A MOI LE BAQUET - ETE 2012 - CHAMPIONNAT EN OFF - SAISON 2 - 03-13.08.12

 

 A MOI LE BAQUET - ETE 2012 - CHAMPIONNAT EN OFF - SAISON 2 - 03-13.08.12

Vendredi 3 août 2012. Après quinze jours de break, retour en piste pour une 2è saison de championnat en off. Après un début en fanfare lors du championnat précédent (2 victoires en 3 courses), la suite en demi-teinte et l'accrochage avec mon coéquipier Amon, alors leader du championnat, lors de l'avant-dernière manche, ont eu raison de mes relations avec la scuderia. L'inter-saison m'offre finalement un baquet chez Brabham ce qui, j'espère, devrait me permettre de me relancer aux côtés de Jack Brabham et Dennis Hulme.

 

Avec une AI à 1.02, correctement étalonnée (voir dernier article de la rubrique "sous les jupes"), l'objectif est simple : la pole est jouable sur chaque circuit pour peu que j'arrive avec cette Brabham à m'approcher de très près de mes meilleurs chronos Ferrari. Pas gagné mais faisable et motivant pour découvrir vraiment cette petite trottinette.

 

 COURSE 1 - 05.07.12 - KYALAMI

Lors des essais j'espère faire un 1.22 voire un peu en dessous pour m'approcher de mes pb Ferrari (1.21.45/1.21.36). C'est chose faite au 4è tour avec un 1.22 tout rond puis un 1.21.9, 2 tours plus tard. Sur la grille ce bon chrono me place sur la première ligne, devançant d'à peine un centième mon nouveau patron, Jack, mais battu par Clark qui affiche un 1.21.72.

 

La course lancée, j'effectue le meilleur démarrage, laissant littéralement sur place mon voisin de droite, voisin qui est même presque débordé par un Gurney en pleine bourre, parti 4è.

 

J'entame le 2è tour avec une seconde d'avance sur Clark. Mon avance est doublée au début du 5è tour. C'est au début du tour suivant que survient un incident qui aurait pu me causer beaucoup de soucis : un programme qui tournait en fond à du s'arrêter et d'un coup je n'ai plus de son. La barre bleu de Windows apparaît en bas de l'écran en clignotant au dessus de l'image du jeu. Ça ne m'empêche pas de rouler mais c'est très perturbant et il me reste donc plus de la moitié de la course à effectuer sans le son.

 

Hyper-concentration nécessaire pour rouler comme ça. Après coup je me suis rendu compte qu'un seul clic sur cette barre bleue aurait suffit pour que tout rentre dans l'ordre mais impossible de tenter quoi que ce soit pendant la course. J'améliore mon pb Brabham de 5 centièmes au 5è tour, juste avant l'incident et fais ensuite un tour en 1.24.5 au tour 6 avant de me reprendre. De 3.3 secondes mon avance est tombée à 1.5 à cause d'une petite sortie à Barbeque Bend où je vais faire un peu la tondeuse sans perdre mon cap.

 

Je m'étonne de mon 7è tour, surtout dans ces conditions, faisant un 1.21.55 soit à peine à un dixième de mon pb Ferrari (embrayage). Résultat, Clark est à nouveau à presque 3 secondes. Les cinq derniers tours se déroulent sans incidents puisque je tourne entre 1.22.2 et 1.23.1 et termine avec ces même trois secondes d'avance sur l'écossais. Dommage de n'avoir guère profité de toute cette fin de course sans le son. Pas évident et à ne surtout pas rééditer.

 

 

 

 

Allez, direction la principauté pour le Grand Prix de Monaco où j'espère un chrono correct pour être bien placé au départ. Après, en course, advienne que pourra.

 

 COURSE 2 - 04.08.12 - MONACO

Après de beaux débuts avec ma nouvelle monture il me faut confirmer sur une piste sur laquelle je ne suis pourtant que très rarement à mon aise. Monaco, sa jet-set, ses palaces et surtout son circuit.

 

Lors des essais j'ai du mal à comprendre comment j'ai pu faire 1.29.6 en Brabham il y a quelques semaines lors d'une très brève séance de 5 ou 6 tours. Après un 1.31.3 au 2è tour lancé il faut que j'attende le 7è tour pour faire un autre tour potable et encore il ne s'agit que d'un 1.30.41 suivi d'un 1.30.36 au tour suivant, le 8è et dernier. Cela me met 3è sur la grille ce qui est déjà pas mal, Clark me devançant de 4 centièmes et Amon signant la pole en 1.29.5.

 

Au départ, Hill, à ma gauche, prend l'avantage sur moi et je me retrouve 4è. A la fin du premier tour je reste en contact avec le trio de tête mais j'ai déjà creusé un peu l'écart avec Rodriguez (1.5 seconde). Au début du tour suivant notre quatuor continue de creuser un écart qui se porte alors, derrière moi, à 3 secondes. Je bute sur Hill qui est clairement moins rapide que moi mais le passer est bien difficile ici.

 

A la fin du 3è tour, avant l'épingle Gazomètres, je pars en tête-à-queue et vais heurter Hill. Il peut repartir et je lui emboîte le pas avant que Hulme, désormais 5è, ne me passe. Amon et Clark se sont envolés pendant ce temps-là et comptent désormais plus de 5 secondes d'avance. Après cet accrochage je suis un peu énervé de pousser derrière Hill sans pouvoir passer. A la fin du tour, encore à Gazomètres, je loupe un peu mon freinage et heurte à nouveau Hill par l'intérieur. Cette fois je repars devant Hill. Pas très fair-play mais c'est du off alors je me lâche un peu.

 

A la fin du 6è tour je m'embourbe tout seul à Gazomètres et perds 4 bonnes secondes en refusant de faire une marche arrière mais peut repartir devant Hill. Me voici à 8 secondes de Clark et près de 10 d'Amon au début du 7è tour. A partir de ce moment-là je repars le couteau entre les dents et fais une bonne série avec 4 tours entre 1.30.1 et 1.30.3. Au 10è tour je passe Clark, embrayage cassé, avant Massenet.

 

Nous sommes au 2/3 de la course et j'entame le 11è tour, second, à un peu plus de 5 secondes d'Amon. Je vais alors sortir les chronos que j'espérais aux essais : une amélioration d'un quart de seconde au 11è tour avec un 1.29.36 puis un 1.29.28 au 12è. Ho ho, me voilà 4 centièmes sous le rank. Inouï !

 

Début du 13è tour, encore 3 boucles et je n'ai plus que deux secondes de retard sur Amon. J'en viens à croire à la victoire. A l'épingle de la gare et a Portier je suis juste derrière le leader. Encore faut-il pouvoir le passer. Pas facile ici ! Je suis plus rapide que lui, ayant signé largement le meilleur tour en course, mais ça ne va pas suffire.

 

J'attaque trop et vais heurter une glissière au niveau du tunnel. Après, je ne suis plus dans le rythme et me loupe à la chicane du port. Deux taq plus tard je peux repartir mais Amon a filé, définitivement cette fois. J'avais heureusement une vingtaine de secondes d'avance sur Gurney et je termine tant bien que mal en 1.36.6, 1.36.5 et 1.35.3.

 

Finalement c'est une bonne course, un peu trop nerveuse, mais le résultat vaut la peine : second à une quinzaine de secondes du vainqueur et avec une marge de près de 7 secondes sur Gurney.

 

 

 

 

Je conforte ma place au championnat en espèrant continuer dans la bonne voie à Zandvoort, un circuit qui me convient bien mieux.

 

 COURSE 3 - 05.08.12 - ZANDVOORT

Après deux bons résultats j'arrive à Zandvoort en souhaitant enfoncer le clou. Aux essais j'espère m'approcher de mon pb Ferrari, 1.27.6, ou au moins aller sous les 1.27 mais je me rends vite compte que ce n'est pas si facile. Il faut vraiment secouer la Brabham dans les parties sinueuses pour compenser le temps qu'on peut perdre dans les parties rapides et en particulier la ligne droite des stands.

 

La réussite n'est pas au rendez-vous et c'est peu de le dire : un second tour lancé en 1.29.11 suivi de 1.28.97 et 1.29.00 mais ensuite 4 tours encore moins bons avec un 8è seulement sous les 1.30. Sur la grille ça me met 3è avec près de 2 dixièmes de mieux qu'Amon. Clark et Brabham sont en 1ère ligne avec 1.27.47 et 1.28.03.

 

Au départ je suis à gauche de la piste, en fait en première ligne, Clark à droite et Brabham au milieu. Je m'élance très bien et prends la tête devant Brabham et Gurney qui a passé Clark. Après, je pars dans l'herbe à droite à Pulleveld mais me rattrape et continue en tête, entamant le second tour avec une seconde et demi d'avance sur mon premier poursuivant.

 

Je continue ma course de belle manière et obtiens enfin un bon chrono avec un 1.28.43 au 5è tour, qui est le meilleur chrono en course et mon nouveau pb Brabham, loin quand même de celui en Ferrari. 1.28.97 au tour suivant et j'entame le 7è tour avec  trois secondes et demi d'avance sur Brabham. Ce 7è tour qui boucle la mi-course ne me réussit pas : je me loupe à Hugenholtzbocht, à l'intérieur de l'épingle, et mes tentatives de retour en piste sont catastrophiques, à tel point que douze voitures me passent avant que je ne reprenne la course.

 

Dès lors les jeux sont faits même s'il reste encore une moitié de course mais je continue quand même. Je passe Gurney, dont l'Eagle est mal en point, au début de la ligne droite des stands et débute le 8è tour en 12è position. Bof.

 

Début du 9è tour, je suis en mesure de passer Scarfiotti et le fais au bout de la ligne droite des stands. Entre Pulleveld et Huzaren Vlak j'essaie de passer Rodriguez mais ce n'est pas évident car il navigue d'un côté à l'autre de la piste. Je le passe au niveau des stands mais, alors que nous sommes côte à côte, il freine plus tard que moi. Je suis à l'intérieur mais doit freiner en catastrophe et pars dans l'herbe à l'intérieur du premier virage. Ressortant de l'herbe et revenant sur la piste je ne peux éviter dans la courbe la voiture de Rodriguez. Il peut continuer sans encombre mais je fais à nouveau un tête-à-queue et suis repassé par Scarfiotti. Je m'embourbe encore dans l'intérieur de ce virage et perds une fois de plus un bon paquet de secondes. Une bonne dizaine au bas mot. Même Spence qui était pourtant loin à le temps de passer. Après avoir perdu plus de vingt secondes au 7è tour j'en perds sur ce tour là pas loin d'une quinzaine.

 

Début du 11è tour, je passe Spence sur la ligne par la droite et me rabats bien devant lui. A l'arrivée du virage il déboîte et me repasse. Je me loupe à Scheivlak et vais visiter l'herbe.

 

Au 13è tour, à Huzaren Vlak, j'arrive enfin à passer Spence une bonne fois pour toutes. Dernier tour, avant Gerlachbocht, je passe Rindt qui était 4è mais avance au ralenti. La course est fini ou presque, Scarfiotti ayant une dizaine de secondes d'avance. Me reste à passer, dans cette dernière boucle, Ligier puis Anderson qui sont à un tour et j'en termine à la 12è place.

 

 

 

 

Une course pour rien mais je ne peux m'en prendre qu'à moi-même. Il va falloir que je me reprenne très vite et ça passe par un bon résultat à Spa. En effet si je suis encore en tête au classement général je n'ai plus qu'un point d'avance sur Brabham et Amon. Chaud, chaud, chaud !

 

 COURSE 4 - 06.08.12 - SPA

Après une course de Zandvoort qui ressemblait plus à un naufrage qu'à autre chose, la manche de Spa, circuit que j'apprécie tout particulièrement, tombait à pic pour espérer faire à nouveau bonne figure. Petite interrogation cependant, puisque ce championnat est sous le signe de la comparaison entre mes performances Ferrari/Brabham : alors que j'ai été bien loin de mes meilleurs chronos à Zandvoort, qu'allait-il en être en Belgique ?

 

A ma grande surprise la réponse vient très vite puisque dès mon 2è tour lancé je fais un 3.23.7, surpassant de près d'une seconde mon meilleur chrono Ferrari. Bizarre. Serais-je en mesure très prochainement d'améliorer mon chrono Ferrari en ayant acquis dernièrement (rank en Eagle) une meilleure connaissance du circuit ? A voir... Je confirme ensuite avec un tour juste sous les 3.24 puis un nouveau pb en 3.23.4 au 4è et dernier tour des essais (potentiel de la séance juste sous les 3.22). Ce dernier chrono me permet de récupérer in extremis la 2è place sur la grille, Mc Laren me l'ayant subtilisé un temps avec un 3.23.6. Clark, lui, impérial, s'est assuré la pole en 3.22.6.

 

Sur la grille je me retrouve donc au milieu des deux, Clark à ma gauche et Mc Laren à droite. Je ne suis guère friand de ces départs à trois ou quatre de front mais heureusement j'arrive à m'élancer au mieux et à m'extraire du sandwich où je jouais inconfortablement le rôle du jambon. Je prends donc le commandement de la course, vite suivi par Clark qui, d'abord débordé, à fini par prendre le dessus sur Mc Laren.

 

J'entame le second tour avec une seconde et demi d'avance sur Clark qui me suit de près sur certaines portions du circuit sans pouvoir attaquer.

 

Tour après tour l'écart se creuse avec les pilotes qui me suivent, excepté Clark qui reste derrière moi avec une seconde à une seconde et demi de retard sur la ligne. Pendant le 4è tour il s'est rapproché jusqu'à être juste derrière moi, prèt à déboîter. Au début du 5è tour j'ai repris un peu d'air, une seconde, mais reste à la merci de la moindre petite faute. Il me bouffe à Stavelot que je négocie beaucoup moins bien que lui. Il se rapproche encore plus à la carrière. Je sens la menace mais j'assure mes freinages, mes accélérations, et me positionne de manière à ce que tout dépassement soit difficile. Je tiens, je tiens et boucle ce dernier tour avec tout juste une demi-seconde d'avance sur mon poursuivant. Ouf, il était temps que ça se termine.

 

 

 

 

Bon bilan, pour cette course, Clark s'adjuge le meilleur temps en course, battant mon 1.23.6 du 4è tour d'un centième, mais j'ai l'essentiel, les 9 points de la victoire et de l'air au championnat avec 8 points d'avance sur Brabham et 9 sur Amon.

 

 COURSE 5 - 07.08.12 - ROUEN

Avec mon 2.00.2 en Ferrari l'objectif en Brabham était de faire sous les 2.01. Lors des 5 premiers tours lancé j'en suis loin puisque je n'arrive qu'à faire deux tours sans incident et un 2.02.1. Le 6è et dernier tour est le bon en 2.00.4. Pas mal, seulement à 2 dixièmes de mon pb Ferrari ! Je fais même coup double, devançant au dernier moment Clark d'un gros centième et obtenant ainsi la pole.

 

Sur la grille de départ je me retrouve à droite avec à ma gauche Clark puis Gurney. Je m'élance très bien et prends la tête alors que Gurney prend l'avantage sur Clark après un moment d'incertitude. A la scierie, alors que j'ai déjà une bonne avance sur Gurney, ce dernier semble vouloir freiner beaucoup plus tard que moi. En fait il rate son freinage mais peut revenir en piste avant que Clark ne le passe. J'entame le second tour avec 2 secondes d'avance sur Gurney. Au 2è tour ce dernier se loupe à nouveau au même endroit mais, là, Clark peut le passer. Ça fait mes affaires et j'ai plus de trois secondes d'avance sur l'écossais au début du 3è tour.

 

Je fais ensuite de bons tours, 2.02.2, 2.01.4 puis 2.00.8 au 4è passage devant les stands. Ça me permet d'entamer le 5è tour puis boucler la mi-course avec près de 5 secondes d'avance sur mon premier poursuivant. Les quatre tours suivants se passent eux aussi sans encombre avec des chronos entre 2.00.7 et 2.01.3, alternant les boucles en 2.00.x et 2.01.x. C'est ainsi avec plus de 7 secondes d'avance sur Clark que je démarre le dernier tour. J'y suis court en essence mais boucle quand même en 2.02.7 et l'emporte avec encore près de 7 secondes d'avance sur Clark.

 

 

 

 

C'est un bon résultat qui me met en position très favorable face à mes opposants puisque je compte désormais presque autant de points que Clark et Brabham réunis.

 

 COURSE 6 - 08.08.12 - SILVERSTONE

Arrivée en Angleterre pour cette sixième manche sur le circuit de Silverstone. Après mes derniers bons résultats je suis dans l'expectative face à ce circuit que je trouve plutôt ennuyeux. Seule difficulté ou à peu près, les murets qui bordent la piste par endroit et dans lesquels il faut prendre garde de ne pas aller s'encastrer.

 

Sur ce circuit plutôt rapide je ne pense pas aller chercher mes chronos Ferrari d'autant que je j'y suis, avec l'italienne, déjà nettement sous le temps de référence du GPL Rank : 1.29.5 contre 1.30.9. J'espère donc aller chercher le rank mais ne pense pas pouvoir aller sous les 1.30.

 

Les essais vont concrétiser cette idée initiale puisqu'au 3è tour lancé je fais un 1.30.7, confirmé par un autre chrono du même acabit au tour suivant. Au 5è tour j'améliore un peu en passant sous les 1.30.5. Le 6è et dernier tour est raté et il est déjà temps de passer à la course. J'ai la pole et de loin, Clark ayant signé un chrono juste sous les 1.32, et nous sommes donc quatre côte à côte sur la 1ère ligne. Complètement à droite de la piste, près des murets (pas bon ça), je suis accompagné à ma gauche de Clark puis Gurney et Hill.

 

Je prends la tête sans aucune incertitude au tombé du drapeau alors que derrière moi c'est chaud entre les deux Lotus et Gurney mais c'est finalement ce dernier qui peut prendre mon sillage après le premier virage. Je suis parti pour survoler les débats puisque je débute le 2è tour avec déjà 2 secondes d'avances sur mon premier poursuivant. La suite ne va que confirmer ce début puisque les 5 tours suivants sont bouclés avec des chronos compris entre 1.30.2 et 1.31 (1.30.2 et 1.30.3 aux 4 et 5è tours).

 

L'écart se creuse de 2 secondes à chaque tour et c'est donc 16 secondes d'avance que j'ai au début du 8è tour. Ce tour va m'en jouer un puisque je me plante à Stowe et heurte un muret à l'extérieur du virage. Dès lors la course change complètement. Mon cavalier seul se mue en mode survivor et la voiture devient presque inconduisible : instable à l'accélération mais encore plus au freinage. Il me faut assurer tous les virages avec la plus grande prudence. Les cinq derniers tours sont très compliqués et je tourne alors entre 1.33.7 et 1.37.

 

L'écart sur Clark fond et passe à 14, 12.5, 10 puis 7 secondes. Je fini avec seulement 4 secondes d'avance sur lui et encore, a-t-il peut-être été un peu gêné dans le dernier tour par Ligier à qui il prenait un tour ? Quoi qu'il en soit il était vraiment temps, une fois encore, que ça se termine.

 

 

 

 

Encore une course qui se termine bien pour moi et qui m'apporte la victoire. Quelle issue pour la prochaine course ? Ça risque d'être beaucoup moins simple. Au championnat, que ce soit pour le titre pilote ou constructeurs, l'option est bien prise et, comme Brabham, je joue maintenant clairement le titre.

 

 COURSE 7 - 09.08.12 - NURBURGRING

Retour au Ring après l'impasse faite en Ferrari lors du championnat précédent. L'objectif, si tant est que je puisse m'en fixer un, serait de faire un chrono sous les 8.50 lors des essais. Faire sous les 8.40 me semble utopique même si mon pb en Ferrari est en 8.36.x vu que jusque-là je n'ai fait que 6 tours sous cette barre dont 4 en 2008 et 2009.

 

Aux essais je fais un 1er tour lancé non chronométré où je me sens plutôt à l'aise et j'arrive à poursuivre sans faire de faute pour signer un 8.49.4 puis un 8.42.3. Ça me met 11è sur la grille à 3 dixièmes de Rodriguez et avec près d'une seconde d'avance sur Scarfiotti.

 

Sur la grille je suis en troisième ligne, complètement à gauche, avec à mes côtés Rodriguez puis Hill et Rindt. Le départ est un morceau d'anthologie : je pars mieux que mes trois voisins mais surtout je profite du fait que la seconde ligne n'est constituée que de trois voitures. En plus, à gauche de cette ligne il y a Surtees sur sa lourde Honda qui peine à s'élancer et je n'ai donc qu'un tout petit écart à faire à gauche pour le passer. Mes trois voisins, eux, restent bloqué par la 2è ligne et, en plus de Surtees, par les Eagle de Mc Laren et Eagle qui, elles, sont bloquées par la 1ère ligne. En cinq secondes je me retrouve donc virtuellement en 5è position avec les deux Eagle à ma droite mais un peu en retrait et un peu devant eux la Lotus de Clark.

 

Je passe même Clark dans la foulée mais il se reprend et je n'insiste pas, préférant le laisser reprendre sa place. Au moment ou la piste se rétrécit, les places se figent un instant, me donnant la 5è devant les 2 Eagle. A l'arrivée vers le 1er virage à gauche, Amon qui était aux prises avec les 2 Brabham de Brabham et Hulme se trouve un peu embarqué vers la droite par celle de Hulme et finit par sortir dans l'herbe, ratant son virage. C'est l'abandon immédiat pour lui. En ce qui me concerne me voilà donc 4è avec un paquet de pilotes m'ayant devancé aux essais qui vont piaffer derrière moi. Stressant.

 

Les trois premiers s'échappent déjà mais je les suis des yeux et arrive à adopter un rythme qui me permet de ne pas bouchonner Mc Laren.

 

A ma grande surprise je boucle le tour de lancement en 8.42, sois juste sous mon meilleur chrono des essais. Ça ne pouvait pas mieux commencer. J'ai quatre secondes et demi d'avance sur Mc Laren et autant de retard sur Brabham.

 

Devant moi je vois encore les voitures qui me précédent de loin en loin mais le trou continue de se creuser et pourtant j'actionne : je fais même mon pb à ma grande surprise, l'améliorant de près d'une seconde avec un 8.35.4. J'ai huit secondes de retard et six d'avance sur les pilotes qui m'encadrent. Autant dire qu'au vu de mon chrono je suis euphorique et hyper-concentré, quasi en état second. J'en viens à croire à cette 4è place à l'arrivée.

 

Le dernier tour se passe aussi bien et je le boucle avec un chrono très proche du précédent (1/10 d'écart) me forgeant un potentiel de 8.32.1. Brabham me devance de 13 secondes et Mc Laren me suit à 8 secondes.

 

 

 

 

4è : une reprise de contact vraiment surprenante et fructueuse et au final une course qui m'amène à nouveau des points et conforte ma place au championnat. Le plus dur est passé, ne reste plus qu'à dérouler !

 

 COURSE 8 - 10.08.12 - MOSPORT

Après mon incroyable résultat au Nürburgring, Mosport faisait figure de formalité mais il ne faut jamais se fier aux apparences. En théorie mon 1.23.25 en Ferrari devait me permettre d'aller sous le rank (1.23.13) en Brabham et même de frôler les 1.22.9. Ça c'est la théorie. En pratique je boucle 8 tours aux essais, presque tous pourris. Les seuls à peu près potables sont en 1.25.6 et 1.24.14. Celui-ci me permet d'arracher la pole à Clark pour 3 millièmes (re-merci les chronométrages modernes). Même pas un tour sous les 1.24, vexant ! Pour faire un chrono ici il faut prendre des risques sur les virages 2 et 4, en aveugle et en dévers, et maîtriser aussi la courbe 8, au bout de la seule ligne droite digne de ce nom de ce circuit. Vraisemblablement, même au volant de la Brabham, je n'en suis pas capable actuellement.

 

Sur la grille je suis tout à droite avec Clark à ma gauche et Brabham à la sienne. Brabham et moi nous élançons mieux que Clark et abordons côte à côte le premier virage. Brabham semble prendre la tête mais je suis à l'intérieur de la courbe et finalement c'est moi qui prends l'avantage et en ressort en tête.

 

J'entame le 2è tour avec 2 secondes d'avance sur mon coéquipier et patron. A partir de là ma course va se jouer très tranquillement avec des chronos entre 1.24.0 et 1.24.8 : 1.24.1 aux 5è et 6è tours et 1.24 au 9è. Je débute le 10è tour avec 10 secondes d'avance sur Clark, désormais second.

 

Autant dire qu'à 4 tours de la fin la course est quasiment gagnée. Le quasiment fait toute la différence. Je me loupe sur la bosse qui précède le virage 8 et, dans la foulée, le rate complètement. J'y perds une douzaine de secondes et démarre le tour suivant avec seulement 2 secondes d'avance sur Clark. Au début du 12è tour j'ai repris le large avec près de 6 secondes d'avances sur Clark faisant, à ma grande surprise, enfin un tour sous les 1.24 (1.23.92). Je passe Ligier (à 1 tour) sans problème dans ce 2è tour entre 2B et 3. En arrivant à 5C je fais une erreur que j'avais pourtant bien identifié aux essais : passer de 5 en 3 sans avoir assez ralenti. La sanction est immédiate et je pars en tête-à-queue. Je heurte les glissières violemment et le côté droit de ma voiture est durement touché. Ligier est repassé mais surtout Clark, dans un souffle, alors que je me relançais au milieu de la piste avant Moss. Gurney est juste derrière moi.

 

Il ne reste alors qu'un peu plus de 2 tours et je crois encore pouvoir terminer au moins 2è voire même repasser Clark avant l'arrivée. Arrivée sur la bosse c'est là que je constate vraiment l'état de la voiture. Je repars en vrac et Gurney ne peux m'éviter et m'accompagne dans les dégagements du virage 8. Il repart et 6 autres voitures me passent avant que je ne puisse reprendre la course.

 

La voiture est totalement inconduisible et je bouchonne 4 autres voitures. Je repars en sucettes à 2A et elles passent. C'est la déroute totale dans cet avant-dernier tour. Je repars mais me loupe à nouveau à 4 et la voiture tape encore. Je commence à me faire à l'idée que je ne vais même pas pouvoir finir. Nouveau taq entre 5A et Moss. Idem entre Moss et 5C. Deux autres pilotes passent et je dois être maintenant 15è. J'arrive à ne pas me sortir à 8 mais c'est à 9 que je sors à nouveau de la piste. Cette fois c'est la fin, je perds ma roue avant droite qui ne devait plus tenir que du branle.

 

 

 

 

Clark s'impose et se relance complètement au championnat dans cette course qui a tourné pour moi au cauchemar. Tout peux basculer en une course puisqu'à 3 manches de la fin je n'ai plus que 6 points d'avance. Monza mais plus encore Watkins Glen seront décisifs pour ne pas devoir tout jouer à Mexico.

 

 COURSE 9 - 17.07.12 - MONZA

Avec un pb en Ferrari en 1.29.3 il est hors de question d'aller titiller ce chrono en Brabham sur ce circuit très rapide. L'objectif est de faire sous le rank (1.30.2) ou, cerise sur le gâteau, aller carrément sous les 1.30, rien de plus. Mais avant tout, c'est en course qu'il faudra réussir et ne pas faire comme à Mosport afin de prendre des points, si possible, sur Clark, toujours menaçant au championnat.

 

Au 3è tour des essais je signe un 1.30.3 et prends vite mes repères pour faire enfin un 1.30.08 au 6è tour, confirmant avec un 1.30.12 au 12è et dernier tour. Ce temps me donne la pole largement, Clark et Gurney se tenant de très près, tous deux tout juste sous les 1.31.

 

A ma gauche j'ai donc Clark puis Gurney et je m'élance mieux qu'eux au tombé du drapeau. le premier tour se passe sans soucis et je devance Clark d'une seconde et demi au début du 2è. Ce que j'aurais pu faire à Mosport je vais le faire là. Il faut dire que les deux circuits ne présentent pas du tout la même difficulté. Ça aide.

 

1.30.7 au 1er tour lancé et 1.30.14 pour le dernier seront les hauts et bas de la fourchette, avec, au passage, un 1.30.16 au 6è tour. Autant dire que cette course fut sans histoire et je l'emporte avec plus de 18 secondes d'avance sur Clark qui, devançant Gurney de quelques dixièmes, reste bien placé au championnat.

 

 

 

 

Le challenge est simple maintenant pour la course de Watkins Glen : finir devant Clark pour m'assurer le titre et ne pas être à la merci d'un imprévu à Mexico.

 

 COURSE 10 - 19.07.12 - WATKINS GLEN

Cette 10è course est l'occasion de me mettre à l'abri de Clark. Finir devant lui est donc mon objectif principal pour cette course. Je fais un 1.07.16 au 8è tour ce qui me met largement en tête des essais puisque Clark est second avec 1.07.9. Je me rapproche du Rank (1.06.9) au tout dernier tour des essais avec un 1.07 tout rond.

 

Au départ de la course, l'espace d'un instant, je suis à deux doigts de partir en tête-à-queue, ma voiture pointant dangereusement vers la gauche sous le coup d'une accélération un peu trop forte, mais je redresse le tir. Je suis à droite de Clark, parviens à m'élancer mieux que lui, malgré cette petite alerte, et prends la tête. Première mission accomplie. Reste à faire une course comme celle de Monza plutôt que de Mosport.

 

Mes premiers tours lancés se passent bien puisque je tourne sous les 1.08 puis j'accélère encore le rythme au 5è tour passant enfin sous le rank, ce que je n'avais pas fait aux essais : 1.06.86, puis 1.06.88 et enfin 1.06.73 au 7è tour. J'ai alors près de 10 secondes d'avance sur Clark au début du 8è tour. Tout se passe bien, je me constitue un petit matelas et roule régulier et sans faire de fautes. Mes pneus sont à bonne température, excepté l'avant droit qui peine un peu à chauffer.

 

Après, sans avoir l'impression de ralentir la cadence, mes chronos baissent un peu : entre 1.07.2 et 1.07.5 sauf le 11è où je fais 1.08.5, ayant eu du mal à prendre un tour à Irwin. Au début du 14è tour j'ai près de 17 secondes d'avance sur Clark mais me rends compte que j'ai prévu un peu trop juste en ce qui concerne l'essence. Je ralentis donc pour tourner entre 1.09.5 et 1.11 sur les 4 derniers tours et conserve finalement près de 10 secondes de marge sur mon adversaire au championnat.

 

 

 

 

Me voilà titré avant même Mexico, ce qui va me permettre d'aborder cette dernière course en toute décontraction.

 

 COURSE 11 - 13.08.12 - MEXICO

Titre en poche, ma venue à Mexico n'est que le prétexte à bien figurer voire même, pourquoi pas, terminer la saison en beauté avec une nouvelle victoire. Accessoirement, voir ce que vaut la Brabham sur une telle piste. Si elle est agile sur les parties sinueuses elle peine à compenser le temps perdu sur les parties droites et en particulier la ligne des stands.

 

Ainsi je ne pense même pas à aller titiller mon pb Ferrari (1.49.3) mais espère m'approcher du temps du rank, 1.50.5. Las, ce n'est pas si simple : en un quart d'heure d'essais je ne réussis qu'un tour sous les 1.51 avec un 1.50.84. Bof, ce n'est déjà pas si mal. En tous cas ça me donne la pole, Clark ne signant qu'un temps juste sous les 1.52.

 

Une fois de plus j'arrive à bien m'élancer et prends l'avantage sur Clark placé à ma gauche. Comme à Monza la course ne va être qu'un simple cavalier seul et je tourne régulier entre 1.51.3 et 1.52.4. Tout juste un petit 1.50.97 au 9è tour potentiel (1.50.2) et un 1.53.3 lors de la boucle suivante, gêné par des pilotes à qui je prenais un tour en terminant la course. Ma voiture heurte un peu les glissières de Peralta mais le drapeau à damier est quand même pour moi et je m'impose pour cette dernière course avec une bonne quinzaine de secondes d'avance sur Clark.

 

 

 

CHAMPIONNAT OFF 2012 - SAISON 2 - LE BILAN

          11      10       1       7

 

Au championnat je finis donc avec une belle avance sur Clark et Brabham est titré avec une avance encore plus importante sur Lotus. Rendez-vous à Kyalami pour une nouvelle saison.

 

Sauvegarder en PDF



03/08/2012
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres