DICO DES PILOTES - R COMME... ROMEO

 

 R COMME... ROMEO

RAHARIDZERY Tony

  C'est dans le championnat de la ligue française que Tony Raharidzery fait ses débuts en ligne en juillet 2001. Il y roule alors en D2 à Mexico puis à Solitude en septembre. A cette époque il lance son propre championnat qui va compter une douzaine de courses jusqu'en février 2002. En octobre il termine aux pieds du podium à Spa puis finit second derrière Dimitri Beaufrère à Silverstone le mois suivant. Au final il accrochera le top 10 au classement général. En 2002 il dispute aussi une demi-douzaine de courses en ligue française, de janvier à juillet, toujours en D2, mais n'en termine qu'une et quitte les pistes.

 

Il fait son retour à la compétition en février 2005, à la fois en ligue française et dans son satellite, la COA. Dans cette dernière il roule à Spa puis à Zandvoort le mois suivant mais est plus assidu dans le championnat principal. Là il évolue en D4 et pour sa 3è participation s'impose en avril à Silverstone. Il dispute encore deux courses et met un terme à sa courte carrière après un dernier rendez-vous en mai à Spa.

 

 

Carrière : 2001-2005 - 5 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2002 - 7è - GPL Passion

2005 - 7è - COA

 

 

  Courses disputées : près d'une trentaine.

 

  Victoires : une.

 

  Rank : -22.5

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL. 

RAINIER David

  C'est en septembre 2007 que David Rainier intègre la BCRL en participant à deux courses au Nürburgring avec le mod67 puis le 69. Il participe aussi au championnat disputé avec le mod65 à partir du mois suivant à Laguna Seca. En novembre il obtient son premier podium (en 67) à Watkins Glen. Ce circuit lui réussit puisqu'il y a fait ses débuts la semaine précédente chez F1 Legends et qu'il y obtient d'entrée un podium en D2. En décembre il fait également de bons débuts en ligue française à Monza : podium en mod69 en D2 puis une 4è place en mod67 en D5. En 2008, pour sa première saison complète, il marque l'année en BCRL avec plus d'une cinquantaine de participations : en avril il glane un podium en 67 lors d'une course disputée sur le circuit de Reims. En février, avril et juin c'est trois résultats du même acabit qui viennent récompenser ses participations à Pacific Raceway, Crystal Palace et Adélaïde, avec le mod65. L'ensemble de ses résultats lui permettent un beau tir groupé puisqu'il termine aux pieds du podium au classement général dans les trois championnats. Il roule encore en ligue française 69 mais c'est avec les voitures de 67 qu'il réussit le mieux dans cette ligue : en janvier il obtient sa première victoire (D4) à Zeltweg puis accède à la D3 le mois suivant et décroche un podium en D2 en septembre à Bremgarten. Chez F1 Legends il obtient aussi un résultat du même tonneau en novembre au Pic du Midi. En septembre il participe au championnat Planète dès la première course, à Carthage et en est depuis un des participants les plus assidus.

 

En 2009 Dave est, comme l'année précédente, un des plus assidus de la communauté, ajoutant à ses participations précédentes une quinzaine de courses dans le championnat de la ligue belge où il obtient un podium (en 66) à Oulton Park en mai. En ligue française il décroche un premier podium en D2 (en juin) sur le circuit du Mans mais c'est chez F1 Legends qu'il réussit le mieux son année avec une poignée de bon résultats en fin de saison : en octobre il termine sur le podium à Monaco en D3 puis fait de même en D2 à Porto. Le mois suivant il retrouve le niveau inférieur pour des résultats similaires à Zandvoort puis Montjuich et, au final, termine pas loin de l'envié Top 10 au classement général. En parallèle il finit comme l'année précédente dans le Top 5 du championnat BCRL 65. L'année suivante il roule toujours chez Planète mais c'est chez F1 Legends qu'il continue d'engranger les perfs : en février il fait podium à Laguna Seca en D2 puis n'est pas loin de l'emporter en D3 le mois suivant à Lime Rock derrière Sébastien Wattine. Il enchaîne, toujours en mars, avec son premier succès dans cette ligue, à Mexico, en D4. En avril il fait un nouveau podium en D3 à Mosport, sous la pluie, puis obtient deux autres résultats marquants avant la fin de l'année : il obtient sa première victoire en D3 à Watkins Glen en août puis n'est pas loin de récidiver en novembre, battu d'un rien à Zandvoort par Eric Bilodeau.

 

En 2011 David Rainier fait son retour en ligue belge (mod66) pour une demi-douzaine d'épreuves, le temps d'un podium à Monaco en février. Il participe aussi à une poignée de courses dans le championnat Sports Cars de Tom Guérout où il figure honorablement. La fin d'année est fructueuse dans le championnat Planète 2011-2012 puisqu'il y termine pour la première fois sur le podium, en octobre, à Salzburgring, derrière Patrick Cornu et Eric Libourel. En décembre c'est lui qui s'impose, à Dessauer, devant Eric Libourel et Frédéric Blanchot. En novembre, chez F1 Legends, il s'impose aussi pour la première fois en D2, à Moulinsart. L'année d'après il continue de participer au championnat Planète et fait aussi quelques courses en ligue belge mais, comme l'année précédente, c'est chez F1 Legends qu'il obtient ses meilleurs résultats : des podiums en D3 en avril, juin et septembre à Watkins Glen, Monza et Jops Siffert. En octobre il obtient un nouveau succès en D2, à Silverstone puis un podium à Zandvoort, très près du vainqueur. Le mois suivant lui offre un nouveau résultat du même genre, à Urbanya, ce qui complète bien une année qui, comme la précédente, le voit terminer pas loin du Top 10 au général.

 

En 2013 il fait à nouveau quelques courses en ligue belge, en début de saison, puis une en septembre, à Watkins Glen, où il n'est pas loin de s'imposer. Il poursuit aussi son parcours dans les deux autres championnats et c'est chez F1 Legends qu'il va faire sa meilleure saison : il roule essentiellement en D2 et obtient deux podiums au premier semestre puis un troisième début septembre. Deux semaines plus tard il s'impose sur le circuit Jops Siffert puis en fait de même fin octobre à Oulton Park. Il termine parfaitement l'année, les deux courses de décembre le voyant terminer second à Mosport puis vainqueur à Urbanya. Il accroche pour la première fois une place dans le Top 10 au classement général. Chez Planète il entame bien la saison 2013/2014, finissant second, en décembre, derrière Patrick Cornu, sur la piste de Tulln. En 2014 il engrange les points en terminant quatre fois aux pieds du podium lors des cinq dernières courses et finit aussi 4è au classement général en juin. En ligue belge c'est l'année des premières : première victoire dans ce championnat en février, en gagnant les deux manches devant Alain Maurice sur la piste d'Enna Pergusa; première fois dans le Top 5 au classement général en fin d'année. Chez F1 Legends, outre un podium en D3, il en décroche trois en D2, niveau où il s'impose en octobre à Zeltweg (71). Il n'est pas loin de terminer dans le Top 10 au classement général comme il l'avait fait l'année précédente.

 

En 2015 il dispute une 2è saison complète en ligue belge et s'illustre dans les deux manches de la course de Roy Hesketh, en octobre, en terminant 2è puis 3è derrière Appelmans puis Appelmans et Douet. Chez F1 Legends il roule essentiellement en D2 mais compte aussi deux participations en D1, en fin de saison, quand le plateau est réduit à deux niveaux. C'est en D3 cependant qu'il obtient ses meilleurs résultats puisque après un podium en février à Watkins Glen il s'impose en août et septembre à St-Jovite puis Jops siffert. En 2016 David Rainier reste un pensionnaire régulier de la ligue belge où Enna Pergusa lui réussit à nouveau puisqu'il y décroche un podium en novembre. Chez F1 Legends il y roule deux fois sur trois en D2 où il connaît un beau mois d'octobre, s'imposant coup sur coup à Monaco puis Nassau. En 2017 il entame sa 11è saison en ligne.

 

 

Carrière : depuis 2007 - 39 championnats*

 

 

Meilleurs résultats :

 

2013 - 10è - F1 Legends

2014 - 4è - Planète GPL

2014 - 5è - LBGPL

 

 

Autres résultats marquants :

 

2008 -  4è - BCRL mod65

2008 -  4è - BCRL mod66

2008 -  4è - BCRL mod67

2009 -  5è - BCRL mod65

2011 -  5è - GPL Tom mod Sports Cars

2012 -  6è - Planète GPL

2015 -  8è - LBGPL mod66

2016 -  7è - LBGPL mod66

 

  Courses disputées : près de 400*.

  Victoires : une quinzaine*.

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Classement

68

en augmentation 28

en augmentation 27

en augmentation 24

en augmentation 13

en stagnation 13

en augmentation 7

en diminution 8

en diminution 19

en augmentation 12

Sur

168

162

144

104

89

65

52

49

55

42 

 

 

  Rank : -18.2*

 

*(à fin 2016).

 

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL. 

   Son interview.

 RENAUD Philippe

  Philippe Renaud fait ses débuts en ligne en rejoignant le championnat F1 Legends en septembre 2008 pour la course de Jops Siffert. Il intègre aussi le championnat Planète le mois suivant dès ses débuts pour la manche disputée à Carthage. Il y obtient ses premières places d'honneur avant la fin de l'année à Philsring et Revlis.

 

Sa première saison complète est prometteuse et, s'il ne remporte pas encore de courses, il va s'imposer comme le Rookie 2009 : Il décroche son premier podium en D2 chez F1 Legends en janvier à Mexico et enchaîne avec un premier résultat semblable chez Planète, deux mois plus tard à Varosliget. Il accède très vite à la D1 chez F1 Legends et y frôle le podium en mai à Silverstone avant de ne plus quitter ce niveau à partir de septembre. En novembre il obtient justement son premier podium au sommet sur le circuit de Montjuich. L'ensemble de ses résultats lui permettent d'obtenir une bonne place au classement général. En janvier 2010 il obtient son premier succès en ligne chez F1 Legends, à l'occasion d'un retour ponctuel en D2, sur le circuit de Rouen. Il s'impose aussi pour la première fois chez Planète, en mai, à Aintree. Ensuite il fait un break et revient en fin d'année pour la dernière course F1 Legends à Silverstone.

 

En 2011 il fait à nouveau une saison complète, se concentrant sur le championnat F1 Legends, et concrétise son énorme potentiel. Il enchaîne 5 podiums, dont 4 en D1, de février à Avril, avant de s'imposer pour la première fois au sommet : il l'emporte en mai à Opatija avant de glaner trois podiums supplémentaires dans la 2è moitié de la saison. Ceci lui permet de se hisser sur le podium du championnat derrière Tom Guérout. L'année suivante il confirme et fait même encore mieux, avec pas moins de 8 podiums et des succès à Mosport, Bridgehampton et Daytona. Il réédite ainsi son classement de l'année précédente et, là encore, seul Tom Guérout l'empêche de conquérir le titre. Il termine bien l'année en remportant les Masters, début janvier 2013, devançant de peu Patrick Cornu.

 

En 2013 il rejoint la ligue française à laquelle il va consacrer toute sa saison. Dans ce championnat l'opposition est alors de plus en plus clairsemée et Philippe Renaud va survoler les débats et obtenir en un an autant de victoires qu'il en comptait jusque-là : au premier trimestre il s'impose à Rouen puis Limerock. Au second c'est Goodwood et Montjuich qui tombent dans son escarcelle. Après l'été il triomphe encore à Lourenço Marques puis Riverside. Le reste du temps il est souvent sur le podium et remporte le titre haut la main. Il quitte les pistes GPL sur ce succès alors que le championnat LFGPL s'arrête lui aussi.

 

 

Carrière : 2008-2013 - 9 championnats*

 

Titre :

 

2012 - Masters
2013 - LFGPL

 

Autres résultats marquants :

 

2009 - 9è - PGPL
2009 - 5è - F1 Legends
2010 - 8è - PGPL
2011 - 2è - F1 Legends
2012 - 2è - F1 Legends

 

  Courses disputées : une bonne centaine.

  Victoires : une douzaine.

 

MultiGPLigues

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Classement

124

en augmentation 23

en diminution 26

en augmentation 6

en augmentation 4

en diminution 6

Sur

162

144

104

89

65

52

 

  Rank : -61.4

 

       Ses interviews "Sortie De Baquet".

RIZZO Alvaro

  C'est en décembre 2000 qu'Alvaro Rizzo fait ses débuts en ligne pour ce qui constitue les débuts de la saison 2001 du championnat de la ligue française. Il roule alors en D2 et termine aux pieds du podium à Kyalami puis à Monaco. Il en fait de même en janvier à Zandvoort puis obtient enfin de s'inviter sur la "boite" début mars à Rouen. A la fin du mois il fait une dernière ronde à Silverstone puis raccroche son volant pour un bon moment. Il revient en janvier 2003 pour rouler en D3 et faire une première saison complète. Il dispute près d'une quinzaine de courses pour presque autant d'abandons mais compte quand même des podiums à Limerock en mars puis Snetterton en septembre. En décembre, à Charade, il termine même second pour la première fois, seulement battu par Frédéric Gubbels. Les points empochés lui suffisent pour terminer sur le podium à ce niveau en fin de saison.

 

En 2004 Alvaro Rizzo rempile en D3 et débute (fin) janvier à Kyalami avec son premier succès. Mars et avril lui permettent de confirmer avec deux podiums (Lime Rock et Monza) et, en sandwich, une nouvelle victoire à Rouen. Au vu de ses résultats il accède à la D2 en mai et d'emblée obtient un podium à Interlagos. Il confirme en juin à Watkins Glen avant d'obtenir son unique succès à ce niveau, en octobre à Mexico. Terminant l'année sur un dernier podium à Silverstone, mi-décembre, il finit dans le Top 10 au classement général, ses points de D3 étant reversés au niveau supérieur. Pendant l'été il dispute aussi quatre manches du championnat GPL.net où, avec les voitures de 65, il se débrouille plutôt bien : il finit second fin juillet à Zandvoort derrière Frédéric Gubbels puis en fait de même derrière Rodolphe Gerriet, début août au Nürburgring. Il termine dans le Top 10 au final.

 

On ne le revoit dans le championnat de la ligue française qu'en avril 2005, roulant à nouveau en D2 et renouant vite avec les belles places via un podium à Albi. Il ne dispute cependant qu'une demi-douzaine de courses mais finit bien avec des podiums supplémentaires entre septembre et novembre à Mosport, Road Atlanta et Monza. En janvier 2006 il accède à la D1 mais ne dispute qu'une course à Watkins Glen avant de se retirer des pistes. Il revient deux ans plus tard pour intégrer le championnat de la ligue belge : après un accessit à Vallelunga il roule à Bridgehampton et met un terme à sa carrière fin janvier sur un ultime podium.

 

 

Carrière : 2001-2008 - 7 championnats

 

Meilleur résultat :

 

2004 - 7è - GPL.NET

 

 

Autres résultats marquants :

 

2003 - 3è - LFGPL D3

2004 - 8è - LFGPL D2

 

 

  Courses disputées : près d'une cinquantaine.

  Victoires : trois.

 

MultiGPLigues

2008

Classement

132

Sur

162 

 

  Rank : -55.9

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL. 

 ROCHETTE Alain

  Alain Rochette est le vétéran des ligues francophones. Il intègre en effet le championnat F1 Legends dès sa 1ère course (août 2001) même s'il ne peut prendre le départ à cause d'une connexion récalcitrante. Ils ne sont alors que 13 engagés et 9 à pouvoir prendre effectivement le départ. En 2002 le championnat réunit assez de pilotes pour faire deux niveaux et c'est en D2 qu'Alain Rochette roule alors, sans résultats notables. En 2003 il roule alternativement en D2 et D3 mais c'est en avril, lors d'une course en D4, qu'il obtient un premier podium, une 2è place derrière Joel Piret sur le circuit Le Mans Bugatti. Par la suite il roule régulièrement en D2 et obtient à ce niveau un premier podium en octobre à Kyalami derrière Jacques Serre et Frédéric Gubbels. Il termine l'année en accédant à la D1 pour les trois dernières manches. Mi-décembre il apparaît aussi dans le championnat de la ligue française, le temps d'une course en D2 à Charade.

 

En 2004 il revient à la D2 en début d'année avant de rouler en D3 en avril à Zeltweg : il y termine second derrière Michel Baudrit. En octobre c'est en D2, qu'il fait de même à Rouen derrière Marc Vekeman puis à Bathurst derrière Joel Piret. Il finit à nouveau l'année en D1. Pendant l'été on l'a vu aussi participer à trois des 6 courses de ce qui sera par la suite le championnat GPL Cups, embryonnaire alors, avec seulement sept participants.

 

En 2005 Alain Rochette remporte sa première victoire en ligue en s'imposant en D2 en février sur le circuit d'East London devant Jacques Serre. Dès la course suivante, en fin de mois, à Monza, il termine à quelques secondes du podium en D1. En mai la course de Mosport ressemble à celle d'East London mais c'est Jacques Serre qui s'impose d'une demi-seconde. Une fois encore la fin d'année se joue pour Bigdr essentiellement en D1. Cette année-là la GPL Cups prend son envol avec une vingtaine de participants et Bigdr 650 va s'y illustrer : en mars il y obtient un premier succès à Grenzlandring en devançant Martin Audran. Il confirme dès la course suivante en avril avec un podium à Riverside. Un autre résultat du même tonneau à Efexx en octobre lui permet de signer une belle saison puisqu'il accroche le podium au général derrière Michel Baudrit et Martin Audran.

 

En 2006 Alain Rochette s'engage à nouveau en GPL Cups qui passe cette année-là en 100%. il ne dispute que sept des onze courses mais optimise sa participation : Il est sur le podium à Monaco en février puis à nouveau en mai à Silverstone. Sa fin d'année est excellente puisqu'il s'impose au Glen en septembre avant de finir second derrière Christian Michel en octobre, à Mexico, pour la dernière manche de la saison : à lui, comme l'année précédente, la 3è place au général, cette fois derrière Frédéric Gubbels et Christian Michel. Cette année le voit aussi rejoindre pour de bon la ligue française ou il roule tout d'abord en D4. Après des podiums en janvier et février à Mexico et au Mans il accède à la D3 en mars. Il s'y impose en mai à Silverstone et, après un podium en septembre à Zandvoort, monte en D2 où il finit la saison. Chez F1 Legends il dispute deux tiers des courses ce qui le prive peut-être d'une première place dans le top 10 au classement général. Il roule parfois en D1 mais c'est en D2 qu'il obtient ses meilleurs résultats : des podiums en avril et juin au Nürburgring et à Silverstone. En octobre, à Wiesbaden il termine second derrière Franck Levasseur.

 

En 2007 sa saison en GPL Cups se résume à une course lors de la dernière manche de l'année. En ligue française il repart pour une saison en D2 : au premier semestre il s'offre un podium à Rouen en avril avant de s'imposer pour la première fois à ce niveau, à Zandvoort le mois suivant. après l'été on le voit à nouveau sur un podium à Monthléry en octobre puis à Monza mi-décembre. C'est chez F1 Legends qu'il va valoriser sa saison où il devient pensionnaire permanent de la D1 : son premier podium à ce niveau arrive en mars à Road Ontario. Il récidive en septembre et décembre sur les circuits de Jops Siffert et Funabashi. A lui une première place dans le Top 10 au général depuis que ce championnat multi-niveaux. En 2008 Alain Rochette se distingue en étant le capitaine de l'équipe de France lors de la coupe du monde de GPL. En tant que pilote il renoue aussi avec la GPL Cups pour la moitié des courses, alors en mod65, mais c'est à F1 Legends qu'il se consacre en priorité. En avril il s'impose à Monza en D2 avant de briller à nouveau en D1 en septembre : à Silverstone il termine derrière Martin Audran et Bertrand Catroux. In fine, il obtient la même place au classement général que l'année précédente.

 

En 2009 Alain Rochette fait encore une course en GPL Cups, alors que ce championnat va s'arrêter faute de participants, puis continuer sa carrière exclusivement chez F1 Legends. Il roule de manière assez bien répartie en D1, 2 et 3, obtenant quelques résultats sur ces derniers niveaux : au premier semestre, podium sur le 2 à Valbray puis sur le 3 à Monza. Après la trêve estivale il l'emporte à Kyalami sur le 2. Ensuite c'est podium sur le 2 à Monaco puis un dernier succès sur le 3 en décembre à Watkins Glen. Cela ne lui suffit pas pour terminer aussi bien placé que les années précédentes au classement général. Son année 2010 est assez similaire. Il s'impose en D2 à Monaco en février puis va faire un joli coup début avril en D1 : sous la pluie de Mosport il n'est battu que par Frédéric Gubbels, ce qui constitue alors son meilleur résultat. Quinze jours plus tard il est à nouveau second mais cette fois-là en D2, à Monza.

 

Lors des saisons suivantes il s'installe durablement en D1 mais ses résultats s'inscrivent en demi-teintes avec un placement entre la 20è et la 30è place au classement général : en mars 2011 il n'est pas loin de la victoire suprême, terminant à quelques secondes seulement de Tom Guérout à Urbanya. En septembre c'est le même adversaire qui le prive de la victoire à Jops Siffert, plus largement cependant. En février et mars 2012 il figure à nouveau dans le tiercé à l'arrivée à Leipzig et Kyalami. En avril 2013, nouveau podium à Imola et, mi-décembre à Urbanya, il termine l'année en beauté, une fois encore seulement battu par l'intouchable Tom Guérout.

 

En 2014 il roule essentiellement en D1 et, s'il ne dispute que trois des neuf premières courses de la saison, il participe aux six dernières à partir de septembre. En novembre il obtient un podium en D2 à Monza derrière Rolf Halbheer et Eric Bilodeau et accroche une place dans le Top 20 au classement général. En 2015 Alain Rochette revient pour une saison complète et, s'il roule à nouveau essentiellement en D1, c'est en D2, en Brm, qu'il décroche un podium en mars, sous la pluie de Mosport, derrière Eric Libourel. En octobre, il saisit sa chance à Bathurst dans une course où les favoris déjouent et l'emporte devant Vanmullem et Laigle : il rentre ainsi dans le club très fermé des pilotes s'étant imposé au sommet dans ce championnat. Au final, malgré des abandons à 2 courses sur 3, il termine pas loin du Top 10 au classement général. En 2016 il passe toute la saison en D1, sauf en août en Brm à Panchine, et accroche un podium le mois suivant sur le circuit Jops Siffert. En 2017 le vétéran entame une 17è saison en ligne.

 

 

Carrière : depuis 2001 - 25 championnats*

 

Meilleurs résultats :

 

2005 - 3è - GPL Cups

2006 - 3è - GPL Cups 100 %

 

Autres résultats marquants :

 

2001 - 10è - F1 Legends

2007 -  7è - F1 Legends

2008 -  7è - F1 Legends

 

  Courses disputées : près de 290*.

  Victoires : une dizaine*.

 

*à fin 2016.

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Classement

14

en diminution 48

en augmentation 33

en augmentation 31

en augmentation 25

en diminution 43

en augmentation 23

en diminution 42

en augmentation 16

en diminution 25

Sur

168

162

144

104

89

65

52

49

55

42 

 

  Rank : -57.2

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

  Son interview.

 ROESZ Rémy

  C'est en novembre 2005, à Mosport, que Rémy Roesz fait ses débuts en ligne dans le championnat BCRL 65. En 2006, de janvier à avril, il fait aussi 4 courses dans le championnat de la ligue française avec le mod69 mais c'est à la BCRL qu'il se consacre exclusivement par la suite, uniquement avec les mods. Il y fait une vingtaine de courses réparties entre le championnats 69 et le 65 et c'est dans ce dernier qu'il obtient ses premiers podiums, en janvier et mars, à East London et Zandvoort. En 2007 il fait un break, ne disputant que trois manches du championnat 65, le temps d'y obtenir cependant un nouveau podium, en novembre, à Watkins Glen.

 

En 2008 Rémy Roesz roule en janvier à Kyalami avec les mods 65 et 66 puis s'éloigne des pistes et y revient en avril à Brands Hatch (mod66) sous le pseudo de Franck Capua, hommage au personnage joué par Steve Mc Queen à la fin des année 60. Son changement d'identité lui donne des ailes puisqu'il obtient à cette occasion son premier succès en ligne, devant Laurent Coëffic et Jan Verschueren. La semaine suivante il rejoint aussi le championnat 65 lors de la course de Crystal Palace. Dans cette compétition il obtient encore deux podiums avant la fin de l'année et s'impose aussi de peu devant Jan Verschueren à Westwood, en novembre. Malgré une participation à 13 courses sur 20 seulement il termine dans le Top 5 au classement général. Dans le championnat avec le mod66 (auquel il a contribué) ses résultats sont encore meilleurs avec le même taux de participation : il s'impose à nouveau en mai à Wiesbaden puis en juin à Solitude. A Zeltweg et Bray'd Hill en septembre puis à Monza et Edmonton en octobre. Un dernier succès à Dijon en décembre et 3 podiums à d'autres moments de l'année lui permettent de terminer second au classement général, pas bien loin de Jan Verschueren.

 

En 2009 il poursuit sur la même lancée : 6 courses disputées sur 7 et 5 victoires avec le mod66. 7 courses disputées sur 9 avec le mod65 et, à la clé, 5 victoires et 2 podiums. Il est en tête des deux championnats quand ceux-ci s'arrêtent, en avril pour le 66, en septembre pour le 65 (20 courses prévues pour chacun), faute d'un nombre de participants suffisant. S'il ne roule plus dans les championnats francophones il continue de contribuer à l'élaboration des mods, ayant participé à la réalisation des mods F2 et Can-am.

 

 

Carrière : 2005-2009 - 9 championnats

 

Meilleurs résultats :

2009 - 1er* - BCRL mod65
2009 - 1er* - BCRL mod66

*à l'arrêt avant terme du championnat.

 

Autres résultats marquants :

2008 -  5è - BCRL mod65
2008 -  2è - BCRL mod66

 

  Courses disputées : près de 70.

  Victoires : près d'une vingtaine.

 

  Rank : +5.1 en mod F2

 ROGET Thierry

  Avec Alain Rochette et Jean-François Bovy, Thierry Roget est un des vétérans des championnats GPL francophones : il débute en effet en février 2002 en ligue française. Il roule d'abord en D3 à Monaco puis en D4 à Spa lors de la course suivante avec un podium à la clé. Il s'impose ensuite lors des deux courses d'avril à Rouen et au Mas du Clos. Cela lui permet de réintégrer la D3 le mois suivant et d'y décrocher deux podiums en septembre à Mosport et St-Jovite. Il termine l'année et débute la suivante en D2 puis revient à la D3 en avril avant de terminer à nouveau sur le podium le mois d'après à Riverside. En juin 2004 il décroche de nouveaux podiums à Watkins Glen et au Nürburgring avant de remonter en D2 à partir de septembre.

 

2005 est une année de transition puisqu'il roule à nouveau en D3 sans résultats notables. A peine frôle-t-il un podium à Monthléry lors de la dernière manche de la saison. L'année d'après il termine second derrière Alain Rochette à Silverstone en mai puis renoue avec le succès le mois suivant au Nürburgring devant Eric Libourel. Il remonte en D2 où il roulera toute l'année 2007, qui sera pour lui comme 2005 une saison de transition. En 2008 il obtient ses premiers podiums à ce niveau avec un triplé lors des trois premières courses de l'année à Mexico, Zeltweg et Monaco. En mars il participe à sa première course en D1 à Virginia. Ensuite il roule alternativement sur les deux niveaux et décroche son premier podium au sommet en novembre à Interlagos derrière Olivier Guillo et Frédéric Gubbels.

 

En 2009 il débute l'année en D1 puis gagne à Kyalami en D2, fin janvier, avant de rejoindre définitivement la D1 à partir de février à l'occasion de sa 100è course, sur la piste du Paul Ricard. Cette année-là le voit terminer pour la première fois dans le Top 10 au classement général. L'année suivante il s'illustre à nouveau au Ring avec une 3è place sur le podium en devançant de quelques dixièmes Eric Coineau. Cette année lui permet surtout de figurer pas loin du tiercé de tête au classement général, réalisant ce qui est alors sa meilleure année.

 

2011 sera encore meilleure puisqu'il se classe à nouveau sur le podium au Ring et, comme en 2008, à Interlagos, mais surtout s'invite sur le podium final derrière Tom Guérout et Tristan Bot. Il termine aussi second des Masters derrière Frédéric Gubbels. En 2012 il collectionne les podiums, pas moins de 4, à St-Jovite, Rouen, Spa et Watkins Glen et termine encore en bonne place au classement général. En 2013 il entame une 12è saison en ligue française. En mars il figure sur le podium à Roadblock et ne rate le podium au classement général qu'à l'issue de la dernière manche, battu par Titi Douet.

 

En 2014 il rejoint le championnat F1 Legends, celui de la ligue française ayant disparu, et y est pensionnaire habituel de la D1. S'il termine trois fois aux pieds du podium de février à octobre il s'invite aussi dessus en mars à Roadblock : nettement battu par Tom Guérout et Patrick Cornu il devance Titi Douet d'à peine une demi-seconde. Comme en ligue française auparavant il obtient un podium au classement général, seulement précédé par Patrick Cornu et Titi Douet. En 2015 Thierry Roget dispute sa 2è saison chez F1 Legends et y roule essentiellement en D1. C'est cependant en D2 qu'il décroche un premier succès dans cette compétition en s'imposant en février à Road Atlanta (71). Au classement général il termine aux portes du Top 10 en fin d'année. En 2016 il continue son parcours chez F1 Legends et, s'il ne signe pas de résultats notables, il obtient quand même, pour un point, sa place dans le Top 10 au classement général final.

 

 

Carrière : depuis 2002 - 15 championnats*

 

Meilleurs résultats :

2011 - 3è - LFGPL

2011 - 2è - Masters

2014 - 3è - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2009 - 9è - LFGPL
2010 - 4è - LFGPL
2012 - 6è - LFGPL
2013 - 4è - LFGPL

2016 - 10è - F1 Legends

 

  Courses disputées : plus de 210*.

  Victoires : cinq*.

 

*à fin 2016.

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Classement

117

en diminution 55

en augmentation 64

en augmentation 41

en augmentation 22

en diminution 21

en augmentation 18

en diminution 18

en augmentation 28

en diminution -

Sur

168

162

144

104

89

65

52

49

55

42 

 

  Rank : -54.6

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 ROMEO Olivier

  C'est lors du 1er championnat de la BCRL qu'Olivier Roméo fait ses débuts en ligne. Il rejoint cette compétition en participant à la 2è manche de la saison, mi-janvier 2003 à Donnington. Dès sa 3è course il s'impose, mi-février à Zandvoort. Il en fait de même un mois plus tard à St Jovite puis s'impose à nouveau fin avril à Reims. A l'issue de cette course il est 4è au classement général mais le championnat s'arrête par manque de participants.

 

Un an après, quasiment jour pour jour, il revient en piste en intégrant le championnat de la ligue française. Il fait ses débuts à Monza en D2 avant de descendre en D3 à partir de septembre. A ce niveau il obtient un premier podium début octobre à Mexico puis un second en fin de mois à Virginia. Il termine l'année de la même manière avec une nouvelle deuxième place à Silverstone, début décembre. En 2005 OR dispute à nouveau quelques courses en BCRL mais on le ne le verra plus qu'en ligue française par la suite. Cette année là il roule encore en D3 et récolte un nouveau podium en février à Snetterton avant d'obtenir une première victoire dans ce championnat, en juin à Dijon. Un podium de plus à Rouen en septembre et un nouveau succès à Road Atlanta le mois suivant et le voilà qui remonte en D2 en novembre pour Monza : d'emblée il s'y illustre en obtenant un podiums puis en fait de même à Kyalami en décembre.

 

En 2006 Olivier Roméo s'impose pour la première fois en D2 à Watkins Glen dans une saison qui va le voir en grosse progression. Il accède en effet à la D1 pour Monaco en avril et termine second en juin derrière Eric Coineau au Nürburgring. En juin il obtient sa première victoire au sommet en l'emportant à Bremgarten devant Martin Audran. La fin de la saison lui permet de confirmer son nouveau statut avec deux nouveaux podiums au dernier trimestre à Kyalami et Monza. Ces résultats lui permettent de poser une première pierre à son palmarès puisqu'il ne lui manque qu'une petite poignée de points pour être sur le podium du classement général. Début 2006 on le voit aussi faire trois courses (dont deux podiums) dans le championnat LFPL 69 mais il se concentre uniquement au 67 par la suite.

 

A partir de 2007 il continue son parcours en ligue française et, dans la foulée de la saison précédente, ne quittera plus la D1. L'année est cependant moins fructueuse puisqu'il ne compte comme résultats notables que deux podiums : un à Rouen en avril et un autre en novembre à Silverstone. En 2008 il ne fait que huit des neuf premières courses de la saison, avec, au passage, un podium en mars à Virginia. C'est l'année 2009 qui va le voir revenir au premier plan : il figure sur le podium en mars à Watkins Glen puis à Mosport le mois suivant. Il s'impose même à Nogaro en mai, ce qui ne lui était pas arrivé depuis son premier succès au sommet près de trois ans auparavant. En octobre il récidive en s'imposant à Monthléry puis termine encore sur le podium à Albi, fin novembre. A l'issue d'une saison exemplaire c'est le champion belge Frédéric Gubbels qui le prive du titre mais ce n'est que partie remise.

 

En effet, il revient plus fort que jamais en 2010 et va connaître un trimestre très réussi de mi-mars à fin juin, alternant secondes places et victoires : battu à Mexico il s'impose à Wiesbaden. Battu à Montrevault il s'impose au Nürburgring avant de terminer à nouveau sur le podium à Mosport. Après l'été il enfonce le clou en terminant à nouveau second des courses de Mosport et East London. Mi-décembre il en fait de même à Monza et quitte la compétition sur ce résultat. Il part ainsi en beauté en arrachant au passage le titre qui lui avait échappé l'année précédente.

 

En 2015 le goût de la compétition est le plus fort et il revient en piste en intégrant le championnat F1 Legends, dès la première course de la saison, début février. Il y roule en D2 à Watkins Glen puis est ensuite régulièrement pensionnaire de la D1. Son retour est gagnant puisqu'il signe une saison exemplaire en totalisant pas moins de 9 podiums en 13 courses. Seulement battu fin mars à Lime Rock par un Martin Audran faisant un come-back ponctuel il sera ensuite second derrière Tom Guérout à Rouen (mai), St-Jovite (août) et Jops Siffert (septembre). Le champion LFGPL 2010 à poussé le quasi-intouchable Guérout dans ses derniers retranchements mais le décompte des points et son absence à Bathurst en octobre l'empêchent d'aller chercher le titre et il doit se "contenter" de celui, honorifique, de vice-champion.

 

Malgré son absence à deux des quatre premières courses de l'année il fait une très belle saison, s'imposant dès la première manche, à Mexico, fin janvier. Après ce premier succès chez F1 Legends il s'impose aussi en mai à Riverside (71). Cinq podiums par ailleurs lui permettent à nouveau de finir sur le podium au classement général.

 

 

Carrière : depuis 2003 - 13 championnats*

 

Titre :

2010 - LFGPL

 

Autres résultats marquants :

2003 - 4è - BCRL
2006 - 4è - LFGPL
2009 - 2è - LFGPL

2015 - 2è - F1 Legends

2016 - 3è - F1 Legends

 

  Courses disputées : près de 140*.

  Victoires : près d'une vingtaine*.

(essentiellement en D1)

 

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011/12

2013/14

 

2015

2016

Classement

75

en diminution 108

en augmentation 26

en augmentation 11

   -

   -

 

   3

  en diminution 4

Sur

168

162

144

104

 

 

 

55 

42

 

  Rank : -67.3*

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

  Son interview.

 

*à fin 2016

ROOKIE 4Ever

  Début février 2008 Rookie 4Ever fait ses débuts en BCRL à Lakeside où il participera à la dernière saison de cette compétition avec les voitures de 67. Quelques jours plus tard il débute aussi chez F1 Legends puis en ligue belge. il y roule là aussi le temps d'une course en 67 avant d'y revenir pour une manche en septembre avec le mod65. C'est cependant chez F1 Legends qu'il roule le plus, débutant en D3 à Pau avant de rejoindre le 4è et dernier niveau lors de la course suivante où il s'offre un podium à Mexico pour sa 2è participation, fin février. En avril il glane un podium en D3 à Monza avant de jouer les figurants en D2 à King Raceway le mois suivant. Au dernier trimestre il obtient encore quatre podiums au dernier niveau (D3 ou 4), étant à deux doigts de finir l'année sur un premier succès en terminant à 3/10 d'Olivier Mathieu à Zandvoort (nov). En octobre il participe aux débuts du championnat Planète GPL qu'il organise avec C Lefuret.

 

En 2009, Chez Planète, R4E termine aux pieds du podium, en juin, sur le circuit de l'Ile de Man puis fait une course en ligue belge en septembre en mod66, obtenant un podium à Monza 10K. Le mois suivant il revient en mod69 le temps d'une course au Nürburgring. Chez F1 Legends, il roule la plupart du temps sur l'avant-dernier niveau d'un plateau réparti sur 5 étages jusqu'en mai puis sur 4 ensuite. Il connaît son premier succès en février à Valbray devant Eric Bilodeau puis s'impose à nouveau en D4 en avril à Montrevault. Il récidive à Spa en septembre, quatre podiums complétant son palmarès tout au long de l'année. L'année suivante il roule toujours dans le championnat Planète GPL 67 mais c'est dans le 1er championnat de cette ligue organisé avec le mod66 qu'il réussit ses meilleurs coups : un succès à Reims constitue un des meilleurs résultats de sa carrière après une course programmée et réussie avec un arrêt aux stands. Un podium lors de l'ultime épreuve, en novembre à Mexico, lui permet d'arracher une inespérée place dans le Top 5 au classement général. Chez F1 Legends il roule près de 2 fois sur 3 sur le dernier des 3 ou 4 niveaux sur lesquels sont répartis les pilotes. Il n'obtient pas de résultats notables sur l'avant-dernière marche mais des victoires quand même en D4 à Rouen en janvier puis à Monza, devant Marc Florkin, en avril et près d'une demi-douzaine de podiums au fil des mois.

 

En 2011, au gré des circonstances, Rookie 4Ever termine trois fois aux pieds du podium chez Planète GPL mais c'est chez F1 Legends et son championnat multi-niveaux qu'il continue à obtenir ses résultats les plus marquants. Comme l'année précédente on le voit deux fois sur trois batailler sur le dernier niveau (D3 ou D4) ne roulant qu'en anonyme au niveau supérieur. Avec une demi-douzaine de podiums, sa saison est à peu près similaire à celle de 2010, un succès à Monza faisant figure de cerise sur le gâteau. Il se glisse pour la première fois dans le Top 20 au classement général d'un championnat comptant alors plus de 70 participants.

 

Il entame l'année suivante en obtenant début janvier un premier résultat notable dans le championnat Planète 67 : il termine second à Daytona, dans une course disputée de nuit. Par la suite, sa saison ne sera fructueuse que chez F1 Legends. Cette saison est d'ailleurs sa meilleure puisque 3 fois sur 4 il évite le dernier étage de la hiérarchie, roulant souvent en D2 : en février il termine aux pieds du podium lors de la 1ère course puis figure dans le tiercé lors de la seconde. En mars il récidive, à Kyalami, derrière Rolf Halbeer, avant que la 4è manche ne le voit s'imposer pour la 1ère fois à ce niveau sur le circuit d'Edmonton. Une demi-douzaine de podiums supplémentaires récompensent une année très réussie mais, victime d'un accident en décembre à Daytona, il est privé in-extremis d'une année complète sans abandon. Un dernier podium mi-décembre à Spa, en D2, n'y change rien : il rate sa 1ère occasion de terminer dans le Top 10 de ce championnat, faisant quand même pour la 1ère fois un Top 15.

 

En 2013 il roule toujours dans le championnat Planète GPL, comme l'année précédente bien placé au classement finisseur/fair-play, mais c'est chez F1 Legends qu'il obtient encore de vrais résultats : en D2 il est sur le podium en mars à Road Ontario puis, à la rentrée de septembre, est second à Rouen derrière Rolf Halbheer. Il finit bien l'année puisque début décembre il remporte le Grand Prix de Mosport mais doit se contenter, comme l'année précédente, d'un Top 15 au classement général.

 

En 2014, R4E, débute l'année par un podium dans le championnat Planète 67 en janvier et termine cette dernière saison de la même manière, en juin, sur le circuit de Tandil. Pour la première fois il accroche le Top 5 au classement général de cette compétition. On le voit aussi faire un retour timide en ligue belge où il dispute trois courses entre février et juin. Chez F1 Legends il démarre l'année avec une victoire début février en D3 à Silverstone. A la fin du mois il confirme avec un résultat similaire en D2 à Turin (55). Il roule à ce niveau le reste de l'année, accédant parfois à la D1 lorsque le plateau se réduit à deux divisions. Après deux podiums avant l'été il fait un beau mois de septembre avec deux nouveaux succès à Sandown et Jops Siffert. La fin de saison est plus compliquée puisqu'il termine sur deux décos mais des circonstances favorables lui permettent cependant d'atteindre pour la première fois le Top 10 au classement général.

 

En 2015, il débute l'année par 2 podiums en D3 puis roule durablement en D2. Il y obtient là aussi un podium, en mai à Rouen, puis s'impose fin août à St-Jovite, devançant de peu Rolf Halbheer. En octobre à Zandvoort le résultat s'inverse et il n'est battu que par Halbheer puis, en fin d'année, le plateau est réduit sur deux niveaux et il accède à la D1 trois fois sur quatre. Sa saison se termine cependant en demi-teinte et il échoue à accrocher le Top 10 au classement général comme en 2014. En 2016, au sein d'un plateau toujours réparti en deux niveaux, il roule à 50/50 sur l'un et l'autre et valorise sa saison sur le niveau inférieur en s'imposant au début et à la fin du premier semestre, à Spa 67 puis Hilltop. Un 3è succès en fin d'année, à Mosport, et deux abandons seulement, en ouverture et fermeture de saison, lui permettent, in fine, d'obtenir sa meilleure place au classement général, chez F1 Legends. En 2017 il y entame sa 10è saison en ligne.

 

Carrière : depuis 2008 - 20 championnats*

 

Meilleurs résultats :

 

2010 -   5è - PGPL mod66

2014 -   5è - PGPL

2014 - 10è - F1 Legends

2016 - 7è - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

 

2008 - 10è - BCRL 67

2009 - 10è - PGPL

2012 -   8è - PGPL

2013 -   9è - PGPL

 

  Courses disputées : près de 230*.

  Victoires : une bonne quinzaine*.

 

 


MultiGPLigues

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016 

Classement

53

en augmentation 29

en augmentation 14

en augmentation 9

en diminution 10

en diminution 13

en augmentation 7

en diminution 10

en augmentation 8 

Sur

162

144

104

89

65

52

49

55

42 

 

  Rank : -2.8*

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

*à fin 2016.

A suivre...

 

 

 

 Sauvegarder en Pdf



01/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres