MICHEL BAUDRIT - INTERVIEW - 5.12.07

 MICHEL BAUDRIT - INTERVIEW - 5.12.07

 

Titulaire d'un palmarès impressionnant et toujours parmi les meilleurs, Michel Baudrit est aussi l'organisateur méticuleux d'une épreuve à part, la GPL CUPS.

Cette compétition reprend les durées de course de 1967 faisant de ce championnat le plus difficile de la communauté francophone.

Toujours novateur il met la barre encore plus haut en organisant dès le mois prochain un challenge qui se déroulera sur 5 ans. Une vraie gageure !

D'ici là, il a bien voulu nous faire partager son érudition et sa passion pour notre simulation préférée à travers une interview qu'il m'a accordée il y a quelques semaines.

Alors, en attendant la GPL CUPS 2008-2012, bonne lecture...


R4E
 

 QUESTIONS GÉNÉRALES

 

1- Bonjour Michel, quel est ton parcours de Gamer en général et de sim-racer en particulier ?

Bonjour, il n'y a pas que GPL dans la vie. Les jeux vidéo sont une autre de mes passions de jeunesse.

A l'époque, je me cachais pour jouer. Ce n'était pas très bien vu par l'entourage familial. J'allais donc en cachette dans les salles d'arcade et je jouais à Pacman, à des titres que j'ai oublié. Quand je rentrais, je me prenais une avoinée parce que je n'avais pas fait attention à l'heure.

Mon premier PC était un 486SX (que j'ai toujours), acheté pour mes travaux universitaires. C'est sur cette machine que j'ai joué à des jeux comme Grand Prix 1, la série des X-Wing. J'ai été assez fidèle à la série Grand Prix (puisque je les ai tous) même si je n'aime pas particulièrement les Formules 1 modernes, mais il n'y avait pas grand chose sur le marché à cette époque.

Avec mon deuxième PC, j'ai pu en profiter un peu mieux. C'est à ce moment-là que j'ai acheté un volant. J'ai alors redécouvert GPL. J'ai également acheté un jeu qui m'a rapidement déçu : Spirit Of Speed 1937. Il permettait de tourner sur le circuit de Pau mais les physiques des voitures étaient franchement bizarres.

Depuis 2004, j'ai découvert successivement Nascar 2003, GTR, GTLegends, netKar Pro, rFactor. Les simus les plus intéressantes en fait. GTL est de la même valeur que GPL à mon avis, mais je ne peux guère en profiter car il ne tourne pas bien sur mon PC.

J'ai beaucoup joué également à Flight Simulator 2004 en ligne sur le réseau IVAO. Je faisais les tours du monde VFR (vol à vue) sur monomoteur à hélice parce que c'est ce que je préfère. J'ai également fait un peu de contrôle aérien. Une expérience vraiment passionnante et rien ne dit que je ne m'y remettrais pas un jour...quand j'aurais une machine convenable.

J'ai également un faible pour Silent Hunter III, une simulation de sous-marins assez délicate à prendre en main car dans le mode le plus difficile donc sans aide, il faut effectuer des calculs mathématiques précis pour réussir un coup au but avec une torpille. Mais l'immersion (c'est le cas de le dire !) est extraordinaire, pour ceux qui aiment les jeux lents...

En matière de jeux vidéo, je préfère les jeux d'aventure et les FPS avec un scénario qui tienne vraiment la route. Aujourd'hui, plus beaucoup de jeux nous racontent une vraie histoire, adulte, originale.

La plupart des développeurs se contentent d'appliquer des améliorations techniques dans l'univers médiéval-fantastique ou futuriste avec aliens belliqueux et je n'y vois que très peu d'intérêt. C'est divertissant un moment mais ça ne fait pas de grands jeux. La référence du genre est pour moi Deus Ex.

Les jeux de stratégie en temps réel ne sont pas du tout pour moi. Je suis trop lent car j'aime regarder ce qui se passe autour, musarder...Dans les FPS par exemple, je mets le double de temps que la majorité des joueurs pour achever un niveau. Le multijoueur n'est donc pas fait pour moi.

En ce moment, j'essaie de découvrir les jeux qui me sont passés à côté (peut-être une conséquence de ma marotte historique) : je joue actuellement à Silent Hill  2, Arcanum, Arx Fatalis, Vietcong, etc. Il y a de très bonnes choses là dedans.

Il commence à poindre depuis quelques temps quelques recherches sur une véritable mise en histoire du jeu vidéo. D'ici quelques décennies peut-être, nous aurons droit à une chaire d'histoire vidéo-ludique à la Sorbonne...!
 

2- Joues-tu actuellement à d'autres jeux en dehors du sim-racing et, dans ce cas, à quoi ?

Oui, j'ai réinstallé dernièrement Il-2 Sturmovik 1946. Je fais partie d'une escadrille virtuelle qui vole sur Hurricane. Nous sommes en train de commencer une campagne qui relate la défense de l'île de Malte en 1941.

Ce qui m'intéresse chez eux, c'est la recherche la plus précise possible de la fidélité historique. Un peu comme dans GPL-Cups. Nous volons en essayant de respecter au plus près les conditions de vol de l'époque, messages radios, formation, techniques d'attaques etc. C'est très immersif et franchement passionnant.


3- Actuellement tu ne joues qu'à GPL ou à d'autres simus et dans ce cas lesquelles et pourquoi ?

J'ai plusieurs simus sur mon ordinateur : Nascar Season 2003, netKar Pro et rFactor. Pour Nascar, j'apprécie surtout les sensations de vitesse et de course en paquets. Les courses sont en général très intenses et se jouent autant sur la stratégie que sur la vitesse pure.

Nascar 2003 dispose également de très bonnes modifications qui sont encore utilisées aujourd'hui : le mod GrandNational1970, le mod TransAm, le mod GTP.

NetKar est une simu étrange : très prometteuse, mais rongée par l'amateurisme. Elle est réservée aux simeurs exigeants car elle n'est pas facile d'accès. Je devrais dire "était" car plus personne ne joue à netKar aujourd'hui et le développeur ne semble pas particulièrement pressé de faire évoluer son logiciel...

RFactor, c'est un peu un immense garde-manger. On y trouve de tout et malheureusement souvent du moins bon. Peu de choses émergent du flot discontinu de mods : le mod F3Euro est peut-être le plus réussi, Fabcar, GrandPrix1979, V8Factor valent le détour.

La plupart des pilotes passent leur temps à tester de nouveaux mods et n'approfondissent pas un mod en particulier ce qui est le contre-pied de la philosophie GPL. Je ne suis pas très immergé dans cette communauté. 


4- Comment as-tu découvert GPL et est-ce que l'attrait a été immédiat ?

Je ne sais plus exactement, sans doute par hasard, dans un magasin. C'est surtout les screenshots du verso de la boîte cartonnée qui m'ont fait baver d'envie. Je l'ai acheté immédiatement.

A cette époque, je n'avais pas le PC capable de faire tourner GPL convenablement (pas de carte 3DFX et je ne disposais pas d'internet). J'ai donc joué avec les détails presque au minimum et au clavier.

Mais malgré cela, GPL m'a accroché. La sensation de vivre quelque chose de révolu, une période passionnante du sport automobile, de piloter à côté de "monstres sacrés". Mais j'ai quand même abandonné le jeu un moment car je n'arrivais à rien au clavier. Quand j'ai acheté un volant, je m'y suis remis et cela continue encore aujourd'hui...

5- Ton attrait pour GPL c'est un attrait pour la compétition en général ou pour la convivialité des courses on-line. Autrement dit, tu cours d'abord pour gagner ou simplement pour participer ?

Je ne suis pas un très grand compétiteur. Dans la vie réelle, mes compétitions sportives étaient assez calamiteuses car je n'ai pas un caractère de battant. Dans GPL, je ne cherche pas à gagner à tout prix.

Ma stratégie est plutôt attentiste. C'est pour cela que l'endurance me va bien. Les courses courtes, en sprint, j'y suis en général assez mauvais. Il me faut un certain temps pour me familiariser avec l'environnement et appréhender correctement la course (même si je connais très bien le circuit).

A titre de comparaison, je serai plutôt Hulme que Clark, même si, parfois, il m'arrive de réaliser ce que j'appelle "une Jim Clark", c'est-à-dire un départ en pôle, une course devant isolé et un record du tour, mais cela devient de plus en plus rare.

Le plus grand attrait de GPL est sans aucun doute sa communauté. Je me suis fait de nombreux amis grâce à GPL et la disparition du fondateur de F1Legends m'a profondément touché alors que je ne l'avais jamais rencontré réellement.

Il se crée quelque chose d'assez indéfinissable. L'impression de partager quelque chose d'assez unique (GPL) renforce des liens qui sont pourtant très ténus car l'on ne se connaît pratiquement pas par internet. C'est très étrange.

6- Vois-tu un avenir à GPL et lequel ? Passe-t-il par de nouveaux mods ou par de nouvelles fonctionnalités structurelles, retour au stand géré avec des anims, etc...?

Depuis 1998, GPL en a vu des jeux censés le déboulonner. Il y a pourtant toujours de nouveaux pilotes qui s'inscrivent dans les ligues, malgré la présence de rFactor, GTR, etc.

Tout n'est pas rose pourtant car même s'il y a du renouvellement, il y a aussi beaucoup de volatilité. Les pilotes qui participent à tous les Grand Prix d'une saison sont assez peu nombreux et nous n'y pouvons rien. C'est un comportement de consommation que l'on retrouve dans tous les domaines. Beaucoup de tentations ailleurs, de temps libre restreint, etc.

Je ne pense pas que les mods puissent donner une durée de vie plus importante à GPL parce que l'on constate que les pilotes s'inscrivent pour courir sur GPL original et très peu sur les mods. Ils donnent de la richesse, mais de la longévité, c'est moins sûr.

Ce qui fait perdurer GPL, c'est l'humain. Et compte tenu de la quantité de pilotes qui traînent dans la section Legends de RSC, du nombre de forums consacrés à GPL, d'articles, de ligues encore en activité et à moins d'un cataclysme informatique qui entraîne un blackout complet d'internet, je ne vois pas pourquoi GPL ne pourrait pas continuer son petit bonhomme de chemin pendant encore au moins 5-6 ans. En tout cas, pour GPL-Cups, on a signé jusqu'en 2012...

 

 HISTOIRE DE LA COURSE AUTO

 

1- T'intéresses-tu à l'histoire de la course automobile et si oui est-ce que c'est GPL qui t'a amené à t'y intéresser ?

Je me suis intéressé à GPL parce que le sport auto était quelque chose d'important pour moi. Ma "déformation" universitaire m'a surtout orienté vers les recherches historiques en tout genre, et j'adore fouiller depuis toujours des aspects de l'histoire (histoire des Arts, littéraire, des sports...).

J'ai bien sûr suivi assez jeune les retransmissions TV (à partir de la fin des années 70) et j'en garde encore d'importants souvenirs. Aujourd'hui, ça ne m'intéresse plus du tout. J'ai cessé de regarder les GP à la TV à partir du début des années 90 (en gros après la mort de Senna et même avant cela, je ne suivais que de manière ponctuelle).

J'ai vécu une partie de ma jeunesse à Pau et j'ai souvent fréquenté les paddocks du GP à l'époque des Coupe R5 (Alesi), F2 (avec Mike Thackwell, Stefan Bellof...) et aussi à Nogaro. Je baignais dedans. Donc il est certain que j'ai été tout de suite réceptif à Grand Prix Legends en 1998.

Je n'ai pas connu cette époque, je me suis donc documenté petit à petit, j'ai regardé les vidéos, acheté des magazines, des livres etc.

Donc, sans GPL, je ne pense pas que je me serais intéressé à cette période du sport automobile (les années 60). Ma période dans ce domaine, c'était plutôt la fin des années 70 et toutes les années 80.

2- Si oui, qu'est-ce qui t'intéresse le plus, les circuits, les courses, les pilotes, les écuries, les voitures ?

Tout, il faut s'intéresser à tout si l'on veut avoir une bonne perception de l'époque. Il est relativement aisé de réaliser des études très pointues en Histoire (d'aborder l'anecdotique) et elles sont nécessaires, mais sans synthèse, l'Histoire ne nous parlerait pas profondément.

Savoir que Clark a gagné le GP de Mexico 67 avec un embrayage cassé relève de l'anecdotique. Mais ce qui l'est moins, c'est que Clark dans sa carrière a rencontré d'autres problèmes de ce genre et que cela ne l'a pas empêché de gagner (il a remporté le GP de Belgique 1965 sous la pluie en pilotant d'une main, car son levier de vitesse ne se verrouillait pas).

Un pilote qui contourne un problème, trouve une solution efficace pour gagner finalement la course n'est pas un pilote comme les autres. C'est en cela, entre autre, que Clark est un phénomène et a suscité autant d'admiration.

Il est naturel que l'histoire du Sport automobile se focalise sur les pilotes car on ne voit qu'eux. Mais un passionné va chercher plus loin pour essayer de comprendre l'ambiance de cette époque, le mode de pensée des acteurs de l'époque. Et quand on arrive à capter cela, on entre vraiment dans un domaine fantastique, comme si l'on avait réussi à recréer une période révolue.

C'est ce que je recherche quand je m'échine à disséquer un GP de Formule 1 des années soixante. Cela rend cet univers plus humain, moins froid (à la différence des courses d'aujourd'hui où tout est conditionné par les chiffres, l'argent, la technologie...)


 LE PILOTAGE

 

1- Est-ce que tu privilégies le pilotage ou les réglages et qu'est ce qui t'as fait le plus progresser ?

En 1967, les réglages sur les voitures étaient minimalistes. Selon les circuits, les mécaniciens changeaient les rapports de boîte, les plaquettes de freins, réparaient les dégâts des courses précédentes, c'est à peu près tout. Aux pilotes à s'adapter...

Je suis plutôt comme ça. Dans la ligue GPL-Cups, nous avions organisé des courses sur châssis monotypes avec setups imposés pour tous les pilotes : ce que je constatais, c'est que les pilotes étaient toujours à leurs places, que ça ne changeait pas grand chose aux performances, quels que soient les setups. Un léger nivellement peut-être en fonction des circuits.

La recherche d'un setup ne doit donc pas être une fin en soi. Si ça amuse certains, c'est bien. Quant à moi, je ne passe pas énormément de temps à régler. Le plus important se passe sur la piste.

Ce qui m'a le plus formé, ce sont les courses avec les AI et les championnats que je simulais (d'abord en mode Débutant, Intermédiaire, puis GP). Apprendre la patience, rouler avec sa tête, gérer les écarts, le comportement du véhicule sur la durée.

2- Est-ce que tu joues prioritairement avec les réglages par défaut, avec ceux pris sur le net, tels quel ou adaptés à ta sauce ou alors avec des réglages que tu crées entièrement toi-même ?

Jusqu'en février 2004, j'ai utilisé les sets par défaut. Cela me permettait de descendre juste sous les 1:21 à Kyalami et de gagner en Lotus avec un tour d'avance sur tout le monde en mode Grand Prix.

J'ai eu accès à internet à cette époque. J'ai commencé à utiliser les RE (Roland Enhström) et AW (Andreas Wilke), sans les modifier. Ensuite quelques GH2, JojoF1 et Fabre (dans mes grands jours...).

Je n'ai jamais fait de fixation sur les setups. Je les modifie très peu (angle de braquage, répartition de freinage, angles de rampe parfois, c'est à peu près tout). Pour les longues courses de 2 heures, quand je sens un setup stable, je le garde qu'il soit de tartempion ou de machin.

Sur un Grand Prix, la vitesse est moins importante que la régularité. Pour le hotlap, c'est différent. Je fais un ou deux tours sur un setup et j'en essaie un autre, mais mon critère de sélection est toujours le même : il doit être agressif mais suffisamment stable pour éviter les mauvaises surprises.

3- Quand tu joues, surtout dans les courses on-line où la tension peut être plus importante, as-tu besoin de calme et d'isolement ou peux-tu jouer dans n'importe quel environnement ?

Le bureau dans lequel je joue est isolé des autres chambres, cela me permet de ne pas faire trop de bruit et d'éviter de réveiller la famille... J'ai toujours joué isolé de toute façon, c'est un sport finalement assez solitaire...


 LES VOITURES


T'es-tu intéressé aux carsets, la possibilité de modifier visuellement les voitures, peintures persos etc... et pourquoi ?

Pour les peintures personnelles, je ne trouve pas les essais très concluants dans ce domaine mais surtout, je suis un peu du genre "intégriste" quand il s'agit de coller à la période. Une livrée fictive ne m'intéresse pas du tout.

Par contre, améliorer les textures, les cockpits etc. pour plus de réalisme, c'est quasiment un devoir pour tout pilote de GPL. Du logiciel original, il reste très peu de choses en l'état. J'ai modifié pratiquement tout.

J'ai des améliorations pour les circuits mais j'ai privilégié le compromis entre le rendu graphique et la fluidité pour les courses online. Par exemple, je tourne online à Monaco avec très peu d'améliorations. Par contre, offline, je me fais le plaisir d'utiliser le Monaco Rocks.

Pour améliorer les voitures, j'utilise l'excellent logiciel GP²L (un outil d'orfèvre de mon ami Zozo qui est en train de développer une nouvelle version) qui permet de moduler à loisir les carsets en un seul clic. J'ai donc confectionné plusieurs carsets pour chaque voiture.

L'exemple le plus intéressant est la Ferrari de 1967. Nous avons le choix entre 3 carsets possibles mais dans GPL, un seul est actif. J'ai donc un carset pour la Ferrari 36V, un autre pour la 48V et un dernier pour la Ferrari de Parkes.

Chaque Ferrari a des améliorations spécifiques (volant, cockpit etc.) et selon mes envies du moment, je change l'aspect de ma Ferrari très simplement. Je fais la même chose avec le mod65 qui présente aussi plusieurs carsets pour un seul châssis.

J'attache également une grande importance à l'immersion sonore. Le point fort de GPL n'a jamais été le rendu sonore des moteurs. Il est très difficile d'éditer les fichiers .wav parce qu'ils ont une plage très restreinte et tournent vite en boucle. J'ai essayé beaucoup de sons provenant de différentes sources mais ils ne m'ont jamais vraiment convaincu jusqu'au jour où j'ai essayé les sons d'un mélomane accro à GPL.

On a un peu collaboré ensemble pour développer son pack de sons (en réalité, je n'ai pas fait grand chose, surtout le stimuler ou lui donner mon opinion) et il est arrivé à quelque chose qui tient très bien la route (c'est encore ses sons moteurs que j'utilise).

La qualité d'un pack son peut rendre le pilotage encore plus intense, car on ressent encore mieux l'évolution du régime moteur et écouter un moteur de F1 fait aussi partie du plaisir de piloter. Un "son de moustique", ça casse un peu l'ambiance...


 LES CIRCUITS

 

1- La question de l'oeuf et la poule : Faut-il aimer un circuit pour réussir à bien y piloter ou réussir sur un circuit pour l'aimer ?

Je me suis posé la question y'a longtemps car tout le monde la pose et veut savoir notre classement des circuits préférés pour le comparer. Le pilotage de GPL repose sur le plaisir (le plaisir de piloter rapidement sur un circuit, le plaisir de faire un tour sans faute, le plaisir d'aller vite et de réussir un passage proprement). Donc on pourrait répondre oui à ta première partie de question,  mais cela va au-delà.

Le dernier défi quand on aborde GPL c'est de se mesurer à des pilotes humains dans les ligues. Et là, cela devient différent : on doit s'entraîner sur les circuits imposés par la saison, même s'ils ne nous plaisent pas.

Pourquoi continuer alors ? Parce que c'est presque comme un "boulot". On fait son "travail" de pilote virtuel en quelque sorte (bon, il n'y a pas que ça qui nous fasse continuer quand même...). Dans ces conditions, il peut arriver que l'accumulation des kilomètres sur un circuit (et donc l'amélioration des performances) ou un bon résultat lors de la course, modifient l'opinion du pilote.

Donc, on pourrait répondre oui à la deuxième partie de question. Il y a certainement les deux cas de figures dans la communauté des pilotes. Mais on peut également détester un circuit et être très performant ou être incapable de tourner correctement sur un circuit ou n'avoir jamais fait de belles performances et avoir de l'affection pour ce circuit. Les cas de figures sont variés.

2- T'intéresses-tu essentiellement aux 11 circuits Papyrus ou aimes-tu découvrir régulièrement de nouveaux circuits ?

Pourquoi se limiter aux seuls tracés de GPL ? Je pense qu'il faut bien les connaître de toute façon avant de vouloir passer aux autres, car dans ces 11 circuits, on retrouve à peu près toutes les configurations de virages.

J'aime bien découvrir de nouveaux circuits, il existe de très belles choses maintenant, tant du point de vue graphique que du point de vue pilotage (Schottenring, Jops Siffert, Zeltweg etc.).

Comme j'ai entamé le TotalRank, je suppose que je vais devoir connaître à peu près tous les circuits existants. Je trouve ça excitant, car je suis très curieux de nature...

3- Quels sont tes circuits préférés et ceux que tu aimes le moins parmi les 11 et pourquoi ?

Je ne crois pas ne pas aimer un des 11 circuits. J'ai ma préférence, c'est évident, mais tous ont un quelque chose qui me les fait apprécier, un virage, un enchaînement, une atmosphère.

Je mettrais Spa et le Nürburgring en tête de ma sélection (le premier pour les sensations de vitesse qu'il procure, le deuxième pour la difficulté du pilotage et l'effort de concentration).

Puis viennent Zandvoort, Rouen, Silverstone, Watkins Glen, Kyalami, Mosport, globalement dans le même panier pour moi. Celui que j'apprécie le moins est peut-être Mexico, car je trouve le tracé toujours un peu bizarre : il demande des rythmes de pilotage différents selon ses sections et j'ai parfois du mal à trouver ces rythmes dans une course.

Monaco est un peu particulier (piloter 100 tours là-dessus en mode GP, c'est être vraiment masochiste... La frustration nous attend à chaque seconde, un coup de volant imprécis, le trottoir, le pneu arraché... On ne peut pratiquement pas rattraper la voiture. C'est le rail tout de suite).

En terme de sensations de pilotage, c'est très intense, surtout si l'on peut faire tourner Monaco Rocks dessus. Très immersif. Malheureusement, j'ai toujours considéré Monaco (mais aussi Spa) comme manquant de réalisme au niveau du tracé (surtout à la chicane et au virage de la Gare).

C'est trop étroit aussi par endroits. La montée de Beau Rivage par exemple peut se faire à deux de front (voir le départ du GP de 1966) mais pas dans GPL. Comme je recherche l'immersion totale en général, ça me gâche mon plaisir à chaque fois que je pilote sur ce manège.

Pour la Chicane du port, c'est encore plus flagrant : dans GPL, on prend à fond, mais dans les courses de l'époque, ils tombaient une ou deux vitesses, car la chicane était assez fermée (en gros et d'après les commentaires des pilotes, en haut de la butte, ils commençaient à freiner aux alentours de 200 km/h puis passaient la chicane à 150 km/h - dans GPL 67, on passe à 250 km/h, avec le mod65, vers 220 km/h, une très grosse différence !).

Donc avec ces défauts, Monaco ne peut pas être mon circuit préféré, même s'il m'a plutôt bien réussi depuis le début de mes courses online, mais il se place juste après le Ring sans hésitation.

4- Si tu t'es intéressé aux autres circuits lequel ou lesquels as-tu préféré et pourquoi. Tracé, concept, graphisme ?

J'ai une affection particulière pour Zeltweg. L'impression de piloter dans la montagne, l'air pur... Et puis des réminiscences, sans doûte. Les souvenirs des retransmissions TV des GP de F1 à Zeltweg. Mais surtout, c'est ma première course et première victoire online. Ca marque assurément.

5- Tu les as joués off-line en course ou en training ou alors on-line dans le cadre d'une compétition ?

Je ne fais plus de course offline, uniquement du hotlap. Et puis évidemment les courses online dans les ligues.

6- Sais-tu pourquoi des circuits qui ont l'air d'avoir une très bonne aura au sein de la communauté comme l'Ile de Man ou Machwerk ne sont jamais utilisés dans les compétitions ? Sont-ils trop difficiles ?

Je ne parlerai que de Machwerk car je n'ai jamais tourné sur Ile de Man. On souligne en fait la performance technique. Car c'est quelque chose de concevoir un tracé de plus de 5 minutes aussi détaillé graphiquement que Machwerk.

Techniquement, il n'est pas aussi difficile que le Ring, la difficulté est dans la mémorisation. Et pour mémoriser, il faut tourner dessus. Mais s'entraîner sur un circuit quand on sait que l'on va connaître son premier temps dans 15 minutes à peu près, ça n'encourage pas.

Pire quand on doit faire une course dessus : les essais durent globalement 30 minutes dans les ligues, 45 minutes sur les circuits longs. Donc sur des circuits comme ça, on ne dispose pas de beaucoup de tours pour faire un temps. Si l'on se plante, c'est reparti pour un quart d'heure à vide.

Le système des ligues n'est pas du tout adapté pour ce genre de circuits. Il est fréquent de ne pas pouvoir faire un temps aux essais du Ring dans les courses officielles. Et comme il est difficile de doubler en général sur ce tracé, on fait le forcing au départ et y'a toujours des dégâts dans la Südkhere. Machwerk, Nürburgring, Ile de Man (si je regarde son tracé sur une carte) sont des circuits très tourmentés. Un virage suit l'autre, peu de lignes droites.

Pour les courses online, c'est peu gratifiant pour les pilotes, car il y a très peu de bagarres. Ou alors, elles se passent à distance. On s'observe, on attend que l'autre se plante. On double comme ça en général.

J'aime bien cette façon de doubler les concurrents mais la plupart des pilotes préfèrent la "baston" sur la piste. Donc, ils ne sont guère adaptés à ce qu'attendent les pilotes.

7- Es-tu intéressé par des projets en cours comme ceux de circuits très longs, L'île de Man version complète par Jim Pearson ou la Targa Florio, plus de 60km chacun, ou est-ce que ça te passe complètement au-dessus de la tête ?

Je trouve qu'avoir eu l'idée de réaliser la Targa Florio ou l'Ile de Man version longue pour GPL est déjà digne de respect. C'est grâce à ces individus (Nigel Pattinson notamment), que l'on peut repousser encore les limites de GPL.

Il y a pourtant un problème : j'imagine mal tourner avec des F1 sur la Targa Florio - ce type d'épreuve chronométré n'est d'ailleurs pas géré dans GPL et l'Ile de Man accueillait je crois le Tourist Trophy réservé aux motos. Par contre, si le mod Protos voit le jour, la Targa sera alors un circuit très intéressant.


 LE JEU OFF-LINE

 

1- Joues-tu off-line et pourquoi ?

Uniquement pour le hotlap. J'ai beaucoup joué avec les AI jusqu'en 2004. Mais depuis la découverte des ligues sur internet, je ne vois plus l'intérêt de faire des championnats offline.

2- Si tu joues en course off-line t'es-tu intéressé au réglage des A.I. à travers les travaux de gens comme Alison Hine, Lee Bowden ou Kuratko ou comptes-tu seulement sur ton pilotage pour gagner et dans ce cas jusqu'à quel niveau as-tu pu aller ?

Jamais. Je ne savais même pas que ça existait... Dans Nascar 2003, il y a la possibilité de paramétrer très simplement le niveau des pilotes AI, mais dans GPL, l'information n'est pas accessible dans les options. Cela ne m'est jamais venu à l'idée de modifier leurs performances.

Quand on débute, il est délicat de réussir une course avec les AI car ils sont très agressifs dans le premier tour. Ensuite, ils ont parfois du mal à se doubler sur des circuits comme Zandvoort. J'en profitais. Même en mode Grand Prix, les AI ne me posaient pas trop de problèmes.

 LES MODS

 

1- T'intéresses-tu aux autres mods existants, lesquels, pourquoi et comment ?

Evidemment ! Il existe peu de mods pour GPL mais ils sont d'une qualité exemplaire. On peut les télécharger les yeux fermés, on ne sera pas déçu (ce qui n'est pas le cas pour rFactor).

L'équipe de développement des mods a fait un travail remarquable sur le mod65 et ils n'hésitent pas à se remettre en question pour améliorer davantage le comportement des châssis (un projet de mise à jour du phénomène d'aspiration est en cours pour le mod65).

J'ai accroché immédiatement au mod65. Il est facile à prendre en main mais demande une grande précision de pilotage si l'ont veut aller vite. Les voitures sortent moins de la piste, les pilotes s'engagent davantage et cela donne de très bonnes courses en ligne.

Pour le mod69, je regrette juste qu'ils l'aient sorti en plusieurs fois. Car les physiques ont été transformées à chaque version, ce qui a déconcerté beaucoup de pilotes. J'avais du mal avec les deux premières versions 69. Je trouvais les passages en courbe complètement irréalistes et le rythme du mod beaucoup trop rapide. Mais j'ai effectué des courses mémorables avec ce mod. Aujourd'hui, la version 3 est mature.

Le mod Thundercars, c'est un peu le parent pauvre des mods de GPL. Plus personne ne l'utilise, ou alors quelques irréductibles...
En terme de sensations, Thundercars est aussi attractif que les autres mods.

Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une sorte de mod69 survitaminé avec ailerons, pneus lisses et moteur V8 au couple immense. Sur des circuits comme Monza, Silverstone etc., ces voitures sont très joueuses et particulièrement plaisantes à piloter.

Alors pourquoi si peu de pilotes ? D'abord, parce que c'est un mod fictif. Les pilotes de GPL sont attirés par l'immersion, donc, le paramètre historique est primordial, il faut une référence.

Thundercars ne se rattache à rien, ou peut-être vaguement à la Formule CART américaine. Ensuite parce qu'il n'y a pas de TCRank. Cela joue beaucoup pour attirer les pilotes.

2- T'intéresse-tu à des mods en préparation et lesquels ?

Oui, car je sais que ce seront de bonnes modifications. Dans l'immédiat, j'attends impatiemment le mod66 car nous en aurons besoin en 2009 pour le championnat GPL-Cups. Et surtout parce qu'ils ont réussi à transformer l'exe pour permettre l'apparition de toutes les équipes (à l'heure actuelle GPL est limité à 7).

Le mod Cortina m'intéresse un peu moins car je crains d'être déçu - il existe déjà une excellente référence dans ce domaine qui est la Lotus Cortina de GTL, mais je suppose qu'ils ont fait ce mod pour rendre hommage à Jim Clark qui excellait autant au volant d'une Cortina qu'au volant d'une monoplace.

Ces deux mods vont sortir prochainement, c'est certain. Pour les autres, c'est encore un peu trop tôt pour le dire, mais beaucoup de projets sont en cours : le mod55, le mod"Titan" (les années Trente), le mod LeMans (protos), le mod CanAm.

Je ne suis pas pressé de découvrir tout ça. Avec tout ce que l'on a déjà dans GPL, on ne risque pas la saturation.

 

 LE MATÉRIEL

 

1- Avec quel matériel joues-tu ? Ecran, taille et résolution d'image.

Mon ordinateur n'est plus tout jeune. L'écran est un 17 pouces que j'ai acheté en 2002, je crois, avec un Pentium III. Je le laisse tourner en 1024x768.

La tour, c'est un ami de F1Legends qui me l'a donné et elle marche encore très bien. J'ai amélioré un peu sa configuration depuis : Pentium IV 1.4 ghz, 768 mo de Ram, Radeon 9550 Pro 256 mo. Je ne peux pas faire tourner certains jeux car le processeur ne suit pas la norme SSE mais il se défend pas trop mal encore aujourd'hui.

2- Quel Volant, pédalier ?

J'ai fait mes premières courses en ligne avec un Logitech Wingman Formula. Ma femme m'a offert un Momo Racing (noir) il y a quelques années.

Très bon volant sauf le pédalier : mal conçu, trop fragile, je n'ai toujours pas trouvé la solution pour le fiabiliser définitivement. A la longue, il y a des pertes de puissance à l'accélération (de l'ordre de 15%).

Le jeu latéral de l'axe de la pédale de droite s'accentue et le potentiomètre se ballade dans son logement. D'où le manque de précision et la perte de puissance.

C'est très frustrant car en course, on ne peut défendre correctement ses chances. Et cela survient n'importe quand. Je fais de moins en moins de hotlap à cause de cela, car je ne sais jamais si je suis à 100% des capacités du pédalier.

3- Joues-tu avec le retour de force et pourquoi ?

Oui, mais j'avoue que je ne me pose plus ce genre de question. Le retour de force me permet d'avoir, il me semble, une meilleure compréhension du comportement du véhicule car dans une simulation, on ne dispose que de cette seule sensation physique, toutes les autres (transferts de masse, vibrations, vent) sont absentes.

Il est difficile de toute façon de retrouver dans une simulation les sensations que l'on éprouve quand on conduit un véhicule dans le réel mais on peut s'en approcher.

4- Si c'est oui, le règles-tu plutôt fort ou plutôt léger ?

Je préfère le régler assez fort pour ressentir au mieux le "poids" du véhicule.

5- Que penses-tu du fait qu'un "alien" comme Martin Audran joue sans retour de force et donc penses-tu que le fait de jouer sans retour de force puisse permettre d'améliorer ses performances ?

Il n'est pas le seul à se dispenser du retour de force. Je pense qu'il a pris l'habitude de piloter sans. C'est au goût de chacun finalement.

Par contre, je ne crois pas que ta question soit pertinente. Ce n'est pas l'activation ou non du retour de force qui crée la performance.

La vraie question est de savoir ce qui rend un pilote performant... D'autres éléments plus signifiants sont à prendre en considération avant le retour de force (la régularité des entraînements, le sens des trajectoires etc...)

6- Au niveau du passage des vitesses, tu joues avec ou sans embrayage ?

Je n'ai que deux pédales. L'embrayage me sert au départ, c'est tout.

7- A part ça, c'est palette au volant, levier de vitesse en H ou en séquentiel ( haut-bas ) ?

Je n'ai pas de shifter. Le Momo noir dispose d'un levier séquentiel. Je l'utilise quand je pilote sur Nascar (ovales et routiers), GTL, rFactor, netKar...

Là encore, c'est une question d'habitude. J'utilise plutôt les palettes dans GPL, mais cela m'arrive aussi d'utiliser le séquentiel, mais comme mon retour de force est assez fort, j'ai bien besoin des deux mains pour maîtriser les voitures...

8- As-tu un poste de pilotage spécifique, avec un siège spécifique ou une pièce dédiée ou joues-tu plutôt à l'arrache "sur un coin de table" ? 

L'ordinateur est dans un bureau. Je m'en sers pour bien d'autres choses que GPL. Je ne vois pas l'utilité, pour l'instant, d'avoir un cockpit destiné uniquement aux simulations autos car je ne fais pas que ça et il faut bien reconnaître que je manque un peu de place tout de même. Je m'assois le plus bas possible sur un siège de bureau traditionnel, auquel j'ai enlevé les roulettes... J'ai incliné et calé mon pédalier avec des planches.

9- Es-tu satisfait de ton matériel et si non penses-tu en changer bientôt et pour quels produits ?

Sommes-nous toujours satisfait de notre matériel ? Les composants évoluent tellement vite qu'une carte graphique achetée est déjà dépassée le mois suivant.

Je ne fais pas la course à l'"upgrade" car je ne suis pas très exigeant concernant les graphismes d'un jeu. Si le jeu rame, je descends les détails graphiques, je n'en fais pas une jaunisse...

Pour le moment, la configuration de mon PC me permet de jouer dans de bonnes conditions à GPL, sans plantage. Je ne ressens pas le besoin de changer d'ordinateur, j'attends qu'il tombe en rade pour, peut-être, envisager autre chose.

Pour le volant, c'est un peu différent. J'ai ouvert mon Logitech une bonne cinquantaine de fois. J'arrive à le consolider pendant un mois ou deux mais les problèmes reviennent. Il faudrait le réparer de façon plus radicale mais je n'ai pas le matériel adéquat. Quand j'ai un peu d'argent de côté, j'achète un autre volant plus solide, c'est évident.


 QUESTIONS PERSOS

 

-1 Chacune des courses ci-après, chaque amélioration au RANK est le signe d'une progression. Lesquelles ont été les plus agréables sur le moment et à posteriori ?

Mes premières courses en ligne dans la ligue F1Legends m'ont le plus marqué. 2004 avec Zeltweg (que je gagne en Cooper), Zandvoort (où je mène la course en Cooper pendant quelques tours mais je commets une faute à Tarzan et je finis deuxième), Silverstone (que je remporte en Ferrari) et Spa (en Cooper et premier au général je crois).

J'ai eu une période étonnante, où chaque fois que je m'alignais à Monaco et à Silverstone, je gagnais, quelle que soit la ligue. J'ai fait beaucoup de courses depuis 2004 toutes ligues confondues et il serait trop long d'en parler ici.

Mais ce que je peux retenir de toute cette "carrière" virtuelle, ce n'est pas les performances mais les déconnections. Je n'ai trouvé la solution à ces problèmes de ligne que depuis quelques mois. Mais en 2004, je n'étais jamais sûr de finir une course et cela m'est arrivé très fréquemment. J'ai abandonné progressivement tous les championnats dans lesquels je participais à cause de cela.

En ce qui concerne le GPLRank, je n'y attache pas une grande importance. Etre parmi  les 300 meilleurs mondiaux ne représente pas grand chose, parce que ce système n'est pas très représentatif.

Je connais beaucoup de pilotes très talentueux qui n'ont jamais posté leurs temps, d'autres qui ne mettent pas à jour, donc leur rank ne représente pas du tout leur niveau. Je l'utilise pour savoir si je suis globalement compétitif sur un circuit, c'est tout.

-2 Il te manques un temps à Imola dans l'Historic Rank, tu ne cours pas après les RANKS ?

Pas vraiment. J'ai des périodes de hotlap intensif. Puis je décompresse. Mais je fais de moins en moins de hotlap car j'ai peur d'user encore plus mon pédalier... Je le réserve presque uniquement pour les courses maintenant.  Pourtant, j'aime assez cette épreuve du hotlap.

-3 Faire partie du club très fermé de ceux qui ont réussi à tourner au Nürburgring en moins de 8 minutes, j'imagine que c'est un grand motif de satisfaction. Est-ce que ça a été également une grande surprise ? 

Le Sub-8 au Ring, c'est un peu la quête du Saint-Graal de GPL. Beaucoup s'y mesurent, peu l'atteignent. C'est une question de paliers : on se met des bornes psychologiques comme le 8:00.000s et quand on essaie de franchir ce palier, on échoue souvent. Parce que c'est avant tout psychologique.

Ca vient quand on ne s'y attend pas la plupart du temps, quand on est bien concentré sur le tracé, sans vouloir "taper" un temps... et sans regarder Pribluda, car si l'on voit que l'on est dans un bon tour sur les partiels, le dernier secteur est en général gâché parce qu'on tremble de sortir.

C'est ce qui s'est passé pour le 7:59 en Ferrari. Mais quand les chronos flirtent régulièrement aux alentours de 8:05, on se dit qu'on finira par franchir les 8:00 un jour ou l'autre. Il faut seulement éviter de se précipiter car le Ring ne pardonne rien.

Mais il y a un club encore plus fermé au Ring, c'est le club des sub-8 en BRM (ils sont 25 à l'avoir réussi). Je pense qu'eux peuvent se dire particulièrement satisfait de leur performance !

Merci Michel de nous avoir joliment fait partager ta passion pour Grand Prix Legends en nous donnant un peu de ton temps.

R4E

-Propos recueillis le 25.10.2007-

 

 REPÈRES DE CARRIÈRE

 

Organisateur de la GPL CUPS 100%.


BOB CRAMER

-MOD65

02.2007 - SILVERSTONE -2è ( à 5 secondes de Guillaume siebert )

-MOD69

03.2007 - SILVERSTONE - 3è


GPLCUPS

01.2005 - WATKINS GLEN - 1er

CHAMPION 2005 ( 5 VICTOIRES EN 12 COURSES )


F1LEGENDS

2004 - ZELTWEG - 1ère VICTOIRE

2005 - 3è ( derrière Jops Siffert, second pour sa dernière course )

2E DU CLASSEMENT GENERAL

2006 - MONACO - 1er


LFGPL

-MOD67

06.2004 - D4 - WATKINS GLEN - 2e
 
09.2004 - D4 - MONACO - 1er

04.2005 - D3 - SILVERSTONE - 1er

05.2005 - D2 - SPA - 2è

02.2006 - D1 - LE MANS - 5è


-MOD65

02.2006 - D1 - MEXICO - 1er


-MOD69

03.2006 - D1 - BRANDS HATCH - 1er

 


HOT LAP

 

MOD 67

05.2004 / +20 / 0 / -10

06.2004 / -20

07.2004 / -30

08.2004 / -40

02.2005 / -50

11.2005 / -60

03-2006 / -64.94

SILVERSTONE 1.25.8 / MONACO 1.24.6

MEXICO 1.45.6 / WATKINS GLEN 1.04

NURBURGRING 7.59.1

DANS LE TOP 15 FRANCAIS


MOD 65

04.2005 / -12

05.2005 / -20

02.2006 / -23.6

MEXICO 1.50.2 / CLERMONT FERRAND 70 3.31.7 / ZANDVOORT 1.27.5

+/- TOP 30 MONDIAL ( 3E FRANCAIS ) SUR PRES DE 500 PILOTES



05/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres