DICO DES PILOTES - L COMME... LEBLOND

 

 L COMME... LEBLOND

LACAZE Benjamin

  Benjamin Lacaze intègre la ligue française en avril 2002 en disputant une course en D4 sur le circuit de Rouen. En mai et juin il s'impose à Silverstone et Mosport puis accède à la D3 en septembre. Il s'y impose d'entrée à Mosport et, après deux autres courses, dont un podium à St Jovite, il monte en D2 mi-novembre et pour la fin de l'année. En 2003 il entame sa première saison complète et y roule à nouveau en D2. Il n'est pas loin du podium en février et avril mais finit par s'imposer à Rouen en juin. Après ce succès il accède à la D1 qu'il ne quittera plus par la suite. Cette arrivée au sommet se passe plutôt bien puisque sur les 4 dernières courses il termine 3 fois aux pieds du podium et une fois dessus, à Watkins Glen (novembre) derrière Eric Coineau et Davy Decorps. Cette belle saison se termine pour lui avec un place dans le Top 10 au classement général.

 

En 2004 Benjamin Lacaze participe à une douzaine des quinze courses de la saison et là encore s'en tire plutôt bien : podium à Zandvoort et Lime Rock en février et mars avant qu'en juin, à Watkins Glen, il ne soit pas loin de s'imposer au sommet, barré seulement pour cela par Davy Decorps. Un nouveau podium lors de la dernière course, mi-décembre à Silverstone, complète son année et lui permet à nouveau d'occuper le Top 10 au général. 2005 est une des grosses années de la ligue française puisque environ 120 pilotes participent au championnat, répartis sur 6 niveaux. Benjamin Lacaze continue de s'y illustrer parmi les meilleurs : janvier, juin et décembre le voient finir sur le podium à Zandvoort, Dijon et Monthlery. En février, à nouveau à Watkins Glen, c'est Eric Coineau cette fois-ci qui le prive d'une 1ère victoire au sommet. En décembre à Kyalami c'est pour 5 secondes seulement que cette victoire lui échappe au profit de Fabien Lauzet. Au final cette saison reste quand même sa meilleure puisqu'au classement général il termine derrière un podium constitué de Davy Decorps, Eric Coineau et Bruno Guinet.

 

En 2006 Benjamin Lacaze ne fait plus qu'une bonne demi-douzaine de courses de janvier à novembre. A Watkins Glen, en janvier, c'est pour la 3è fois qu'une victoire au sommet lui échappe, encore une fois derrière Davy Decorps. Il figure encore bien, également, à Mexico et Mosport (février et avril) avec deux nouveaux podiums. Par la suite il se retire des pistes n'y revenant que fin 2009 pour une ultime ronde à Monza.

 

 

Carrière : 2002-2009 - 6 championnats

 

Meilleur résultat :

2005 - 4è - LFGPL


Autres résultats marquants :

2003 - 9è - LFGPL
2004 - 9è - LFGPL

 

 

  Courses disputées : une soixantaine.

  Victoires : quatre.

 

  Rank : -55

LAIGLE Albert

  En 2017 Albert Laigle est, avec Alain Rochette et Jean-François Bovy, un des vétérans du GPL francophone. En effet il débute dès le mois de septembre 2001 dans le championnat F1 Legends, une compétition ayant démarré le mois précédent. En octobre il termine déjà aux pieds du podium pour sa deuxième course, derrière des pointures de l'époque comme Sauger, Souche et Guinet. En octobre il fait aussi partie du championnat GPL Passion 2001/2002 où il termine second en février à Crystal Palace derrière Emmanuel Grossin. Sa saison 2002 le voit rouler en D2 chez F1 Legends où il obtient à nouveau trois podium, la victoire ne lui échappant que pour trois secondes en octobre à Monza. En 2002 il rejoint aussi la ligue française où il va faire l'essentiel de sa carrière. Il y débute en D3 et termine champion de cette division en n'ayant paradoxalement terminé au mieux que trois fois aux pieds du podium. En 2003 il progresse chez F1 Legends puisqu'il termine second en D1 en février, battu seulement par Freddy Hell à Rouen. Son année est cependant assez disparate puisqu'il obtient des places similaires en octobre en D4 puis en D2. En ligue française il navigue entre la D5, où il fait un tiers des courses, et la D3 où il roule le reste du temps. Trois podiums en D4 et un en D3 marquent sa saison mais il enregistre surtout sa première victoire (en D4) à Monza en octobre.

 

A partir de 2004 il se consacre exclusivement au championnat de la ligue française où il va connaître une progression ininterrompue. Cette année là il retrouve la D3 où après un podium en début d'année il obtient coup sur coup ses trois premiers succès à ce niveau : Mexico, Mosport et Silverstone tombent dans sa musette en octobre, novembre et décembre. De quoi finir sur le podium d'un championnat par niveau remporté par Jan Verschueren. En 2005 Albert Laigle accède à la division supérieure où il va obtenir un podium dès la première course à Zandvoort et clôturer l'année de la même manière à Monthléry. Entre les deux il triomphe à Albi en avril puis à Monza et Kyalami en novembre et décembre ce qui lui permet de décrocher le titre de champion de D2. En 2006 il intègre la D1 et s'y illustre très vite, battu seulement en février au Mans par des pointures comme Coineau et Gardes. Ce podium et ses autres résultats lui valent d'accrocher le Top 10 au classement général. Il fait aussi une incursion dans le monde des mods en disputant six des sept premières courses du championnat 69 (D1), le temps d'une 2è place à Mosport en avril derrière Pascal Fourcade.

 

L'année suivante il continue son parcours dans la D1 de 67 mais n'y obtient que des 4è places lors des 3 dernières courses, Road Atlanta en novembre le voyant finir à quelques dixièmes seulement du 3è, Bruno Guinet. Ce qui ne l'empêche pas de terminer encore mieux placé que l'année précédente au classement général. En mars 2008 il décroche un nouveau podium au sommet, à Virginia, seulement battu par Coineau et Roméo mais, paradoxalement finit aux portes du top 10 au classement général. L'année suivante il ne dispute qu'une demi-douzaine de courses parmi lesquelles Silverstone en septembre où il est barré par Gubbels et Coineau. En 2010 il renoue avec une saison quasi-complète, participant à une douzaine d'épreuves, toujours en D1 (sauf Monaco). Son annuel podium se dessine cette fois-ci à Silverstone en novembre et il quitte les pistes en décembre après une dernière boucle à Monza. Comme en 2008 il termine aux portes du top 10 au classement général.

 

En février 2015 il fait son retour à la compétition en renouant avec la ligue de ses débuts : dans le championnat F1 Legends il roule toute l'année en D1 même en Honda ou Brm. En octobre et décembre il décroche des podiums à Bathurst et Kyalami et, malgré son absence à la première course de la saison, termine dans le Top 10 au classement général. En 2016 Albert Laigle réalise sa meilleure saison en décrochant ses deux premières victoires au sommet, ce qu'il n'avait pas fait en ligue française : il s'impose nettement en juin à Hilltop puis confirme en septembre à Jops Siffert en devançant Olivier Roméo d'à peine une seconde. Au final il intègre le top 5 au classement général.

 

 

Carrière : depuis 2001 - 16 championnats*

 

Meilleurs résultats :

 

2006 - 8è - LFGPL

2007 - 7è - LFGPL

2015 - 9è - F1 Legends

2016 - 5è - F1 Legends

 

  Courses disputées : 180*.

  Victoires : près d'une dizaine*.

 

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013/2014

2015

2016

Classement

75

en diminution 85

en augmentation 71

en augmentation 66

-

-

-

21

en augmentation 6

Sur

168

162

144

104

89

65

52/49

55

42 

 

 

  Rank : -27 (estimation).

 

*à fin 2016

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 LAMBERT Florent

  C'est début février 2000 que Florent Lambert fait ses débuts dans le championnat de la ligue française. Il roule d'entrée en D1 et s'impose dès sa première course sur le circuit de Kyalami. En fin de mois il obtient un podium à Monaco puis descend en D2 en mars et s'impose à Spa. Il remonte ensuite en D1 jusqu'à la fin de l'année et continue à creuser son sillon : deux podiums en avril (Rouen et silverstone) étoffent sa saison et il enchaîne en juin avec un nouveau succès à Monza. Sa fin de saison est marquée par une 3è victoire au sommet, à Mexico (octobre), ce qui lui permet de terminer 1er en fin d'année au classement général de D1. Son unique participation en D2 le prive cependant du titre et le met à la 2è place du classement général final.

 

En 2001 il fait à nouveau une saison complète et le succès est encore au rendez-vous : il s'impose à Solitude en octobre et sur le circuit Bugatti au Mans le mois suivant. 6 podiums dans l'année (dont un en D3) et un dernier succès (en D2) à Road Atlanta, en novembre, complètent son palmarès et lui permettent de terminer à nouveau second au général. L'année suivante il roule cette fois toute l'année en D1. Il s'impose en mars à Zandvoort puis en juin au Nürburgring. En septembre, à Mosport, la victoire lui échappe de peu puisqu'il termine dans la même seconde que Davy Decorps. Des podiums à Spa, Le Mas du Clos et Solitude complètent une saison réussie et il termine vice-champion pour la 3è fois consécutive, seulement devancé cette fois par Davy Decorps.

 

En 2003 il ne fait plus qu'une grosse demi-douzaine de courses (D1) mais obtient quand même quelques bons résultats : un podium au Mans en janvier puis un à Monaco le mois suivant. En avril il termine derrière Davy Decorps à Zandvoort avec 2 petits dixièmes d'avance sur Pierre Fabre. Sa saison est plutôt honorable puisqu'il termine dans le Top 10 au milieu de près de 90 participants. Il fait ensuite plus qu'une course, en 2004, terminant en février sur une deuxième place derrière (à nouveau) Davy Decorps, et s'en va quatre ans tout juste après ses débuts.

 

 

Carrière : 2000-2004 - 5 championnats

 

Meilleurs résultats :

2000 - 2è - LFGPL
2001 - 2è - LFGPL
2002 - 2è - LFGPL

 

Autre résultat marquant :

2003 - 10è - LFGPL

 

  Courses disputées : près d'une cinquantaine.

  Victoires : une dizaine.

 

  Rank : -67.4

LAMOUREUX Gilles

  Gilles Lamoureux est un des rares membres de la ligue "Québec GPL" à avoir aussi roulé dans les championnats francophones européens. Il y intègre la BCRL 67 en 2004, roulant au printemps à Adélaïde. En 2005 Gill dispute au moins une douzaine de courses* en BCRL, terminant second en mars derrière Laurent Coëffic sur une des manches de la course du Mas du Clos. Au final il termine dans le Top 10 au classement général.

 

En 2006 il obtient un nouveau podium sur une des manches de la course de Monaco disputée en février. Par la suite il ne fait plus que trois courses lors du reste de la saison. En 2007 il revient en BCRL en février sur le circuit de Lime Rock et met un terme à sa carrière après ce dernier rendez-vous.

 

 

Carrière : 2004-2007 - 4 championnats

 

Meilleur résultat :

 

2005 - 8è - BCRL 

 

  Courses disputées : une vingtaine environ*.

  Podiums : deux*.

 

  Rank : +6

 

*archives incomplètes

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

LAMPURE Rémy

  C'est en janvier 2009 que Rémy Lampuré rejoint son père Yannick dans les championnats GPL en ligne. Il roule chez F1 Legends, en D2, à Mexico, dans un championnat comptant alors 5 divisions. Par la suite il fait toutes les courses de la saison et obtient un podium en D1 en septembre sur le circuit Jops Siffert. Ses résultats lui permettent d'entrée de terminer dans le Top 10 du classement général.

 

En parallèle il participe au championnat HSO, faisant sa première course en avril, à Zandvoort, pour la 3è manche de la saison. Il fait là aussi toutes les courses suivantes mais c'est l'année d'après, en janvier 2010, qu'il y obtient son premier podium à Kyalami. Sa 2è course de l'année, en avril, est aussi sa dernière et il quitte les pistes après une dernière ronde à Monaco.

 

 

Carrière : 2009-2010 - 3 championnats

 

Meilleur résultat :

2009 - 7è - F1 Legends

 

 

 

  Courses disputées : près d'une trentaine.

  Victoires : deux.

 

  Rank : -38.4

 

  Son interview "Sortie de Baquet".

LAMPURE Yannick

  C'est en 2008 que Yannick Lampuré intègre les championnats francophones GPL. Il participe à la première manche de la saison F1 Legends, fin janvier à Rouen. En D3 il termine aux pieds du podium derrière Jean-François Bovy, Ludovic Tiengou et Eric Bilodeau. Absent à Pau il fait ensuite la 3è course, fin février, à Mexico puis ne revient que mi-juin à watkins Glen pour disputer les neuf dernières manches de la saison. Il obtient son 1er podium sur la piste américaine, en D3, derrière Bovy et Emmanuel Soriano. Fin août, à Spa, il dispute sa première course en D1 mais roulera ensuite en D2 sauf à Monaco (D3) en octobre. Début septembre il termine aux pieds du podium sur le circuit Jops Siffert.

 

En 2009 Yannick Lampuré participe au championnat HSO qui succède à la GPL Cups pour proposer du 100% avec les voitures de 67. Il rejoint cette compétition à l'occasion de la 3è manche de la saison, mi-avril à Zandvoort. En juin, il obtient son meilleur résultat au Nürburgring : parti 10è il termine 4è sur 16. Avec 9 courses disputées sur 11 organisées, il termine en tout cinq fois dans les points et finit ainsi dans le Top 10 au classement général d'un championnat très relevé. Chez F1 Legends il fait une saison complète, soit 17 courses, essentiellement en D2. En janvier et février il termine trois fois aux pieds du podium, à Mexico, Valbray puis Mosport. Son premier podium en D2 il l'obtient fin novembre à Montjuich en terminant derrière C Lefuret et Alain Maurice. Il accroche le Top 20 au général d'un classement comptant alors près d'une centaine de pilotes.

 

En 2010 Yannick Lampuré roule encore chez HSO. Il dispute 4 courses sur 6, terminant pas loin du podium en janvier à Kyalami. Il quitte les pistes GPL après une dernière course en juin à Silverstone, le championnat s'arrêtant à ce moment là, faute de participants.

 

 

Carrière : 2008-2010 - 4 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2009 -  9è - HSO
2009 - 18è - F1 Legends

 

  Courses disputées : une bonne quarantaine.

  Podiums : deux.

 

MultiGPLigues

2008

2009

2010

Classement

106

en augmentation 38

en diminution 89

Sur

162

144

104

 

  Rank : -22.2

LAURENT Arnaud

  C'est en 2001 que Arnaud Laurent fait ses débuts en ligne en rejoignant le championnat de la ligue française. Il y roule en D3, disputant une demi-douzaine de courses de mai à novembre, mais, entre problèmes informatiques et abandons, les résultats ne sont pas au rendez-vous. En 2002 on le voit chez F1 Legends, le temps d'une course en D2 en novembre, mais pendant l'été c'est dans le championnat Vibrate où il s'est illustré : il ne fait que trois courses mais la dernière, mi-août à Riverside, lui permet d'obtenir son premier succès. Il finira dans le top 10 au général.

 

Tout au long de l'année il roule aussi en ligue française où il fait sa première saison complète. Comme l'année précédente il est inscrit en D3 et, en février, termine sa première course, à Zandvoort, décrochant au passage son premier podium. En mars la course suivante lui permet d'accéder à la D2 où il finit d'entrée sur le podium à Spa. Au Mas du Clos en mai il n'est battu que de 3 secondes par Michel Bénezet, puis finit à nouveau dans le trio de tête au Nürburgring le mois suivant. Sa progression est remarquable puisque, fort de ces résultats, il accède à la D1 en septembre, y disputant ses 4 dernières courses de l'année. Au classement général il figure finalement dans le Top 10 de D2.

 

En 2003 Arnaud Laurent participe à nouveau au championnat LFGPL mais il est revenu en D2 et termine second au premier trimestre à Kyalami puis Lime Rock. En novembre il dispute ses deux dernières manches de l'année, mais en D3, et rate de peu le Top 5 de D2 au classement général. En septembre on l'a vu expérimenter le championnat COA 2003/2004 le temps d'une course à Mosport. En 2004 Arnaud Laurent continue de rouler en ligue française, toujours en D3 : il accroche le Top 10 au général malgré une participation à seulement six des huit premières manches de la saison. Après des podiums à Zandvoort, Lime Rock et Monza en février, mars et avril, il met un terme à sa carrière sur un abandon en juin à Watkins Glen.

 

Carrière : 2001-2004 - 7 championnats

 

Meilleur résultat :

2002 - 10è - Vibrate

 

Autres résultats marquants :

2002 - 9è - LFGPL D2

2003 - 7è - LFGPL D2
2004 - 10è - LFGPL D3

 

  Courses disputées : une bonne quarantaine.

  Victoires : une.

 

  Rank : -15 

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

LAUZET Fabien

  C'est en 2002 que Fabien Lauzet fait ses débuts dans les championnats en ligne en rejoignant la ligue française. Il débute fin octobre en D4 en roulant à Watkins Glen et, dès la course suivante, début novembre, obtient sa première victoire sur le circuit de Monza, devançant, entre autres, Olivier Guillo (3è). En novembre il rejoint aussi le championnat de F2 (67 "entraînement") de la ligue française où il dispute une poignée de courses jusqu'en janvier. Dans le championnat 2003 de la ligue française il reprend en D4 et, après un podium en février à Kyalami, s'impose à nouveau en mars à Lime Rock. En avril, après un nouveau podium à Zandvoort puis une pole et un abandon à Spa il lui est permit d'accéder à la D3. Si sa course en mai à Riverside ne donne rien, la suivante en juin à Rouen lui vaut déjà de s'imposer à ce niveau devant Olivier Guillo. Malgré un abandon lors de la manche suivante, début juillet au Nürburgring, il monte en D2 après la trêve estivale. Il va très vite confirmer sa progression et que sa place à ce niveau n'est pas usurpée : d'entrée aux pieds du podium à Snetterton fin août il s'invite sur la boite, mi-septembre à Bremgarten. Il confirme à Monza en octobre avec un résultat du même tonneau et s'impose même lors de la dernière manche de la saison, en décembre : il devance Joël Piret sur le circuit Charade 70. Avec ses points des niveaux inférieurs reversés en D2 il est classé sur le podium du classement général de cette division.

 

Dans la 2è édition du championnat de F2 (2003/2004) il démarre en fanfare : détenteur de la pole lors de la première manche disputée fin septembre à Falkenberg, il n'est battu que de très peu par Olivier Sauger. Par la suite il dispute deux des quatre manches d'octobre et novembre mais ne poursuit pas dans cette compétition organisée jusqu'en juin 2004. A la même période il participe aussi à un autre championnat à cheval sur 2003 et 2004 : la COA, une compétition satellite de la ligue française. La première manche, fin septembre à Mosport, le voit briller, battu seulement par les pointures Joël Piret et Jojo F1. Mais ce championnat est un marathon avec pas moins de 23 courses jusqu'en juin 2004 et il ne peut y participer que de manière épisodique : à trois reprises sur les neufs manches organisées au dernier trimestre 2003. Il revient début février et fait parler la poudre en s'imposant à Watkins Glen avec quelques dixièmes d'avance sur Guy Piva. C'est son seul rendez-vous avec ce championnat en ce début d'année 2004 mais il y revient mi-juin pour les trois dernières manches et va démontrer à quel point il à progressé : il s'impose au Ring, le 12, puis à Spa et Rouen les 19 et 26 juin, battant Delplace, Levasseur et Guillo. Dans le championnat 2004 de la LFGPL il accède à la D1 mais ses débuts y sont compliqués. Il finit quand même par tirer son épingle du jeu fin mai et termine à Interlagos derrière un podium Sauger-Coineau-Guinet. La course suivante, mi-juin à Watkins Glen, lui offre son premier podium au sommet, seulement battu par Davy Decorps et Benjamin Lacaze. Sa belle saison lui permet de terminer aux portes du Top 10 au classement général.

 

Par la suite il participe à nouveau au championnat COA mais ne dispute au final que trois courses, de septembre 2004 à février 2005. En 2005 il va se concentrer sur le championnat de la ligue française où il va faire sa meilleure saison : des accessits en janvier et février puis des podiums en mars, à Snetterton (derrière Decorps et Coineau), et avril, à Silverstone (derrière Decorps), lui valent, après six courses, d'être second au classement général derrière Eric Coineau. La suite est moins réussie, jusqu'en décembre, où il se reprend et obtient sa première victoire en D1, à Kyalami, devant Benjamin Lacaze et Rindo Molfis. Il sauve ainsi sa saison et termine pour la première fois dans le Top 10 au classement général. Pendant l'été il dispute également une course dans le championnat 65 de GrandPrixlegends.net, le temps d'un podium à Silverstone, fin juillet.

 

En 2006 Fabien Lauzet allège nettement son calendrier puisqu'il dispute une course dans le championnat LFGPL 69 en janvier, et trois seulement, de mars à septembre, dans son homologue 67, toujours en D1. Il roule à nouveau en ligue française toujours au premier niveau, en février 2007 : Bathurst sans finir puis Kyalami où il décroche son dernier podium, entre Coineau et Audran. Belle manière de finir puisqu'il revient par la suite pour un ultime rendez-vous, début avril à Rouen, après lequel il met un terme à sa carrière.

 

 

Carrière : 2002-2007 - 9 championnats

 

Meilleur résultat :

 

2005 - 8è - LFGPL

 

 

Autres résultats marquants :

 

2003 - 3è - LFGPL D2

2005 - 10è - GPL.NET

 

 

  Courses disputées : plus de 70.

  Victoires : près d'une dizaine.

 

 

MultiGPLigues

2007

Classement

101

Sur

168 

 

 

  Rank : -65.1 

 LEBLOND Jacques

  Jacques Leblond fut un des pilotes français les plus rapide, en atteste son handicap au GPL Rank au-delà des -70. Ceci étant, c'est en ligne qu'il s'est illustré dans plusieurs championnats de 2005 à 2014. Il démarre en F1 Legends en avril 2005, à Keimola, et en D1 dès cette première épreuve. Dès la seconde, à Mosport, il va cueillir son premier podium derrière Bruno Guinet et Rindo Molfis. Il n'attend pas la fin de l'année pour s'imposer et le fait à Oulton Park, en octobre, devant Bertrand Catroux et Jean-Philippe Campmajo.

 

L'année suivante marquera le début d'un palmarès forgé sur trois saisons : Un podium au classement final, derrière Hervé Sabathé et Martin Audran, chez F1 Legends, ponctué de plusieurs podiums au cours de la saison. La même année il termine 4è du championnat GPL Cups derrière Frédéric Gubbels, Christian Michel et Alain Rochette. Au passage il s'était offert une victoire à Silverstone devant Gubbels et Rochette. Si 2006 est sa meilleure année, 2007 n'est pas moche non plus pour Zozo : il fait un top 5 dans le championnat LFGPL dans lequel il avait débuté l'année précédente, un top 10 chez F1 Legends et surtout une 2è place dans le championnat 100%, GPL Cups, derrière un Martin Audran intouchable mais devançant d'un rien Michel Baudrit et Frank Verplanken.

 

En 2008, sa dernière saison en ligue française le voit encore figurer dans le Top 10 au classement général. Chez F1 Legends, bien que roulant moins, il s'impose tout de même une fois par an : cette année-là mais aussi les deux suivantes, à Rouen, Northpoint et East London. En janvier 2011 il termine aux pieds du podium à Mexico (D1) puis revient en piste en mars pour une dernière boucle avortée à Urbanya. Zozo raccroche ses gants et sa combinaison de pilote mais on le revoit en juin 2013, le temps de deux courses. En février 2014 il fait un nouveau retour à la compétition, toujours chez F1 Legends. Pensionnaire habituel de D1 il décroche 5 podiums d'avril à septembre mais sa fin de saison, entre absence et résultats blancs, l'empêche de disputer jusqu'au bout une place pour le podium au classement général et il termine au-delà du Top 15.

 

 

Carrière : 2005-2014 - 14 championnats

 

Meilleurs résultats :

2006 - 3è - F1 Legends
2007 - 2è - GPL Cups

 

Autres résultats marquants :

2006 - 4è - GPL Cups
2007 - 5è - LFGPL
2007 - 6è - F1 Legends
2008 - 6è - LFGPL

 

  Courses disputées : 160*.

  Victoires : 5*.

 

*à fin 2014.

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

Classement

10

en diminution 21

en augmentation 19

en diminution 29

en diminution 70

  -

  -

 13

Sur

168

162

144

104

89

65

52

49 

 

  Rank : -72.4

 C LEFURET

  C Lefuret débute en février 2008 chez F1 Legends en D3. Dès sa 1ère course, à Pau, la victoire lui tend les bras mais lui échappe au dernier moment sur panne d'essence. Il rejoint aussi le championnat BCRL, pour sa dernière édition avec le mod67, où il obtiendra trois podiums dans l'année pour, au final, une bonne place au classement général. En mars il intègre également la ligue française et réussit ce qu'il avait raté de peu chez F1 Legends : victoire dès sa première course, en D3, à Virginia. Il roule ensuite en D2 puis en D1 avant de redescendre en D2 en juin. De septembre à décembre il réintègre la D3 pour trois nouveaux podiums et un succès, en décembre, à Monza. Chez F1 Legends il fait aussi une belle première saison, essentiellement en D2 : de février à avril il finit pas moins de 5 fois de suite aux pieds du podium. Il l'atteint enfin à Spa en Août puis à nouveau en octobre à Monaco après avoir connu, entre-temps, deux quatrième places supplémentaires. Pour sa première saison (quasi) complète il obtient une très bonne place au classement général final, dans cette compétition qui comptait alors près de 90 participants. Il est le "Rookie 2008".

 

En 2009 il enfonce le clou et confirme son statut : second en octobre 2008 à Carthage, derrière Frédéric Gubbels, il finit aussi sur le podium en avril, au Mans, de nuit, et va chercher ainsi le Top 5 au classement général dans le 1er championnat Planète qui s'achève en juin. Il continue aussi de bien figurer pour ce qui sera sa dernière saison en ligue française. Tantôt en D1 où il obtient quelques places d'honneur ou en D2 où il s'impose en février sur le Paul Ricard avant de glaner une poignée de podiums. Il termine aux portes du Top 10 de ce championnat qui comptait encore presque 50 participants. Mais c'est surtout chez F1 Legends qu'il confirme sa saison précédente. Si sa fin de saison ratée le prive du Top 10 en ligue française c'est sa fin d'année énorme chez F1 Legends qui fait de lui l'invité surprise du podium au classement général final. Il s'impose en effet lors des deux dernières courses en D2, à Montjuich et Watkins Glen. Ses deux premiers succès à ce niveau ainsi que son unique podium en D1 à Porto en octobre lui permettent, avec un trio de podiums ailleurs, de finir derrière JP Alesi et Titi Douet. Il est aussi aidé pour cela par l'exploit (unique ?) d'avoir su terminer l'intégralité des (17) courses de la saison. A noter son apparition chez HSO en septembre, le temps d'une course à Monza.

 

En 2010 il dispute encore deux épreuves en ligue française en début d'année mais se consacre ensuite aux championnats Planète et F1 Legends. C'est dans cette dernière ligue qu'il réussit le mieux même si ses résultats sont en baisse suite à l'adoption de l'embrayage. Éminent membre du "Clutch Club" il s'impose dans les divisions inférieures, à Mosport sous la pluie en D4 en avril puis en D3 en septembre et octobre à Spa et Zeltweg. En 2011 il continue de rouler dans ces deux championnats, s'imposant chez F1 Legends en D3 à Silverstone et (à nouveau) Spa. En 2012 il performe à nouveau chez Planète puisqu'en janvier il termine second à Toronto, seulement battu par Philippe Barbé. Chez F1 Legends il s'impose (en D2) à Leipzig en février et n'est pas loin d'en faire autant à Mexico en avril. Par la suite il obtient encore quatre podiums mais ne peut valoriser sa saison, n'ayant disputé que deux tiers des courses. En 2013, février lui est à nouveau favorable, chez F1 Legends, puisqu'il connaît à ce moment là sa dernière victoire, toujours en D2, sur le circuit de Kyalami. En 2014 il ne roule plus que dans le championnat dont il s'occupe, en partie, depuis 2008, celui de Planète GPL. Il met un terme à sa carrière, mi-juin, après la course de Tandil, alors même que cette compétition disparaît après six saisons.

 

 

Carrière : 2008-2014 - 18 championnats

 

Meilleur résultat :

2009 - 3è - F1 Legends

 

Autres résultats marquants :

2008 - 5è - BCRL
2008 - 6è - F1 Legends
2009 - 5è - PGPL
2010 - 9è - PGPL

 

  Courses disputées : plus de 210.

  Victoires : une douzaine.

 

 

MultiGPLigues

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

Classement

16

en augmentation 8

en diminution 23

en augmentation 14

en diminution 16

en diminution 26

en diminution 46

Sur

162

144

104

89

65

52

49

 

  Rank : -24.2

 

  Son interview par Warm Up.         Ses interviews "Sortie de baquet".

LE GUERN Gwënael

  C'est en octobre 1999 que Gwënael Le Guern rejoint le championnat de la ligue française. Il obtient d'entrée un podium en D2 à Monza. Sa 2è course se dispute en D1, à Watkins Glen où il se classe 5è avant de terminer l'année sur une 3è manche, à nouveau en D2. En 2000 il dispute sa première saison complète soit une dizaine d'épreuves. Dès la première course, à Kyalami, il n'est pas loin de s'imposer en D1, terminant à quelques secondes du vainqueur, Florent Lambert. Par la suite il roule alternativement sur les 2 premiers niveaux, obtenant des podiums en D2 en mars et avril à Zandvoort et Rouen. En septembre il fait les deux dernières courses de la saison en D3, terminant en fin de mois sur une podium à Mexico. Au général il finit pas loin du Top 10 dans une compétition qui compte alors une bonne quarantaine de participants.

 

En 2001 Gwënael Le Guern fait une deuxième saison quasi-complète soit une bonne douzaine de courses. Il roule toute l'année en D1 terminant sur le podium pour la 2è manche, à Zandvoort, fin janvier. Une 4è place à Spa le mois suivant et une autre place d'honneur sur le circuit Le Mans Bugatti pour sa dernière participation mi-novembre complètent ses résultats : il accroche le Top 10 au classement général. L'année suivante il fait encore une bonne demi-douzaine de courses, toujours en D1 mais sans résultats notables, et met un terme à sa carrière après une dernière ronde à Solitude début juillet.

 

 

Carrière : 1999-2002 - 4 championnats

 

Meilleur résultat :

2001 - 10è - LFGPL

 

 

 

  Courses disputées : plus d'une trentaine.

  podiums : une demi-douzaine.

LEHMANN Olaf

  Venu de la ligue allemande EOLC, Olaf Lehmann intègre les compétitions francophones pour les débuts de la saison 2010 du championnat F1 Legends. Il y obtient un premier podium en D3 en février à Lime Rock, terminant à moins de dix secondes du vainqueur. En mai il en fait de même au niveau supérieur sur le circuit d'Urbanya. La deuxième moitié de sa saison se déroule de manière similaire : podium en D3 (septembre) sur le circuit de Jops Siffert puis en D2 en novembre à East London. Il termine dans le Top 20 au général mais va faire beaucoup mieux l'année suivante.

 

En 2011 Olaf Lehmann connaît en effet une fin de premier semestre plutôt réussie : mi-mai et début juin il s'offre des podiums en D2 à Silverstone et au Nürburgring. En octobre c'est en D3 qu'il s'impose sur le circuit de Bathurst. Il finit l'année avec un nouveau podium mi-décembre à Rouen en D2 et accroche une belle place au classement général : à lui le Top 10 et il repart sous d'autres cieux, pour d'autres défis.

 

En 2016 Olaf Lehmann fait son retour chez F1 Legends, le temps d'une saison et d'une douzaine de courses, obtenant deux podiums en D2, en début d'année, à Spa puis Edmonton.

 

 

Carrière : 2010-2011/2016 - 3 championnats

 

Meilleur résultat :

2011 - 10è - F1 Legends

 

 

 

  Courses disputées : près d'une cinquantaine.

  Victoires : une.

 

 

MultiGPLigues

2010

2011

2016

Classement

36

en augmentation 30

en diminution 23

Sur

104

89

42 

 

 

 

  Rank : -13.8

LENCLEN Maxime

  C'est chez F1 Legends que Maxime Lenclen fait ses débuts en janvier 2011 à Mexico. Il roule d'entrée en D2 dans un championnat où les participants sont encore répartis sur 4 niveaux. Son premier résultat notable à lieu à Mosport, sous la pluie, en avril, puisqu'il termine alors aux pieds du podium. Il est la révélation de l'année puisqu'il en fait de même en novembre à Landmark et Moulinsart mais en D1 cette fois. Il finit, pour sa première saison, pas loin du Top 10 au classement général. 2011 le voit aussi participer au championnat Sports Cars de Tom Guérout dans lequel il termine sur le podium à Solitude, dès sa première course en juin. Il finit aussi en bonne place au classement annuel. Il débute simultanément dans le championnat Planète en roulant à l'Île de Man pour la dernière manche du championnat 2010-2011.

 

Dans l'édition 2011-2012 c'est en novembre qu'il obtient son premier podium avec les voitures de 67, sur le circuit du lac d'Oô. D'autres podiums, en janvier et juin 2012, à Daytona, de nuit, et à Tortuga, lui permettent de terminer dans le Top 5 au classement général. En 2012 Caracciola rejoint la ligue française, désormais réduite à un seul niveau. Il s'invite d'entrée sur le podium, à Rouen, en mars. Par la suite il fait encore une demi-douzaine de courses et en retire un autre podium, en novembre à Mosport. C'est chez F1 Legends qu'il brille le plus cette année-là puisqu'il obtient une série impressionnante de 4è places de février à avril, derrière des pointures comme Cornu, Guérout ou Renaud : Leipzig, Edmonton mais aussi Sebring. A Watkins Glen, parti pourtant 11è, le podium lui échappe pour moins d'une seconde. En mai c'est en D2 qu'il roule et obtient son premier succès sur la piste de Bridgehampton. Il fait son retour en D1 par la suite et la fin de l'année le voit enfin récompensé en novembre, sur la piste routière de Daytona, par son premier podium au sommet. Cette année 2012 lui permet d'obtenir une place enviable puisqu'il est dans le Top 10 au classement général.

 

En 2013 il refait un bref passage en ligue française, le temps de deux courses lors du premier semestre, mais c'est sur les autres compétitions qu'il va se focaliser. Chez Planète il termine second derrière Patrick Cornu à Surfer's Paradise puis en fait de même derrière Titi Douet à Avus (50). En juin, lors de la dernière manche, c'est encore Cornu qui le prive de la victoire à Road 67, pour à peine plus d'un dixième de seconde. Ses bons résultats lui permettent de terminer, comme l'année précédente, à la 5è place du classement général. Chez F1 Legends il campe en D1 mais les places sont chères et il doit se contenter, au début de l'automne, de podiums à Jops Siffert puis Surfer's Paradise.

 

En 2014 il monte en puissance et obtient ses premières victoires dans le championnat Planète devant des vainqueurs de cette compétition : il devance Kram Ortisseur de deux secondes à Estoril en Février puis s'impose avec le même écart à Tomioka le mois suivant devant Patrick Cornu. Absent à deux des trois dernières courses il glisse finalement hors du Top 5 au classement général. Chez F1 Legends il continue sur la lancée de l'année précédente, toujours qualifié pour la D1 : il dispute les six premières courses de février à mai, démarrant sur une 2è place à Silverstone. Il est à nouveau second en avril à Spa puis lors de la course suivante disputée à Valbray en mai. Par la suite sa saison s'inscrit en pointillés puisqu'il ne dispute plus que quatre des neuf courses suivantes.

 

En 2015 il roule à nouveau de loin en loin, disputant quatre des six premières et trois des cinq dernières manches de la saison. Il débute par une victoire en D2 en février à Watkins Glen puis roule ensuite en D1. En 2016 il fait seulement une course de plus que l'année précédente mais, après un break depuis juin, son retour en novembre est tonitruant : il obtient en effet sa première victoire au sommet à Mosport avec une courte avance sur Tom Guérout.

 

 

Carrière : depuis 2011 - 13 championnats*

 

Meilleurs résultats :

2011 - 4è - GPL Tom - mod Sports Cars
2012 - 5è - Planète GPL
2012 - 7è - F1 Legends
2013 - 5è - Planète GPL

 

  Courses disputées : près de 120*.

  Victoires : cinq*.

 

MultiGPLigues

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Classement

en augmentation 32

en stagnation 8

en diminution 10

en diminution 12

en diminution 25

en augmentation 16

Sur

89

65

52

49

55

42

 

  Rank : -64.2*

 

*à fin 2016

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

         Ses interviews "Sortie de baquet".

 

   Ses addons.

LEPAGE Marc

  C'est en janvier 2002, pour les débuts de la 4è saison du championnat LFGPL, que Marc Lepage fait ses premiers pas en ligne. Il roule en D4 et termine quatre fois aux pieds du podium, d'avril à début novembre, avant de finir second pour la première fois, deux semaines plus tard à Bathurst. Début décembre il récidive, à Mexico, finissant à 5 secondes du vainqueur, Hervé Sabathé. En 2003 il roule en D3 où il termine sur le podium à Monaco en février. En novembre il termine juste derrière le tiercé de tête à Leipzig. Cette l'année-là il rejoint aussi le championnat F1 Legends où il va obtenir ses meilleurs résultats : il débute en janvier à Brands Hatch en D3 et obtient sa première victoire le mois suivant sur un circuit qui lui réussit décidément très bien, Monaco. Il accède ensuite à la D1 et y fait quatre course avant de glaner un podium en juin à Sachsenring derrière Jojo F1 et David Sikora. Pour la dernière course de l'année, fin novembre à Mexico, il est encore bien placé, terminant derrière Joël Piret, Michel Delplace et Christian Michel. Au classement général il se faufile dans le Top 10 à l'issue de cette ultime épreuve.

 

En 2004 Marc Lepage se recentre sur la ligue française où il roule à nouveau en D3. L'année suivante il y fait encore une bonne demi-douzaine de courses de janvier à septembre, mais en D4 cette fois, terminant aux pieds du podium en mars à Mexico. Mais 2005 le voit aussi revenir pour une douzaine de courses chez F1 Legends où il roule tantôt en D1 tantôt en D2. C'est à ce niveau qu'il termine derrière le tiercé gagnant à Mosport en mai et Zandvoort en septembre, moment où il met un terme à sa saison.

 

En 2006 il participe à nouveau au championnat F1 Legends, faisant la toute la saison ou presque, une bonne quinzaine des 18 courses organisées. Là encore il roule essentiellement en D1 et D2 mais c'est en D3 qu'il enrichit son palmarès : il s'impose en avril au Nürburgring avant d'obtenir un dernier podium en septembre sur le circuit Jops Siffert. Il quitte les pistes avant la dernière épreuve de la saison (Zandvoort), mi-novembre à Bremgarten, après quelques secondes de courses, ayant été pris dans un énorme carambolage, 10 des 17 partants ne voyant pas le second tour.

 

 

Carrière : 2002-2006 - 7 championnats

 

Meilleur résultat :

2003 - 10è - F1 Legends

 

 

 

  Courses disputées : 90.

  Victoires : une paire.

 LETELLIER Grégory

  Grégory Letellier fait ses débuts en ligne dans le championnat de la ligue française en février 2003. Il obtient une victoire d'entrée en D5 à Kyalami puis accède à la D4 le mois suivant. En avril il s'y impose à Zandvoort puis termine sur le podium à Spa. Monté en D3 en mai il termine second lors de la course de Bremgarten en septembre. En progression constante il accède à la D2 en octobre et termine sur le podium dès sa première participation à ce niveau à Leipzig.

 

En 2004 il dispute une demi-douzaine de courses en ligue française, en D2 et D3, et participe à six des sept courses du championnat BCRL, de juin à décembre. Aux pieds du podium en octobre à Monaco il s'invite dessus en décembre au Nürburgring et termine troisième au général derrière Guillaume Nachin et Olivier Boissel. A partir de l'année d'après Grégory Letellier se recentre sur la LFGPL mais sa carrière s'inscrit désormais en pointillé : il fait cinq puis quatre courses en D3, obtenant des podiums à Zandvoort en janvier 2005 et septembre 2006.

 

Il roule à Spa en D2 en janvier 2007 puis revient un an après pour moins d'une dizaine de courses : D3 puis D2 et D1 avant d'obtenir finalement un podium en D2 en juin à Mosport puis un dernier succès en D3, à Zandvoort, décidément son circuit fétiche, en septembre. Il fait une dernière course en janvier 2009, terminant second à Kyalami (D2) avant de se retirer définitivement de la compétition.

 

 

Carrière : 2003-2009 - 9 championnats

 

Meilleur résultat :

2004 - 3è - BCRL

 

 Courses disputées : plus d'une quarantaine.

  Victoires : trois.

 

  Rank : -29.1

 

LEVASSEUR Franck

  Franck Levasseur fait ses débuts en ligne en intégrant la ligue française au début de la saison 2003. Il s'impose dès sa première course, mi-janvier, en D5, sur le circuit de Kyalami. Pour sa 3è course mi-mars il monte en D4 et décroche un podium à Rouen en juin. En août il termine second à Snetterton avant de s'imposer en septembre à Bremgarten. Un nouveau podium le mois suivant à Monza et il accède à la D3 en novembre. Comme en D5 il s'y impose d'entrée, sur la piste de Leipzig. En parallèle à cette saison LFGPL Franck Levasseur à aussi fait ses débuts chez F1 Legends en avril. Après une course en D4 sur le circuit Le Mans Bugatti, sa 2è course, en mai, lui permet d'obtenir un podium à Bremgarten en D3. Par la suite il termine la saison en D2.

 

En 2004 il dispute une manche en BCRL et une poignée de courses chez F1 Legends. Pendant l'été, il participe au championnat GPL.net mais c'est en ligue française qu'il étoffe son palmarès. Après un podium en février il obtient deux victoires en mars et juin à Lime Rock et au Nürburgring. Deux podiums de plus en septembre et il accède à la D2 en novembre pour les trois dernières courses de la saison. En 2005 Franck Levasseur fait à nouveau quelques courses chez GPL.net et participe de manière plus soutenue au championnat F1 Legends : une douzaine de courses lui permettent de glaner un podium en D2 en avril à Kyalami. Le mois d'après il roule en D1 et termine aux pieds du podium à Limerock. Ensuite il obtient sa première victoire dans ce championnat en septembre, en D2, à Zandvoort. Un nouveau succès au niveau inférieur clôture sa saison en novembre à Rouen. En ligue française il poursuit son parcours en D2 et s'impose pour la première fois à ce niveau en mars à Mexico. En mai il est à nouveau sur le podium à Spa puis pas loin de s'imposer en septembre à Mosport. Cette bonne saison lui permet de finir 5è du classement de D2.

 

En 2006 Franck Levasseur fait l'essentiel du championnat GPL Cups (un podium) mais c'est dans les autres compétitions qu'il réussit son année. En ligue française il attends septembre pour obtenir une victoire à Zandvoort puis la complète avec des podiums à Kyalami et Solitude en octobre et novembre. Comme l'année précédente il termine 5è de D2, ratant cette fois de pas grand chose une place sur le podium à ce niveau. Chez F1 Legends il s'impose en mai à Albi (D2) devant David Poupet et Hervé Sabathé puis arrache un premier podium au sommet en août, à Rouen, derrière Olivier Zaiit et Rindo Molfis. En octobre il complète le tableau en l'emportant à nouveau deux fois en D2 : à Wiesbaden devant Alain Rochette et Hervé Sabathé puis à Mexico devant, à nouveau, le tandem Poupet-Sabathé. Tout cela lui permet de s'inviter pour la première fois dans le Top 10 d'une compétition disputée alors par plus de soixante-dix pilotes.

 

En 2007 Franck Levasseur fait sa dernière saison complète, ou quasiment : un bref passage, une paire de courses, en ligue belge et autant en GPL Cups. Il connaît un début de saison en fanfare chez F1 Legends : victoires en D2 à Kyalami, Mosport, Imola, Silverstone et Jops Siffert de janvier à septembre mais avec deux courses disputées seulement sur les huit dernières il ne peut figurer très haut au classement général. En ligue française c'est les deux tiers des courses auxquelles il participe, près d'une dizaine : il s'impose à Spa en janvier puis collectionne les podiums de février à mai : Kyalami, Rouen et Zandvoort. Début juin une dernière victoire à Lime Rock et trois semaines après il grimpe d'un niveau pour une première course au sommet au Nürburgring mais sa saison s'arrête là. Il revient en janvier 2008 pour un podium en D3 à Mexico puis une deuxième course en D1, à Zeltweg, le mois suivant. Début avril sa 3è course est la dernière à Rouen, en D2, et il se retire des pistes après cette ultime ronde.

 

 

Carrière : 2003-2008 - 19 championnats

 

Meilleur résultat :

2006 - 10è - F1 Legends

 

 

 

 Courses disputées : 160.

 

  Victoires : une vingtaine.

 

 

 

  Rank : -42.1 

 

LEVASSOR Emile

  Emile Levassor débute chez F1 Legends en octobre 2001 à Rouen, pour la 5è course de ce championnat, après des débuts ratés (connexion) le mois précédent. Il finit pas loin du podium en décembre à Mosport mais c'est l'année suivante qu'il va vraiment laisser une trace.

 

En 2002 les pilotes F1 Legends sont répartis sur deux niveaux et c'est donc en D2 qu'il va obtenir ses résultats : il s'impose à Kyalami avant de se contenter d'une deuxième place lors de la course suivante, à Mexico. Mais ensuite il enchaîne les victoires à Monaco, Imola, Zandvoort et Bremgarten. Le plus dur est fait. Il s'impose encore deux fois lors des dix dernières courses (Magny-Cours et Spa) ce qui lui permet d'accrocher une place enviable au classement général final.

 

Il part sur cette année exceptionnelle mais revient deux ans plus tard lors de la saison embryonnaire du championnat GPL Cups (juillet-août 2004) : il y fait 3 des 6 courses et s'impose à Rouen et au Mans.

 

 

Carrière : 2001-2004 - 3 championnats

 

Meilleur résultat :

2002 - 5è - F1 Legends

 

 

 

  Courses disputées : deux douzaines.

  Victoires : près d'une dizaine.

 

  Rank : -15

LEVAUX Didier

  C'est fin août 2004 que Didier Levaux fait ses débuts en ligue belge sur le circuit de Crystal Palace. Il y dispute 6 des 8 dernières courses de la saison. Début octobre il intègre aussi la BCRL qui propose 7 courses de juin à décembre. Quatre manches lui suffisent pour s'y faire une place puisqu'il brille lors des deux dernières : il termine second derrière Guillaume Nachin, mi-novembre, à Brands Hatch, puis début décembre au Nürburgring. Ces résultats lui permettent d'accrocher le top 10 au classement général.

 

En 2005 Tuck 65 roule à nouveau en BCRL mais c'est surtout en ligue belge qu'il va s'illustrer. S'il ne dispute que deux courses, pendant l'été, avec les voitures de 67, le mod65 va lui permettre de devenir un outsider incontournable. En janvier il termine 3è à Kyalami derrière Guillaume Nachin et Hervé Sabathé puis en fait de même en mai, à Spa, derrière Frédéric Gubbels et Olivier Boissel. Il confirme en mai avec deux places similaires à Rouen puis sur le circuit Le Mans Bugatti. Fin juin il saisit sa chance et s'impose pour la première fois en devançant Luc Van Gossum et Jan Verschueren sur la piste de Clermont-Ferrand. Par la suite il ne dispute qu'une des neuf dernières courses mais ne perd qu'une place au classement général et termine 7è en fin d'année.

 

En 2006 Didier Levaux dispute encore deux des trois premières courses de la saison en ligue belge dans les championnats 65 et 69, y terminant dans les deux sur une place aux pieds du podium puis met un terme à sa participation. Il dispute aussi une course en mars en BCRL puis une autre début avril à Spa à l'issue de laquelle il se retire des pistes.

 

 

Carrière : 2004-2006 - 8 championnats

 

Meilleurs résultats :

 

2004 - 10è - BCRL mod65
2005 -  7è - LBGPL mod65

 

 

 

  Courses disputées : une quarantaine (fourchette 32 à 47*).

  Victoires : une.

 

*archives BCRL partielles.

L'HARIDON Gilles

  C'est en 2003 que la Bob Cramer Racing League se lance dans le online après avoir jusque-là proposé des concours de hotlap. Son créateur, Bob Cramer, tout droit échappé de Michel Vaillant, y roule dès la 2è course, mi-janvier à Donington. On est alors dans un championnat embryonnaire, 11 pilotes seulement participant à cette première saison. Bob y fait 8 des 9 courses et obtient un podium fin mars à Watkins Glen derrière Guillaume Nachin et Mario Bédart. Il termine pas loin du Top 5 au général. En 2004 il fait 4 des 7 courses et obtient un podium en octobre à Snetterton derrière Olivier Boissel. Le championnat s'étoffe cette année là avec plus d'une vingtaine de participants, Bob terminant dans le Top 10.

 

La ligue prend de l'ampleur en 2005 puisqu'elle propose d'un coup 44 courses sur deux championnats dont une vingtaine avec le nouveau mod, le 65. Bob participe aux deux compétitions et termine dans le Top 10 en 65 mais aussi pas loin du Top 5 avec les voitures de 67. L'année suivante il roule beaucoup, avec 45 à 55 participations. Aux deux compétitions précédentes s'ajoute un nouveau championnat dédié au mod69. En 65 il obtient un podium à Keimola puis termine second à Brands Hatch derrière Alain Maurice et à Bathurst derrière Pascal Fourcade. En 66 c'est à East London en janvier et Brands Hatch en mai qu'il obtient des podiums : au final il termine aux pieds du podium occupé par Olivier Guillo, Laurent Coëffic et Jojo F1. C'est avec les voitures de 69 qu'il obtient son unique succès en s'imposant en octobre devant Olivier Guillo et Jan Verschueren sur le circuit de Bathurst. Il termine l'année sur un podium à Reims. 2006 voit Gilles L'haridon participer aussi au championnat de la ligue française, toujours avec le mod69 : il débute sur un podium en D2 en janvier à Watkins Glen puis fait trois autres courses au même niveau sur février et mars avant de se recentrer sur la ligue qu'il préside.

 

En 2007 il roule moins mais participe aux 3 championnats BCRL, y faisant en tout 15 à 20 courses. Il obtient un dernier résultat notable en mai avec un podium à Rouen derrière Alain Maurice et Laurent Coëffic. L'année suivante il fait une quinzaine de courses sur les 55 organisées : il tire sa révérence début novembre sur une dernière épreuve disputée à Westwood avec une voiture du nouveau mod, le 66. Sa ligue disparaît en 2009 après une dernière édition des championnats 65 et 66.

 

 

Carrière : 2003-2008 - 13 championnats

 

Meilleurs résultats :

2006 - 5è - BCRL mod65
2006 - 4è - BCRL
2007 - 4è - BCRL mod69


Autres résultats marquants :

2004 - 9è - BCRL mod65
2005 - 8è - BCRL mod65
2005 - 6è - BCRL
2006 - 6è - BCRL mod69

 

 

 

  Courses disputées : 100 à 150*.

  Victoires : une*.

 

*estimation : données incomplètes pour 2005 et 2006.

 

  Rank : -19.3

 LIBAT Thierry

  Thierry Libat est un des pionniers de GPL puisqu'il participe au premier championnat de la ligue française, moins de six mois après la parution du jeu. D'entrée il s'impose comme l'homme fort du plateau puisqu'il l'emporte lors des sept premières courses : de février à août 1999 c'est Kyalami, Monaco, Zandvoort, Spa, Rouen, Silverstone et le Nürburgring qui tombent dans son escarcelle. Tout cela en D1. Dès lors les jeux sont fait. Par la suite il souffle un tantinet, laissant un peu de place à ses adversaires : deux courses en D1 sans résultat notable, terminant aux pieds du podium en octobre à Monza. Il fait même les deux dernières courses de l'année en D2, s'imposant logiquement en novembre et décembre à Watkins Glen et Mexico. Cette saison étincelante lui donne donc logiquement et largement le premier titre francophone d'un championnat GPL : il affiche plus du double de points de son second mais aussi plus de points que ses deux suivants au classement général.

 

Après une telle domination il fait un break en 2000 et revient mi-décembre pour la première manche du championnat 2001, à Kyalami, mais son come-back est compliqué : une demi-douzaine de courses de plus, la première moitié en D1 et la seconde en D2, et il met un terme à sa carrière après une dernière ronde, mi-avril, au Nürburgring.

 

 

Carrière : 1999-2001 - 2 championnats

 

Titre :

1999 - LFGPL

 

  Courses disputées : près d'une vingtaine.

  Victoires : près d'une dizaine.

 LIBOUREL Éric

  Éric Libourel entame sa carrière en ligne en janvier 2005 dans le championnat de la ligue française. Il fait ses débuts en D4 et termine sur le podium dès sa première course, à Zandvoort. Il confirme en février à Snetterton puis accède à la D3 le mois suivant. Il y termine aux pieds du podium à plusieurs reprises dans les mois qui suivent. En 2006 il participe au championnat GPL Cups le temps d'une course en janvier. La ligue française organise un championnat en mod65. Éric Libourel y participe et y obtient deux podiums en mai avant de terminer sur le podium au classement général. Il roule aussi dans le championnat en mod69, alors assez important pour être disputé sur 3 niveaux. Deux podiums en D3 précédent pour lui une montée en D2 et trois résultats similaires à ce niveau. En septembre il décroche sa première victoire en ligne à Zandvoort qu'il confirme au dernier trimestre par de nouveaux succès à Kyalami et Spa. Il termine champion de D2 dans cette compétition. Dans le championnat principal (67) il évolue en D3, comme l'année précédente, et, après deux podiums, termine la course en tête, en novembre, à Solitude, devant Jan Verschueren.

 

En 2007 Éric Libourel fait à nouveau un passage en Cups, à Spa, mais se concentre sur les championnats de la ligue française. En 69 il accède à la D1 où il obtient des podiums à Monaco et Zandvoort. En 67 il fait une saison assez similaire à la précédente : quatre podiums que précédent un succès, là encore en novembre, sur le circuit de Road Atlanta. L'année suivante le championnat 69 se décline en deux manches pour chaque courses, ce qui multiplie les résultats : il en remporte une en janvier, toujours en D1, à Riverside, puis, après huit podiums, termine l'année de la même manière avec un succès lors de la dernière, à Adélaïde, fin octobre. Dans le championnat 67 il monte en D2 où il s'impose une première fois à Leipzig en avril avant de glaner deux podiums après la trêve estivale. En octobre 2008 il participe aussi aux débuts du championnat Planète GPL, à Carthage, avant de décrocher un premier podium en décembre à Schottenring. En juin 2009 il terminera dans le Top 10 au général de cette première édition.

 

L'année 2009 voit Léo Libgo faire un bref passage en ligue belge, le temps d'une course à Imola, en mod65. Mais cette année-là est surtout celle où il rejoint le championnat F1 Legends qu'il ne quittera plus par la suite. Alors sur 5 niveaux, ce championnat l'accueille en D3, en février, à Valbray, pour la 2è manche de la saison. Dès la course suivante, à Mosport, il s'impose devant des pilotes confirmés comme Hervé Sabathé et Jean-François Bovy. En mai il grimpe en D2 et s'y impose d'emblée, à Northpoint, devant Hervé Nicolas. Dès le mois suivant on le voit pointer le nez en D1 mais il se contente par la suite d'une victoire en D3 et d'un podium en D2. En ligue française (67) il accède pour la première fois à la D1 où il va rouler deux fois sur trois. Après un podium en D2 en mars il obtient le premier parmi l'élite le mois suivant, sur le circuit de Charade, derrière Frédéric Gubbels et Olivier Roméo. Un autre podium en D2 en fin d'année et pas mal de bons résultats lui valent au final une place enviable au classement général.

 

2010 va être une autre grande année, peut-être sa meilleure. Dans le championnat Planète GPL 2009/2010 il monte en puissance et termine second sur trois des quatre premières courses de la saison, lors du dernier trimestre 2009. Il confirme en janvier et en mai avec deux places similaires et, au final, termine premier du classement finisseur/fair-play devant Rolf Halbheer mais surtout second au général, en juin, derrière Kram Ortisseur. En ligue française il fait à nouveau deux courses sur trois en D1 : il s'impose en D2 à Kyalami, Mexico et Cognac, de février à avril, avant de rejoindre le niveau supérieur pour le reste de la saison. Il s'offre un podium à Valbray en septembre avant de redescendre en D2 mi-décembre pour la dernière course de la saison où il s'impose à Monza. Absent à quelques courses il rate de peu le Top 10 au général. Chez F1 Legends il devient un pensionnaire brillant en D2 : outre quatre podiums dans l'année on le voit s'imposer à Monza et Urbanya en avril et mai puis en faire de même en octobre et novembre à Zeltweg et Zandvoort. Ces résultats lui valent un premier Top 10 au général dans ce championnat. En cette année 2010, Planète GPL organise aussi un championnat avec le mod66. Pourtant absent de deux des trois premières manches Léo Libgo va ensuite rentrer dans la danse pour un championnat échevelé : il s'impose à Brands Hatch et Zandvoort en mai et juin avant de finir second au Nürburgring en septembre. Après deux courses ratées il s'aligne en outsider pour la dernière manche, en décembre, à Mexico. Alors 3è au général il réussit l'improbable : s'imposer alors que ses adversaires terminent seulement 5è (Behra) ou ne peuvent finalement disputer l'épreuve (Douet) et défendre leurs chances. A lui le titre, d'un souffle.

 

Avec sa "manette magique" Léo LibGo va encore faire une belle année en 2011 même si ses résultats sont un peu en baisse dans le championnat Planète 67 2010/2011. Il n'y obtient de résultats probants que lors de la deuxième moitié de la saison : trois podiums de janvier à juin et, logiquement, sa place au classement général s'en ressent par rapport à la saison précédente. En ligue française le plateau ne propose désormais la plupart du temps plus qu'un seul niveau. Il y obtient trois podiums et termine, comme en 2009, dans le Top 10 au général. Chez F1 Legends on roule encore sur trois niveaux, parfois même quatre, et lui évolue comme précédemment, sur le 2, à de rares exceptions. En février il s'impose à Varosliget puis Watkins Glen (là en D3) avant de l'emporter encore à Urbanya et Kyalami avant l'été. De nouveaux succès au dernier trimestre, Bathurst, Zandvoort et Rouen, agrémentés de trois podiums disséminés dans l'année lui permettent finalement d'obtenir, comme l'année précédente, un Top 10 dans le championnat le plus fréquenté.

 

Chez Planète, édition 2011/2012, à l'inverse de l'année précédente c'est lors de la première moitié de la saison, septembre/décembre 2011, qu'il obtient ses meilleurs résultats : des podiums à Dundrod, Salzburgring et Dessauer qui lui permettent de terminer à nouveau bien classé en juin 2012. En ligue française, désormais strictement réduite à un niveau, il termine sur le podium à Kyalami et St Jovite en début d'année puis l'emporte pour la première fois au sommet en mars à Monaco. Des places d'honneur et un podium par la suite lui permettent de finir à nouveau dans le Top 5 de ce championnat 2012, comme en 2009. Chez F1 Legends la fin du premier trimestre est marquée par la course de sa carrière : il roule en D1 le 18 mars à Edmonton. Ne signant pourtant qu'une 7è place aux essais, sa course se déroule comme dans un rêve et il s'impose pour la première fois au sommet, malgré une forte opposition. Il compte par la suite une paire de podiums en D2 et termine l'année en beauté en s'imposant à ce niveau à Spa mi-décembre. Il lui manque quelques courses pour être à nouveau dans le Top 10 au général.

 

En 2013 il roule à nouveau dans les trois championnats. L'édition 2012/2013 Planète GPL le voit encore sur des podiums à quatre reprises et finir en bonne place au général en juin 2013. En ligue française il obtient un podium à Goodwood en avril puis met un terme à sa saison en septembre dans un championnat qui vit sa dernière saison. Chez F1 Legends il fait sa meilleure saison : victorieux au premier semestre à Road Ontario et Donnybrooke (D2) il s'invite sur le podium en D1 en octobre à Oulton Park. Pour la première fois il termine dans le Top 5 au général. La saison 2013/2014 du championnat Planète le voit terminer sur le podium lors de la première manche disputée en septembre à Stardust, derrière Titi Douet et Patrick Cornu. Il participe aux cinq courses suivantes jusqu'en février 2014, sans résultats notables, et revient pour une derrière course dans ce championnat, en avril à Ardmore. En parallèle il roule encore chez F1 Legends où il obtient de bons résultats, essentiellement en D2 : une victoire mi-mars à Roadblock puuis une autre deux mois plus tard à Valbray. Début juin il termine aux pieds du podium en D1 à Monaco avant de s'imposer à nouveau au niveau inférieur, deux semaines plus tard, à Brands Hatch. C'est sur ce succès qu'il met un terme à sa saison. En 2015 il roule essentiellement en D2, s'imposant en mars sous la pluie de Mosport puis à Brno (49) en avril. En juin il termine sur le podium à Laguna Seca derrière Warm Up et Rolf Halbheer puis quitte les pistes après dix ans de carrière.

 

 

Carrière : 2005-2015 - 30 championnats

 

Titre :

2010 - Planète GPL mod66


Autres résultats marquants :

2006 - 3è - LFGPL mod65
2009 - 8è - PGPL
2009 - 5è - LFGPL

2010 - 2è - PGPL
2010 - 8è - F1 Legends
2010 - 2è - MultiGPLigues

2011 - 7è - PGPL
2011 - 9è - F1 Legends
2011 - 7è - LFGPL
2011 - 3è - MultiGPLigues

2012 - 4è - PGPL    
2012 - 5è - LFGPL

2013 - 5è - F1 Legends
2013 - 4è - PGPL

2014 - 8è - PGPL

 

  Courses disputées : plus de 320.

  Victoires : près d'une quarantaine.

 

 

MultiGPLigues

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Classement

32

en augmentation 29

en augmentation 9

en augmentation 2

en diminution 3

en diminution 5

en diminution 6

en diminution 15

en augmentation 11

Sur

168

162

144

104

89

65

52

49

55 

 

  Rank : -35.2

 

 bannergpl.JPG Sa page sur Archives GPL.

 

  Son interview.      Ses interviews "Sortie de baquet".

 

  Sa manette.   Son site. 

 

 LOGMAN Testicool

  Testicool Logman intègre le championnat F1 Legends en mai 2003 et obtient alors une 4è place en D4 à Silverstone. Le mois suivant il récidive au Nürburgring mais en D1 cette fois, terminant la course derrière Pierre Fabre, Jojo F1 et Jack Seller. Toujours en juin, retour en D3 à partir de la course de Sachsenring et pour le reste de l'année : il obtient son premier succès en septembre à Mosport puis décroche ensuite un podium à Monza en octobre. Rebelote par la suite avec, en novembre, une nouvelle victoire à Snetterton puis une montée en D2 récompensée d'un podium à Mexico.

 

En 2004 Testicool Logman roule essentiellement en D2 et D3 en début d'année avant de rejoindre la D1 à partir d'avril pour la course de Zeltweg. En février il s'impose en D3 à St Jovite puis termine sur le podium en D2 à Mosport derrière Christian Michel et Pascal Fourcade. Mars le voit terminer second en D2 à Mexico puis juin le voit s'illustrer après sa montée en D1 : au Nürburgring seul Jack Seller le prive d'une victoire au sommet alors qu'il termine derrière Jops Siffert, Bruno Guinet et Christian Michel à Silverstone. Il termine sa carrière fin novembre sur une dernière course à Laguna Seca et un énorme résultat : second au général entre Jops Siffert, titré, et Rindo Molfis.

 

 

Carrière : 2003-2004 - 2 championnats

 

Meilleur résultat :

2004 - 2è - F1 Legends

 

  Courses disputées : près d'une trentaine.

  Victoires : trois.

 

  Rank : -29.0

 LOPEZ Gaizka

  Gaizka Lopez est un pilote espagnol qui compte parmi les plus rapides de GPL. Il n'a donc aucun mal à briller quand il rejoint le championnat HSO, malgré un plateau relevé. Dans cette compétition qui se déroule sur les durée réelles des courses de 67 il obtient un podium dès la première course : 3è derrière Antoine De Mautor et Bertrand Catroux en janvier 2009 à Kyalami. En mars, à Monaco, il termine second derrière Bertrand Catroux avant d'obtenir une place similaire à Zandvoort le mois suivant.

 

En mai, sur le circuit Le Mans Bugatti, il termine pas loin du vainqueur, Frédéric Gubbels, avant de s'imposer enfin en juin au Nürburgring. Un nouveau podium à Mosport, en août, derrière David Vanmullem et Bertrand Catroux, conforte sa place au classement général : il termine son bref passage dans les championnats francophones en étant vice-champion HSO 2009 derrière Bertrand Catroux.

 

 

Carrière : 2009 - 1 championnat

 

Meilleur résultat :

2009 - 2è - HSO

 

 

  Courses disputées : une bonne dizaine.

  Victoires : une.

 

  Rank : -92.9

LUCBERNET Yanick

  Yanick Lucbernet fût pendant longtemps un des piliers du championnat de la ligue française. Il y fait ses débuts en avril 2000 à Silverstone en D3. S'il ne fait que cinq courses il s'impose dès la 2ème en mai au Nürburgring. Après deux courses en D2 en juin et début septembre, sa dernière participation fin septembre le voit terminer second à Mexico, à nouveau en D3. En 2001 il fait à nouveau une course en D2 et une dizaine d'autres en D3 qui lui valent un podium à Rouen (février) et au Ring (avril) qui lui réussit à nouveau. En 2002 et 2003 il fait ses premières saisons complètes, une quinzaine de courses, et compte deux podiums (D4 et D3) lors de la première puis trois (D4) lors de la seconde où il renoue aussi avec la victoire, à Rouen en juin puis Leipzig en octobre.

 

Les deux années suivantes sont bonnes également puisqu'il l'emporte à plusieurs reprises : coup sur coup en 2004, en D4, en avril, à Rouen et Monza puis au niveau supérieur en mai à Interlagos avant de récidiver en octobre à Virginia. En février et novembre 2005, toujours en D3, à Snetterton et Monza. 2006 le voit accéder pour la saison entière à la D2. Il ne compte qu'un podium à Kyalami en octobre mais termine cependant 4è du championnat de D2 avec autant de points que le 3è, Erwan Quéfféleant, dans une compétition qui comptait alors encore 5 niveaux. 2007 est globalement moins réussie mais il s'offre paradoxalement ses premiers succès en D2 : une victoire à Bathurst en février devant Michel Delplace puis un autre succès lors de la dernière course de l'année à Monza, d'un rien devant Olivier Guillo.

 

En 2008, c'est fromage et dessert : les succès et le résultat d'ensemble. Il accède pour la première fois à la D1 (en janvier) mais fait aussi un tiers des courses en D2 : podium à Zeltweg en février puis succès à Rouen en avril. Victoire à Sandown puis podium à Mosport en juin. En novembre il obtient son premier podium en D1 sur le circuit de Watkins Glen, derrière Martin Audran et Bertrand Catroux. Décembre le voit bien terminer l'année avec un résultat similaire derrière Bertrand Catroux et Frédéric Gubbels lors de la dernière course disputée à Monza. Il termine ainsi dans le Top 5 du classement général.

 

L'année suivante il s'installe pour de bon en D1, ne faisant qu'une course au niveau inférieur : Patrice Bertin en janvier, à Dijon, et Frédéric Gubbels au Mans en juin l'empêchent de s'imposer au sommet mais il accroche encore une bonne place au classement général final pour sa dernière saison complète. En 2010 il ne fait que trois courses (D1 et 2) et quitte les pistes à quelques semaines de ses dix ans de compétition après une dernière course en mars (D1) à Mexico.

 

 

Carrière : 2000-2010 - 11 championnats

 

Meilleur résultat :

2008 - 5è - LFGPL


Autre résultat marquant :

2009 - 8è - LFGPL

 

  Courses disputées : près de 140.

  Victoires : une bonne douzaine.

 

  Rank : -24.5 

A suivre...                                                                                                                                                                                    

 

 

 Sauvegarder en Pdf

 



23/09/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres