1 derrière je pouvais faire n'importe quoi c'était impossible de le décrocher !
Trop fort l'artiste.

 


2- Que faudrait-il que tu travailles pour t'améliorer encore et est-ce que tu y viendras ou est-ce que ton niveau actuel te convient ?

 

Pour aller plus vite il me faudrait améliorer en priorité ma vitesse dans les secteurs techniques où je me trouve très lent. C'est normal puisque je règle ma voiture pour être optimum dans les secteurs rapides.
Il faudrait donc que je sacrifie un peu les secteurs vites pour gagner de la tenue de route dans le sinueux.
Mais je n'arrive jamais à m'y résoudre, on ne se refait pas.

 

Intrinsèquement, tant qu'il y aura quelqu'un plus rapide que moi je ne serais pas content de moi. Et actuellement ils sont plus de 800 devant moi en mode 67...
Mais enfin, on a tous nos limites, on a tous nos maximums et il serait vain de songer pouvoir les dépasser comme ça.
Il faudra donc bien me contenter un jour du niveau atteint que ça me plaise ou pas.
Je raccrocherais donc un jour en me disant que j'aurais peut-être pu améliorer encore un peu ici et là, mais l'essentiel restera le plaisir acquis durant tout ce temps ainsi que le sentiment d'avoir participé à quelque chose de grandiose.

 

3- Depuis que tu connais GPL peux-tu nous raconter ce qui t'a procuré le plus d'émotion sur le moment ou le plus de satisfaction à posteriori ?

 

Fiou oui, ça y en a.


Dans le désordre parce que je n'ai pas les dates en tête.


Je me souviens d'une double manche online sur le grand circuit du Mans que j'avais particulièrement bien préparée.
Avec Jojof1 on était complètement déchaînés, on passait la courbe Dunlop côte à côte à fond soit près de 263 km/h et sans lever le pied d'un poil.
Il était en Ferrari et moi en Eagle, mais dans la ligne droite des Hunaudières, il restait planqué dans mes échappements et faisait tout le parcours à 326 km/ avec sa petite Ferrari qui ne montait qu'à 312 quand elle était toute seule !
Puis au-dessus de la bosse avant Mulsane, il me déboîtait par la droite et je devais sortir un freinage de fous pour réussir à rester suffisament devant mais quand même virer sans me sortir !
Mais il passait devant quand même !


Et rebelotte dans le tour suivant, ma vitesse m'ayant permis de le repasser.
C'était dantesque, nous volions littéralement mettant des Olivier Guillo et Olivier Romeo, sur Eagle tous les deux, à plusieurs secondes derrière nous !!
Les deux manches comme ça.
Malheureusement il a été déconnecté les deux manches et mes 2 victoires ce soir-là ont grandement perdu de leur valeur.

 

Un autre beau souvenir c'est à Brands Hatch 2004.
Dans la seconde manche, j'étais en tête après avoir passé Templar parti à la faute dès le premier tour. Tout se passait bien quand soudain je perds le contrôle et vais taper le rail.
Le temps de resseter et de réchauffer les gommes, j'avais perdu la course.
Mais je continuais de rouler ferme en me disant que tout peut arriver.
Et dans l'avant-dernier tour le panneau me dit que je suis presque revenu au contact ! Devant moi, JojoF1 et Bob Cramer !
Il devait y avoir eu quelque chose car je n'avais pas sorti des temps assez rapides pour revenir comme ça.
Peu importe, je me remets en tête que j'ai une petite chance et j'y vais de plus belle.


A l'amorce du dernier tour ils sont à vue. Au sommet de la butte je suis au contact et dans la sortie de cette butte je prends Jojo à l'extérieur, restant à sa hauteur pour le gauche qui suit. Et là, un drame, un lag, il est éjecté sans qu'on se soit touché !
Je me rue à l'assaut de la dernière voiture, un rush vraiment terrible, le couteau entre les dents et je viens passer Bob Cramer au seul endroit où il ne m'attendait pas : l'intérieur du dernier gauche de Brands après lui avoir fait croire que j'allais passer à droite pour qu'il m'ouvre une porte à gauche !
Après c'était fini, il ne pouvait plus remonter et je vais gagner cette manche fou de joie !

 

Tu peux voir le replay de ce dernier tour ici.

 

Parmi d'autres grandes joies il y a aussi la satisfaction qu'on a tous ressentis après avoir terminé le GP full de Monza, de Silverstone mais surtout ces 125 tours de folie à Indianapolis.


Dans les grandes satisfaction, je garderais surtout celle de mes temps à Spa en 67.
Il faut se rappeler que mon premier tour là-bas en 1999, sans carte graphique et au clavier avait été bouclé dans les 6 minutes.
Même si je suis à peu près certain de pouvoir aller encore plus vite, arriver à descendre aussi bas (certains grands hotlapers n'ont pas réussi à aller aussi vite) m'a vraiment comblé de bonheur. Mais...avec toujours l'amertume que je n'ai pas (et n'aurais jamais) le record absolu de Spa en mod67.
Par contre je le tiens bel et bien en mode training et full châssis avec la Thunder Car. Sans valeur significative tant que les tout grands ne sont pas venus y rouler, simple satisfaction personnelle.

 

Par-dessus tout ça, la plus grande satisfaction reste toujours pour moi de pouvoir aider des nouveaux à évoluer dans GPL. Sur Check Six j'ai créé un sujet GPL et j'essaye d'aider du mieux que je peux, en souvenir du temps où c'était moi qui avait tellement besoin de toute cette aide pour arriver à passer négatif. Et Dieu sait que j'ai ramé pour y arriver ! Mais il y avait toujours quelqu'un pour me donner un conseil, un coup de main ou un simple encouragement.
C'est ça qui fait la grandeur de la commuauté GPL à laquelle je suis fier d'appartenir et envers laquelle je me sens redevable.



4- Comment vanterais-tu cette simulation à quelqu'un qui ne la connais pas du tout ?

 

Un défi permanent réservé à ceux qui n'ont pas peur de se faire mal pour réussir. 

 

4- Parmi les pilotes en activité que je n'ai pas encore interviewé, y a-t-il quelqu'un que tu apprécies particulièrement et dont tu aimerais lire l'interview ?

 

Olivier Romeo, JojoF1, Pat Marucco et le phénomène allemand Andreas Wilke.

 

 

 


BALISES DU PARCOURS

 

Peux-tu me signaler les victoires ou podiums obtenues dans le passé dans les ligues dans lesquelles tu as pu rouler ?

 

Fiou...J'ai perdu toutes les données datées et je n'ai pas retenu tout.
J'avais plusieurs victoires "officielles" en online mais je ne sais plus combien. En tout cas ça ne dépassait pas 10.
Silverstone je m'en souviens, le 13 juin 2004, première pôle, première victoire sur Lotus (67).
Deux manches au Mans, une manche à Brands Hatch, une course à Snetterton aussi et je crois bien avoir gagné un Kyalami début 2005.
A part ça mes souvenirs me trahissent.
J'ai aussi terminé vice-champion hotlap 2004 à la BCRL derrière l'inaccessible Jojo F1 et devant Olivier Romeo.
Je crois que j'ai gagné aussi une ou deux fois une manche de hotlap mais je ne suis plus certain. Snetterton 2004 ?
Tout ça à la BCRL.


J'ai aussi roulé une demi-saison chez F1 Legends du temps de Jops. Mon matériel était trop mauvais et j'ai arrêté pour ne pas compromettre la course des autres (après un accrochage indépendant de ma volonté et qui a mis fin prématurément à la course de Pierre Fabre au Bugatti...)
Aucun résultat vraiment marquant.

 

En plus, je crois que j'ai encore quelques records du monde qui tiennent le coup, dont Indianapolis 1999 mod65 déjà mentionné.

Le meilleur restant à venir, avec toutes ces pistes que je ne connais pas encore.

Merci d'avoir porté ton attention sur le vieux Dayrton et pour te remercier ainsi que tes lecteurs, une petite vidéo pour vous.

 

Bonne continuation à vous tous.


Longue vie à GPL.

Dayrton.

 

 

Propos recueillis le 29 mars 2008.

 

 

Les bonus :

 

Une vidéo d'un tour à Spa en Lotus mod67 (avec le casque de Senna) sur une musique d'Yngwie Malmsteen (Arpegio from Hell) :

 

Ma banque de setup complète arrêtée en mai 2007.

 

 

 

 

Merci à toi Dayrton, pour toutes ces confidences passionantes et à bientôt peut-être.

R4E


 



29/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres