A MOI LE BAQUET - COURSE 145 A 150 - 08.11-29.12.12

 

 A MOI LE BAQUET - COURSE 145 A 150 - 08.11-29.12.12

Cinquième année de online et suite de mes récits de courses sur toutes les pistes de la planète, pour le meilleur et pour le pire.

 

 COURSE 145 - 04.11.12 - F1 LEGENDS - URBANYA

Un peu comme à Zandvoort je n'étais pas trop en jambe avant cette campagne à Urbanya, aussi je me suis contenté de 4 ou 5 tours en off afin de me remettre le circuit en tête avant d'aller, en ligne, en faire une douzaine d'autre sur le serveur d'entraînement. L'occasion de m'approcher de très près de mon pb de 2010 et les 1.34.9 d'alors. Une place dans le 2è tiers du plateau récompense ce chrono mais comme il manque 4 ou 5 pilotes pour qu'on soit répartis sur 3 niveaux et que je ne pense pas pouvoir atteindre le serveur 1 (1.34.4) je me contente de ce résultat pour les préquals. J'ai finalement le 3è temps du serveur 2 derrière Rolf Halbheer, 1.34.69 en Brm, et David Rainier, 1.34.77 en Cooper. Derrière moi c'est Jean-Hugues Delobel en 1.34.96, lui aussi en Brm.

 

On va voir ce que ça va donner aux essais. Dimanche soir je ne suis pas trop mal et mes tentatives vont plutôt bien se passer même s'il n'est pas évident de gérer le trafic. J'ai peur de gêner Alain Terremer en étant positionné trop près de lui mais vraisemblablement ce n'est pas le cas. Au 5è tour j'arrive enfin à faire un tour sous les 1.35 en égalant mon pb puis l'améliore au passage suivant avec un 1.34.75. Rolf Halbheer confirme ses préquals (en améliorant son chrono avec un 1.34.26) et moi les miennes en me classant 3è, devancé de quelques millièmes par C Lefuret. Derrière moi David Rainier est un peu en retrait avec un 1.34.964, Jean-Hugues étant intercalé entre nous, là aussi pour quelques millièmes (1.34.958).

 

La course part vite, très vite, car le flagman est tout speed. Peut-être un rencard à la buvette ? Toujours est-il que Rolf arrache bien sa Brm du bitume au tombé du drapeau et que j'arrive à en faire de même dans sa foulée. A ma droite C Lefuret est débordé et même David Rainier, derrière moi, le dépasse. Jean-Hugues Delobel est bloqué en 5è position.

 

Je suis vite sur un bon rythme dans la foulée du leader et m'accroche à ses basques du mieux que je peux, bien aidé par le choix de sa voiture. Il joue habituellement dans une autre catégorie que moi mais là les choses s'équilibrent un peu. Derrière moi David et Lefuret s'expliquent et ça fait mes affaires puisque je suis à une demi-seconde de Rolf au début du 3è tour et avec le triple d'avance sur mon poursuivant. L'écart se creuse petit à petit et va varier aussi au gré des dépassements des attardés. Je compte alors jusqu'à une douzaine de secondes d'avance sur David Rainier au 23è tour. Mon avance redescend à 7 secondes puis remonte à 8 au 29è tour. A ce moment là je commence à me dire que c'est bon puisqu'il ne reste plus que 10 tours. De son côté Rolf à pris le large avec une dizaine de secondes d'avance et je n'ai plus qu'à me concentrer sur la 2è place. David grignote, grignote, mais je ne panique pas, me disant que ça va suffire.

 

Au début du dernier tour il n'est plus qu'à 1.3 seconde. Il est temps que ça se termine. Un dernier dépassement d'attardé au début de cette ultime boucle et David fait la jonction lors du dernier virage mais j'arrive à garder 2 ou 3 longueurs et sauver ma 2è place. Comme à Niarpsom avec Gianni Alvaro ça ne s'est encore pas joué à grand chose.

 

 

 

Allez, prochaine course pour le championnat Planète, cette fois-ci, sur l'enthousiasmant circuit d'Usui.

 

 COURSE 146 - 11.11.12 - PLANETE GPL - USUI

Après une course très réussie à Urbanya, direction le Japon pour l'extraordinaire circuit d'Usui. La séance de test et les deux entraînements de fin octobre m'avaient permis de me mettre correctement le circuit en tête. Au niveau des chronos j'avais pu descendre de peu sous les 3.02 en Brabham. Ça me mettait 12è des préquals. Dans la semaine qui précède la course j'ai le dos dans la boîte à gant aussi je ne participe pas à la séance du mercredi 7 novembre. Le vendredi ça va un peu mieux et j'ai un doute en ce qui concerne le choix de la Brabham. Connaissant bien le circuit je me suis dit que ça valait le coup d'y essayer la Ferrari. Bingo ! En quelques tours je bats le 3.01.7 de la Brabham avec un 3.01.3. Ni une ni deux, je décide donc de valider finalement ma participation avec l'italienne.

 

Le dimanche c'est avec plaisir que je constate qu'on est 17 réunis en terre nippone. C'est pas mauvais ça ! Lors des essais sur ce circuit qui me fait penser à Tortuga, la mer en moins, j'arrive à rééditer mon chrono des préquals ou presque : avec un 3.01.8 au dernier tour je suis à nouveau 12è sur la grille, David Rainier me précédant en Lotus avec un 3.00.1 et Gianni Alvaro me suivant en 3.03.2.

 

Le départ se passe sans incident et j'entame le second tour avec une seconde de retard sur David et une d'avance sur Gianni. Au tour suivant je suis toujours dans le sillage de David mais Gianni est passé à 3 secondes. Au début du 5è tour j'ai perdu une seconde de plus sur David mais pris un peu d'air vis à vis de Gianni qui est maintenant à plus de 6 secondes. Dans la courbe 4, je me fais une belle frayeur avec un tête-à-queue entre les barrières mais heureusement je ne heurte rien et peux continuer. Gianni est revenu tout prêt mais je reprends le large au tour suivant. Après des tours en 3.03.x, et un en 3.07, je met la gomme et signe un 3.01.8. Hé hé, pas dégueu !

 

J'enchaîne ensuite sur des tours en 3.02.x. Au début du 6è tour je suis toujours entre David et Gianni, l'un à 6 secondes devant et l'autre à 5 derrière. Au début du 8è tour l'écart s'est stabilisé avec David mais j'ai pris 4 seconde de marge supplémentaire avec Gianni. Au 1er virage Maxime s'est sorti en dépassant Éric Libourel et est englué dans le décor à droite de la piste. Pour lui c'est l'abandon et j'hérite de la 11è place. Au 10è tour c'est Jean-Luc qui est planté au même endroit que Maxime. Titi Douet a abandonné au même moment et me voilà 9è au début du 11è tour. Je suis alors à 5 secondes du pilotes qui me précède, désormais mon coéquipier Jean-François Moreau. Gianni est à 11 secondes.

 

Deux tours plus tard je suis revenu à 4 secondes de Jean-François. Au 14è tour il se loupe au même endroit où j'avais fait mon taq mais pour lui ça se passe moins bien. Il tape et je passe avant qu'il ne puisse repartir. Me voilà 8è. Au 15è tour, on atteins les 3/4 de la course et je suis désormais derrière mon autre coéquipier, Frédéric Blanchot, à plus de 15 secondes. Jean-François est à 9 secondes. Ca bouge toujours et 2 tours plus tard c'est Michel Fournié qui est 7è, Gianni étant redevenu mon poursuivant, à 12 secondes. Les écarts semblent plus ou moins figés.

 

Plus ou moins seulement, car David Rainier voit le moteur de sa Lotus le lâcher et je le passe dans l'avant-dernier tour alors qu'il s'apprête à abandonner. Plus qu'un tour à boucler et c'en est fini de cette course avec, pour moi, une belle 7è place. Pas dans les points mais sans regret cependant, obtenant un résultat conforme à ce que j'attendais après une course solide.

 

Prochaine course, retour en Europe et plus précisément à Monaco pour le championnat F1 Legends. Fini les grands espaces, là ça va être encore une autre limonade.

 

 COURSE 147 - 18.11.12 - F1 LEGENDS - MONACO

Après une bonne course à Usui, il était temps de passer aux choses sérieuses, si je puis dire : Monaco. Pas trop en jambe, je frôle le syndrome du refus d'obstacle mais le vendredi précédant la course il faut bien se décider à s'y mettre. Après un super chrono, pendant l'été, au volant de la Brabham, lors de mes championnats en off (1.29.3), j'avais plus récemment été refaire quelques tours au volant de la même voiture mais sans rééditer les mêmes chronos, loin de là : pas un tour sous les 1.31 ! Ça promettait donc de ne pas être de la tarte.

 

Sur le serveur d'entraînement je vais faire une dizaine de tours et je retrouve vite mes marques : dès le 3è passage je me rapproche de très près de mon pb avec un 1.29.4 puis 1.29.5. Au tour suivant, le 5è, je "pulvérise tout" : mon pb et même la barre des 1.29 avec un 1.28.87. Waow ! Quand je pense que je n'ai fait qu'un seul tour sous les 1.30 en Ferrari jusqu'ici (1.29.94) ! La Brabham est vraiment plus à l'aise que l'italienne en principauté, il n'y a pas photo. Après ce super chrono je ne parviens plus guère à faire de bon temps avec un seul tour sous les 1.30 (1.29.6). Toujours est-il que mon nouveau pb me permet d'envisager la suite de manière intéressante puisque c'est le 17è chrono des préqualifications sur 36 participants. J'ai ma place sur le 1er serveur même si c'est de peu. Finalement c'est sur 3 niveaux que nous sommes répartis et je suis donc 5è sur 12 sur le serveur 2. Mon acolyte, C Lefuret, me devance en Cooper avec un 1.28.75 et Pierre-Yves Delobel me suit en 1.29.03, lui aussi en Cooper. Reste à confirmer le dimanche soir lors des essais.

 

Le dimanche, justement, un peu avant les essais je vais ajuster le plein dans mon setup et je ne trouve plus mon perso dans le jeu. Je ne comprends pas pourquoi il a disparu mais surtout, dans le stress, je ne pense plus qu'on peut les faire défiler avec un petite flèche. Je recrée un perso à l'arrache car plus rien n'est configuré, volant, etc... Bref, c'est un peu la panique. J'arrive sur le serveur alors que les essais ont donc déjà commencé depuis un moment et je ne suis plus du tout dans le coup. On est que douze en piste mais ça ne suffit pas à me permettre de faire un bon chrono et je patine dans la choucroute. Je suis loin des chronos espérés puisque je ne fais qu'un 1.29.63 au 4è tour et 1.29.69 au 10è. Pas top ! Ça me met seulement 7è sur la grille. Dommage car seuls deux pilotes sont sous les 1.29 : Rolf Halbheer et Michel Fournié qui signent des 1.27.9 et 1.28.6. Il y avait de quoi être sur la 2è ligne. Il faudra se contenter de la 4è. Je vais m'élancer entre les deux frères Delobel : Jean-Hugues me devance en Honda (1.29.48) alors que Pierre-Yves me suit en Cooper (1.29.71).

 

Au tombé du drapeau j'ai la chance de ne pas être trop loin du flagman, pas dans l'épingle en tout cas, et j'aperçois tout juste son mouvement lorsqu'il baisse le bras. Je ne sais pas ce que j'ai en tête, peut-être encore cette histoire de perso disparu, toujours est-il que pour une fois je rate franchement mon départ et passe la ligne avec déjà 3 bonnes secondes de retard sur Jean-Hugues, pourtant en Honda. Heureusement je ne gène personne car derrière moi Pierre-Yves est le premier à être positionné après l'épingle et il me suit avec déjà, de son côté, 4 secondes de débours. De quoi nous prémunir, finalement, des incidents toujours possibles en début de course dans la montée du casino. Le 1er tour se passe bien pour tout le monde ou à peu près et je reviens rapidement sur Jean-Hugues et sa lourde Honda. Je le colle au bureau de tabac et, prudemment, il me laisse passer dans la "ligne droite" qui mène à l'épingle "Gazomètres".

 

Dans le 2è tour, à l'épingle de la gare, c'est l'accrochage pour Marc Florkin et Benoît Souriau, alors 3è et 4è. Dans la foulée de C Lefuret je peux passer à l'intérieur avant qu'il ne repartent. Diantre, me voilà déjà 4è ! Je suis vite pris en chasse par Benoît Souriau mais il est en Honda et je ne lâche rien. Des tours 5 à 20 je vais tourner 13 fois sur 16 entre 1.30.2 et 1.03.8. Petit à petit je reprends du terrain sur C Lefuret et parviens aussi à garder plus de 2 secondes d'avance sur Benoît. Dans le 10è tour je lui prends même une seconde pleine et mon avance passe à trois secondes et demi.

 

Au début du 12è tour Benoît est à 5 secondes et je suis vraiment dans les échappements de C Lefuret. Il s'écarte à Ste Dévote et me voilà sur le podium provisoire. J'ai vite 3 secondes d'avance sur C Lefuret mais devant le trou est fait, Michel Fournié étant second avec plus d'une vingtaine de secondes d'avance. Il faut déjà commencer à gérer mais je roule sur un bon rythme jusqu'à la mi-course comme décrit plus haut. L'écart se stabilise avec mon poursuivant entre 2 et 3 secondes puis passe à 4 secondes au début du 18è tour. Je profite du fait que Lefuret en Cooper essaie de contenir Benoît, plus véloce mais pénalisé par la lourdeur de sa Honda.

 

L'écart se stabilise à 4 secondes et demi pendant deux tours à la mi-course mais à partir de là je commence à devenir moins régulier. 1.30, 1.31, 1.32, on trouve dès lors de tout dans mon tableau de chronos mais je ne lâche rien et je garde la niaque. Le podium, j'y suis, j'y reste. La petite Braby est une merveille sur ce circuit et je garde bien en tête que derrière ça bataille et qu'il faut donc en profiter même si ma marge est faible. Concentré, concentré, concentré.

 

Au début du 22è tour, C Lefuret m'a repris 2 secondes d'un coup mais par contre Benoît est désormais à 5 secondes derrière lui. Il a du se passer quelque chose... Deux tours plus tard il y a le feu, mon poursuivant est revenu à une seconde et demi. Puis une seconde alors que dans le même temps Benoît est revenu lui aussi.

 

Jusqu'au tour 31 je ne garde qu'une petite seconde d'avance. C'est tendu, tendu. Seule la configuration du circuit me permet de garder ma place, j'imagine. Mais aux tours 31 et 32 j'arrive à sortir deux supers chronos (entre 1.29.6 et 1.29.7). Mon avance remonte à près de 5 secondes. Ouf ! Benoît à perdu à nouveau 4 secondes sur C Lefuret. Je vais respirer un peu. L'écart se stabilise aux alentours des 4 secondes puis retombe à 2 secondes au début du 40è tour. Ca recommence à chauffer d'autant que désormais c'est la 2è place que je défend, Michel Fournié ayant abandonné vers le 30è tour.

 

Dans les deux derniers tours mon poursuivant revient vraiment tout près mais il ne tente pas l'impossible, heureusement, et je garde ma 2è place pour une seconde, Benoît finissant à 5 unités.

 

 

 

 

Super course et super résultat, inattendu, sur un circuit pourtant pas vraiment adoré. Prochaine étape aux Etats-Unis sur le circuit de Daytona. Le challenge sera sûrement moins difficile, heureusement.

 

 COURSE 150 - 16.12.12 - F1 LEGENDS - SPA

Peu d'entraînement pour moi pour cette course à Spa. Le circuit est connu et je n'étais pas plus motivé que ça après deux courses si désolantes que j'ai préféré ne pas y revenir dans ces récits.

 

Une seule séance d'entraînement le mercredi 12 décembre me permet de faire un 3.20.46. Pas moyen de refaire comme en juillet, j'avais alors obtenu mon seul chrono jusque-là sous les 3.20 avec un 3.19.7. Je m'en contente car ça ne m'aurait fait gagner qu'une place en passant Éric Bilodeau qui a signé un 3.20.11. Je suis donc 6è du niveau 2 à l'issue de ces préqualifications, le plateau étant réparti en 3 groupes de 12.

 

Aux essais je m'en tire bien avec un 3.20.26 au 3è tour puis 3.20.17 au tour suivant. Ça me met 3è devant Éric Bilodeau qui fait 3.20.30 au volant de sa Ferrari, Gianni Alvaro faisant 3.20.46 en Lotus. Au-dessus du lot on trouve Rolf Halbheer et Éric Libourel, premier et second en Lotus et Eagle, avec des temps de 3.17.4 et 3.18.5, Kaspar Kaynakli étant 6è en Lotus avec 3.21.13 mais faisant les essais avec le plein de la course.

 

Au tombé du drapeau je suis donc derrière Rolf Halbheer et Éric Libourel, Éric Bilodeau étant à mes côtés. Je m'élance mieux qu'Éric Libourel et le passe donc dans ma lancée. Me voilà second derrière Rolf à l'issue d'un départ où personne n'a connu de problèmes. Un peu plus loin, entre Malmédy et Masta, je le laisse repasser pour ne pas gêner sa course et gérer d'emblée la mienne au mieux.

 

Petit à petit je creuse l'écart avec Éric Bilodeau et me retrouve 2è au 4è tour quand Rolf doit abandonner. Au 7è tour, Kaspar Kaynakli tournant sur un autre rythme je le laisse passer et remonter progressivement sur Éric Libourel.

 

A mi-course je compte 6 secondes d'avance sur mon poursuivant qui doit garder un œil dans son rétro pour surveiller Gianni Alvaro qui ne le lâche pas. Au 12è tour mon avance a diminuée de moitié mais ça va encore.

 

Au début du 16è tour mon avance est à nouveau de 3 secondes après être repassée à 4 au tour précédent ce qui me semble suffisant pour garder ma 3è place. Le problème c'est que vers la fin du tour je sors un peu large à la carrière et boucle le tour en 3.24.7 alors que j'avais fait mon meilleur chrono de la course en 3.21.9 au tour précédent. Ça suffit pour remettre en selle Éric Bilodeau qui entame le 17è tour avec un peu moins de 2 secondes de retard seulement. Les deux derniers tours s'annoncent donc difficiles pour moi.

 

Plus qu'une grosse seconde d'avance au début du dernier tour, deux et demi sur Gianni. Tant bien que mal je garde l'avantage grâce à l'Eagle alors qu'Éric est en Ferrari. Lui à l'avantage de l'aspiration et moi celui du châssis. Il ne peut tenter sa chance qu'au dernier virage, à la source. Je freine plus tôt que lui visiblement mais reste à l'intérieur et il accentue son freinage pour ne pas me télescoper. Je garde ainsi un maigre avantage de moins d'une seconde et ma troisième place. Un podium pour finir l'année, je ne pouvais guère rêver mieux.

 

 

 

COURSE

DATE

MOD LIGUE

CIRCUIT

DIV CLASS
123 08/01/2012 67 PGPL DAYTONIGHT x 2E/14
124 29/01/2012 67 PGPL TORONTO 95 x 7E/14
125 05/02/2012 67 F1L MOSPORT D2/3 4E/14
126 19/02/2012 67 F1L LEIPZIG D2/3 3E/14
127 26/02/2012 67 PGPL HEN x 9E/13
128 04/03/2012 67 F1L KYALAMI D2/3 2E/14
129 18/03/2012 67 F1L EDMONTON D2/3 1ER/13
130 25/03/2012 67 PGPL BIKERNIEKI x 9E/14
131 01/04/2012 67 F1L MEXICO D2/3 7E/13
132 15/04/2012 67 F1L SEBRING 67 D2/3 5E/13
133 22/04/2012 67 PGPL ROY HESKETH x 10E/14
134 29/04/2012 67 F1L WATKINS GLEN D2/3 6E/13
135 13/05/2012 67 F1L BRIDGEHAMPTON D1/3 6E/14
136 20/05/2012 67 PGPL BUENOS AIRES 67 x 7E/14
137 03/06/2012 67 F1L NURBURGRING D3/3 3E/13
138 17/06/2012 67 F1L MONZA D2/3 9E/13
139 24/06/2012 67 PGPL TORTUGA x 7E/13
140 16/09/2012 67 PGPL WATKINS GLEN 48 V2 x 8E/14
141 23/09/2012 67 F1L JOPS SIFFERT D2/3 3E/12
142 07/10/2012 67 F1L SILVERSTONE D2/2 2E/16
143 14/10/2012 67 PGPL NIARPSOM x 9E/14
144 21/10/2012 67 F1L ZANDVOORT D2/2 4E/17
145 04/11/2012 67 F1L URBANYA D2/2 2E/16
146 11/11/2012 67 PGPL USUI x 7E/17
147 18/11/2012 67 F1L MONACO D2/3 2E/12
148 02/12/2012 67 F1L DAYTONA 24H D1/2 17E/17 - ABD
149 09/12/2012 67 PGPL SURFERS PARADISE x 10E/14
150 16/12/2012 67 F1L SPA D2/3 3E/12

 

LE BILAN : 2012 / TOTAL

          28      27       9       1      

 150     121      32      8

Ainsi s'achève ma 150è course et avec elle ma cinquième saison de online et, pour l'instant, ces récits. Peut-être y reviendrais-je un jour, qui sait ?

 

 Sauvegarder en Pdf



08/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres