A MOI LE BAQUET - COURSES 123 A 130 + MASTERS - 14.01-31.03.12

 

 A MOI LE BAQUET - COURSES 123 A 130 - 14.01-31.03.12

+ COURSE DES MASTERS - 29.01.12

Cinquième année en online qui commence et suite de mes récits de course sur toutes les pistes de la planète.

 

COURSE 123 - 08.01.12 - PLANETE GPL - DAYTONIGHT

 

 

Mercredi 4 janvier, après 2 bonnes semaines de trêve il est temps de démarrer l'année 2012 avec l'unique séance d'entraînement de la course de Daytonight.

 

En octobre, lors des essais de la séance de test j'avais pris la Ferrari, comme d'habitude, et signé un 46.2 qui me mettait loin des meilleurs (45, 45.2). Vu le peu d'apprentissage nécessaire sur un tel circuit c'est le choix du châssis qui détermine tout.

 

Je me suis donc décidé à prendre pour la première fois l'Eagle en pensant, qui sait, aller titiller les meilleurs grâce à la véloce américaine.

 

Ce mercredi c'est donc un 45.52 qui me mettait 4è sur une grille de 11 voitures. Une course régulière me permettait de finir 3è avec un pb en 45.46. De bon augure pour la course.

 

Le dimanche c'est à quatorze qu'on est réunis pour cette course sur ovale où tourner en rond prend vraiment tout son sens.

 

La séance d'essais se passe bien et me permet d'améliorer encore mon pb ce qui me met, là encore, 4è. Grâce à un 45.3 je repousse de peu les 45.443 de Titi Douet et C Lefuret. Devant moi c'est un tir groupé de pilotes ayant passé la barre des 45 secondes, mon leader Frédéric Blanchot signant un 44.92, Maxime Lenclen et Jean-Luc Vidal faisant, eux, 44.93 et 44.99.

 

Le drapeau vert tombe et c'est parti pour 76 tours à fond. Tout le monde s'élance avec la prudence réclamée avant la course. Je suis 4è pendant les premiers tours, C Lefuret dans mes roues, Titi Douet et Michel Fournié essayant de rester au contact au volant de leurs Honda. Au 11è tour mon poursuivant se porte presque à ma hauteur et je crains un instant d'avoir provoqué un accident. Après coup il semble qu'il n'en soit rien et C Lefuret est parti à la faute en touchant le muret extérieur.

 

A la fin du 16è tour, Frédéric ne peut éviter Michèle Bonnard qui a heurté le mur et il perd sa place en tête. Me voilà 3è au début du 17è tour. Frédéric pourra continuer mais finira par abandonner sur casse moteur.

 

Au 25è tour c'est Maxime qui ne peut éviter Eric Libourel qui a lui aussi heurté le mur. Me voilà second et débute alors une folle course-poursuite pour Maxime alors que, comme Eric, il a pu réparer aux stand. Il repart avec une quinzaine de secondes de retard sur moi.

 

Aux alentours du 54è tour je prends un 2è tour à C Lefuret mais nous tournons alors à peu près au même rythme.

 

Dix tours plus tard je suis revenu sur Michel qui est 6è et à qui je pourrais aussi prendre un 2è tour. Il ne reste plus qu'une dizaine de minute de course et je ne veut pas prendre de risque, pas mettre ma 2è place en danger d'autant que j'ai encore une avance d'une bonne dizaine de secondes sur Maxime. Dans la même seconde on trouve David Rainier, 5è, Michel, 6è, moi, intercalé, et C Lefuret, 7è.

 

Je laisse passer C Lefuret par prudence et pour qu'il puisse se mêler, avec son Eagle, à la lutte des deux Honda pour les deux dernières places donnant des points. Cette manœuvre lui sera fatale, hélas, mais à ce moment là je ne peux le deviner.

 

Au début du 66è tour (64è pour eux), alors que C Lefuret fait la jonction, Michel heurte l'arrière de la voiture de David. Les deux voitures partent en toupie et C Lefuret ne peux éviter la voiture de Michel. Il va valdinguer par dessus le grillage ce qui m'a sûrement sauvé. Sang-froid et chance me permettent de poursuivre ma course. J'évite les deux Honda grace à un gros freinage mais je n'aurais peut-être pas pu le faire avec un troisième obstacle. Derrière moi Michèle n'a pas autant de chance et heurte David qui lui fait face. C'est fini aussi pour elle.

 

 

 

 

J'entame les dix derniers tours avec à peine deux secondes d'avance sur Maxime qui a pu passer entre les gouttes sans perdre de temps. J'ai heureusement vite repris mes esprits et je suis reparti sur un bon rythme. J'ai trop d'essence pour cette fin de course mais je tourne bien et améliore même mes chronos des essais. Du coup Maxime me grignote ou perd un dixième au tour à peu près. Au passage on prend un tour à Eric qui est exemplaire pour ne pas nous géner. Je fini sur de jolis 45.20 et 45.25 et garde une seconde et demi d'avance sur Maxime. 2è sur cette course, je n'aurais guère pu rêver mieux pour démarrer l'année, Jean-Luc Vidal me devançant assez nettement et signant sa première victoire en ligne.

 

Allez, prochaine étape les Masters, sur le circuit de Mexico où je serai le tout petit petit poucet. Ca va être une autre paire de manche.

 

COURSE DES MASTERS 2011 - 15.01.12 - PLANETE GPL - MEXICO

Si vous me lisez régulièrement vous savez que je suis plus tortue que lièvre. Ceci m'a permit de terminer une grande partie de mes courses en 2011 et donc, la moitié des pilotes abandonnant en général, de finir souvent bien classé même si je n'ai obtenu qu'une victoire.

 

Ainsi, j'ai gagné ma participation pour la Course Des Masters que j'organise depuis quelques années. Avec le statut de petit poucet j'avais dans l'idée de me faire très discret, étant de loin le moins rapide du plateau. La piste choisie par la moitié des participants étant Mexico c'est sur ce circuit que nous allions rouler et je craignais de prendre un voire deux tours dans la vue par les meilleurs.

 

Pour cette course c'est huit des dix meilleurs pilotes de l'année qui étaient réunis avec 6 autres concurrents classés au delà de cette place dans le MultiGPLigues. On comptait parmi eux le rookie 2011, Maxime Lenclen, à qui j'avais envoyé une invitation.

 

Début 2011 j'avais participé à ma première Course Des Masters mais je n'avais pas pu finir l'épreuve. Mon premier objectif était donc qu'il en soit autrement cette fois ci.

 

Vendredi 13 janvier il était temps de faire un petit galop d'essai pour me remettre dans les pattes ce circuit que j'apprécie énormément même si ce n'est pas celui où je suis le plus véloce. Mon pb jusque là était en 1.51.19, à 7 dixièmes du rank. Lors des essais avec les AI je n'ai fait qu'un tour sous les 1.52, en 1.51.8. Ca m'a mit en 14è position sur la grille car j'avais programmé les AI pour que la pole soit aux alentours des 1.45.5, chrono probable lors de la course de dimanche. Ainsi Clark était en 1.45.3 et Brabham en 1.45.7.

 

Je me suis fait une bonne petite course en mode novice, bouclant les 6 tours à la 9è place, 3 autres voitures sur les talons. Au passage et à ma grande surprise j'ai battu mon pb au 4è tour en faisant un 1.51.02. Au tour suivant j'ai même encore amélioré et passé la barre des 1.51 avec un 1.50.74. Bref, une bien belle préparation qui m'a au moins permit d'améliorer mon meilleur chrono ce qui valait bien le coup.

 

Le jour de la course j'arrive à faire un 1.51.4 lors de mon premier tour lancé mais ensuite je ne fais rien de bon. J'ai beau essayer de m'insérer dans le trafic sans gêner, rien n'y fait. Même si le circuit de Mexico est vaste et que nous ne sommes que 14 en piste, impossible de ne pas être rapidement rattrapé par un pilote tellement les autres sont plus rapides. Au final ça ne change pas grand chose. Même en tutoyant mon pb j'aurais largement été bon dernier sur la grille, Eric Libourel qui est à mes côtés au moment du départ ayant signé un chrono en 1.49 tout rond. La pole revient à Philippe Renaud en 1.45.9.

 

Au premier virage je passe Titi Douet qui est en travers en bord de piste. C'est ensuite Tristan Bot que je passe alors qu'il est dans la même situation. Je passe ensuite Frédéric Blanchot avant l'épingle alors qu'il est sur le bord de la piste, moteur cassé. Titi qui a reprit la course me passe devant les stands alors que nous entamons le second tour.

 

Au 3è tour Maxime part à la faute et je le passe de justesse. Il me repasse au début du tour suivant. Au premier virage il se loupe à nouveau et je le repasse. Il doit abandonner et me voici 11è.

 

Au 9è tour Michel Fournié a abandonné et je me retrouve 10è. Au tour suivant j'aperçois la voiture de Rolf Halbheer qui lui non plus ne peut continuer. Je récupère donc sa 9è place. Au 11è tour je pars en glissade mais j'arrive à ne pas me sortir. Plus de peur que de mal !

 

A mi-course je suis à plus de 30 secondes d'Eric qui est 8è. Il ne me reste donc plus qu'à gérer pour aller chercher, éventuellement, une place d'honneur. Frédéric Gubbels, le leader, me prend un tour juste à la mi-course (début du 18è tour).

 

Au 20è tour Patrick Cornu disparaît du classement et j'hérite de la 8è place alors que Philippe Renaud, second, me prend un tour. Au 24è tour Thierry Roget me prend un tour lui aussi alors que Philippe disparaît des radars et me voilà 7è. Au tour suivant c'est Titi qui quitte la piste et je me retrouve 6è.

 

Au 30è tour, le tourbillon des premiers se poursuit et c'est Camille Spada qui me prend un tour. A deux tours de la fin C Lefuret casse le moteur de sa Lotus et me voilà 5è au final. Je n'aurais pas misé là-dessus mais en bonne tortue j'ai finalement pas trop mal joué.

 

Voilà enfin définitivement tournée la page 2011. Viva 2012 ! En espérant que je puisse faire une aussi bonne saison...

 

 COURSE 124 - 29.01.12 - PLANETE GPL - TORONTO 95

Pour raconter ma 2è course de l'année (hors Masters) il faut remonter au 26 octobre. Ce jour là nous étions 13 réunis pour tester ce circuit, ce qui était bien sympa. Découverte du circuit pour les uns, poursuite de préparation pour les autres, Frédéric Blanchot, Titi Douet et Patrick Cornu étaient déjà bien affûtés signant aux essais des chronos entre 1.15 et 1.15.5. Ensuite ça décrochait nettement avec un 1.18.4 pour Maxime Lenclen. Moi je faisais 1.20 puis 1.18.9 pendant la courte course (15 tours) que je terminai 4è. Cette première prise de contact nous laissait entrevoir la difficulté d'un circuit en ville entièrement bordé de murets. Même Monaco semblait être un havre de paix en comparaison.

 

Très ancien, le circuit n'est pas un exemple de beauté mais, n'écoutant que son courage, Maxime s'est mis à l'ouvrage et nous a concocté un petit addon améliorant bien l'ordinaire et je profite de ce récit pour le remercier car il nous a gratifié depuis d'autres coup de pinceaux pour d'autres circuits du championnat ce qui fait bien plaisir.

 

Mercredi 18 janvier c'est donc sur un circuit plus agréable à l'oeil que nous sommes réunis pour une première séance d'entraînement. En petit comité ce jour là, puisque nous ne sommes que 8 aux essais et 7 pour la course programmée, là, sur 23 tours soit la moitié de la distance prévue pour le jour de la course officielle. Plus encore que lors du test on mesure sur une demi-heure la fatigue que génère un tel circuit où l'on n'a littéralement aucun répit. En ce qui me concerne j'ai délaissé pour une fois la Ferrari que j'avais prise pour le test et ai choisi la Brabham, plus à l'aise que l'italienne sur un tel circuit. Je ne m'en porte pas trop mal puisque je fais un 1.18.7 aux essais puis un 1.16.9 aux 22è et dernier tour de la course. Course que je termine 3è mais à un tour quand même du vainqueur, Patrick Cornu.

 

Lors de la 2è séance d'entraînement, le 25, nous sommes 11 et de mon côté j'ai vraisemblablement atteint les meilleurs chronos que je puisse faire, n'améliorant mon meilleur temps que de 3 petits centièmes. Je suis d'ailleurs meilleur pendant la course qu'aux essais, plafonnant à 1.17.4 lors de ceux-ci. La course me voit terminer encore une fois à un tour du vainqueur, 5è, mais je boucle les 22 tours en 29mn 19 contre 29mn 04 une semaine plus tôt. Un peu en régression, donc.

 

J'en reste là de ma préparation, n'ayant finalement roulé que lors des trois séances évoquées ci-dessus. Le circuit est trop éprouvant pour que j'y retourne par ailleurs et je préfère comme souvent garder de la fraîcheur pour être au mieux le jour J.

 

Dimanche, c'est le moment et nous voilà tous réunis, 14 pilotes prêts à braver ce circuit exigeant. Aux essais je fais 10 tours sur 17 à peu près corrects dont un 1.16.84. Tout prêt de mon pb. Ca me met 11è sur la grille entre C Lefuret, 1.16.5, et Emmanuel Vega, 1.17.6.

 

Au départ je m'élance bien et il n'y a pas d'incident autour de moi. Un peu plus loin je gagne déjà une place, Patrick Cornu ayant cassé son moteur. Au virage suivant c'est Maxime Lenclen qui s'est sorti et que je passe. Je suis 9è au début du 2è tour.

 

Au 5è tour c'est Eric Libourel qui est en carafe au bord de la piste et je me retrouve 8è puis en 7è en passant Michel Fournié quelques secondes plus tard. Ils se sont accrochés. Au tour suivant Maxime me passe et continue sa remontée vers la tête de course. Je suis à nouveau 8è.

 

Au 9è tour Maxime fait à nouveau un écart et je le repasse temporairement. Il reprend sa place au tour suivant. Au début du 13è il fait de nouvelles cabrioles sous le nez de Jean-Luc Vidal. Pour les éviter je lève le pied et David Rainier qui me suivait à 3 secondes peut faire la jonction. Il me passe quelques virages plus loin.

 

Au 21è tour, mon leader, Frédéric Blanchot, me prend un tour et poursuit sa course en tête. Titi Douet en fait de même peu après. Après avoir suivi C Lefuret, Jean-Luc Vidal ou David Rainier c'est Gianni Alvaro qui me précède de peu alors que j'ai 8 secondes d'avance sur Manu Vega. Cette première moitié de course intéressante va laisser place à une deuxième partie beaucoup plus ennuyeuse.

 

Je fais mon arrêt-ravitaillement (peut-être un mauvais choix ici) et Manu comblant son retard me rejoint. Pneus froids et sans doute un peut décontenancé par son retour je fais un tête-à-queue dès le premier virage. Pas de chance, il va évidemment pouvoir prendre le large après m'avoir évité de justesse et je ne le reverrai plus pendant plus de 20 tours. S'offre à moi alors une des moitié de course les plus monotones que j'ai eu à subir. Au 25è tour je passe Titi Douet et mon leader qui se sont accrochés et ensuite c'est le calme plat.

 

Je navigue à 10 / 15 secondes de Manu jusqu'à la fin de son 43è tour. Il doit aller aux stands pour ravitailler et ressort malheureusement devant C Lefuret qui ne peut l'éviter. Malgré le choc les deux concurrents peuvent repartir mais je suis revenu et peux passer Manu qui s'élançait à nouveau et je récupère la 7è place. Mes deux derniers tours se passent sans autres anecdotes. Manu, handicapé par ses pneus froids, n'a pas pu me suivre et finit par abandonner à un tour de la fin.

 

Une 7è place c'est finalement bien payé pour moi sur un circuit où je n'ai guère brillé et n'étais pas très à l'aise. Rendez-vous désormais, toujours au Canada, mais pour la reprise du championnat F1 Legends sur le circuit de Mosport.

 

 COURSE 125 - 05.02.12 - F1 LEGENDS - MOSPORT

Ma préparation pour cette course commence le mardi 31 janvier. Pas question d'attendre le dernier moment pour reprendre contact avec ce circuit sur lequel je ne suis plus allé depuis 3 ans, après des intermèdes à Mosport Rain.

 

Je commence par une petite séance avec les AI, 15 minutes d'essais suivies d'une course de 8 tours. La course n'est pas terrible car je me sors plusieurs fois et je termine 14è en 12mn 10. Côté chrono par contre ce n'est déjà pas si mal, sur un tour, puisque je suis déjà près de mon pb palette, 1.23.62, avec un 1.23.69. Le lendemain je me fais une nouvelle séance identique. C'est un peu mieux puisque je boucle mes 8 tours en 20 secondes de moins pour finir 8è mais mon chrono au tour ne s'améliore pas, bien au contraire, puisque je bloque à 1.24.47.

 

Samedi 4 février je vais faire un petit tour sur le serveur d'entraînement pour valider ma participation. Séance bien employée puisque si je ne fais que 3 tours sous les 1.24 sur une petit quinzaine je bats mon pb palette pour un nouveau pb absolu désormais à l'embrayage (un papy de plus dans la musette) avec une microscopique amélioration d'un centième et un 1.23.61. Avec ce temps je gagne ma place pour le serveur 2, la barre pour ce niveau étant cette année à 1.24. Je me place donc 24è sur 44 au total et 9è sur 15 en ce qui concerne le serveur sur lequel je vais rouler le lendemain.

 

Lors des essais je ne brille guère faisant un seul tour sous les 1.24 (1.23.93) ce qui m'aurait mis à peu près à ma place, 8è, sur la grille. Mais, c'est sans compter sur un 14è et dernier tour où je m'arrache et réalise mon tour "parfait", d'autant plus rare quand c'est lors des essais, le jour J : nouveau pb, avec un sympathique 1.23.53. 8 petit dixièmes de mieux que la veille ce qui me permet de passer d'un coup d'un seul Gianni Alvaro et David Rainier pour obtenir une 6è place assez inespérée sur la grille.

 

Le départ se passe bien mais rapidement Richard Pomponne rate un virage et me voilà 5è. Ensuite c'est Jean Guéli qui sort large et laisse passer Benoît Souriau. Il enchaîne sur un tête-à-queue au virage suivant et me voilà 4è. Un premier tour qui s'engage bien, assurément.

 

Après, les positions se stabilisent. Je reste à 2 ou 3 puis 8 secondes de Benoît et avec 5, 6 puis 8 secondes d'avance sur Gianni Alvaro.

 

Au bout d'une quinzaine de tours Camille Spada a laissé la 2è place à Benoît et c'est maintenant David Rainier qui est à ma poursuite. Au 16è tour Camille se loupe et je le passe, héritant de la 3è place.

 

Au 19è tour Camille est revenu et me passe. David en fait de même quelques secondes plus tard et me voilà à nouveau 5è.

 

Au tour suivant David se loupe et je repasse 4è. Ensuite il me met la pression un bon moment mais la Ferrari à plus de pêche que la Cooper. Il finit cependant par passer au 32è tour.

 

A deux tours de la fin (43è) David à un problème moteur et n'avance plus. Je le passe au tour suivant et récupère la 4è place. David peut terminer mais à une quinzaine de secondes derrière moi alors que j'ai à peu près le même retard sur Camille, 3è.

 

Bonne course pour moi surtout à ce niveau où je fais souvent, quand j'y suis, la voiture-balai à plus d'un tour. Là, je termine seulement à une minute de Rolf Halbheer, le vainqueur du jour.

 

Prochaine course, direction l'Allemagne pour l'excellent circuit de Leipzig où j'espère y figurer aussi bien.

 

 COURSE 126 - 19.02.12 - F1 LEGENDS - LEIPZIG

 

 

Après une première séance où j'avais pu voir tout l'intérêt de ce circuit quelques jours auparavant je m'y attaque enfin sérieusement le vendredi 17 février. J'avais écarté la Brabham qui semblait être une bonne idée ici mais ne me permettait pas d'obtenir les mêmes temps qu'avec la Ferrari, loin s'en faut.

 

Entrée en piste sur le serveur F1 Legends lors de cette séance et je ne fais qu'un seul tour sous les 1.36 avec un 1.35.48 qui me permet cependant d'être déjà qualifié pour l'avant-dernier niveau. En effet, sur ce circuit les Honda et Brm sont de sortie en masse ce qui bouleverse la hiérarchie.

 

Le lendemain je me fais une petite séance en off et sur 8 tours j'améliore grandement mon chrono avec un 6è tour en 1.35.5 pour me mettre en jambe puis un 7è en 1.34.47 et enfin une dernière boucle en 1.33.98. Ouch ! Je suis capable de ça, moi ? Sur le moment je n'en revienspas. Je vais voir le replay mais rien ne cloche. Un tour aussi propre qu'il est possible.

 

Dans la foulée je retourne sur le serveur online pour voir si je peux refaire à peu près la même chose. Bingo ! Sur une vingtaine de tours je ne fais que quatre tours sous les 1.35 (entre 1.34.7 et 1.34.9) si on excepte les 18 et 19è : 1.34.03 et 1.34.08. Des tours un peu crades (bande mordue bien comme il faut) mais après qu'on ait levé mes doutes mes chronos sont jugés valable. Me voilà donc très haut dans la hiérarchie : 17è sur 41 et carrément 3è meilleur chrono du serveur 2 sur lequel je vais pouvoir courir dimanche. Jamais, si mes souvenirs sont bon, je n'avais tant brillé jusque-là, chrono en main en tous cas. De quoi bien me mettre la pression pour la course. Pour mémoire le dernier du 1 aux préquals à signé un 1.33.46 alors que le meilleur du 2 faisait 1.33.66. Le dernier du 2 faisait 1.37.25 et le premier du 3, 1.37.77. Tels étaient les paliers pour cette course de Leipzig.

 

En ce qui concerne les essais, un seul mot convient : "apocalyptiques !". Je n'aurais jamais imaginé vivre ça et il m'a fallu donc plus de 120 courses pour que ça se produise : impossible de s'insérer correctement dans le trafic. Pourtant nous ne sommes pas si nombreux, 14, et le circuit n'est pas si court, mais rien à faire. Quoi que j'entreprenne je me retrouve trop près d'un pilote plus lent que moi sur lequel je vais inévitablement revenir (trop) rapidement ou bien j'ai trop peu d'avance sur un bien plus rapide. Difficile de chiffrer le nombre de retours aux stands dans ces conditions. Il me faut attendre les 8 dernières minutes pour enfin trouver une piste à peu près praticable, au moment, j'imagine où les autres commençaient à mettre un terme à leurs essais à eux. Bref, 8 minutes pour faire un temps conforme à mes capacités ça risque de faire court. Au total je ne fais que 5 tours dignes de ce nom, 4 en 1.36.x et un en 1.35.8. Bref, je suis loin, très loin, de la place que j'aurais pu guigner sur la grille. Je suis 9è alors que je pouvais viser un temps entre 1.34 et 1.34.5 et donc être entre la 3è et la 5è place au départ. La suite montrera que ça n'aura guère d'influence sur mon résultat final. Quoique... j'aurais pu ne pas me trouver dans des situations délicates à certains moments.

 

En première ligne on trouve donc, sous les 1.34, Christian Michel (en 1.33.44) et C Lefuret (en 1.33.64) qui signera le meilleur tour en course en 1.32.69.

 

Tout le monde s'élance à peu près prudemment et j'en fais de même. Au bout de quelques virages je passe Pierre-Yves Delobel handicapé par sa lourde Brm.

 

Au 2è tour Eric Bilodeau en Honda se loupe et va heurter les décors. Je ne peux l'éviter et les deux voitures entrent en contact à petite vitesse mais de son côté le mal était fait : il avait déjà perdu deux roues. J'arrive, moi, à continuer et, à première vue, ma voiture n'a pas souffert. Au 4è tour je reviens sur un des rookies, Olivier Ary, qui s'est sorti. Il entame une marche arrière mais heureusement j'arrive à passer quand même, dans un trou de souris. Me voilà 6è au début du 5è tour.

 

 

 

 

Au début du 12è tour Camille Spada part à la faute et je récupère sa 5è place. Un peu plus loin Richard Pomponne est en bord de piste, face aux arrivants. Il va pouvoir repartir mais me voilà 4è au début du 13è tour. Je vais avoir Camille sur le paletot pendant quelques tours mais sa Brm à du mal à se relancer face à ma Ferrari même s'il est intrinsèquement bien meilleur que moi.

 

Au 18è tour Christian Michel a abandonné mais je ne garde pas longtemps ma 3è place : je préfère laisser passer Camille plutôt que de nous mettre en danger tous deux plus longtemps. Hélas pour Camille, il ne me devance qu'une quinzaine de secondes et après le virage suivant il s'empale contre des piquets sur le bord gauche de la piste. Je repasse et le laisse là : pour lui aussi c'est l'abandon. La deuxième moitié de course va être comme souvent un exercice de gestion. Je suis 3è, place qui m'aurait comblé si on me l'avait proposée au départ, alors que devant comme derrière moi l'écart est désormais considérable.

 

Cette deuxième moitié de course sera fatigante car le circuit est éprouvant et je suis content que la course se termine même si en dehors du fait de passer quelques attardés ou laisser moi-même les deux premiers me prendre un tour il ne s'est pas passé grand chose. Cette piste ne laisse aucun répit ce qui suffit largement pour ne pas s'ennuyer. En plus, cerise sur le gâteau, j'obtiens mon premier podium sur ce serveur ce qui est en soi une grande satisfaction. Même si le niveau à peut-être un peu baissé dans ce championnat et si le choix en nombre des Brm et Honda à bouleversé un peu la hiérarchie je ne vais pas bouder mon plaisir. La fatigue m'a bien touché, les chronos de mes derniers tours, pas fameux, en témoignent, à tel point que j'ai bouclé la course à un rythme global digne du niveau inférieur. Mais ce résultat, je suis allé le chercher à l'issue de 3 courses où à peine plus d'un tiers des engagés à rejoint l'arrivée.

 

Allez, direction le Japon pour le circuit de Hen où la course devrait être, en théorie, moins difficile et surtout moins éprouvante.

 

 COURSE 127 - 26.02.12 - PLANETE GPL - HEN

Premier contact avec ce circuit le 2 novembre pour une séance de test. Malheureusement nous ne sommes guère nombreux ce jour là, six, et sommes donc obligés de considérer que le circuit sera jouable avec un plateau plus étoffé.

 

J'aime bien ce genre de piste, plutôt rapide, avec des enchaînements qui peuvent faire penser à Spa même si là son créateur avait avant tout en tête l'idée, comme son nom (anglais) l'indique que le tracé vu du ciel représente une poule stylisée. Projet réussi, il nous restait donc à bien nous amuser sur ce drôle de circuit.

 

Je faisais un chrono de 2.04.2 aux essais puis un 2.02.4 lors de la courte course (10 tours) que nous faisions alors.

 

Mercredi 15 février, les choses sérieuses commencent avec la première séance d'entraînement proprement dite. Nous ne sommes alors plus qu'à une dizaine de jours de la course. Nous voilà 13 en piste prêts à essayer de l'apprivoiser peu à peu. Aux essais je me rends compte que je ne m'améliore guère ne trouvant pas de setup à ma convenance : avec un 2.04.8 je suis bon dernier mais surtout je régresse. Pendant la course (10 tours comme lors du test) je trouve quand même petit à petit un meilleur rythme puisque mon pb passe à 2.00.6 lors du 14è et avant-dernier tour.

 

La veille du 2è training je me fais une petite séance avec les AI pour me remettre dans le bain. Je les règle pour que le poleman soit vers les 1.52 comme les meilleurs le seront à peu près le jour de la course. Je fais un 2.00.9 qui me place 16è et termine à la même place après 4 petits tours avec quand même déjà 40 secondes de retard sur le vainqueur. Au passage je fais quand même un 1.59.7 après avoir opté pour un setup Rouen sur les conseils de KO.

 

Mercredi 22 on subit des problèmes informatiques et la séance est annulée après une déco générale. De mémoire je sais que j'avais amélioré un peu avec un 1.59.4 ou 5. KO nous organise au débotté une dernière séance le samedi mais je ne peux y participer.

 

Dimanche c'est le grand jour, tout le monde est prêt et nous voilà 14 réunis. Malheureusement pour lui Gianni connaîtra des problèmes informatiques et il ne pourra pas prendre part au départ après des essais perturbés.

 

Aux essais j'améliore mon pb avec un 1.59.3 mais je reste quand même à plus de deux secondes de Jean-Luc Vidal et David Rainier, C Lefuret étant intercalé avec un 1.58.6. Je décide de partir avec un demi-plein mais je me demande encore si c'était une bonne idée de s'infliger un handicap supplémentaire avec un arrêt aux stands.

 

Le départ se passe bien mais après le premier virage les ennuis commencent. Michel Fournié et Maxime Lenclen s'accrochent. Tout le monde passe autour tant bien que mal. Warm Up perd 2 places mais finalement tout le monde arrive à continuer. Maxime à perdu beaucoup de places et repart dernier derrière moi. Rapidement il reprend sa place mais se sort à nouveau et je démarre donc le 2è tour 12è. Début du 2è tour c'est Jean-Luc qui se sort et je passe 11è. Dans la foulée Maxime me repasse.

 

Au tour 7, C Lefuret se sort et me voilà 11è. Jean-Luc me suit d'assez près, 3 secondes, mais ne peut pas revenir alors que devant tout le monde s'est évanoui dans la nature.

 

Au moment du ravitaillement je n'ai que 7 secondes d'avance sur Jean-Luc ce qui ne me permet pas de repartir devant lui après mon stop and go énergétique. Dès lors Jean-Luc prend l'ascendant sur moi et je ne peux alors plus rester au contact. Le reste de la course est à l'avenant : terminer pour soigner mon classement finisseur et ménager mes points fair-play en ne gênant pas les meilleurs quand il me prennent un tour.

 

A trois ou quatre tours de la fin Maxime Lenclen, Michel Fournié et Eric Libourel abandonnent ce qui me permet d'hériter de la 9è place. Un résultat modeste mais logique quand on voit qu'il n'y a que 4 abandons et surtout que ceux-ci ne sont intervenus qu'à dix minutes de la fin de course. De quoi penser que tout le monde a été plutôt prudent ici ou que le circuit était beaucoup moins dangereux qu'on ne pouvait le penser au départ.

 

Allez, prochaine étape de mon tour du monde des circuits, une piste beaucoup moins exotique puisque c'est le bien connu Kyalami qui m'attend désormais.

 

 COURSE 128 - 04.03.12 - F1 LEGENDS - KYALAMI

Jeudi 1er mars, retour sur le circuit de Kyalami. Archi-connu, pas besoin de reprise de contact particulière, je vais donc directement sur le serveur F1 Legends pour y faire mes temps. Mon pb-embrayage est de 1.21.68 (1.21.36 aux palettes) donc mon objectif est d'aller faire sous les 1.22, si possible. C'est chose faite à mon 7è tour lancé, en 1.21.92. Ce sera d'ailleurs le seul tour sous cette barre sur la petite quinzaine effectuée lors de cette séance. Pas flambant flambant j'en reste là jusqu'au dimanche. D'abord assez haut placé pour le serveur 2 j'y reste finalement in extremis, plusieurs pilotes ayant amélioré leurs chronos lors des derniers jours. Tout se joue au choix de châssis inférieurs de certains et à 2 centièmes près par rapport au meilleur temps du serveur 3.

 

Quoi qu'il en soit, j'y suis. Cool !

 

Le dimanche, aux essais, là aussi, je ne fais qu'un tour sous les 1.22 : Un 1.21.8 qui me place 11è sur 14 entre David Rainier (1.21.76) et Jean-Luc Vidal (1.22.04).

 

Au tombé du drapeau je m'élance bien et prends immédiatement un peu d'air vis a vis de mes suivants. Après quelques virages on passe Pierre-Yves Delobel, ralenti sur le bas-côté. Au tour 4 c'est Benoît Souriau et Camille Spada qui sont sur le bas-côté. Me voilà donc 8è au début du tour suivant. Au 6è tour c'est Tristan Lefèvre qui s'est sorti puis Jean Gueli qui part en tête-à-queue. Un peu plus loin c'est David Rainier qui sort un peu large devant moi. 3 places gagnées en un tour, on peut dire que les choses se goupillent bien ! Me voilà désormais 5è. La course se passe bien pour moi, j'arrive à rouler régulier en 1.22.x.

 

Petit à petit je reviens sur Eric Bilodeau et Gianni Alvaro qui sont à la lutte. Eric passe Gianni au 14è tour. Je reste au contact. Au 15è tour j'arrive à passer Gianni au freinage au bout de la ligne droite des stands. Au 17è tour Eric commet une petite faute et je peux passer. Me voilà 3è. J'arrive à tourner assez vite pour contenir Eric. A partir de la mi-course j'arrive à faire à peu près la moitié des tours entre 1.21.5 et 1.22. J'arrive même à battre mon pb de justesse : 1.21.66 au 25è tour, confirmé (sans l'améliorer cependant de nouveau) par un 1.21.67 au 33è passage.

 

Au fur et à mesure je suis revenu à 2 secondes de Jean-Hugues Delobel. Au 28è tour il part à la faute et doit abandonner.

 

A une quinzaine de tours de l'arrivée me voilà second à plus de trente secondes du leader, Rolf Halbheer. Eric me suit à un peu plus de 5 secondes.

 

Au 36è tour Benoît Souriau remonte comme une balle et me reprend une seconde au tour. il a passé Eric et me suit à 8 secondes.

 

A deux tours de la fin Benoît fait la jonction mais j'arrive à résister et terminer 2è. Youhou !!!

 

Un de mes meilleurs résultats et une de mes meilleures courses à ce jour. Je n'avais jamais fait 2è à ce niveau et je n'avais jamais tourné si vite sur ce circuit sur 45 tours : 62mn11 soit 11 secondes de mieux qu'en 2009, encore aux palettes à l'époque.

 

 

 

Allez, prochaine étape au Canada sur un circuit à découvrir, Edmonton, toujours pour le championnat F1 Legends.

 

 COURSE 129 - 18.03.12 - F1 LEGENDS - EDMONTON

Jeudi 15 mars, il est grand temps de se préoccuper du circuit d'Edmonton car la course est dans 3 jours et je ne connais pas le circuit.

 

Je fais 5 tours avec un setup Mexico et un chrono de 1.33.44. Le circuit s'apprend vite, c'est bien. Ce temps me permet déjà d'être sur le serveur 2 ce qui est mon objectif initial.

 

Je teste des setups de Monza, Silverstone et Watkins sur 3 ou 4 tours à chaque fois mais rien de concluant au niveau chrono. Avec un setup de Rouen je fais un 1.33.15 puis un 1.32.15 avec un setup de Kyalami. Excellent ! Par contre j'ai une petite crainte pour le moteur avec ce réglage : sur 2 virages je suis obligé de passer la 3 pour un très court instant ou alors je suis dans le rouge en fond de 2. Dilemme. J'essaie Rouen pour un 1.32.63. Je laisse ça mijoter me disant que je ferais mon choix entre Rouen, Kyalami et Mexico le lendemain.

 

Vendredi, finalement je n'ai pas testé à nouveau Rouen et Mexico. Je garde Kyalami me disant qu'avec le plein ce souci de boîte sera peut-être moins criant. Le moteur de la Ferrari est résistant de toute façon.

 

Je vais sur le serveur d'entraînement pour valider un temps et m'inscrire. A ma grande surprise j'arrive à améliorer encore nettement mon chrono avec un 1.31.20. J'ai 1.30.64 de potentiel ce qui me mettrait carrément sur le serveur 1. Incroyable !

 

Par contre je n'ai pas envie de rouler, rouler encore et encore pour, éventuellement, concrétiser ce temps. On verra bien. Je me dis qu'au jeu des validations de châssis et si un assez grand nombre de pilotes confirme je me retrouverai peut-être sur le serveur des meilleurs. Ce serait une première et totalement inespéré.

 

Au final le dernier du 1 est à 1.30.93 et le 1er du 2 à 1.31.07. Je reste donc sur le 2. C'est plus raisonnable finalement.

 

Dimanche lors des essais je n'arrive pas à refaire de chrono proche de mon meilleur temps. Je ne parviens même pas à passer sous les 1.32 ce que je pensais pourtant accessible. Je bute à 1.32.24 au 6è tour. Dix tours supplémentaires n'y changeront rien. Je dois me contenter d'une 6è place sur la grille. Dommage, mon pb m'aurait mis pas loin de la pole, les 2 pilotes en première ligne ayant réalisé 1.31.17 et 1.31.20.

 

Au tomber du drapeau je suis positionné derrière Rolf Halbheer en Brm. Logiquement je m'élance mieux et emporté dans mon élan le passe par la droite. Dans la foulée je me retrouve aux côtés du poleman, Gilles Sounier, qui a raté son départ et est débordé de tous côtés. Difficile de repasser derrière lui sans risquer de créer une catastrophe pour les pilotes qui me suivent.

 

J'arrive trop vite sur le pilote qui vient de passer Gilles, Franck Behra, et doit freiner mais me retrouve aussi sur le bord droit de la piste, dans l'herbe. Heureusement j'arrive à me récupérer et revenir sur la piste. Le reste du tour se passe sans soucis et j'entame donc la 2è boucle en 3è position, derrière Franck Behra, alors que Christian Michel a prit la tête.

 

Au début du 4è tour c'est panique à bord dans l'espèce de pif-paf qui signe le début du circuit : je pars à droite dans l'herbe alors que devant moi Christian part, lui, en glissade à gauche. Derrière moi c'est Gilles qui, surpris j'imagine, part en tête-à-queue puis est heurté par Marc Florkin. J'ai réussi à me récupérer sans heurter Franck Behra et heureusement tout le monde peut repartir.

 

Me voici, dès lors, second au début du 4è tour. Au 10è tour je suis toujours à 1 seconde du leader alors que Gilles est revenu derrière moi, lui aussi à peu près à 1 seconde.

 

Au 12è tour on commence à dépasser des retardataires. Globalement ça se passe bien. Au tour suivant Gilles est déconnecté. Je me concentre sur la voiture qui me précède. Au 16è tour Franck Behra reste tanké derrière Jean Gueli. Je lève le pied. Hors de question de passer un adversaire direct grâce à un attardé. C'est totalement déloyal donc je n'en profite pas. On continue finalement notre petit bonhomme de chemin.

 

Au 26è tour je me loupe à nouveau au 1er virage. Je part en glissade dans l'herbe mais j'arrive une fois de plus à me récupérer sans que ça ne tourne au tête-à-queue.

 

Il est temps de lever le pied plutôt que d'essayer coûte que coûte de rester au contact avec le leader. Trop risqué d'autant que j'ai une bonne vingtaine de secondes d'avance sur le 3è, Christian, à une quinzaine de tours de la fin.

 

A deux tours de la fin, Christian est revenu à 5 secondes mais il se loupe et n'aura pas le temps de se montrer menaçant pour ma fin de course. Il doit abandonner. Dans le même temps Gianni Alvaro à rendu un tour au leader. Dans le dernier tour j'ai l'impression que le leader m'attend. Sur le moment je suis incrédule. Il se "plante" même dans les pneus du dernier virage. Je passe dans les derniers hectomètres. In fine c'est une panne d'essence qui nous vaut cette fin de course abracadabrante, mon adversaire du jour terminant, in extremis, en roue libre. Quoi qu'il en soit, je suis très content de ma course même si la victoire, elle, est un peu "too much".

 

Les choix de châssis et un niveau de préparation sûrement inférieur aux années précédentes de nombre de participants me permettent de m'illustrer à ce niveau qui n'était pas le mien jusque là. Ça ne laisse pas de me surprendre mais je ne vais m'en plaindre, quoi qu'il en soit. Je n'ai pas progressé au niveau de mon rank mais j'arrive peut-être aussi à rouler en course plus près de mes chronos des essais, ce que je n'arrivais pas à faire auparavant.

 

Peut-être aussi que la simu de golf à laquelle je joue depuis quelques mois m'aide à améliorer ma concentration et celle de tennis, mes réflexes.

 

 

 

Allez, foin de digressions, pensons maintenant à la prochaine course, Bikernieki, pour le championnat Planète.

 

 COURSE 130 - 25.03.12 - PLANETE GPL - BIKERNIEKI

Mercredi 23 novembre 2011, on est une dizaine à être réunis pour tester ce circuit de Bikernieki. J'ai du mal à trouver mes marques et ne fait qu'un 1.31.5 aux essais alors que juste devant moi le pilote qui me précède à fait un 1.27.6. Seuls Philippe Barbé et C Lefuret sont derrière moi avec un chrono entre 1.31.5 et 1.32.

 

En course ça se passe un peu mieux puisque je fini 4è au bout des 14 tours de cette prise de contact mais au niveau chronométrique ça n'est pas top quand même. J'ai le plus mauvais meilleur tour en course avec un 1.29.1 alors que devant ça a beaucoup progressé : de 1.22.8 à 1.26.8. En gros, il va falloir bosser !

 

Mercredi 14 mars 2012, les choses sérieuses commencent avec la première séance d'entraînement. J'ai changé de monture me disant que la Ferrari n'était peut-être pas le meilleur choix pour un circuit qui tournicote pas mal, comme celui-là. Place donc à la Brabham. Bien m'en a pris puisque je fais un 1.26.1 aux essais qui me permet de recoller au peloton même si je reste plutôt vers le bas, évidemment. Devant moi David Rainier a fait un 1.25.4 en Ferrari et Gianni Alvaro un 1.29.9 en Brabham.

 

En course j'améliore encore avec un meilleur tour en course en 1.25.1. Je termine la course 4è mais quand même à plus d'une minute de Gianni avec 5 tours sur 20 bien pourris (1.35 à 1.50). Il va me falloir gagner nettement en régularité.

 

Mercredi 21, 2è séance d'essais et je suis à la peine avec la Brabham : nous sommes 15 et je suis 11è mais surtout je régresse. Je ne fais qu'un 1.25.6 mais surtout j'ai beaucoup de mauvais tours. Pendant la course par contre j'améliore à nouveau avec 1.24.8 au 6è tour. Je termine 5è mais c'est anecdotique.

 

Jeudi 22 je retourne faire quelques tours avec les AI histoire d'en avoir le coeur net. La 2è séance d'entraînement avec la Brabahm, la veille, ne m'a pas convaincu. J'améliore encore un poil mon pb avec un 1.24.7, toujours en Brabham mais j'ai cependant l'idée de prendre un setup de Monaco et décide d'aller le tester avec la Ferrari. Bingo ! Quelques tours me suffisent avec ma voiture préférée pour améliorer encore mon pb avec un 1.24.5 dès mon 4è tour lancé puis un 1.24.3 au tour suivant. Le plus important c'est surtout je suis enfin vraiment à l'aise sur ce circuit que je ne comprenais vraisemblablement pas. Je m'abstiens de faire une course avec les AI, j'en ai plein les bottes et mon choix est fait.

 

J'en reste là les 2 jours suivants et attend le dimanche soir en laissant mon volant tranquille.

 

Avant la course je suis plutôt mieux que bien d'autres soirs de courses mais ça ne va pas durer. Mes essais sont écourtés pour un problème de hub Usb et de levier non reconnu. Une fois le problème réglé pas moyen de claquer un temps potable. Pourtant ce n'est pas la faute à une piste encombrée. Non, j'ai plutôt des tours clairs mais pas moyen d'en faire quelque chose. 8 tours lancés dont 3 sous les 1.26 mais aucun sous les 1.25 et évidemment encore moins de chronos proches de mon 1.24.3 des préquals. 1.25.7 au 4è tour, 1.25.5 au tour suivant et enfin un 1.25.2 au 8è. Il me faudra malheureusement en rester là et me contenter d'une 12è place sur la grille, Michel Fournié en Cooper ayant fait 1.24.4 alors qu'Yves Perrin et Michèle Bonnard ont fait, eux, 1.28.2 et 1.30.3.

 

Pour cette course j'ai décidé de partir pour une fois avec le plein, contrairement à d'habitude dans ce championnat, afin de ne pas revivre ce que j'avais subi lors de la course précédente. On va voir que ça ne va pas me servir à grand chose.

 

Le départ est donné et tout le monde s'élance correctement. J'ai vite un petit retard sur Michel et une petite avance sur Yves.

 

Après le premier virage Jean-Luc Vidal et Gianni Alvaro s'accrochent. Le premier part sur le bas-coté alors que le second peut continuer mais j'y gagne une place. A partir de là la course est intéressante puisque je me retrouve derrière Gianni et vais pouvoir le suivre d'assez près pendant un bon moment. Au 16è tour je me fais une petite frayeur sous forme de glissade mais ne sors pas de la piste heureusement. Je perds un peu le contact avec Gianni qui résistait bien jusque là.

 

Au tour suivant Gianni part à la faute à son tour mais là il sort de piste. J'en profite et lui chipe la 10è place. Paradoxalement c'est à partir de là que les choses vont se gâter pour mois. J'ai tourné sous les 1.27 pendant les 9 premiers tours puis en 1.26.x / 1.27.x du 10è au 15è tour. Du 16 au 21è je passe en 1.28.x. La fatigue me tombe dessus. Craquage complet et les choses ne vont faire que s'aggraver au fil des tours. J'ai 11 secondes d'avance sur Gianni au début du 19è tour, soit presque à mi-course mais ça ne va pas durer. Dès le 22è tour il est revenu sur moi et me passe sans délai. Il faut dire qu'à partir de là je vais tourner entre 1.30 et 1.40. C'est dire si je n'en peux plus. Au 24è tour je récupère la 10è place, Patrick Cornu ayant abandonné sur déconnexion.

 

Dès lors c'est le passage des leaders qui me prennent des tours qui va rythmer ma fin de course. A 3 tours de la fin c'est Philippe Barbé qui est déconnecté à son tour et me voilà 9è. Je suis devenu le marin des pistes et navigue de gauche à droite (j'exagère à peine) comme je peux. Dans le même temps même Gianni me prends un tour. Il est vraiment temps que ça se termine et c'est avec un immense soulagement que je rejoins l'arrivée avec 3 tours de retard sur le vainqueur.

 

COURSE

DATE

MOD LIGUE

CIRCUIT

DIV CLASS
123 08/01/2012 67 PGPL DAYTONIGHT x 2E/14
124 29/01/2012 67 PGPL TORONTO 95 x 7E/14
125 05/02/2012 67 F1L MOSPORT D2/3 4E/14
126 19/02/2012 67 F1L LEIPZIG D2/3 3E/14
127 26/02/2012 67 PGPL HEN x 9E/13
128 04/03/2012 67 F1L KYALAMI D2/3 2E/14
129 18/03/2012 67 F1L EDMONTON D2/3 1ER/13
130 25/03/2012 67 PGPL BIKERNIEKI x 9E/14

LE BILAN : 2012 / TOTAL

          8      8       3       1      

 130     102      26      8

Allez, prochaine course à Mexico en espérant que je n'y connaîtrai pas une nouvelle défaillance qui s'apparente à celle qu'on peut voir chez certains cyclistes.

Sauvegarder en PDF



14/01/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres