A MOI LE BAQUET - COURSES 131 A 135 - 07.04-17.05.12

 

 A MOI LE BAQUET - COURSES 131 A 135 - 07.04-17.05.12

Cinquième année de online et suite de mes récits de courses sur toutes les pistes de la planète, pour le meilleur et pour le pire.

 

 COURSE 131 - 01.04.12 - F1 LEGENDS - MEXICO

Mercredi 28 Mars, il n'y a pas d'entraînement Planète. Je décide donc de commencer mon entraînement en vue de la course du dimanche à Mexico pour le championnat F1 Legends. Un rapide coup d'œil me permet de constater que pour être sur le serveur 2 (si tant est qu'il y en ait 3 pour cette course) il faudra faire un chrono entre 1.50 et 1.51. Mon pb étant à 1.50.74 il me semble difficile d'y parvenir avec la Ferrari. Je décide donc de me faire une petite séance avec l'Eagle même si je la connais peu. Sa vélocité me permettra peut-être d'améliorer mon pb. 15 minutes d'essai et une course de 6 tours sont au programme. Au premier tour lancé je fais un 1.51.3 mais je n'améliore pas ensuite. Ça me met 6è sur la grille mais je ne finis pas la course ayant prévu trop peu d'essence. Par contre j'améliore bien mes chronos avec un 1.50.9 au 3è tour puis 1.50.3 au tour suivant. Pb Ferrari battu mais surtout enfin négatif au rank sur ce circuit. Petit bémol, l'Eagle ne me plaît guère. Elle est peut-être rapide en ligne droite, d'où le chrono, mais les relances ne sont guère fun dans les courbes.

 

Jeudi je me fais une nouvelle séance, similaire à celle de la veille mais là je prends la Brabham. Elle, elle est bien fun mais je fais un 1.50.83 qui ne me permet pas d'améliorer mon chrono Ferrari. J'envisage de revenir à cette dernière pour la course de dimanche. Parti 5è je termine 4è avec un joli petit 1.50.81 au 4è tour.

 

La séance du vendredi en Ferrari va me permettre de trancher : je reprends ma voiture favorite et repars pour une petite virée. Je comprends vite que j'ai assimilé certains trucs nouveaux sur ce circuit adoré. Au 3è tour des essais je fais un 1.50.42 ce qui me permet non seulement de battre nettement mon pb mais aussi d'être enfin négatif ici avec la Ferrari (pour 6 centièmes). Au 5è tour j'améliore encore avec un extraordinaire (pour moi) 1.50.06. Ouch ! Même mon chrono de l'avant-veille en Eagle est passé à la trappe. Ça c'est du lourd. Ça me met 3è sur la grille de la petite course que je termine en vainqueur avec une seconde d'avance sur Clark et 2 sur Brabham. Au passage je confirme mon nouveau niveau avec un 1.50.22 au 4è tour 1.50.28 au 6è. Pas dégueu.

 

Mon choix est fait, validé, entériné, tant pis pour la Brabham et ses deux barils de fun, je garde mon baril de Ferrari. Je pense un temps aller valider un chrono le samedi mais je me ravise et me dis qu'il vaut peut-être mieux battre le fer pendant qu'il est chaud. Mot de passe récupéré dans mes mails, je vais sans plus attendre faire quelques tours (une grosse douzaine) sur le serveur F1 Legends. L'idée est bonne car les automatismes sont là et dès le premier tour lancé je claque un 1.50.42 bien sympathique. Les 4 tours suivants sont plutôt bons puisqu'ils sont tous sous les 1.51 mais je n'améliore plus. Plus d'essence, shift-r, je repars pour un nouveau run. J'attaque trop et ne fais rien de bon. Je repars pour un dernier run de 4 tours qui boucle cette demi-heure d'entraînement. J'essaie de changer d'approche, rouler moins à la limite, plus décontracté, plus coulé, en me disant que si les chronos doivent tomber ils tomberont. Freiner un peu plus tôt, etc..., etc...

 

Et ça marche ! Le premier tour lancé (10è de la séance) est bouclé en 1.50.14 et le suivant en 1.49.89. Wow !!! Les 1.50 sont tombés. Je n'y aurais jamais cru il y a quelques jours. Les deux derniers tours sont anecdotiques bien que pas mauvais (sous les 1.51). Si c'est pas une séance online bien optimisée ça alors je n'y comprend plus rien. Chrono enregistré par le serveur, participation confirmée, je n'ai plus qu'à savourer. Là c'est sûr je vais pouvoir être sur le serveur 2, s'il y a 3 serveurs évidemment. Les efforts des autres participants n'y pourront rien,
vraisemblablement. Malheureusement la participation est faible pour cette course et le samedi en fin d'après-midi c'est seulement 36 pilotes qui ont participé aux pré-qualifications et 28 qui ont confirmé une participation à la course du dimanche. Ça sent mauvais pour GPL puisque ce serait la première fois en plus de 6 ans (au moins) dans ce championnat qu'il y aurait un plateau tellement réduit qu'il serait réparti sur 2 niveaux seulement.

 

Au final ça a été le rush le samedi soir et 41 pilotes ont participé aux pré-qualifications, 40 confirmant leur participation. On sera donc répartis sur 3 niveaux comme d'habitude. Pour être sur le serveur 2 il fallait finalement faire sous les 1.51.5, le dernier pilote présent sur le 2 ayant fait un chrono de 1.51.38 alors que le premier du 3 signe, lui, un 1.51.56. Je suis 9è sur 13 sur le 2 pour ces "pré-qual".

 

Pour les essais je n'envisageais pas de refaire un tour sous les 1.50 puisque je n'avais réussi qu'un seul chrono de ce niveau jusque-là. Par contre j'espérais faire un tour sous le chrono de référence du GPL Rank soit 1.50.5. Bingo ! Chose faite au 3è tour avec un 1.50.37. Pas moyen de rééditer ensuite un chrono du même genre, au mieux un 1.51.09. Mon chrono me met au 9è rang sur 13 ce qui est tout à fait conforme aux temps des pré-quals.

 

Le départ se passe bien jusqu'après le premier virage où l'on découvre Emmanuel Vega, avant de la voiture faisant face à ceux qui arrivent. Tout le monde passe et me voilà 8è. Un peu plus loin Marc Florkin se porte à ma hauteur à l'occasion d'un freinage. Je ne pensais pas qu'il tenterait de me passer à ce moment là et je ne me rends pas compte qu'il est à mes côtés. Du coup nos voitures se touchent et je m'écarte jusque sur le bas-côté. Jean-Luc Vidal passe dans la foulée et me voilà 10è.

 

Au 4è tour je repasse Jean-Luc et récupère ma place initiale. Au 6è tour, dans la courbe avant Hairpin, Marc se sort et me voilà à nouveau 8è.

 

Au 14è tour, Jean Gueli se loupe dans le premier virage et part en toupie. Me voilà 7è. Au 17è tour Gilles Sounier abandonne et je suis 6è.

 

Après la mi-course je commence à fatiguer. Au 22è tour, au même endroit où on s'était accroché Marc et moi, rebelote avec Jean Gueli. Là encore je ne l'ai pas vu. Au tour suivant, dans la ligne droite, je le laisse passer. Je ne veux pas prendre le risque de gâcher la course. Je repasse 7è.

 

Au 29è tour, Benoît Souriau est revenu dans mon sillage et je le laisse passer dans la ligne droite des stands. Je suis fatigué et je ne veux pas provoquer un 3è incident. Je ne pense plus qu'à finir sans faire de vagues.

 

A la fin de l'avant-dernier tour, Jean Gueli casse son moteur et je passe. Dernière péripétie et je termine 7è à l'issue d'un 34è et dernier tour synonyme de soulagement.

 

Une bien belle course malgré un résultat juste correct et dans la logique des choses mais je n'avais jamais bouclé aussi vite les 34 tours de cette course ce qui, en soi, vaut satisfaction.

 

Allez hop, repos et break de 15 jours avant la prochaine course sur le circuit de Sebring pour le compte du championnat F1 Legends.

 

 COURSE 132 - 15.04.12 - F1 LEGENDS - SEBRING 67

Lundi 9 avril, je vais faire un petit tour sur le circuit de Sebring. Il n'est pas très difficile mais je ne le connais pas tellement. Il est donc temps d'aller approfondir la question.

 

Le temps médian sur cette piste est de 2.42.3 (et 2.41.2 en Ferrari et 2.41.4 en Eagle). Après quelques tours d'essais je signe un 2.46 qui me place 15è au milieu des AI. Au bout 6 tours de course je termine 13è avec un meilleur tour en 2.43.8. Autant dire que les choses s'engagent bien. La place sur le serveur 2 semble se dessiner.

 

J'y fais par la suite quelques tours en Eagle mais elle ne m'inspire guère et je la laisse de côté.

 

Jeudi 12, je vais sur le serveur d'entraînement pour valider ma participation. Une petite dizaine de tours me permettent de faire un 2.43.2 qui me placera finalement 8è sur 13 sur le serveur 2. Mission accomplie. Le dernier du serveur à fait un 2.44.5 alors qu'en haut du 3 ça pointe à 2.46.3.

 

J'en reste là. Le circuit est vite mémorisé et je ne ressens pas le besoin de le travailler plus que ça.

 

Dimanche j'ai plus ou moins fini (enfin !) d'assembler mon cockpit mais rien n'est finalisé. je m'installe tant bien que mal pour une demi-séance d'essai car elle est déjà commencée. Au 4è tour je fais un 2.43.5 et termine mon 6è et dernier tour par un 2.42.9 inespéré. Je n'aurais pas pensé améliorer mon temps des préquals dans ces conditions.

 

Ça me place 6è sur la grille entre Jean-Hugues Delobel (2.42.3) et François FK (2.43.2). Au tombé du drapeau je m'élance bien et passe Jean-Hugues à ma droite en prenant le sillage de son frère Pierre-Yves. Je passe Pierre-Yves au freinage avant Hairpin.

 

A la fin du 3è tour David Rainier part en tête-à-queue à la sortie de Sunset Bend et j'entame le 4è tour en 3è position, à ma grande surprise. Je suis un temps Benoît Souriau qui mène sa Honda tambour battant mais au 6è tour je me loupe avant Backstretch et perds le contact. C'est tout juste si je peux repartir devant Éric Bilodeau et garder ma 3è place.

 

Une petite sortie à Sunset Bend au 8è tour et là Éric est vraiment dans mes échappements. Je suis encore limite au même endroit deux tours plus tard mais Éric reste toujours derrière moi. Au tour suivant je recommence. J'ai décidément du mal avec ce dernier virage. Éric attend patiemment l'erreur de trop.

 

Au 13è tour, à Tower Turn je rate un peu le virage et Éric passe. De toute façons je commençais à faiblir et je n'aurais surement pas tardé à le laisser passer. Pas envie de tenter le diable.

 

Je reste autant que possible au contact avec la Ferrari d'Éric mais l'Eagle de David Rainier est revenue et se fait menaçante.

 

Au 16è tour je sors encore un peu large à gauche dans Chicane. Un peu plus loin je laisse passer mon poursuivant car je ne suis plus en mesure de tenir le même rythme.

 

Je vais perdre le contact rapidement et me concentrer sur la fin de la course pour au moins garder ma 5è place. Tant pis pour le podium, c'était trop pour moi sur cette course.

 

Les 7 derniers tours se passent sans encombre et je termine finalement à une grosse vingtaine de secondes du podium et avec près d'une demi-minute d'avance sur Gianni Alvaro, 6è en Cooper.

 

Allez, prochaine étape, l'Afrique du sud pour la course du championnat Planète sur le circuit de Roy Hesketh.

 

 COURSE 133 - 22.04.12 - PLANETE GPL - ROY HESKETH

Le 30 novembre dernier nous sommes une dizaine réunis pour tester le circuit de Roy Hesketh.

 

J'ai pris la Brabham, pour une fois, me disant qu'elle m'irait bien sur ce petit circuit. Pour ce premier contact, je fais un 1.10.3 aux essais ce qui est loin des chronos du temps médian, 1.07.8. J'améliore un peu avec un 1.09.2 lors des 17 tours de la petite course que je termine 5è en 20mn 17.8.

 

Bref, y'a du boulot.

 

Mercredi 11 avril, les choses sérieuses commencent avec la première séance d'essais. J'ai gardé la Brabham mais je ne suis pas sûr de mon choix. Avec un 1.08.3 je reste tout en bas du plateau. Il y a du soucis à se faire.

 

Le mercredi suivant ça ne s'arrange pas. je bloque à 1.08.6 aux essais. Pendant la course je ne fais rien de bien à tel point que j'en sors à mi-parcours. Inutile de s'acharner. J'ai testé auparavant pas mal de setups sans en trouver un qui me convienne vraiment. A 4 jours de la course autant dire que je suis loin d'être prêt. J'envisage même de revenir à la Ferrari.

 

Finalement c'est ce que je fais, je reprends l'italienne et Philippe Barbé et Eric Libourel viennent à ma rescousse avec leurs setups. C'est un setups de ce dernier qui va me convenir finalement même si je suis loin de faire encore des étincelles.

 

Bien qu'élargi par ses créateurs par rapport au circuit réel il ne me convient pas. Etroit et tortueux je n'y suis guère plus à l'aise qu'à Monaco, par exemple. Conduire ici aux palettes est sûrement un avantage, excepté pour Philippe Barbé qui est un as de l'embrayage. Petit hommage au passage à un compagnon du "Clutch Club".

 

Avec les setups reçus j'arrive donc à m'améliorer un peu avec la Ferrari mais ne fais qu'un 1.08.1 au milieu de tas d'autres tours bien pourris. Rien de bien folichon, donc, rien d'encourageant en tous cas.

 

Le dimanche soir, lors des essais officiels, je fais enfin un 1.07.3 même si les autres chronos sont tous au dessus de 1.08.4/1.08.5. Seul un autre 1.07.8 en fin de séance me confirme que je peux tourner sous les 1.08.

 

La course s'engage et je démarre en 11è position sur 14, devançant Warm Up en Cooper et Gianni Alvaro en Brabham de quelques centièmes. Jean-Luc Vidal ferme la marche. De mon côté (gauche) c'est une file de 6 Ferrari qui s'élance. Au premier virage Philippe puis C Lefuret se mettent en lumière de manière artistique et c'est derrière ce dernier que je freine pour éviter l'accident. Je reste tanké en attendant que la situation se débloque alors que, venus de plus loin, mes trois poursuivants peuvent, eux, passer à notre droite. Me voilà dernier, ça commence bien !

 

Au 4è tour Jean-Luc accroche Gianni et ce dernier termine sur le toit. Je peux passer et regagne deux places. Un peu plus loin Jean-Luc abandonnera, dépité d'avoir provoqué la fin de course de Gianni.

 

Dans le 6è tour je me plante tout seul à la courbe Sweep mais je peux continuer. Me voilà désormais bon dernier avec près de 15 secondes de retard sur C Lefuret. Devant moi, au fil des tours, le pilote qui me précède change mais je ne m'en rapproche jamais à moins de 10 secondes.

 

Au 15è tour je suis revenu à 5 secondes de David Rainier qui suit de près C Lefuret. Deux tours plus tard, alors que Titi Douet et mon Team Leader, Frédéric Blanchot, revenaient sur moi pour me prendre un tour je vais jouer dans la paille à Quarry Curve, le 1er virage du circuit. J'en suis encore à me demander ce que j'y cherchais mais je n'y ai rien trouvé. J'y ai par contre perdu près de 30 secondes et tout espoir de bien figurer. Maxime Lenclen et Patrick Cornu ont eu le temps de passer eux aussi et de me prendre un tour également. Enfin, l'essentiel est que j'ai pu m'en sortir en passant un instant en vue F10 mais l'abandon ne s'est pas joué à grand-chose. A peine reparti Eric Libourel me prend un tour lui aussi. Je gagne une place à la fin du tour et devient 11è, C lefuret ayant dû s'arrêter aux stands pour réparer après une sortie de piste. Au 24è tour je le croise à BP Bend. Il est en mauvaise posture mais va pouvoir repartir, à un tour derrière moi, désormais.

 

La deuxième moitié de la course sera plutôt soporifique. Il ne me reste qu'à gérer les pilotes qui me prennent des tours et c'est tout. Il y a bien de quoi faire cependant puisque je vais terminer à un ou deux tours de tous ou presque. Seul Michel Fournié finit devant moi avec "seulement" une minute d'avance et C Lefuret derrière. Au 38è tour, Eric Libourel abandonne et je récolte la 10è place.

 

Une course bien terne, donc, et qui en appelle d'autres, plus passionnantes, j'espère.

 

Rendez-vous à Watkins Glen pour la prochaine course F1 Legends. Circuit bien peu enthousiasmant, cependant.

 

 COURSE 134 - 29.04.12 - F1 LEGENDS - WATKINS GLEN

Dimanche 22 avril, j'entreprends de finaliser le réglage de mon cockpit alors que la course de Roy Hesketh va avoir lieu quelques heures plus tard.

 

Pour cela je fais quelques tours sur le circuit de Watkins Glen en vue de la course suivante de F1 Legends.

 

Mon pb à l'embrayage est alors de 1.07.17. 7 petits tours suffisent pour que tout vole en éclat : 1.07 au 6è mais surtout 1.06.85 au tour précédent.

 

Le pb tombe mais le rank aussi au passage. J'y suis enfin à l'embrayage à défaut de friser mon pb palettes (1.06.37). Là, sans conteste, mon cockpit est vraiment réglé au petit poil.

 

Samedi 28, en fin de soirée, il est grand temps d'aller rouler sur le serveur d'entraînement pour valider ma participation vu que la course est prévue pour le lendemain. Une bonne vingtaine de tours va me permettre de me qualifier correctement. Au 8è tour je fais un 1.06.9 encourageant avant de faire un 1.06.8 deux tours plus tard. Pb encore amélioré ! Yes !!!

 

Au 13è je refait un 1.06.8 puis 1.06.83 au 19è. Je n'irais pas au-delà pour cette fois-là mais c'est déjà bien. Faire mon pb en ligne plutôt que dans une quelconque séance en off, que demander de plus ?

 

Entre l'absence de mon frère, la confirmation d'un pilote seulement sur les deux qui auraient pu se retrouver devant moi et le choix par un autre pilote d'un châssis lent, il a fallu beaucoup d'éléments réunis pour que j'obtienne une place sur le serveur 2 mais j'accroche la dernière et c'est le principal. Le meilleur du 3 est à un dixième de mon chrono.

 

Dimanche, les essais. Je privilégie ma préparation de la course, prends mon temps, etc... Ce n'est donc qu'à une douzaine de minutes de la fin des essais que je démarre. Je vais pouvoir faire 9 tours et c'est peut-être un peu court pour bien me mettre dans le rythme. Pas moyen d'aller sous les 1.07 et je dois donc me contenter d'un 1.07.14. Pas de regrets cependant, le pilote qui va me précéder sur la grille ayant fait, lui, un 1.06.74. Je suis cependant 10è sur 13 ce qui n'est pas mal au vu des pré-qualifications.

 

Au tombé du drapeau tout le monde s'élance correctement et la course démarre donc sans incidents notables. Les premiers tours sont plutôt sympas puisque j'arrive à suivre la lourde Honda de Jean-Luc Vidal sans être en mesure de l'attaquer cependant.

 

Au 8è tour, au loop, Jean-Luc et Jean-Hugues Delobel s'accrochent. Je passe ce dernier qui est au bord de la piste et, au prix d'un gros freinage arrive à éviter de justesse le premier qui est à l'envers en plein milieu. Ouf !

 

 

 

 

Je peux continuer et bénéficiant enfin d'une piste libre vais pouvoir commencer à enquiller des tours en 1.07.x. Me voilà 8è avec 5 secondes de retard sur Marc Florkin. Je vais revenir sur lui assez vite, gagnant une demi-seconde à une seconde et demi au tour. Au début du 14è me voilà revenu à moins d'une demi-seconde. Je me sens évidemment plus rapide que lui à ce moment-là de la course mais il ne s'en laisse pas conter au volant de sa Lotus. A chaque tour j'essaie de le passer au freinage du loop mais ce n'est pas évident.

 

Au 18è tour je pense être passé et lui pense que j'ai renoncé comme aux tours précédents. Hélas il n'en est rien et nous sommes en fait dans l'angle mort de nos rétros respectifs. C'est donc aussi surpris l'un que l'autre que nous nous accrochons à l'entrée dans la courbe. Je reste en piste mais Marc, lui, est éjecté sur la gauche. Je crains un instant avoir causé son élimination mais heureusement il peut repartir et n'abandonnera qu'au tour suivant. Tristan Lefèvre ayant aussi abandonné de son côté, me voilà 6è, un peu perturbé mais je continue quand même.

 

J'ai alors une quinzaine de secondes de retard sur le 5è, Gianni Alvaro et autant d'avance sur celui qui me suit, Jean-Hugues. Autant dire que les 36 tours qui restent sont axés sur la gestion de la fatigue et de la concentration. J'ai aussi à négocier le passage des deux premiers qui me prennent un tour mais ça s'arrête là. Je tourne assez vite et assez régulier et me réjouit de retrouver et même d'améliorer de quelques secondes mon chrono de la course de 2008, époque où j'obtenais alors mes meilleurs chronos aux palettes avant de les abandonner à leur triste sort.

 

Mon retard n'a pas changé, je termine à une quinzaine de secondes de Gianni même si lui ne s'est pas fait prendre (de justesse) un tour par le vainqueur. Celui qui me suit est à près d'une minute, c'est dire si de ce côté-là je n'étais pas menacé.

 

Course satisfaisante, donc, en finissant 6è sur un serveur que j'ai accroché de justesse même si le circuit est un peu insignifiant, impression qui se confirme pour moi année après année.

 

Allez, rendez-vous pour la prochaine course sur le circuit de Bridgehampton, toujours aux USA et pour le championnat F1 Legends.

 

 COURSE 135 - 13.05.12 - PLANETE GPL - BRIDGEHAMPTON

Avant d'attaquer un entraînement je regarde toujours les temps de référence pour pouvoir me situer. Sur ce circuit le temps médian est de 1.34.3 et le temps moyen 1.36.5. Si on cherche ces mêmes chronos par châssis on voit que pour la Ferrari c'est 1.34.4 et 1.37 alors que pour la Brabham, alternative possible en ce qui me concerne, c'est 1.34.9 et 1.36.7.

 

Mercredi 9 mai je me lance donc en off pour une première séance-découverte avec la Ferrari : 15 minutes d'essais puis une course de 6 tours avec les AI. Le circuit s'apprend vite et ma première séance se solde déjà par un prometteur 1.36.7, soit sous le 1er temps de référence. C'est cependant plus les chronos des pré-qualifications F1 Legends qui vont retenir mon attention car ces chronos pris sur le GPL Rank ne sont guère significatifs vu que peu de chronos ont été déposés pour ce circuit.

 

Je fais une 2è séance du même genre dans la foulée et mes chronos s'améliorent logiquement, bien aidé par un setup signé Dark spécialement prévu pour cette piste. J'ai vite un nouveau pb de 1.35.5 avec un potentiel d'une seconde de mieux. A ce moment-là les choses s'annoncent bien puisqu'un temps de ce genre me permet déjà d'envisager une place sur le serveur 2, ce qui est toujours mon objectif initial.

 

Le lendemain je choisis la Brabham pour voir si elle peut me convenir sur ce circuit. Je pars sur des séances similaires à celle de la veille et tout se goupille bien. Je fais 1.34.6 puis 1.34.3 avec un potentiel en 1.33.6. Je connais maintenant déjà bien le circuit et je repars pour une 3è séance mais en revenant cette fois-ci à la Ferrari pour voir ce que ça pourrait donner à ce stade. Jackpot avec 1.32.9 et un nouveau potentiel en 1.32.5. J'en reste là mais le haut du serveur 2 commence carrément à me tendre les bras ce qui ne manque pas de m'étonner grandement.

 

Vendredi, retour en piste mais sur le serveur F1 Legends désormais car la course n'est plus que dans 2 jours. Je commence par une séance de 20 minutes qui me permet déjà de m'améliorer encore un peu avec un 1.32.7 et un potentiel qui passe pour la 1ère fois sous les 1.32. Ensuite j'enchaîne avec 2 séances d'une demi-heure qui m'amènent à obtenir un 1.32.6 puis 1.32.19 et un potentiel de 1.31.6. La ça devient carrément stratosphérique puisque je me retrouve avec un chrono qui pourrait m'ouvrir les portes du serveur 1, ce qui ne m'est encore jamais arrivé.

 

En fin de journée je retourne sur le serveur pour voir si par hasard je peux aller sous les 1.32 puisque dans les 3 séances précédentes mes potentiels me le laissaient envisager. Ça me permettrait, là, d'être quasiment sûr d'être sur le serveur 1. Je commence à bloquer un peu visiblement puisque j'en reste à 1.32.5 et un potentiel seulement à 1.32.1. Une dernière séance me permet de me rassurer et je signe ce qui sera mon pb avec un 1.32.17. En ce vendredi soir je crois rêver : j'ai le 9è temps provisoire. Incroyable !

 

Samedi je fais encore trois séances mais il faut que je me rende à l'évidence, je n'arriverai pas à passer sous les 1.32 : 1.32.4 avec un potentiel de 1.32.1 puis 1.32.3 avec un potentiel de 1.31.7 et 6 tours seulement dans l'heure sous les 1.33. Il est temps d'en rester là car la dernière séance est encore moins bonne avec un 1.33 tout rond seulement en 14 tours. J'en quitte même la séance avant la fin car je me rends bien compte que je commence à saturer. A vouloir tenter différentes approches je risque seulement de perdre des automatismes qui peuvent me convenir.

 

J'ai une autre inquiétude étonnante et elle concerne le setup qui, bien que dédié, semble m'amener à bien taper dans le moteur au bout de la ligne droite des stands. Je mets ça dans un coin de ma tête et me dis qu'on verra bien demain. Comme je n'ai pas testé la voiture avec le plein (PAS BIEN !) j'essaie de me dire que, plus lourde, la belle italienne montera peut-être un peu moins haut dans les tours au bout de cette inquiétante ligne droite. Inquiétante à plus d'un titre, d'ailleurs, car je n'ai toujours pas trouvé un bon repère visuel dans la première courbe qui part à droite de manière masquée. J'improvise de manière plus ou moins judicieuse à chaque fois.

 

Du côté des chronos des pré-quals je commence à croire de plus en plus pouvoir garder ma place sur ce serveur 1 inattendu.

 

Dimanche vers 13h00 c'est confirmé, j'y suis ! Grand moment... Avec mon 1.32.17 je suis 12è sur 14 sur le 1, ma place s'étant jouée à pas grand chose, le 1er du 2 ayant fait 1.32.26.

 

Le soir je n'ai pas d'autre ambition que de finir la course et globalement bien figurer. Je m'attends à ce que Maxime Lenclen, Christian Michel et le jeune rookie Émile Sauvaire, les trois meilleurs du serveur 2, me devancent - car nos chronos aux préquals étaient très proches - mais j'espère que ça en restera là.

 

Lors des essais, j'espère au moins faire un temps sous les 1.33 pour justifier ma présence pour la première fois à ce niveau mais ce n'est pas évident. J'essaie de gérer tout ces avions de la D1 en essayant de ne pas les gêner mais je suis clairement en décalage avec le niveau du serveur. J'arrive tant bien que mal à faire 9 tours lancés mais je ne fais qu'un pauvre 1.32.95 assez tôt dans la séance sans pouvoir faire mieux ensuite. Enfin, l'honneur est sauf. Je suis évidemment au fin fond de la grille au moment du départ, seul un pilote faisant habituellement les essais avec le plein n'ayant pas passé la barre des 1.33.

 

Au départ tout le monde s'élance bien et je passe Jean Guéli qui était à ma droite, sur la ligne précédente. Dès le premier tour certains pilotes partent à la faute. A gauche de la piste Patrick Cornu et, à droite, Titi Douet explorent tous deux les décors. Bilan pour moi, un gain de 2 places et me voilà donc 10è au début du 2è tour. Après Echo Valley c'est Gilles Sounier qui se sort et je passe 9è avant que Patrick Cornu ne me dépasse à son tour, entamant sa remontée vers la tête de la course. Au début du 3è tour c'est Rolf Halbheer qui est en bord de piste. Franck Behra aussi alors que Patrick Cornu se sort à nouveau devant moi. Me voilà donc 7è au début du 4è tour.

 

Dans les tours qui suivent j'arrive plutôt bien à suivre deux Ferrari qui me précèdent, celles d'Éric Libourel et de Benoît Souriau, ce qui m'encourage. A ce moment-là je tourne plutôt pas mal, en 1.34.x, ce qui sera le cas jusqu'au tour 11.

 

Au 10è tour je suis désormais 6è, Tom Guérout ayant du abandonner, butant sur un attardé en perdition. J'entame le 13è tour à nouveau 7è, Patrick Cornu m'ayant dépassé une fois de plus et tentant une deuxième fois d'aller chercher une bonne place à l'arrivée. Dans la foulée je reperds deux places, Rolf Halbheer et Franck Behra me repassant après leurs mésaventures du début de course.

 

Au 16è tour Éric Libourel s'est loupé mais il peut repartir juste devant moi ce qui remet du piment dans ma course. Deux tours plus tard c'est Titi Douet qui remonte vers l'avant et me passe, me remettant à la 10è place.

 

A la mi-course et peu après des pilotes ont des problèmes informatiques et je gagne ainsi plusieurs places. Je me retrouve alors à nouveau 7è au début du 24è tour. Il reste encore près de la moitié de la course à disputer et le moment est venu de passer en mode gestion. J'ai mal aux bras, peut-être un peu crispé par l'enjeu et l'envie de finir cette première course en D1. Du coup mes chronos s'en ressentent et mon rythme chute nettement mais je continue tant bien que mal.

 

Reste à gérer le passage des trois premiers qui me prennent un tour et Philippe Renaud, Tristan Bot et Patrick Cornu me passent sans être, j'espère, trop gênés par ma présence. En fin de course, au 35è tour, Éric Libourel casse le moteur de sa Ferrari alors que je j'essaie de mon côté de ménager celui de la mienne et aller chercher ainsi au bout des 5 derniers tours une 6è place aussi inattendue qu'agréable.

 

Mon voyage au pays des meilleurs s'est bien passé et me laissera d'autant plus de souvenirs que je vais sûrement devoir attendre longtemps avant de pouvoir, qui sait, y goûter à nouveau.

 

COURSE

DATE

MOD LIGUE

CIRCUIT

DIV CLASS
123 08/01/2012 67 PGPL DAYTONIGHT x 2E/14
124 29/01/2012 67 PGPL TORONTO 95 x 7E/14
125 05/02/2012 67 F1L MOSPORT D2/3 4E/14
126 19/02/2012 67 F1L LEIPZIG D2/3 3E/14
127 26/02/2012 67 PGPL HEN x 9E/13
128 04/03/2012 67 F1L KYALAMI D2/3 2E/14
129 18/03/2012 67 F1L EDMONTON D2/3 1ER/13
130 25/03/2012 67 PGPL BIKERNIEKI x 9E/14
131 01/04/2012 67 F1L MEXICO D2/3 7E/13
132 15/04/2012 67 F1L SEBRING 67 D2/3 5E/13
133 22/04/2012 67 PGPL ROY HESKETH x 10E/14
134 29/04/2012 67 F1L WATKINS GLEN D2/3 6E/13
135 13/05/2012 67 F1L BRIDGEHAMPTON D1/3 6E/14

LE BILAN : 2012 / TOTAL

          13      13       3       1      

 135     107      26      8

Prochain rendez-vous sur le circuit de Buenos Aires pour la prochaine course du championnat Planète avant la terrible épreuve qui suivra, sur le terrifiant circuit du Nurburgring, pour le championnat F1 Legends.

Sauvegarder en PDF



07/04/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 115 autres membres