DICO DES PILOTES - S COMME... SIFFERT

 

 S COMME... SIFFERT

 SABATHÉ Hervé

  Hervé Sabathé est un des pionniers du GPL online puisqu'il roule dans le championnat de la ligue française dès la 1ère saison, en 1999. Il y termine dans le Top 5 de la D2 cette année-là et y roulera jusqu'en 2009 avec, au passage, un Top 10 en D3 en 2005. Cependant, c'est dans les autres championnats qu'il obtiendra ses meilleurs résultats. En juin 2004 il fait une fugace apparition dans le championnat BCRL 65 le temps d'une place d'honneur pour la 1ère course de la saison à Kyalami. Pendant l'été il participe au championnat GPL.Net 65, prélude de la GPL Cups. La première course, début juillet, le voit terminer second à East London. Par la suite il grappille des points par ci par là et accroche le Top 10 au général, fin août.

 

L'année suivante il dispute le même championnat et fait à nouveau second pour les débuts de la compétition, fin juin, sur le même circuit et derrière le même pilote, Guillaume Nachin. Il finit à peu près au même niveau au classement général. Mais 2005 le voit surtout faire ses débuts en ligue belge et dans le championnat F1 Legends. Dans le premier il roule avec les voitures de 67 mais aussi, en parallèle, dans la série organisée avec le récent mod65. Avec les voitures d'origine il termine sur le podium en février à East London et Brands Hatch. Mars est similaire pour Hervé Sabathé puisqu'il n'est battu que par Frédéric Gubbels à Monaco puis par Joel Piret à Zandvoort. En mai il est derrière ces deux-là à Dijon puis obtient encore un podium en août à Monza 10k. Il termine dans le Top 5 au classement général, mi-novembre. Avec les voitures de 65 il début aussi bien la saison, battu seulement par Guillaume Nachin, fin janvier pour la première manche disputée à Kyalami. Il confirme début avril en décrochant une première victoire sur la piste de Tripoli devant Luc Van Gossum et termine presque aussi bien classé au général que dans l'autre série. Dans le championnat suisse s'il débute en D2 à Mexico début février il roule ensuite essentiellement en D1, terminant même aux pieds du podium, fin avril, à Keimola. Après une dizaine de courses il met un terme à sa saison fin août à l'issue de la manche du Nürburgring.

 

En 2006 Hervé Sabathé va réaliser sa saison la plus brillante. Après GPL.net il participe au premier championnat disputé en 100% avec les voitures de 67 : la GPL Cups. Il y glane des podiums en avril à Spa et Le Mans Bugatti mais c'est dans les deux autres championnats qu'il va s'illustrer principalement. En ligue belge 67 il obtient 3 podiums et s'impose en septembre à Monza devant Frédéric Gubbels, terminant dans le Top 10 au général comme dans le championnat 69. En 65 il l'avait emporté en mars à Zandvoort, également devant Frédéric Gubbels, et en novembre il finit aux pieds du podium au classement général. Il va faire encore mieux dans le championnat F1 Legends et s'il fait 1 course sur 3 en D1 c'est en D2 qu'il va optimiser sa participation : il s'impose à Lake Garnett en février puis à Mosport en juin. 8 podiums de mars à octobre complètent ses résultats et lui permettent, in fine, de devenir le 5è champion de cette compétition devant Martin Audran.

 

En 2007 Hervé Sabathé participe à nouveau au championnat GPL Cups en disputant la moitié des 11 courses prévues pour la saison. En ligue belge il fait les 3/4 des courses soit une douzaine et obtient deux podiums pour une place honorable, sans plus, au classement général. Chez F1 Legends il dispute une quinzaine de courses, essentiellement en D3, mais c'est en D4 qu'il s'impose en mai à Monza. Il l'emporte aussi en D2 à Roadblock mais, malgré 3 podiums par ailleurs, son absence à quatre manches l'empêchent d'atteindre ne serait-ce que le Top 20 au général. En 2008 sa participation et ses résultats en ligue belge sont similaires à ceux de l'année précédente. Chez F1 Legends il roule essentiellement en D2 ou D3 mais c'est en D4 qu'il s'impose à Monza en avril. En novembre il l'emporte à nouveau en D3 au Pic du midi puis en D2 à Zandvoort. 2 podiums complètent son palmarès et sa participation à la saison entière lui permettent de réintégrer le Top 20 au général. Cette année-là il participe aussi à la 1ère saison du championnat Planète GPL, le temps d'une course à El Pinar en novembre. Mais cette saison 2008 va surtout le voir briller en GPL Cups : il débute la saison par un podium à East London puis en obtient d'autres de mars à août, à Spa, Silverstone, Zandvoort et au Nürburgring. En octobre il s'impose à Watkins Glen et termine 3è au classement général, à égalité de points avec Ludovic Tiengou, derrière Frédéric Gubbels.

 

En 2009 il participe aux deux dernières courses GPL Cups, le championnat s'arrêtant faute de participants, et s'impose à Monaco en mai avant de finir second à Spa en juin. En mai il participe aussi à 3 courses du championnat HSO, compétition qui remplace la précédente sur le créneau du 100%. En ligue belge il fait le même parcours que les années précédentes dans le championnat de printemps, un podium et une place dans le Top 10 au général, puis lève le pied à l'automne avec deux participations sur 8 manches. Chez F1 Legends il débute l'année en fanfare en remportant la 1ère course, en D3, fin janvier à Mexico, puis en obtenant deux podiums au même niveau le mois suivant. En avril un nouveau podium en D4, à Monza, puis un en D2 au Ring en juin complète son palmarès avant l'été. Fin août il obtient un nouveau succès en D4 à Kyalami puis des podiums (D3 et D2) confortent sa position et lui permettent de s'infiltrer dans le Top 15 au général en fin d'année. On compte alors près d'un centaine de participants au total.

 

En 2010 Hervé Sabathé roule moins en dehors de F1 Legends, disputant seulement 5 courses chez HSO (1 podium), 4 en ligue belge, mais aussi 3 dans le championnat Planète GPL disputé avec le mod66 (1 podium). Seul le championnat suisse le voit encore participer régulièrement et il y tire à nouveau bien son épingle du jeu : il s'impose en D2 à Laguna Seca et au Nürburgring ainsi qu'en D3 à Mexico. Malgré deux podiums par ailleurs, son absence à deux courses explique en partie une position en retrait au classement général final. En 2011 il ne dispute plus qu'une demi-douzaine de courses chez F1 Legends et à peine une de plus en ligue belge, mod 66 ou autres mods. Après un dernier podium en février à Varosliget (D2) il met un terme à sa participation au championnat suisse, début avril, sur une dernière ronde, à Mosport, sous la pluie. Il quitte les pistes définitivement dix jours plus tard après une dernière course en ligue belge, à Solitude, avec le Mod GT.

 

 

Carrière : 1999-2011 - 41 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2005 - 5è - LBGPL
2006 - 4è - LBGPL mod65
2006 - Champion - F1 Legends
2008 - 3è - GPL CUPS

 

 

Autres résultats marquants :

 

2004 - 9è - GPL.NET
2005 - 8è - GPL.NET
2005 - 6è - LBGPL mod65
2006 - 7è - LBGPL mod67
2006 - 8è - LBGPL mod69
2008 - 9è - LBGPL

 

 

  Courses disputées : 260 environ*.

  Victoires : une bonne quinzaine**.

 

*hors LFGPL.

**hors LFGPL 99-06.

 

 

  Rank : -37.7

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

Classement

23

en augmentation 12

en stagnation 12

en diminution 16

en diminution 62

Sur

168

162

144

104

89

 

  Son interview.

 SAUGER Olivier

  Il débute sous le nom de Ray Rieux pour sa 1ère course chez F1 Legends en septembre 2001 puis adopte le pseudo de Olivier Eddie pour le reste de la saison et s'impose dès sa 2è participation, le mois suivant à Rouen. En octobre Olivier Sauger débute aussi en ligue française et y accroche d'entrée un podium en D3 à Osterreich. Il termine bien l'année en s'imposant à nouveau en novembre à Monza chez F1 Legends et en obtenant sa 1ère victoire en D3 en ligue française.

 

Il confirme ses débuts impressionnants lors de sa première saison complète, l'année suivante : en ligue française s'il roule majoritairement en D1 c'est en D2 qu'il l'emporte à 2 reprises mais c'est chez F1 Legends qu'il va s'imposer pour de bon. Dans un championnat désormais sur plusieurs niveaux il gagne à Bremgarten en mai, en D1, devant Jops Siffert puis, toujours au sommet, à Watkins Glen en fin d'année devant Frédéric Hell. Cette saison d'enfer lui permet presque d'être champion, seul Stéphane As le privant du titre alors qu'il devance d'un souffle Éric Coineau présent sous le nom de Frank Durand.

 

2003 est l'année de la consécration puisqu'il finit dans le Top 10 en ligue française mais surtout s'impose cette fois-ci chez F1 Legends. Une victoire en D1 et une en D2 mais surtout l'ensemble de ses autres résultats lui permettent de conquérir un titre qui lui avait échappé l'année précédente. Il devance Jops Siffert et David Sikora.

 

Il termine donc en beauté son parcours F1 Legends mais continue en ligue française en 2004 où il figure encore bien : il enregistre deux podiums en D1 (comme en 2003) et sa première (courte) victoire au sommet (à Interlagos en mai) devant Éric Coineau dans un championnat qui comptait alors plus de 70 participants.

 

En 2005 il fait un passage éclair en BCRL et, après deux courses en début d'année en ligue française, met un terme à sa carrière mais nous laisse la version française d'un très précieux guide de pilotage néo-zélandais, pièce majeure des ressources disponibles pour GPL.

 

 

Carrière : 2001-2005 - 8 championnats

 

Titre :

2003 - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2001 - 5è - F1 Legends
2002 - 2è - F1 Legends
2003 - 7è - LFGPL

 

  Courses disputées : plus de 80.

  Victoires : une dizaine.
(une bonne moitié en "D1")

 

  Rank : -52.7

 

  Son adaptation française du guide de pilotage Néo-zélandais réalisée avec Ian Whitney.

 SCHNEIDER David

  David Schneider débute en ligue française en janvier 2003 et s'impose dès sa première course, au Mans, en D3. Il passe ensuite en D2 en mars et obtient un podium à Rouen en juin avant de s'imposer à ce niveau en octobre sur le circuit de Leipzig. 2004 va le voir réaliser une de ses meilleures saisons : de février à début juillet il compte un podium à Lime Rock mais surtout des victoires à Kyalami, Watkins Glen et au Nürburgring. Dans la foulée il accède à la D1 en septembre, niveau qu'il ne quittera quasiment plus. Il n'est pas loin de s'imposer immédiatement au sommet, battu seulement par Davy Decorps. Il compte un autre podium le mois suivant, à Mexico et, au final, termine dans le Top 5 du classement général. Cette année-là il participe aussi au championnat GPL.net pendant l'été et intègre la BCRL, remportant une des trois courses qu'il dispute (Monaco en octobre).

 

En 2005 il ne fait qu'une demi-douzaine de courses en ligue française mais son implication dans les autres championnats est payante. Chez GPL.net, championnat disputé en mod65 et en 100%, il fait 8 des 9 courses organisées de fin juin à fin août et s'impose à Monaco, Clermont-Ferrand, Silverstone et Zandvoort. Ca fait de lui le vice-champion derrière Guillaume Nachin. En BCRL, mod65, il s'illustre également, terminant là aussi second derrière Pascal Fourcade. L'année suivante il ne fait que quelques courses en ligue française avec les voitures de 67 mais roule aussi lors du premier semestre dans ce championnat avec les mods 65 et 69. Deux courses dans l'un lui valent un podium à Mosport et une demi-douzaine dans l'autre lui offrent des podiums à Watkins Glen et Rouen. En parallèle il participe aux deux championnat BCRL dédiés eux aussi aux mods : il étoffe son palmarés avec deux victoires, Moulinsart et Mosport, au volant des voitures de 1965 et trois, Monaco, Keimola et Monza 10K avec le mod69.

 

En 2007 il ne dispute à nouveau qu'une poignée de course en LFGPL et une seule manche en BCRL 65, partant en beauté avec une victoire en février à Limerock. L'année suivante il fait un break puis revient à la compétition en 2009 en ligue française. Il y roule à nouveau en D1, excepté 2 courses au niveau inférieur en mars et septembre. La première lui vaut un podium à Watkins Glen mais il est surtout encore très proche d'un succès au sommet en octobre : il n'est devancé à Monthléry que par Olivier Roméo. L'année suivante il fait une dernière saison complète qui va lui permettre de partir en beauté en s'illustrant particulièrement au premier semestre : podiums en février et mars à Kyalami, Jops Siffert et Mexico avant de décrocher son premier succès au sommet en mai, devançant d'un souffle Olivier Roméo à Wiesbaden. Le mois suivant il joue à nouveau à cache-cache avec le même adversaire, terminant derrière lui au Nürburgring avant de reprendre l'avantage à Montrevault. Il met un terme à sa carrière avec une place sur le podium du classement général 2010.

 

 

Carrière : 2003-2010 - 16 championnats

 

Meilleurs résultats :

2005 - 2è - BCRL Mod65
2005 - 2è - GPL.NET
2010 - 3è - LFGPL

 

Autres résultats marquants :

2004 - 5è - GPL.NET
2004 - 5è - LFGPL

 

  Courses disputées : près de 130.

  Victoires : plus d'une vingtaine.

 

  Rank : -59.2

 

  Son interview.

 SCHODDUYN Stéphan

  Stéphan Schodduyn rejoint la ligue française en décembre 2000, pour le compte du championnat 2001, et y roule quasi-exclusivement en D1. En mai il s'impose pour la première fois, devançant d'un rien Julien Bignon à Mosport. Pour cette première saison il figure trés honorablement, terminant aux portes du Top 5 au classement général. En 2002 il signe un podium à Zandvoort en mars puis en obtient un autre en octobre, à Watkins Glen, derrière Davy Decorps et juste devant Eric Coineau. En décembre il termine bien l'année en s'imposant, à nouveau de quelques dixièmes, devant Jops Siffert. Au classement général il se situe aux pieds du podium occupé par Davy Decorps, Eric Coineau et Florent Lambert.

 

2003 signe quasiment sa fin de carrière mais c'est aussi sa meilleure saison : il roule en D1 alors que ce championnat réunit, à chaque course, environ 70 pilotes répartis sur 5 niveaux. En février et mars il termine second derrière Pierre Fabre à Monaco et Lime Rock. En septembre il est à nouveau second à Snetterton puis s'impose à Leipzig, en novembre, devant Olivier Sauger et Eric Coineau. La dernière course, à Charade, mi-décembre, lui permet d'accrocher un ultime podium et terminer, là, sur le podium du classement général, derrière les pointures que sont Pierre Fabre et Éric Coineau. Il participe encore à une course en juin 2004 à Watkins Glen et à une autre en janvier 2005 à Zandvoort après laquelle il quitte les pistes.

 

 

Carrière : 2001-2005 - 5 championnats

 

Meilleur résultat :

2003 - 3è - LFGPL

 

Autres résultats marquants :

2001 - 6è - LFGPL
2002 - 4è - LFGPL

 

  Courses disputées : près d'une cinquantaine.

  Victoires : trois.

 

  Rank : -66.5

SCUTNAIRE Benoît

  C'est début décembre 2000 que Benoît Scutnaire fait ses premiers pas en ligne pour la 1ère course du championnat LFGPL 2001. Il roule alors en D2 à Kyalami puis s'impose dès sa 3è course en janvier 2001 à Zandvoort. Par la suite, outre 3 courses en D1 en mai et juin il s'offre pas moins de 4 podiums d'avril à novembre en D2 et, entre deux, un nouveau succès à ce niveau en octobre à Zeltweg. L'année suivante il poursuit sa route en ligue française, à deux reprises en D1 mais le reste du temps en D2 avec à la clé un nouveau succès en février à Monaco.

 

En 2003 le niveau monte et il n'obtient qu'un podium en D2 en juin au Nürburgring mais il rejoint aussi le championnat F1 Legends. Il y fait ses débuts en janvier en D1 à Brands Hatch puis roule ensuite essentiellement en D2 et D1 avant de rejoindre définitivement ce niveau. Il y montre son talent, terminant aux pieds du podium en mars et septembre, à Spa et Mosport. Au final il termine l'année avec une très belle place puisqu'aux portes du Top 5 au classement général. En ligue française en 2004 Benoît Scutnaire fait un parcours similaire à l'année précédente avec une participation en D2 et un podium, en toute fin d'année cette fois, à Silverstone. Pendant l'été il participe au championnat GPL.net avec les voitures de 65 et trois podiums lui permettent de finir dans le Top 10 au général. Chez F1 Legends c'est en D1 qu'il fait toute la saison, récoltant un beau podium en février à Monaco derrière Pierre Fabre et Jops Siffert.

 

En 2005, en début d'année, Benoît Scutnaire fait une course chez F1 Legends et deux en ligue belge puis une pendant l'été chez GPL.net mais c'est en ligue française qu'il fait l'essentiel de sa saison. Le niveau à encore monté et c'est en D3 qu'on le voit rouler. Il s'octroie un podium à Rouen en septembre avant de faire coup double en novembre : nouveau podium à Monza puis victoire à Kyalami. L'année d'après il s'essaie aux voitures des mods en ligue française, disputant une course au printemps en 65 et quatre en 69 de janvier à octobre, essentiellement en D1. C'est celle disputée en D2 en mars à Rouen qui lui vaut son unique succès avec les mods. Il continue en effet de rouler en priorité avec les voitures originelles, disputant une dizaine de courses en LFGPL 67. Il remonte en D2 cette année-là et, après un podium au Mans en février, l'emporte en avril à Mosport. Après un bref séjour en D1, le temps de deux courses, il revient en D2 en septembre et s'y impose à nouveau en novembre à Spa.

 

En 2007 Benoît Scutnaire fait comme un break, ne participant qu'à à peine plus d'une demi-douzaine de courses en ligue française (D2) de février à septembre. En 2008 il revient en ligue belge, le temps d'une poignée de courses, et fait sa dernière saison en ligue française, y disputant presqu'une dizaine de course. Il roule en D3 en janvier puis en D2 et D1 en février avant de revenir en D2, ne terminant qu'une fois aux pieds du podium, en septembre à Zandvoort. Il est dès lors en "pré-retraite" puisqu'il dispute cinq épreuves en 2009 chez F1 Legends avant de revenir en 2011 pour une demi-douzaine de courses en ligue belge, s'éclipsant en juin après une dernière ronde à Zandvoort avec les voitures de 66.

 

 

Carrière : 2001-2011 - 19 championnats

 

Meilleur résultat :

2003 - 6è - F1L

 

Autre résultat marquant :

2004 - 8è - GPL.NET

 

  Courses disputées : près de cent soixante.

  Victoires : une bonne demi-douzaine.

 

  Rank : -34.6

SELLER Jack

  C'est lors de la 3è course du 3è championnat F1 Legends que Jack Seller fait ses débuts dans une compétition en ligne. Il roule en D3 à Rouen en février 2003 puis s'impose lors de sa 2è course, le mois suivant, en D4 à Zandvoort. Mars le voit ensuite remonter en D3 et obtenir un podium à Spa derrière Cédric Bandelier. Sa progression est très rapide puisque pour la course suivante, en avril à Road Atlanta, il termine second en D2 derrière Bruno Guinet. Toujours en avril il accède à la D1 sur le circuit Le Mans Bugatti et y obtient d'entrée un accessit. La course suivante, début mai, lui offre déjà un podium, à Bremgarten, derrière Jops Siffert et Christian Michel. Inarrêtable, sa 7è course, 15 jours plus tard, le voit s'imposer au sommet : il devance d'un souffle Pierre Fabre à Silverstone. Par la suite il continue de rouler en D1, souvent bien classé : en juin il est sur le podium au Nürburgring puis s'offre une deuxième victoire à Monza, en octobre. In fine, et malgré deux courses manquées en début de saison, il termine tout près du podium au classement général, sur les talons de David Sikora, Olivier Sauger étant titré devant Jops Siffert.

 

En 2004 Jack Seller poursuit sur sa lancée, roulant essentiellement en D1. Il fait un détour par la D2 en février à St Jovite, le temps d'une victoire devant Cédric Bandelier et Christian Michel puis retrouve l'élite par la suite : il y triomphe en mai à Zandvoort devant Christian Michel et Rindo Molfis. Le mois suivant il s'impose à nouveau au Nürburgring avant de mettre un terme à sa saison après une dernière course à Silverstone. Absent de la première manche du championnat 2005, Jack Seller revient en piste pour une demi-douzaine de courses en D1 : il s'impose fin février à Monza puis double la mise en mars en devançant Martin Audran et Rindo Molfis à Goodwood. Les courses suivantes sont moins réussies et, comme l'année précédente, il met un terme à sa saison à mi-chemin, après la manche de Mosport, début mai.

 

En 2006 il revient pour deux courses en janvier et février mais depuis le décès de Jops Siffert au mois de septembre, le c�ur n'y est plus. En mars il fait une dernière boucle à Spa, terminant derrière le podium Bruno Guinet-Olivier Zaiit-Bertrand Catroux et raccroche son volant définitivement. Depuis, il préside à la destinée du championnat F1 Legends créé par Jops Siffert et Rindo Molfis.

 

 

Carrière : 2003-2006 - 4 championnats

 

Meilleur résultat :

2003 - 4è - F1 Legends

 

  Courses disputées : trois douzaines.

  Victoires : huit.
(dont 6 en D1)

 

  Rank : -84.2

SERRE Jacques

  Jacques Serre fait sa première course en ligne chez F1 Legends en février 2003 à Rouen. Il effectue une saison complète et obtient un premier podium dès le mois suivant en D4 à Zandvoort. En juin il s'offre un autre podium mais en D3 cette fois-ci, au Nürburgring, et il optimise son dernier trimestre en s'imposant en D2 en octobre à Kyalami en devançant Frédéric Gubbbels. L'année suivante il s'impose à nouveau en D2, en juin, au Nürburgring. Il est aussi crédité de 4 podiums, dont un en D1, son meilleur résultat, en septembre à Bremgarten. Il se hisse ainsi dans le Top 10 du classement général 2004.

 

En 2005 il rejoint le championnat GPL Cups avant que celui-ci n'adopte la formule 100%. En février il s'impose d'un rien devant Martin Audran à Limerock puis grimpe sur le podium à Grenzlandring, en mai, derrière Alain Rochette et Martin Audran et termine bien placé au classement général. Il participe aussi au championnat BCRL et avec un podium à Mexico en novembre termine dans le Top 5 de cette compétition. L'année est faste pour Jaxr puisqu'il fait aussi sa meilleure saison chez F1 Legends : il obtient de nouveaux succès en D2 en mai et août, à Mosport et au Nürburgring, et trois podiums au même niveau. Lui revient ainsi une place dans le Top 5 au classement général de ce championnat Huppé.

 

En 2006 il participe à nouveau au championnat de la BCRL et y dispute au total une douzaine de courses avec les voitures de 67 et les mods 65 et 69, obtenant un podium en mai à Brands Hatch. Chez F1 Legends il s'impose comme l'année précédente à deux reprises en D2 : il l'emporte en mars à Spa et en avril s'impose pour la 2è année consécutive sur le délicat tracé du Nürburgring. En juin il brille en D1 en terminant aux pieds du podium à Mosport.

 

L'année suivante il dispute quelques courses pour sa dernière saison en BCRL mais participe aussi à une douzaine de manches du championnat F1 Legends. Il n'y obtient qu'un podium en D2 à Funabashi mais va finir en beauté en 2008 avant de se retirer des pistes après une dizaine de courses : il débute bien l'année en s'imposant en D2 à Rouen en janvier avant de l'emporter au niveau inférieur à Mexico le mois suivant. Il glane encore un podium en D2 en avril à Monza avant de s'en aller sur une dernière manche disputée à Hilltop en octobre.

 

 

Carrière : 2003-2008 - 12 championnats

 

Meilleurs résultats :

2005 - 5è - BCRL
2005 - 5è - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2004 - 9è - F1 Legends
2005 - 7è - GPL Cups

 

  Courses disputées : plus de 120.

  Victoires : près d'une dizaine.

 

  Rank : -30.5

 SIEBERT Guillaume

  Guillaume Siebert intègre la ligue française en janvier 2005 et obtient d'emblée un podium à Zandvoort en D6. En mars il rejoint aussi le championnat F1 Legends puis la GPL Cups où il s'impose dès le mois suivant à Riverside. Il fait près d'une dizaine de courses dans chacun de ces deux championnats, avec, au bout, fort d'une poignée de podiums, une bonne place au classement final de la Cups. La ligue française aussi lui réussit bien pour cette année de découverte du online : d'avril à juin il l'emporte, toujours en D6, à Silverstone, Dijon et au Nürburgring. En août il passe en D5 et s'y impose dès le mois suivant à Rouen. Il accède à la D4 en novembre et termine aux pieds du podium en décembre à Monthléry.

 

En 2006 il rejoint aussi la BCRL où il dispute une douzaine de courses avec les mod65 et 69 et s'impose à Keimola, Monza, et deux fois à Silverstone. L'année suivante il y comptera encore trois participations en début d'année, faisant à nouveaux coup double sur le circuit anglais. En Cups, passée en 100%, sa participation se résume à une course comme ce sera le cas l'année suivante. Chez F1 Legends il fait sa deuxième et dernière année et le temps d'une demi-douzaine de courses parvient à glaner une victoire en D1 en septembre, s'imposant à Monza devant Bertrand Catroux. Mais 2006 est pour Kimi l'année du titre : avec 4 victoires et 2 podiums il décroche en effet la couronne dans le championnat de la ligue française dédié au mod65. Grâce à 2 victoires et 2 podiums, il finit aussi en bonne place dans le championnat du mod69. Avec les voitures de 67 il y continue sa progression : il accède à la D3 en début d'année et après 2 podiums grimpe en D2 en mai. A Silverstone, le circuit qui lui réussit le mieux, il accroche d'emblée cette course à son palmarès puis récidive en gagnant la difficile épreuve du Nürburgring. Après un podium en septembre il accède en octobre à la D1 où il fait sa dernière course de l'année.

 

En 2007 il termine sa participation à cette ligue avec une paire de courses dans le championnat 69 et une demi-douzaine d'autres en 67 lors du 1er semestre. Son parcours en D1 se solde par un podium à Snetterton, en avril, derrière Frédéric Gubbels et Éric Coineau. 2008 signe le début de sa pré-retraite puisqu'après un break lors du 2ème semestre de l'année précédente il ne dispute que deux courses en début d'année en GPL Cups, le temps d'accrocher un podium à East London derrière -à nouveau- Frédéric Gubbels. En 2009 il fait trois courses dans le championnat HSO 65, le temps d'obtenir un dernier podium, puis tire sa révérence sur une unique course -HSO 67- en 2010, en mai, à Spa.

 

 

Carrière : 2005-2010 - 18 championnats

 

Titre :

2006 - LFGPL mod65

 

Autres résultats marquants :

2005 - 3è - GPL Cups
2006 - 5è - LFGPL mod69

 

  Courses disputées : près d'une centaine.

  Victoires : une vingtaine.

 

  Rank : -71.1

 SIFFERT Jops

  C'est en hommage à son compatriote, pilote de F1, que Jean-Pierre choisit son pseudo. Il fait ses débuts en ligue française en 2001 en rejoignant cette compétition pour une course à Mexico mi-juillet. On le revoit ensuite en novembre pour les deux dernières courses de la saison, disputées, comme la première, en D2. Il termine en beauté avec un premier podium à Road Atlanta. Mais cette année 2001 est surtout pour Jops Siffert celle de la création, avec Rindo Molfis, de la ligue F1 Legends qui lance un premier championnat en août. Pour la 3è course, début septembre à Watkins Glen, il n'est battu que d'une seconde par Stéphane As mais figure encore sur le podium peu après, à Zandvoort. En octobre il obtient sa première victoire à Silverstone en devançant de peu Dimitri Beaufrère. Les courses suivantes le voient encore sur le podium, à Monza, puis, à nouveau seulement battu par As, à Mosport et Crystal Palace. C'est ce dernier qui est titré alors que Jops décroche, lui, le titre honorifique de vice-champion d'une compétition en devenir qui réunit alors une vingtaine de pilotes.

 

En 2002 Jops Siffert entame une première saison complète en ligue française et y intègre définitivement la D1. S'il termine trois fois aux pieds du podium au cours de la saison c'est en septembre à Mosport qu'il obtient le premier. La dernière course à Mexico le voit rater la victoire pour quelques dixièmes seulement derrière Stéphan Schodduyn. Au final il obtient une très belle place au classement général, aux portes du Top 5. Chez F1 Legends aussi il fait une très belle saison : le championnat prend du poids puisque c'est une cinquantaine de pilotes qui participent à la deuxième saison mais il reste au premier plan. Là aussi il roule en D1 et termine sur le podium en mars à Monaco. Le mois suivant il s'impose à Zandvoort devant Dimitri Beaufrere et Frank Durand (Eric Coineau). En mai il est second à Bremgarten puis à nouveau victorieux le mois d'après à Mosport, devançant encore Eric Coineau. La deuxième moitié de la saison est moins réussie puisqu'il n'obtient qu'un podium en septembre à Zeltweg et échoue, du coup, aux pieds du podium au classement général.

 

En 2003 Jops Siffert ne fait qu'une poignée de courses en ligue française (avec un podium à Lime Rock) mais se concentre sur F1 legends pour essayer de faire mieux que l'année d'avant. Le premier trimestre le voit terminer sur le podium à Brands Hatch puis à Monaco avant qu'il ne s'impose à Zandvoort en mars. En avril il l'emporte à nouveau à Road Atlanta puis termine second sur le circuit Bugatti du Mans. Une nouvelle victoire à Bremgarten en mai lui permet d'être dans le tiercé de tête en vue du titre. Cependant, comme l'année précédente, la deuxième moitié de la saison est moins fructueuse : avec un seul podium, en novembre à Snetterton, il doit se contenter, comme en 2001, d'être vice-champion derrière Olivier Sauger.

 

En 2004 Jops Siffert ne fait que la moitié des 15 courses en ligue française mais multiplie les bons résultats : second, par exemple, au Nürburgring, à Monaco ou Mexico derrière Davy Decorps ou Eric Coineau, il termine, comme deux ans auparavant, pas loin du Top 5 au général. Chez F1 Legends, en février, il n'est battu que par Pierre Fabre à Monaco puis termine encore sur le podium à Mosport. En juin il s'impose à Silverstone puis, contrairement aux années précédentes, il va faire une belle deuxième moitié de saison : quatre podiums plus des victoires à Bremgarten en septembre et à Bathurst en octobre vont lui permettre de faire sa meilleure saison. A lui le titre qui lui avait échappé à deux reprises par le passé.

 

En 2005 il entame une saison qui s'annonce encore meilleure que la précédente. Il dispute toutes les courses en ligue française et glane un podium au Glen en février. Il obtient ensuite sa première victoire dans cette compétition à Mexico, en mars, devant son ami Rindo Molfis et Eric Coineau. Des deuxièmes places à Albi et Spa lui permettent d'être dans le bon wagon en vue du titre au moment ou arrive la trêve d'été. Chez F1 Legends son début de saison est également très brillant puisqu'il triomphe à Mexico en janvier, puis à Lime Rock, Spa et Monaco en mai et juin.

 

Le Nürburgring va être le théâtre de ses derniers tours de roues : en juillet, en ligue française, il y termine second entre Davy Decorps, intouchable, et Eric Coineau, 3è. Il est alors 3è du championnat derrière ses deux compagnons de podium. Chez F1 Legends, fin août, il y termine à quelques dixièmes du vainqueur, Martin Audran. Il est alors en tête du championnat, donc en lutte pour conserver son titre. C'est à ce moment, début septembre, qu'il disparaît, victime d'une crise cardiaque. Son décès est un choc pour la communauté mais sa ligue lui survit grâce à Rindo Molfis, puis, aujourd'hui encore, à Jack Seller.

 

 

Carrière : 2001-2005� - 10 championnats

 

Titre :

2004 - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2001 - 2è - F1 Legends
2002 - 4è - F1 Legends
2002 - 6è - LFGPL
2003 - 2è - F1 Legends
2004 - 6è - LFGPL
2005 - 7è - LFGPL - 3è à fin juillet derrière Coineau et Decorps.
2005 - F1 Legends : en tête du championnat au moment de sa disparition.

 

  Courses disputées : près de 110.

  Victoires : près d'une quinzaine.

 

  Rank : -82.2

 

  Son interview par Bandini pour GPL Mag.

 SIKORA David

  C'est en septembre 2002 que David Sikora fait ses début chez F1 Legends à l'occasion de la course de Spa. Il roule d'emblée en D1 dans un championnat réparti alors sur 2 niveaux et obtient une place d'honneur en novembre à Watkins Glen.

 

En 2003 le championnat s'étoffe et le plateau est désormais réparti sur 3 niveaux mais David Sikora reste en D1 et confirme ses bonnes prédispositions. Dès février il obtient un premier podium à Rouen derrière Frédéric Hell et Albert Laigle. En mars il récidive à Spa derrière Pierre Fabre et Olivier Sauger. En avril, à Road Atlanta, seul Jops Siffert le prive d'une victoire au sommet mais il se console ensuite avec un nouveau podium sur le circuit Le Mans Bugatti. En juin et octobre il n'est encore pas loin du Graal, la victoire au sommet, mais est devancé à Sachsenring par Jojo F1 puis à Monza par Jack Seller. L'ensemble de ses résultats lui permet quand même de quitter les pistes sur un très bon résultat : il est troisième du général derrière Olivier Sauger et Jops Siffert.

 

 

Carrière : 2002-2003 - 2 championnats

 

Meilleur résultat :

2003 - 3è - F1 Legends

 

  Courses disputées : deux douzaines.

  Podiums : sept.

 

  Rank : -26.7

SIMIAN Frédéric

  C'est pour les débuts du 2è championnat online de la BCRL que Frédéric Simian rejoint les compétitions en ligne. Il dispute les sept courses organisées de juin à décembre 2004 et après une première manche à Kyalami figure honorablement à Brands Hatch et au Nürburgring en novembre et décembre, terminant aux pieds du podium. Ses résultats lui permettent de terminer bien placé au classement général. Pendant l'été il fait aussi quatre courses dans le championnat 65 organisé par GPL.net.

 

En 2005 et après une course en octobre 2004 (D5) il intègre le championnat de la ligue française pour une saison complète. Il roule en D6 dans une compétition alors très fréquentée et obtient un premier podium à Mexico en mars. De juin à octobre il collectionne les places de second à Dijon, Mosport, Rouen et Road Atlanta mais finit par s'imposer à Kyalami en novembre. Il termine second du championnat de D6. Il roule à nouveau pour 3 courses chez GPL.net pendant l'été et participe aussi aux courses de la BCRL, obtenant un classement très proche de celui de l'année précédente.

 

En 2006 on voit Frédéric Simian faire une dizaine de courses en tout chez F1 Legends et en GPL Cups mais c'est dans les deux ligues dans lesquelles il a ses habitudes qu'il évolue avec le plus d'assiduité. En ligue française il accède à la D4 et termine second en janvier à Watkins Glen avant de s'imposer à Mexico. Une nouvelle victoire au Mans en février et il rejoint la D3 le mois suivant. Dès avril il enregistre un succès à Monaco et termine l'année à ce niveau. En BCRL il roule en 67 et fait également une demi-douzaine de courses dans les deux autres championnats : en 65 il termine pas loin du podium en février et juin à Valbray et Oulton Park. Avec les voitures de 69 c'est une deuxième place qui marque son année, terminant derrière Alain Maurice, en juin, sur le circuit de Clermont.

 

En 2007 il fait trois courses en BCRL et une bonne douzaine en D3 de ligue française y glanant un podium en mars à Brands Hatch. 2008 le voit faire une paire de courses dans chacun des championnats BCRL (65, 66 et 67) et une saison complète, une quinzaine de courses, en ligue française. Il monte à cette époque en D2 et termine second à Virginia en mars avant d'accéder pour la première fois à la D1 le mois suivant. A une exception près il y fera le reste de la saison terminant aux pieds du podium en avril et mai à Leipzig et au Nürburgring. La performance est belle puisque le championnat est réparti sur 3 niveaux et qu'il finit sur le monstre allemand derrière des pointures comme Audran, Dupraz et Gubbels.

 

En 2008 et 2009 il fait aussi une dizaine de courses dans les deux premières éditions du championnat Planète GPL mais sa carrière se recentre ensuite sur la LFGPL : il y dispute alors une douzaine de courses par an en D1 et D2. C'est sur ce dernier niveau qu'il enrichit son palmarès avec une deuxième place à Mosport en avril 2009. Un accessit en D1 (4è) le mois suivant à Nogaro puis retour à la D2 pour un nouveau podium en septembre à Silverstone. En 2010 c'est aussi en D2 qu'il obtient ses meilleurs résultats : victoire à Monaco en avril puis podium en septembre à Mosport avant de s'imposer derechef à Silverstone en novembre. Ces deux années le voient terminer pas loin du Top 10 (13è) au classement général.

 

Par la suite sa carrière de pilote s'inscrit en pointillé, avec une petite dizaine de courses en 2011 puis deux ou trois en 2012 et 2013. Frédéric Simian, une des figures marquantes du GPL francophone, préside alors essentiellement à la destinée du championnat de la ligue française. Il consacre aussi du temps au modding ainsi qu'à son site dédié à GPL et son forum où on trouve, entre autres, d'anciens pilotes de la BCRL. En 2014 il travaille à présenter les archives de la LFGPL, championnat désormais arrété.

 

 

Carrière : 2004-2013 - 24 championnats

 

Meilleurs résultats :

2004 - 5è - BCRL mod65
2005 - 6è - BCRL mod65

 

  Courses disputées : plus de 160.

  Victoires : une demi-douzaine.

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

Classement

107

en augmentation 57

en diminution 67

en augmentation 46

en diminution 85

Sur

168

162

144

104

89

 

  Rank : -28.5

 

  Son site.    Sa BD.

 

  "Le garage" hébergé chez lui : "LE" tuto pour régler sa voiture soi-même.

SOUCHE Georges

  C'est en mai 2001 que Georges Souche rejoint la ligue française en disputant en D3 sa première course à Monza. En septembre il monte en D2 et s'impose d'emblée à ce niveau sur le circuit d'Imola. Il participe aussi au championnat F1 Legends dès ses débuts et en est le premier vainqueur en s'imposant mi-août à Kyalami. Par la suite il obtient un podium à Rouen en octobre puis un autre à Monza le mois suivant mais son absence à la dernière épreuve de la saison le prive d'une place sur le podium au classement général.

 

En 2002, en ligue française, Georges Souche obtient des podiums en D2 à Kyalami et Monaco puis accède à la D1 qu'il ne quittera qu'à une exception jusqu'à la fin de l'année. Il termine dans le Top 10 au général. En ne participant qu'à deux courses sur trois il parvient tout de même à en faire autant chez F1 Legends grâce à des podiums en D1 à Solitude et Watkins Glen.

 

L'année suivante il se concentre sur le championnat de la ligue française et y fait sa meilleure saison en roulant toute l'année en D1. Il finit sur le podium au Mans en janvier et n'est barré que par Pierre Fabre, en mai, pour une victoire au sommet à Spa. Il tient sa revanche début septembre en s'imposant parmi les meilleurs sur le circuit de Snetterton. Un nouveau podium à Spa trois semaines plus tard conforte son parcours mais son absence au Nürburgring en juin lui coûte sûrement sa place sur le podium du général 2003 : il termine derrière Pierre Fabre, Eric Coineau et Stéphan Schodduyn. Il part sur ces bons résultats ou quasiment, ne faisant plus dès lors que deux courses (en D1) en février et s'éclipsant après une dernière participation à Zandvoort.

 

 

Carrière : 2001-2004 - 6 championnats

 

Meileurs résultats :

2001 - 4è - F1 Legends
2003 - 4è - LFGPL

 

Autres résultats marquants :

2002 - 7è - F1 Legends
2002 - 9è* - LFGPL

 

*9, 10 ou 11è selon les sources.

 

  Courses disputées : près d'une soixantaine.

  Victoires : trois.

 

  Rank : -59

SOURIAU Benoît

  C'est en mai 2005 que Benoît Souriau fait ses débuts en ligne en participant au championnat F1 Legends. A Limerock il roule en D1 ce qui sera le cas pour sa 2è participation le mois suivant à Spa. Il y obtient un résultat prometteur en terminant alors aux pieds du podium. Engagé à Monaco il est présent lors des essais mais ne peux participer à la course. Il revient en 2006 pour une première saison complète et roule alors alternativement en D2 et D1, finissant à nouveau deux fois aux pieds du podiums au meilleur niveau.

 

En 2007 il finit bien l'année en obtenant, début décembre, son premier podium en D2 à Mexico. 2008 le voit deux nouveaux podiums au même niveau et un en D3 lors du premier semestre. Ses bons résultats d'ensemble lui permettent de finir à une place enviable, dans le Top 5 au classement général. L'année suivante il obtient, début avril, son premier succès (D3) sur le circuit de Montrevault. En août, à Kyalami, il n'est pas loin d'en faire autant en D2, battu de peu par Alain Rochette. Trois autres podiums en D2 lui permettent à nouveau d'être bien placé au général en fin d'année.

 

Benoît Souriau fait un break puis revient début septembre 2010 pour disputer les sept dernières courses de l'année. Il roule en d1 à Jops Siffert puis termine sur le podium en fin de mois à Spa en D3. Le mois suivant c'est à nouveau à Kyalami qu'il est tout prêt de s'imposer en D2, terminant dans la même seconde que Franck Behra. En 2011 il obtient quatre podiums en D2 comme l'année suivante où, une fois encore, sa constance lui permet d'être très bien placé au classement général. Il tire sa révérence fin 2012 sur son meilleur résultat, terminant au classement général aux pieds d'un podium constitué de Tom Guérout, Philippe Renaud et Tristan Bot.

 

 

Carrière : 2005-2012 - 8 championnats

 

Meileurs résultats :

2008 - 5è - F1 Legends
2012 - 4è - F1 Legends

 

Autre résultat marquant :

2009 - 8è - F1 Legends

 

  Courses disputées : 110.

  Victoires : une.

 

  Rank : -46.1

SPADA Camille

  C'est en janvier 2008 que Camille Spada fait ses débuts en ligne en participant à la première course de l'année du championnat F1 Legends. Il y roule d'entrée en D1, à Kyalami, et évoluera par la suite tantôt à ce niveau tantôt au niveau inférieur. C'est en D2 justement qu'il obtient un premier accessit en juin à Watkins Glen. En septembre il participe au premier championnat Planète GPL : il finit sur le podium pour la course de lancement à Carthage derrière Frédéric Gubbels et C Lefuret. En décembre il décroche son premier succès à Schottenring, devançant Warm Up et Eric Libourel, avant de débuter l'année suivante par un podium en janvier sur le circuit de Polar Bear. Fin juin il termine tout près du Top 5 au classement général 2008-2009. En 2009 il intègre le championnat de la ligue française, roulant fin janvier en D2 à Kyalami puis alternant les participations en D2 et D1. Il se fixe au meilleur niveau à partir de mai et y roulera aussi les années suivantes. Chez F1 Legends, juin le voit aussi obtenir un premier podium dans cette compétition (en D2) au Nürburgring. En octobre c'est à Porto, au même niveau, qu'il obtient son unique victoire dans ce championnat.

 

En 2009 et 2010 il participe à la 2è saison du championnat Planète mais c'est ailleurs qu'il va étoffer son palmarès. Il fait un passage éclair chez HSO, le temps d'une course en janvier 2010 à Kyalami, mais se consacre avant tout aux deux gros championnats multi-niveaux : chez F1 Legends il s'offre en février un premier podium au sommet à Monaco. En septembre il n'en est pas loin non plus, à Kyalami, terminant 4è à 10 secondes du vainqueur. En ligue française c'est à Cognac qu'il s'adjuge un premier podium en avril. Sa saison est plus que réussie puisqu'il fait un doublé : Top 5 au classement général dans les deux compétitions.

 

En 2011 Camille Spada continue de rouler chez F1 Legends mais c'est en ligue française que la réussite est au rendez-vous : il n'est pas loin du podium en janvier à Watkins Glen puis en fait partie lors du second trimestre, à Zeltweg et Adélaïde. Un autre résultat du même tonneau à Monza, en décembre, conforte son classement et lui permet, comme l'année précédente, d'être bien placé au classement général.

 

Début 2012 il termine sur le podium de la course des Masters 2011 derrière Frédéric Gubbels et Thierry Roget. Par la suite il fait encore une demi-douzaine de courses chez F1 Legends et presque autant en ligue française : chez F1 Legends il figure sur le podium (D2) en février à Mosport puis quitte les pistes après une dernière ronde mi-avril à Sebring. En 2014 il fait son retour à la compétition chez F1 Legends, début février, en roulant en D2 à Silverstone. Il dispute par la suite les 3/4 des courses en D1 mais, absent à trois reprises, ne peut accrocher le Top 10 au classement général.

 

En 2015 Camille Spada roule essentiellement en D2, disputant les quatre premières courses de la saison en février et mars puis une course sur deux de mai à décembre. En 2016 il dispute une course en début de saison (février) à Spa (67) puis roule à Jops Siffert en septembre. Il entame une neuvième saison chez F1 Legends en 2017 où il roule de manière plus régulière.

 

 

Carrière : depuis 2008 - 15 championnats*

 

Meilleurs résultats :

2009 - 6è - Planète GPL
2010 - 5è - F1 Legends
2010 - 5è - LFGPL
2011 - 5è - LFGPL
2011 - 3è - Masters
 

 

  Courses disputées : près de 170*.

  Victoires : deux*. 

 

MultiGPLigues

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Classement

66

en augmentation 46

en augmentation 27

en diminution 28

en diminution 41

   -

38

en diminution 49

Sur

162

144

104

89

65

52

49

55 

 

  Rank : -54*

 

*à fin 2016

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

    Ses interviews "Sortie de Baquet".

A suivre...

 

 

 

 Sauvegarder en Pdf



03/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres